mardi 29 septembre 2015

Jean-Pierre Bardinet, le VRP du climato-scepticisme.

Il y a des gens qui ne ménagent pas leur peine pour faire passer leur message, quelle que soit la nature de leur message.

C'est le cas de Jean-Pierre Bardinet, cet illustre inconnu bien connu de ceux qui s'intéressent en France un tant soit peu à la question climatique.

On voit en effet Jean-Pierre Bardinet un peu partout là où il est question de changement ou de réchauffement climatique, à croire qu'il possède un radar lui permettant d'être alerté quasi instantanément quand quelque chose est publié dans la blogosphère ou sur des sites d'information en relation avec cette question du climat ; cela peut concerner la hausse des températures, ou celle du niveau des mers, ou celle de leur acidité, ou bien la diminution des glaciers ou tel ou tel problème écologique lié au réchauffement de la planète.

Voici un aperçu, certainement très incomplet et dans le désordre, des endroits où j'ai pu trouver une trace de Jean-Pierre Bardinet en tant qu'auteur d'article ou comme commentateur : sciences.blogs.liberation.fr bvoltaire.fr leplus.nouvelobs.com  notre-planete.info espritlogique.wordpress.com sciencesetavenir.fr biosphere.blog.lemonde.fr/ lematin.ch pnogues.fr doctrine-sociale.blogs.la-croix.com huffingtonpost.fr letelegramme.fr/ tdg.ch gardezlescaps.org 24heures.ch terremag.com kin152.org dailymotion.com climat-optimistes.com franceinter.fr larepubliquedespyrenees.fr nationalgeographic.fr lapresse.ca science-et-vie.com eolien-cathare09.org senenews.com news.abidjan.net sott.net challenges.fr afrik.com mesdebats.com lavenir.net lejournaldevitre.fr latribune.fr bioaddict.fr lepeuple.be journaldesfemmes.com alambic-city.com lindependant.fr rfi.fr voir.ca laterredufutur.com ledevoir.com jlduret.blog.sfr.fr belgotopia.blogs.lalibre.be metamag.fr lesoir.be politis.fr consoglobe.com lagazettedescommunes.com aujourdhui.ma slideshare.net princearthurherald.com web-tech.fr focusur.fr sciencepresse.qc.ca thomasjoly.fr reflets.info etc.

Je me suis arrêté là car je n'en voyais pas la fin, c'est vraiment impressionnant de constater le nombre d'interventions de Jean-Pierre Bardinet sur la Toile.

Dans la plupart de ces interventions on notera une grande occurrence de "la TMAG est stable depuis 18 ans" ainsi qu'un renvoi fréquent à "22 vérités qui dérangent", ce qui constitue l'essentiel du contenu de la valise de VRP de Jean-Pierre Bardinet qu'il essaye de vendre (le contenu, pas la valise) partout où il passe.

A ce stade là il faut peut-être faire une pause et se poser la question de savoir dans quelle catégorie ranger Jean-Pierre Bardinet; est-il :
  1. un expert du climat (ou quelqu'un relatant fidèlement ce que disent les experts du climat)?
  2. un charlatan?
  3. un idiot utile?
Je ne répondrai pas tout de suite à cette question, pour laisser un peu de suspense.

Mais qui est Jean-Pierre Bardinet d'abord?

Si l'on en croit son profil qu'il a sûrement lui-même rédigé, il est :
  • ingénieur ENSEM, diplôme obtenu en 1968, ce qui fait de lui un ingénieur maintenant à la retraite; par ailleurs ENSEM signifie Ecole Nationale Supérieure d'Electricité et de Mécanique, ce qui, on le voit, le prédestinait à parler en connaisseur sur le climat...
  • il a été ingénieur circulation (études et régulation de trafic) ce qui, là aussi, est la preuve que le climat n'a pas de secret pour lui.
  • il a été responsable technique du GIFOP (difficile de dire quelle était exactement sa mission, s'il a été formateur on peut se poser des questions sur les compétences futures de ses élèves)
  • il a été directeur du centre de compétences WorldFIP, titre ronflant dont on chercherait en vain un quelconque lien avec une science du climat.
  • il a été responsable des systèmes d'information à l'ADFP, un centre de formation patronal situé à Belfort (passer de directeur à responsable, cela a dû être dur pour lui)
  • enfin il a été directeur de l'usine du groupe Hermès à Seloncourt, certainement le couronnement de sa carrière, mais là encore on peine à voir en quoi le climat est concerné. J'espère en tout cas qu'il a pu avoir des sacs et des chaussures à bon prix pour arrondir ses fins de mois.
Comme on peut le constater Jean-Pierre Bardinet n'est en rien un expert du climat, il reste donc deux possibilités.

Comme je ne suis pas moi non plus un expert (c'est au moins un point commun que nous avons Jean-Pierre Bardinet et moi) on peut éventuellement aller voir ce qu'on dit de lui et de ses 22 vérités censées déranger (on se demande bien qui)

Sur objectifterre.over-blog.org voici comment l'auteur du blog, Olivier Daniélo, voit Jean-Pierre Bardinet :
  • Il illustre tristement, de manière caricaturale, l'ignorance crasse d'une partie (fort heureusement en décroissance) des ingénieurs français d'ancienne génération.
  • JP Bardinet pense, comme beaucoup de vieux ingénieurs français éduqués par des profs atomiques nés avant la seconde guerre mondiale, qu’il est impossible de dépasser 20% d’éolien.
  • Il compare le coût de production du vieux nucléaire dont le capital est déjà amorti (5,98 c€/kWh selon la cour des comptes) avec le prix de l'électricité TTC au Danemark ! Ce qui démontre que son niveau est celui d'un (mauvais) débutant.
Mais Olivier Daniélo est sûrement un écolo communiste qui raconte n'importe quoi car il est à la solde de Greenpeace et de la Corée du nord, donc essayons autre chose.

Sur sauvonsleclimat.org on trouve une réfutation point par point des soi-disant 22 vérités qui dérangent; les deux auteurs, Francois-Marie Breon et Jean Poitou, sont chercheurs au Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement, je ne sais pas vous mais a priori je leur ferais davantage confiance qu'à Jean-Pierre Bardinet pour m'informer sur le climat.

Mais là encore on va me dire que ce sont des chercheurs intéressés par leur budget de fonctionnement et qu'ils ne travaillent que sur des sujets politiquement en accord avec la doxa officielle du GIEC et des socialistes cherchant à tout réglementer et taxer etc., donc voyons autre chose.

Et cette autre chose c'est Jean-Pierre Bardinet qui va gracieusement nous la fournir sans qu'on lui ait rien demandé!

En effet, Jean-Pierre Bardinet a commis l'erreur fatale de vouloir traverser l'Atlantique avec ses 22 vérités qui dérangent; on peut penser que c'est la divinité grecque Hybris qui lui a soufflé cette idée à l'oreille, en l'occurrence elle lui a été d'un très mauvais conseil mais il n'est pas sûr que Jean-Pierre Bardinet s'en soit aperçu ou l'ait seulement admis, tant il est vrai que l'hubris a tendance à obscurcir l'esprit de celui qui en est victime.

C'est donc sur WUWT que Jean-Pierre Bardinet a publié une traduction en anglais de ses fumeuses vérités.

Je passerai sur les inévitables bravos des habitués du site qui ne comprennent pas grand chose à la science, mais qui ont des idées très arrêtées en matière de néolibéralisme, pour m'attarder sur les critiques de certains commentateurs.

Quand certains commentateurs ne sont pas vraiment climato-sceptiques, comme Brandon Gates qui écrit notamment
  • Most of these points have been rebutted a thousand times...
  • ...To me it reads like opinion masquerading as fact.
on a d'autres commentateurs qui sont de véritables climato-sceptiques, comme Francisco qui écrit
  •  This guest blogger might be wrong on some pretty important points. He says outgoing longwave radiation is increasing. But that is not what satellite data are telling us:
  • He says the mean global temperature has not increased. 2014 was the hottest year in recorded history (arguably), and he is not including ocean heat content.
ou Ferdinand Engelbeen
  • Oh my God,
    Besides several good points, there are a few stupid ones, which will give the “warmistas” a field fest…
ou MikeB
  • It’s a pity in way, because there are some good points but, when I read “Trace-gases cannot “heat the surface“, according to the second principle of thermodynamics”, I know I am reading rubbish.
  • Anyone from a scientific background knows they are reading rubbish after a few lines and, if you don’t, no amount of explanation is going to help.
ou JohnEggert
  • I stopped reading when I saw the “gases aren’t grey bodies”.
ou Leonard Weinstein
  • While I agree with much of the blog, there are some problems with part of it. I will only address one point, but it is a major one. The authors make a statement that shows that they do not understand the basis of the atmospheric effect called the atmospheric greenhouse effect, which is a real effect.
ou Schitzree
  • I agree that point 16 (2nd law of thermodynamics) is a poor one. And it should be a matter 9 common knowledge. A blanket doesn’t need to be warmer then you to keep you warm, It just can’t warm something itself. It’s a change in heat transfer.
ou Mike Jonas
  • Leonard Weinstein, I am completely satisfied that your argument re the 2nd law of thermodynamics is correct, and that the article is badly wrong on this point. Also that some other points are wrong at least to some extent.
etc.

Mais le meilleur est pour la fin, en la personne d'un pilier du climato-scepticisme, écrivant régulièrement des articles de pseudo-science sur le blog d'Anthony Watts, j'ai nommé Willis Eschenbach
  • Mr. Jean-Pierre Bardinet, thank you for the effort you’ve obviously put into your post. However, I fear to report that I got as far as this one …
    4. The lifetime of CO2 molecules in the atmosphere is about 5 years instead of the 100 years said by IPCC. (discussion: p. 10)
    … and I started laughing so hard I couldn’t continue. Sadly, you have conflated the average time that an individual CO2 molecule stays in the atmosphere before being replaced (called airborne residence time) with the time it takes the CO2 concentration to return to pre-pulse values after the addition of a pulse of CO2 to the atmosphere (called e-folding time or pulse decay time or atmospheric lifetime).
    Airborne residence time, as you note, is about 5-8 years or so. It can be estimated in a couple of ways which give reasonable agreement. It measures the airborne lifespan of a MOLECULE of CO2.
    By contrast, the time it takes the post-pulse atmospheric concentration to decay back to the pre-pulse concentration is quite different. When a pulse of CO2 is injected into the atmosphere, it takes decades for the atmospheric CO2 concentration to return to pre-pulse values. Pulse decay time measures the lifetime of the INCREASED CONCENTRATION of CO2 after a pulse
    The process measured by airborne residence time is going on constantly—molecules of CO2 are emitted from somewhere, stay in the atmosphere for about 5-8 years, and are then REPLACED by another CO2 molecule. This is happening even when the concentration is not changing at all.
    The pulse decay time only happens when there is a pulse of CO2 added to the atmosphere. At the time of the pulse, the CO2 concentration is increased. Then after the pulse, some of the molecules are NOT REPLACED when they leave the atmosphere, and as a result, the concentration slowly returns to pre-pulse values.
    So to summarize:
    • Airborne residence time measures how long a MOLECULE of CO2 stays airborne before it is replaced by another CO2 molecule. It measures a steady-state constant process.
    * Pulse decay time measures the lifetime of the INCREASED CONCENTRATION of CO2 after a pulse. It measures an intermittent process.
    As you note, the IPCC thinks that the time constant for the post-pulse decay in the concentration of CO2 is on the order of 100 years. I, and folks like Mark Jacobson, think that it’s more on the order of 40 years. The problem is that we don’t yet have enough data to distinguish between the two competing hypotheses.
    Now, this distinction between airborne residence time on the one hand (5-8 years) and pulse decay time on the other hand (40-100 years) is all basic stuff. Like I said, I never got past #4. Once someone reveals such profound misunderstanding of their chosen subject, I simply don’t have time to try to unravel the truthiness of the rest of the claims.
    My best to you,
    w.
Sur cette question du cycle du carbone, que manifestement Jean-Pierre Bardinet soit n'a pas compris, soit qu'il fait exprès de représenter de manière malhonnête, il y a plus clair que les explications de Willis Eschenbach, il suffit de lire How to Change Minds about Our Changing Climate pages 116 et 117 :
  • He (les auteurs ont inventé un personnage, Brad, qui est la personnification du climato-sceptique, le "he" fait référence à ce Brad, mais pourrait aussi s'appliquer à un Jean-Pierre Bardinet) says that carbon dioxid only sticks around for about five years in the atmosphere (true!), so long-term warming from the CO2 that we put up there is nothing to worry about. This reasoning is predicated on a simple misunderstanding of the carbon cycle. The specific CO2 molecules that come out of the smokestacks and exhaust pipes stay in the atmosphere for only a few years on average, but they don't vanish after that time; rather, they end up in other parts of the carbon cycle (most likely absorbed in the ocean or by a plant).Other CO2 molecules are swapping places with those CO2 molecules all the time, but the total amount in the cycle is increasing because of our emissions. The question isn't how long an individual carbon dioxide molecule stays in the atmosphere; it's how long the extra population of molecules sticks around. The answer to that is at least hundreds of years, and that's the period when our climate will feel the warming effect.
On ne peut pas faire plus clair comme explication.

Quand, dans un panier de pommes, on voit une pomme pourrie, il y a de fortes chances que beaucoup d'autres pommes soient également pourries, voire même toutes les pommes du paniers.

Jean-Pierre Bardinet n'avait pas réellement besoin de 22 arguments s'il voulait rejeter les thèses du GIEC, un seul argument solide et irréfutable lui aurait suffi.

Mais il a eu les yeux plus gros que le ventre et a voulu en trouver 22 au risque que l'un au moins d'entre eux se révèle faux, ce qui évidemment jette le doute sur l'ensemble du paquet.

Des climato-sceptiques patentés en ont trouvé plus d'un faux, ce qui en dit long sur le sérieux qu'on peut attribuer au contenu de la valise de Jean-Pierre Bardinet.

Maintenant reste à répondre à la question qui tue : Jean-Pierre Bardinet est-il un charlatan ou un idiot utile?
 

dimanche 13 septembre 2015

Dialogue de sourds.

Mon article précèdent évoquait la création du Collectif des climato-réalistes dont le site Skyfall se fait le héraut.

J'ai profité de l'occasion pour faire un test : publier un commentaire et voir comment il serait reçu et traité par la communauté des fidèles du site ; en fait j'ai déjà publié un certain nombre de commentaires par le passé et je n'attendais rien de spécial cette fois-ci, car comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire ici, on ne peut pas convaincre un climato-sceptique, donc je savais par avance à quoi m'en tenir, mais je voulais actualiser cette connaissance pour en faire un article de blog.

Voici donc mon commentaire:


158.  Géd | 12/09/2015 @ 14:34

“Le prétendu « consensus » sur la responsabilité humaine n’est qu’un leurre, nombreux sont les scientifiques parmi les plus éminents qui expriment leurs doutes sur la question”
Cette phrase est incohérente.
Soit il y a un véritable consensus (ce qui pour moi est la réalité) et alors il y a peu de “scientifiques éminents qui expriment leurs doutes sur la question”
Soit il y a vraiment de “nombreux [..] scientifiques parmi les plus éminents qui expriment leurs doutes sur la question”, et alors qu’est-ce qui les empêche de faire entendre leur voix?
Que je sache les quelques scientifiques éminents que je connaît (sic, mea culpa) et qui s’expriment sur la question de manière sceptique (Vincent Courtillot ou Claude Allègre au hasard) n’ont pas vraiment de problème sur le plan professionnel.
Si une majorité de scientifiques éminents voulaient se donner la peine par exemple de démontrer que l’effet de serre viole la deuxième loi de la thermodynamique (le dada de certains d’entre vous) il leur suffirait de publier un papier dans une revue peer reviewed et le tour serait joué.
Au lieu de cela nous n’avons que des articles de blogs ou des papiers de quelques pages avec quelques formules savantes écrites sur le coin d’une table pour nous asséner des vérités définitives ; face à la littérature “officielle” cela fait un peu léger.
Je ne doute pas que le Collectif, doté de ses nombreuses sommités (6 c’est quand même pas rien) au comité scientifique, saura faire jaillir la lumière, le prix Nobel est au bout du chemin, cela vaut le coup de mouiller la chemise, non?
Ma question, bien cachée en plein milieu du commentaire, peut se reformuler ainsi : comment se fait-il que les nombreux scientifiques parmi les plus éminents (selon les dires du Collectif bien sûr) ne publient pas de papier dans des revues à comité de lecture (peer review) afin par exemple de démontrer que l'effet de serre violerait la deuxième loi de la thermodynamique?

Comme nous le verrons cette question restera sans réponse.

Et voici le fil des commentaires généré par mon premier tir.

Nous avons d'abord un chauffeur de taxi prénommé Jo :
159.  joletaxi | 12/09/2015 @ 14:59


effectivement vous avez un problème de compréhension

Soit il y a un véritable consensus (ce qui pour moi est la réalité) là on comprend mieux votre problème
mais malheureusement, je crains que nous ne puissions pas vous aider, j’ai une fois essayé avec des témoins de “machin”, j’ai vidé ma boite de temesta
J'ai bien sûr un problème de compréhension avec les textes climato-sceptiques, puisque je ne chausse pas les mêmes lunettes que l'adorateur de base tel que joletaxi. A mon avis l'usage excessif de temesta ne lui est pas profitable, je lui conseillerais d'arrêter, mais je sais qu'il ne m'écoutera pas.
De toute évidence joletaxi ne croit pas au consensus, pourtant ce consensus n'est pas le Père Noël, il s'agit d'une réalité ayant fait l'objet de plusieurs études :
Nous reviendrons sur ce consensus.

Nous avons maintenant un collector, le dénommé Murps qui se fend du commentaire suivant :


161.  Murps | 12/09/2015 @ 16:17

Géd (#160), Roro, c’est toi ?
Non je plaisant Géd, moi je vais vous aider.

Tout le monde ici ne prétend pas que l’effet de serre viole la seconde loi.
En fait, sur ce qu’on appelle sur ce site le “bidulator”, les avis divergent.

Si vous venez de débarquer ici, prenez la peine de lire les articles et les discussions en lien avant de de dire que l’on se berce de douces illusions, et rien ne vous empêche d’intervenir sur le plan technique, vous êtes le bienvenu. Par contre les arguments d’autorité vous feront prendre une volée de bois vert.

Le terme consensus, qui semble être une réalité pour vous n’a aucun sens en sciences.

En tant que prof de sciences justement, je ne me vois pas annoncer à mes élèves “sur la gravitation les scientifiques sont majoritairement d’accord pour dire qu’elle s’exerce à distance proportionnellement au produit des masses…. etc…”.
En fait je me fiche royalement de l’opinion des scientifiques et d’un prétendu consensus.
Je répète les expériences qui marchent (le plus souvent, parfois ça foire), et je les interprète. C’est tout et c’est cela la science.
Je ne suis pas prof de sciences po’ ou de philo’ avec tous le respect que j’ai pour les collègues.

Si vous voulez être convaincant il faut arriver avec une expérience qui marche, qui est reproductible et prévisible à tour de bras.
Votre théorie du RCA avec son effet de serre ne remplit aucune de ces conditions.
Pire, elle a tous les éléments d’une pseudoscience.

Cela mérite que je m'attarde dessus en saucissonnant cette prose afin d'en sortir quelque chose de lisible :
  • Roro, c’est toi ? non désolé, ce n'est pas Roro.
  • Tout le monde ici ne prétend pas que l’effet de serre viole la seconde loi. Voici donc résumé en quelques mots tout le drame des climato-sceptiques : ils ne s'entendent même pas sur des sujets qui ne divisent pourtant pas la communauté scientifique dans son immense majorité (cf. le consensus) ; non l'effet de serre ne viole pas la deuxième loi de la thermodynamique (voir par exemple ici ou ici ou ici ou ici en français. Par conséquent, le fait qu'il existe dans le Collectif des gens capables de nier l'effet de serre en raison d'une supposée violation d'une loi physique en dit long sur le sérieux des gens qui le composent.
  • En fait, sur ce qu’on appelle sur ce site le “bidulator”, les avis divergent. De mieux en mieux, l'effet de serre est surnommé le bidulator, ce qui là aussi en dit long sur le degré de sérieux de ces gens.
  • Par contre les arguments d’autorité vous feront prendre une volée de bois vert. Non vous ne rêvez pas, un climato-sceptique qui parle d'argument d'autorité, c'est l'effet de projection psychologique que nous rencontrerons tellement souvent.
  • Le terme consensus, qui semble être une réalité pour vous n’a aucun sens en sciences. Aucun sens en science? sans blague! Alors pour éduquer Murps voici ce qu'on peut trouver comme définition sur wikipedia. Si le consensus ne fait pas la science, la science est capable de faire un consensus, donc oui, le consensus a un sens en science. Par exemple il y a un consensus sur le fait que la Terre est ronde et qu'elle tourne autour du Soleil, sans consensus on en serait encore à débattre de la question ; pour le climat c'est la même chose, les scientifiques (les vrais) ne débattent plus de la question de l'effet de serre, ils peuvent discuter sur certains points non résolus (et il y en a toujours) mais ils ne discutent plus pour savoir si le climat se réchauffe et si c'est la faute de l'homme.
  • En tant que prof de sciences justement Alors ça c'est la meilleure, un appel à l'auto-autorité en quelque sorte, du style Je suis professeur de science, donc je sais de quoi je parle, par conséquent vous êtes prié de faire profil bas petit freluquet!
  • je ne me vois pas annoncer à mes élèves “sur la gravitation les scientifiques sont majoritairement d’accord pour dire qu’elle s’exerce à distance proportionnellement au produit des masses…. etc…”.Drôle de façon effectivement d'enseigner à ses élèves la gravitation, ce que personne en fait ne lui recommande (Murps fait ici un strawman en pensant m'impressionner), cependant la gravitation fait si je ne m'abuse l'objet d'un consensus, autrement on débattrait encore aujourd'hui pour savoir si les pommes tombent vers le bas, le haut ou sur les côtés) 
  • En fait je me fiche royalement de l’opinion des scientifiques Là tout est dit, Murps, soi-disant professeur de science, se fiche de ce que peuvent dire les scientifiques, en fait Murps a réinventé toute la physique et toute la chimie à lui tout seul et se propose de faire refaire à tous ses élèves toutes les expériences passées car il se fiche aussi d’un prétendu consensus, donc il leur dit de surtout ne pas faire confiance aux savants tels que Newton ou Galilée ou Einstein, et donc qu'il faut revoir leurs travaux en mettant la main à la pâte (Murps doit être un adorateur de Georges Charpak, j'imagine qu'il enseigne dans un collège)
  • Je répète les expériences qui marchent (le plus souvent, parfois ça foire), On comprend que ça foire souvent avec Murps...
  • C’est tout et c’est cela la science. Ah bon! et moi qui naïvement croyais que c'était un peu plus compliqué (voir ici ou ici), tout s'explique, la science d'après Murps c'est : on répète les expériences qui marchent et on les interprète, voilà comment mieux comprendre la climatologie!
  • Je ne suis pas prof de sciences po’ ou de philo’ avec tous le respect que j’ai pour les collègues. Là on a du mal à voir le rapport avec sciences po ou la philosophie, encore des strawmen?
  • Si vous voulez être convaincant il faut arriver avec une expérience qui marche, qui est reproductible et prévisible à tour de bras. Sans blague, et alors le big bang, on peut le reproduire quand on veut? ah ben non, le big bang ça doit pas être de la science. Comme la climatologie, étant donné qu'on ne peut pas reproduire une température projetée en 2100, ça n'est pas non plus de la science, tout s'explique!
  • Votre théorie du RCA avec son effet de serre ne remplit aucune de ces conditions Alors d'abord il ne s'agit pas de ma théorie, et je ne vois pas en quoi cette théorie ne serait pas scientifique. De plus Murps semble ne pas savoir ce qu'est une théorie scientifique, ainsi pour lui la théorie des cordes, qui ne remplit pas ses (à Murps) conditions, ne serait pas scientifique? Je pense que Murps devrait revenir à l'école (en tant qu'élève) pour revoir ses définitions.
  • Pire, elle a tous les éléments d’une pseudoscience. L'argument qui tue : la climatologie serait donc une pseudoscience au même titre que l'astrologie!
Je vous l'avais dit, un collector, un vrai.

Mais il y a encore mieux, si c'est possible, en la personne de Jacques Lemière :

163.  lemiere jacques | 12/09/2015 @ 16:45

Géd (#158), je pense que le scientifique moyen ne gagne rien à parler sur le sujet et mieux vaut s’en remettre au consensus.
tout dépendant des modèles…il en découle est que hors les personnes maîtrisant parfaitement les modèles de A à Z…personne n’est apte à les juger sur le fond, climatologue éminent ou non… hors tout dépend de ça..tout…

nous sommes dans un domaine absurde, où par exemple dans le domaine de la pluviométrie où la conclusion logique qui découle de l’examen des résultats est qu’on ne devrait pas en tirer grand choses, certains nous disent que la convergence des modèles sur une région du globe les rend soudainement crédibles…c’est absurde! ( et tiens à ce propos http://joannenova.com.au/2015/.....more-44545)

Par exemple vous qu’est ce qui vois fait penser que les prévisions des modèles représentent la future réalité et ,d’une certaine façon, la représentent comment compte tenu de leur dispersion…
et je vous en prie expliquez moi comment vous pondérez les runs des modèles pour en tirer une probabilité d’une temperature dans le futur à une date donnée.
Question élementaires à mon opinion.

Il ne s’agit pas de se moquer des sceptiques ou de leur faible nombre , il faut expliquer ce qui fonde votre “croyance”.

Ici nous sommes en présence d'une personne souffrant manifestement d'une grande confusion dans sa pensée, je ne m'attarderai donc pas, n'aimant pas tirer sur les ambulances.

Je préfère rester un moment sur le commentaire de the fritz, un germanophile certainement :

165.  the fritz | 12/09/2015 @ 17:34
Géd : il y a ici un consensus pour admettre que l’effet de serre est une réalité et qu’il ne contredit en aucune façon les lois de la thermodynamique; il y a aussi un consensus pour dire que l’influence du GES dont tout le monde parle , le CO2, est mineure par rapport à la vapeur d’eau et que ces effets sont très mal quantifiés. Enfin , il y a un consensus pour dire que l’utilisation politique et économique de ces hypothèses et modélisations climatiques est grandement exagérée
La plupart des gens qui s’expriment librement sur ce sujet sont retraités et n’ont donc plus de problèmes professionnels; concernant les formules savantes , je pense que vous parlez de celles du GIEC utilisées pour ses modélisations qui sont dans les choux , chaque année un peu plus
Le but du collectif n’est pas de remplacer les Universités, c’est simplement de rappeler les scientifiques et accessoirement les politiques et économistes à la réalité

  • il y a ici un consensus pour admettre que l’effet de serre est une réalité et qu’il ne contredit en aucune façon les lois de la thermodynamique Ce n'est pas ce que prétendait Murps, mais on sait tous que les climato-sceptiques et la cohérence ne font pas bon ménage.
  • il y a aussi un consensus pour dire que l’influence du GES dont tout le monde parle , le CO2, est mineure par rapport à la vapeur d’eau et que ces effets sont très mal quantifiés the fritz est très mal renseigné, il pourra obtenir quelques informations sur la vapeur d'eau ici ou ici ou ici, ou encore ici (GIEC) il verra que, contrairement à sa croyance, non seulement c'est la vapeur d'eau qui a un effet mineur, contrairement au CO2, mais que tout cela est parfaitement bien quantifié.
  • il y a un consensus pour dire que l’utilisation politique et économique de ces hypothèses et modélisations climatiques est grandement exagérée strawman sans grand intérêt, on passe.
  • La plupart des gens qui s’expriment librement sur ce sujet sont retraités Ah oui, et cela en fait des experts dignes de confiance, s'ils n'ont rien publié durant leur vie professionnelle, ils vont sûrement s'y mettre maintenant qu'ils sont à la retraite.
  • concernant les formules savantes , je pense que vous parlez de celles du GIEC utilisées pour ses modélisations qui sont dans les choux Non je ne parle pas des formules du GIEC, apparemment the fritz n'a pas compris que le GIEC ne faisait que reprendre les résultats des nombreux scientifiques travaillant sur le climat; et non, les projections mentionnées dans les rapports du GIEC ne sont pas dans les choux, voir par exemple ici, par ailleurs les projections du GIEC ont, contrairement à ce qu'affirment les climato-sceptiques, plutôt tendance à sous-estimer la hausse des températures futures plutôt qu'à la surestimer.
  • Le but du collectif n’est pas de remplacer les Universités, c’est simplement de rappeler les scientifiques et accessoirement les politiques et économistes à la réalité Sans blague, rien que ça! merci au Collectif de bien vouloir condescendre à éduquer les scientifiques, ils vous en sauront gré éternellement!
Sur ce je réponds à Murps (et à l'ambulance) par ce commentaire :


167.  Géd | 12/09/2015 @ 18:20

Murps (#161), “Tout le monde ici ne prétend pas que l’effet de serre viole la seconde loi.”

C’est ballot alors, car vous avez dans votre comité scientifique au moins une personne (et certainement davantage mais je ne me suis pas amusé à chercher) qui cautionne cette théorie de la “violation”.

Et personne évidemment ne répond vraiment à mon premier commentaire, que je vais formuler différemment.

S’il est vrai que “nombreux sont les scientifiques parmi les plus éminents qui expriment leurs doutes sur la question” (c’est vous qui le dites, pas moi) pourquoi ces “nombreux scientifiques parmi les plus éminents” restent-ils silencieux et ne publient-ils aucun papier dans une revue à comité de lecture?

J’ai seulement en mémoire l’équipe Monckton, Soon et consorts qui ont publié dans une obscure revue chinoise, laquelle revue a publié peu après une réfutation de leur papier, preuve que les chinois sont capables de publier tout et son contraire.

C’est assez étrange qu’une théorie, l’effet de serre, date d’il y a à peu près deux siècles, on (sic, je voulais bien sûr écrire et) qu’on trouve encore aujourd’hui des gens capables de la nier, sans bien sûr apporter la moindre preuve.

lemiere jacques (#163), “il faut expliquer ce qui fonde votre “croyance”.”

Magnifique exemple de projection psychologique, je n’en dirai pas plus.

Nicias en profite pour me faire la leçon (merci Nicias, de tout cœur)

168.  Nicias | 12/09/2015 @ 19:21


vous avez dans votre comité scientifique au moins une personne (et certainement davantage mais je ne me suis pas amusé à chercher) qui cautionne cette théorie de la “violation”.

Bla bla bla.
On m’a accusé de cautionner tout ce qui est écrit ici en les laissant être publiés. Y compris les commentaires !
Donc je “cautionne” votre commentaire selon certains.
Et votre “certainement davantage” n’est que l’étalage d’un préjugé.

Et personne évidemment ne répond vraiment à mon premier commentaire

90% du réchauffement finit dans les océans.
Carl Wunsch. Vous connaissez ? Il été interviewé pour un film climatosceptique,
The Great Global Warming Swindle. On ne saura pas exactement ce qu’il s’est passé. Il a dit des choses puis s’est vu affublé de l’étiquette climatosceptique. Ses collègues l’ont averti, il dit que ce n’étaient pas des menaces. Peut-être.

Dans un de ses derniers articles peer review (si c’est vraiment important…) il dit que :

_Les modèles, tel que celui de utilisé par Balmaseda pour construire une courbe du contenu en chaleur des océans que l’on retrouve exclusivement partout, du rapport du GIEC aux grands médias, violent les lois de la physique.
_Sur les deux dernières décennies les océans ont été chauffé par un forçage de 0,2W/m2. C’est 3 à 4 fois moins que dans Balmaseda et al.
C’est plus de 4 fois moins que ce qui est prédit par les modèles.
C’est près de 6 fois moins que ce que Hansen trouve. Hansen n’est pas océanographe, Wunsch oui. Mais 1,1W/m2, c’est ce dont Hansen avait besoin. C’est Hansen !
_Wunsch fait remarquer que 0,2W/m2 c’est aussi ce qu’avait trouvé une autre équipe depuis le milieu du 19ème siècle. Cela veut dire qu’il n’y a aucune accélération du réchauffement en 150ans.

Wunsch peut dire qu’il n’est pas climatosceptique et Cooks peut proclamer qu’il fait partie des 97%. On s’en tape.

——————————
Vous êtes prié de ne pas utiliser de multiples pseudos. C’est interdit par la charte d’utilisation de Skyfall.
  • Bla bla bla Nicias est informaticien, il est donc habitué à parler en code.
  • Donc je “cautionne” votre commentaire selon certains. Encore merci Nicias!
  • Et votre “certainement davantage” n’est que l’étalage d’un préjugé. Oui certainement, il est vrai que moi seul ai des préjugés ici.
  • 90% du réchauffement finit dans les océans. Oui c'est vrai, mais je ne vois pas trop ce que cela vient faire dans ce débat, en tout cas cela ne répond pas à ma question qui était, je le rappelle, bla bla bla.
  • Wunsch peut dire qu’il n’est pas climatosceptique et Cooks peut proclamer qu’il fait partie des 97%. On s’en tape. Euh oui, Nicias, on s'en tape un peu, ce n'est pas ce qui répond à ma question qui était...
  • Vous êtes prié de ne pas utiliser de multiples pseudos. C’est interdit par la charte d’utilisation de Skyfall. Je n'utilise pas de multiples pseudos, j'en utilise un nouveau qui remplace l'autre qui est tombé dans les oubliettes (et qui pour tout dire ne me plaisait pas tant que ça)
Bon, on l'aura compris, Nicias étant informaticien, et non scientifique, il est tout à fait capable, tout comme moi, de réciter son bréviaire, sauf que nous n'appartenons pas à la même chapelle.

Et c'est alors que Murps revient à la charge suite à ma réponse qui lui était adressée :


169.  Murps | 12/09/2015 @ 22:10

Géd (#167), dites donc c’est mal parti…

C’est ballot alors, car vous avez dans votre comité scientifique au moins une personne (et certainement davantage mais je ne me suis pas amusé à chercher) qui cautionne cette théorie de la “violation”.

M’étonne pas que vous ayez des problèmes de comprenance, à moins que cela soit de la mauvaise foi, l’un n’excluant pas l’autre.
J’ai bien dit “tout le monde ne prétend pas”.
Il y a effectivement des gens qui pensent que le second principe est violé par cette théorie fantaisiste et protéiforme et d’autres non. So what ????

S’il est vrai que “nombreux sont les scientifiques parmi les plus éminents qui expriment leurs doutes sur la question” (c’est vous qui le dites, pas moi) pourquoi ces “nombreux scientifiques parmi les plus éminents” restent-ils silencieux et ne publient-ils aucun papier dans une revue à comité de lecture?

Ah, mais c’est parce que vous ne les lisez pas ! La naïveté de votre question confirme votre ignorance du sujet. Apparemment vous découvrez en arrivant ici le monde des climato réalistes, cliquez donc sur les différents liens et fils de discussions, des papiers climatosceptiques, vous en avez à la pelle.
En même temps, il y a une affaire assez pathétique qui s’appelle le climategate et qui montre tout le dévoiement d’une frange des climatologues réchauffistes dans le but de court-circuiter ce qui ne leur convient pas.

C’est assez étrange qu’une théorie, l’effet de serre, date d’il y a à peu près deux siècles, on qu’on trouve encore aujourd’hui des gens capables de la nier, sans bien sûr apporter la moindre preuve.

200 ans ? Ca nous fait du Waterloo 1815. On en est aux balbutiements de la thermo et de la machine à vapeur. C’est une coquille d’impression ou vous êtes vraiment mal renseigné ?
Les discussions sur l’effet de serre, on les appelle ici le “bidulator” , devinez pourquoi…
Surtout ne vous gênez pas pour nous expliquer la théorie de l’effet de serre et en quoi vous avez des preuves qu’elle fonctionne ; n’inversez pas la preuve : c’est aux tenants d’une théorie de montrer qu’elle marche, pas à ceux qui la conteste.

 Là aussi il va falloir couper le saucisson en tranches pour y voir plus clair :
  • dites donc c’est mal parti… Comme toujours, comme toujours...
  • M’étonne pas que vous ayez des problèmes de comprenance, à moins que cela soit de la mauvaise foi, l’un n’excluant pas l’autre. C'est un peu ce que je me dis à chaque fois qu'un climato-sceptique s'exprime (voir par exemple à ce sujet mon article)
  • J’ai bien dit “tout le monde ne prétend pas”. Ben oui vieux, c'est bien ce que j'avais compris.
  • Il y a effectivement des gens qui pensent que le second principe est violé par cette théorie fantaisiste et protéiforme et d’autres non. So what ???? So what qu'il dit, montrant qu'il ferait mieux d'enseigner l'anglais plutôt que les sciences.
  • Ah, mais c’est parce que vous ne les lisez pas ! Lesquels faudrait-il lire? Monckton? Soon? Spencer? Allègre? Courtillot? Ball? Christy? Duran? Gérondeau? Leroux? Rittaud? Singer?  hormis le fait que la plupart des scientifiques auxquels Murps pense n'ont pas de compétences en matière climatique (ce n'est pas leur spécialité et ils n'ont rien publié sur le sujet), il existe une bien plus grande quantité de scientifiques dont les travaux sont repris dans les rapports du GIEC, j'ai choisi personnellement de leur faire confiance plutôt qu'aux siens.
  • La naïveté de votre question confirme votre ignorance du sujet Je confirme premièrement que je suis naïf (je crois Murps quand il affirme être professeur de sciences) et deuxièmement que je suis ignorant du sujet (tout comme Murps, mais moi je l'admets et j'essaie de m'informer)
  • il y a une affaire assez pathétique qui s’appelle le climategate Là c'est le pompon pour un professeur de sciences, qui ne sait même pas que hide the decline se référait aux cernes récents d'arbres (depuis 1960) que l'on ne pouvait pas exploiter car ils étaient anormalement minces à cause de problèmes de pollution, et non à la hausse des températures qu'il aurait été opportun de cacher, comme les climato-sceptiques essaient en vain de faire croire. Quant au Mike's nature trick il n'a même rien à voir avec ce qui précède, trick voulant dire ruse ou arnaque, comme les climato-sceptiques aiment le dire, mais aussi astuce comme ils aiment l'ignorer parce que ça les arrange (that will do the trick signifie que ça fera l'affaire en langage courant, et dirty trick veut dire sale coup, donc un trick peut aussi être propre...) Que Murps en soit encore, en 2015, à ressortir le climategate en dit long sur les maigres arguments qu'il peut avancer.
  • 200 ans ? Ca nous fait du Waterloo 1815. On en est aux balbutiements de la thermo et de la machine à vapeur. C’est une coquille d’impression ou vous êtes vraiment mal renseigné ? Et c'est un professeur de sciences qui fait montre d'une totale incapacité à comprendre une simple phrase et/ou une assez étrange méconnaissance de l'histoire des sciences... j'ai écrit exactement, je me cite "...date d’il y a à peu près deux siècles", dans cet extrait chacun peut voir qu'il y a les mots à peu près, ce qui n'est pas tout à fait équivalent à exactement, donc je faisais référence aux travaux de Fourier qui, en 1822, c'est-à-dire il y a à peu près (et non exactement) deux siècles, publiait un article dans les Annales de physique et chimie (je ne sais pas s'il s'agit de ceci mais Murps saurait me le dire, à condition qu'il le lise, ou l'un de ses étudiants qui pourrait à l'occasion l'informer) et se faisait le précurseur de la théorie de l'effet de serre.
  • Les discussions sur l’effet de serre, on les appelle ici le “bidulator” , devinez pourquoi Et j'imagine que Murps parle du bidulator à ses élèves.
  • Surtout ne vous gênez pas pour nous expliquer la théorie de l’effet de serre et en quoi vous avez des preuves qu’elle fonctionne ; n’inversez pas la preuve : c’est aux tenants d’une théorie de montrer qu’elle marche, pas à ceux qui la conteste Ouh la la que du lourd ici...alors d'abord, ce n'est pas à moi d'expliquer à Murps ce qu'est l'effet de serre, peut-être qu'un de ses élèves oserait s'y coller? Quant aux preuves, apparemment cela fait partie des expériences que Murps a foirées comme il l'a reconnu lui-même, tout le monde ne peut pas être Charpak quand même! Et en ce qui concerne la charge de la preuve, c'est un grand classique du climato-scepticisme, un strawman qu'il convient d'ignorer afin de se focaliser sur l'essentiel, qu'on peut trouver ici ou ici ou ici ou ici ou...(désolé, la liste est interminable et je manque de place)

On aura tous compris que Murps est LE professeur de sciences que chacun rêve d'avoir pour ses enfants.

Et enfin nous avons Jacques Lemière qui sort d'un grand sommeil (d'un coma?) et qui, avant de se rendormir, nous pond ceci :


171.  lemiere jacques | 13/09/2015 @ 9:01


sans blague????
autrement dit le sempiternel les modèles sont bons.
voila tout le débat..
et ne jamais répondre à la question de savoir en quoi tient votre croyance dans les modèle car il s’agit bien de croyance, vous croyez que “les modèles” sont représentatifs de l’évolution du climat…
mais qu’est ce qui vous fait penser cela????
Il faut au passage supposer que les océans sont mal connus et bien mystérieux pour que la théorie fasse sens…

Quant à moi c’est une question que l’avenir tranchera. Je ne rejette absolument pas que les modèles représente le climat futur , je rejette l’idée de prétendre en avoir une certitude serait à 95%…avis d’expert: pas de la science: croyance.
La conviction à 100% ce n’est pas la certitude à 100%

Ne vous moquez pas des sceptiques vous l’êtes encore officiellement à 5%!!

répondez donc expliquez nous les éléments de validations d’un groupe de modèles, ce qui implique d’ailleurs de chaque modèle , sauf à penser que l’apparition d’un modèles nouveau ( ou la suppression compte tenu de la découverte d’un de ses éléments qui le rende faux)puisse bouleverser les conclusions.

il y a des éléments de langage que nous ne partageons pas…prouver démontrer…

alors de deux choses l’une ou vous connaissez les modèles et vous nous expliquez pourquoi ils sont si “bons” ou vous assumez ne rien comprendre et à vous en remettre à un argument d’autorité et alors restons en là.

J'ai déjà dit que je ne tirais pas sur les ambulances.

Et à partir de maintenant je ne tirerai plus sur le Collectif des climato-réalistes.

vendredi 11 septembre 2015

Attention, le collectif des climato-réalistes va bientôt frapper un grand coup, tenez-vous prêts!

A l'approche de la COP21 on sent une certaine excitation dans le microcosme de ceux qui se font appeler des climato-sceptiques, mais qui ne sont en fait que de faux sceptiques prétendant détenir la vérité ou, tout au moins, prétendant que les scientifiques (les vrais) sont soit incompétents, soit des menteurs.

Il en est ainsi du fameux (j'ai failli écrire fumeux) site français skyfall qui s'est spécialisé depuis près d'une décennie dans le déni des faits scientifiques montrant
  • que le climat se réchauffe et que ce réchauffement s'accélère;
  • que l'activité humaine est la principale responsable de ce réchauffement accéléré;
  • que ce réchauffement va bientôt nous poser de graves problèmes (il nous en pose déjà) si nous ne faisons rien pour l'atténuer;
  • que nous les hommes, même si nous sommes responsables de ce réchauffement, nous avons également les moyens d'y remédier, du moins en partie;
  • que la lutte contre le réchauffement ne peut qu'être profitable aux populations qui en souffrent déjà et en souffriront encore plus dans un futur proche.
Ainsi, depuis le début de l'année, c'est à un piteux spectacle que tout un chacun peut assister à la lecture régulière et de circonstance du climathon si mal nommé (le téléthon, c'est pour recueillir de l'argent pour une cause, le climathon, c'est pour décerner des "prix" à des personnalités diverses s'exprimant sur le changement climatique)

C'est bien sûr la COP21 qui a provoqué l'apparition de ce concours organisé par les bras cassés de skyfall, nul doute qu'il fera pschitt et disparaitra au rayon des antiquités à ranger dans le bêtisier de l'histoire peu après que la conférence sera terminée.

Il faut avouer que l'exercice est facile, de se moquer de gens tels que Jean Jouzel posant pieds nus, un parapluie dans la main droite et un globe terrestre dans la main gauche, ou Doris Leuthard, une suissesse n'ayant apparemment pas peur du ridicule elle non plus.

Evidemment, nos pieds nickelés de skyfall (je parle essentiellement des commentateurs qui applaudissent à tout rompre aux inepties qui leur sont servies) en déduisent naturellement que puisqu'il y a des gens (des people en fait pour l'essentiel) capables de se ridiculiser en parlant du climat, alors c'est que forcément tout ce qui se dit (par les scientifiques, les vrais) sur le climat est faux et cela les renforce dans leur scepticisme.

Et ils en remettent tous une couche avec maintenant une nouveauté : le Collectif des climato-réalistes!

Non vous ne rêvez pas, ils s'auto-baptisent climato-réalistes, à savoir, je pense, mais je peux me tromper, que s'ils sortent la tête à la fenêtre et qu'il fait froid, ils vont en déduire que le climat se refroidit, car c'est leur réalité du moment qui compte (bon je sais, j'exagère un peu, mais quand même bien moins que ces guignols non?)

Ce qui est très instructif c'est de regarder un peu dans le détail la composition de ce fameux (fumeux?encore!) collectif.

On y trouve au comité "scientifique" (les guillemets sont de moi) :
  • Jacques Duran (physicien, directeur de recherches au CNRS (e. r.)) (je ne sais pas ce que signifie e.r., en réserve peut-être?)
  • François Gervais (physicien, université François Rabelais, Tours)
  • Benoît Rittaud (mathématicien, université Paris-13, Sorbonne-Paris-Cité)
  • Camille Veyres (Mines-Telecom)
  • István Markó (chimiste, université catholique de Louvain)
  • Reynald Du Berger (géophysicien, université du Québec à Chicoutimi)
Il y a aussi un comité d'organisation, avec une célébrité en la personne de Christian Gérondeau, qui se distingua il y a longtemps dans le domaine de la sécurité routière mais qui s'est recyclé depuis dans celui de l'insécurité climatique, et l'on trouve également une liste de personnes "morales" (là aussi les guillemets sont de moi) parmi lesquelles les organisations libérales (au sens français du terme) se taillent la part du lion.

Laissons de côté les administratifs et les soutiens, qui n'apportent pas grand chose sur le sujet, hormis de nous confirmer que l'entreprise climato-sceptique est avant tout une affaire d'idéologie principalement basée sur la doctrine du laisser-faire, donc du minimum de taxes et de régulations possibles (et si possible ni taxes ni réglementations, c'est encore mieux pour ces gens-là), et focalisons notre attention sur le comité dit "scientifique" afin de voir ce que les sommités qui le composent ont dans le ventre.

Pour ce faire je me suis servi de Google Scholar, à défaut d'autre chose, en regardant tous les résultats des deux premières pages, afin de vérifier si les membres de ce comité avaient publié quoique ce soit ayant un rapport quelconque avec le sujet qu'ils prétendent traiter avec leur Collectif.

Reprenons dans l'ordre la liste de ces membres :
  • Jacques Duran : rien vu sur le climat, apparemment le domaine de ce chercheur est la physique des milieux granulaires (sables, poudres, grains...), par contre en matière de climatologie il se révèle être un expert en cherry-picking (sélections douteuses) et manipulations en tous genres (pour un résumé on peut voir ici) qu'il expose à tout un chacun sur son blog pensée-unique (le bien nommé);
  • François Gervais : rien vu sur le climat, apparemment le domaine de ce chercheur est la physique des hautes températures, il ne semble pas avoir de blog par contre il a publié au moins un livre sur le climat, dont on peut trouver un compte-rendu ici);
  • Benoit Rittaud : rien vu sur le climat, hormis bien sûr son livre Le mythe climatique (203 pages tout mouillé, du lourd quoi, en fait un gros plagiat à partir de divers sites climato-sceptiques comme pensée-unique ou what's up with that) ; par ailleurs Benoit Rittaud est un habitué du site contrepoints (le nivellement par le haut...) dans lequel il copie/colle les articles qu'il publie d'abord sur son blog personnel mythes, mancies et mathématiques (le titre en lui même en dit long sur ce qui se passe dans la tête de ce maitre de conférence, pauvres élèves...), puis sur skyfall, afin d'être sûr d'avoir la plus grande audience (libérale of course) possible;
  • Camille Veyres : rien vu sur le climat, hormis un papier de 19 pages, en français, signé par un certain Pierre Beslu, qui cite Camille Veyres citant lui-même un certain J.E.Potsma... Je ne suis pas spécialiste, mais une lecture rapide du texte dudit Beslu donne par exemple ceci : "ce mécanisme (de l'effet de serre, ndlr) contrevient à la deuxième loi de la thermodynamique...", ah! la fameuse violation de la deuxième loi de la thermodynamique par l'effet de serre, a-t-on vraiment besoin de continuer davantage avant de se persuader que le texte en question (19 pages en français, donc non publié dans une revue internationale avec peer review) n'est rien d'autre que du vent (dont on pourrait à l'occasion se servir pour faire tourner quelques éoliennes);
  • István Markó : rien vu sur le climat, apparemment le domaine de ce chercheur semble être la chimie organique et médicinale, on se demande donc en quoi il estime être d'une quelconque utilité;
  • Reynald du Berger : rien vu sur le climat, apparemment le domaine de ce chercheur est (était?) l'étude des tremblements de terre, mais son dada semble plutôt aujourd'hui être le libertarisme si l'on en croit le Réseau Liberté-Québec; par ailleurs il suffit de lire un de ses articles sur son blog, par exemple celui-ci, afin de mieux comprendre à qui on a affaire.
Donc pas de quoi fouetter un chat à la vue des états de service des membres de ce collectif des climato-réalistes qui ne savent pas de quoi ils vont parler étant donné que c'est hors de leur domaine de compétences.

Pour s'en convaincre un peu plus il suffit de lire quelques lignes du texte d'introduction, par exemple voici quelques extraits :
  • ...la propagande actuelle qui impose une véritable panique. (j'ai personnellement l'impression d'une grande atonie parmi la population qui a du mal à se mobiliser sur le sujet; par ailleurs parler de propagande quand il s'agit de faits scientifiques, c'est injurier l'ensemble de la communauté scientifique travaillant sur le climat, et ils sont nombreux)
  • ...La peur irrationnelle qui nous est quotidiennement distillée ... (parler de peur "irrationnelle" c'est une opinion qui n'engage que son auteur, quant à la distillation quotidienne, il faudra que je fasse davantage attention à ce qui se dit dans les media car je ne vois pas tant de sujets climatiques que cela)
  • ...est l’œuvre d’une bureaucratie climatique dont l’intérêt objectif est d’aller toujours plus loin dans l’outrance et les prophéties de malheur. (bureaucratie climatique, il fallait oser la faire celle-là, et parler d'intérêt "objectif" quand on connaît les véritables intérêts en jeu, ceux des industries "fossiles", on en sourit quand même un peu)
  • ...favoriser le retour à la raison dans le regard commun sur le climat. (sous-entendu, les scientifiques sont des crétins ou des vendus)
  • L’absence de tout réchauffement statistiquement significatif à l’échelle de la planète depuis maintenant près de vingt ans... (celle-là elle est bien bonne, il faudra l'encadrer et la ressortir à l'occasion)
  • ...la hausse modérée et sans accélération du niveau de l’Océan depuis un siècle... (ce n'est pas ce que l'on lit dans la presse scientifique, mais je devrais davantage lire wuwt ou climate etc, ça m'aiderait à mieux comprendre.)
  • ...la stabilité de la banquise à l’échelle globale... (faudrait-il leur recommander de changer de lunettes?)
  • ...la baisse de l’intensité cyclonique de ces dernières années ...(ben justement, les scientifiques, les vrais, ne prétendent pas que le réchauffement entrainera forcément une hausse de l'intensité des cyclones, cela reste à démontrer car il est trop tôt pour juger)
  • ...la question climatique ne saurait se réduire à des slogans culpabilisateurs. (je n'ai vu aucun scientifique utiliser le moindre slogan, au contraire des soi-disant sceptiques)
  • Le prétendu « consensus » sur la responsabilité humaine n’est qu’un leurre...(plusieurs études ont confirmé ce consensus, on arriverait même aujourd'hui à presque 100% de consensus étant donné que quasiment plus aucun papier ne remet en cause le RCA, sauf évidemment si l'on tient compte des quelques blogs spécialisés sur le sujet tels que ceux appartenant à notre fameux comité "scientifique")
  • ..nombreux sont les scientifiques parmi les plus éminents qui expriment leurs doutes sur la question. (nombreux, vraiment? j'attends des noms, pour l'instant je n'ai que la liste des 6 membres du comité "scientifique") 
  • En ostracisant ces opinions dissidentes si essentielles à la bonne marche de la science... (ostraciser, d'après le Larousse, frapper d'ostracisme, qui est l'action de tenir quelqu'un qui ne plaît pas à l'écart d'un groupe, d'une société ; qui donc est ostracisé? Benoit Rittaud? Jacques Duran? Vincent Courtillot? Il me semble que ces personnes peuvent s'exprimer, et ne s'en privent pas, sans subir les foudres de quiconque, hormis de quelques commentateurs insatisfaits de leurs prestations bloguesques (j'allais écrire grotesques))
  • ...ce faux consensus imposé retarde notre compréhension du système climatique en même temps qu’il incite à des politiques irrationnelles et donc contre-productives. (projection psychologique qui attribue à autrui ses propres errements ; lire impérativement Les marchands de doute de Naomi Oresques et Erik M. Conway, pour comprendre qui tire les ficelles afin justement de retarder au maximum toute action pouvant porter préjudice aux immenses intérêts des industries en cause dans le réchauffement climatique)
  • Le temps est venu d’accepter que le climat a toujours changé ...(la phrase la plus idiote que les climato-sceptiques n'hésitent pourtant pas à proférer à l'envie ; le climat a toujours changé, donc l'homme ne peut pas être responsable de la hausse actuelle des températures, logique implacable, ou plutôt, incapable)
Je m'arrête ici car je commence à me fatiguer sérieusement à relever les incohérences et inepties que contient ce texte.

J'aurais pu également commenter l'article suivant d'un certain Joaquim, qui ne semble pas avoir inventé l'eau chaude (mais ce n'est pas cela qu'on lui demande hein!), mais ce serait tirer sur une ambulance et je n'ai pas le cœur à ça.

Dans l'attente de la COP21, nous aurons encore de beaux textes à décortiquer par ci par là, donc pas besoin d'en faire trop pour l'instant.