mardi 29 septembre 2015

Jean-Pierre Bardinet, le VRP du climato-scepticisme.

Il y a des gens qui ne ménagent pas leur peine pour faire passer leur message, quelle que soit la nature de leur message.

C'est le cas de Jean-Pierre Bardinet, cet illustre inconnu bien connu de ceux qui s'intéressent en France un tant soit peu à la question climatique.

On voit en effet Jean-Pierre Bardinet un peu partout là où il est question de changement ou de réchauffement climatique, à croire qu'il possède un radar lui permettant d'être alerté quasi instantanément quand quelque chose est publié dans la blogosphère ou sur des sites d'information en relation avec cette question du climat ; cela peut concerner la hausse des températures, ou celle du niveau des mers, ou celle de leur acidité, ou bien la diminution des glaciers ou tel ou tel problème écologique lié au réchauffement de la planète.

Voici un aperçu, certainement très incomplet et dans le désordre, des endroits où j'ai pu trouver une trace de Jean-Pierre Bardinet en tant qu'auteur d'article ou comme commentateur : sciences.blogs.liberation.fr bvoltaire.fr leplus.nouvelobs.com  notre-planete.info espritlogique.wordpress.com sciencesetavenir.fr biosphere.blog.lemonde.fr/ lematin.ch pnogues.fr doctrine-sociale.blogs.la-croix.com huffingtonpost.fr letelegramme.fr/ tdg.ch gardezlescaps.org 24heures.ch terremag.com kin152.org dailymotion.com climat-optimistes.com franceinter.fr larepubliquedespyrenees.fr nationalgeographic.fr lapresse.ca science-et-vie.com eolien-cathare09.org senenews.com news.abidjan.net sott.net challenges.fr afrik.com mesdebats.com lavenir.net lejournaldevitre.fr latribune.fr bioaddict.fr lepeuple.be journaldesfemmes.com alambic-city.com lindependant.fr rfi.fr voir.ca laterredufutur.com ledevoir.com jlduret.blog.sfr.fr belgotopia.blogs.lalibre.be metamag.fr lesoir.be politis.fr consoglobe.com lagazettedescommunes.com aujourdhui.ma slideshare.net princearthurherald.com web-tech.fr focusur.fr sciencepresse.qc.ca thomasjoly.fr reflets.info etc.

Je me suis arrêté là car je n'en voyais pas la fin, c'est vraiment impressionnant de constater le nombre d'interventions de Jean-Pierre Bardinet sur la Toile.

Dans la plupart de ces interventions on notera une grande occurrence de "la TMAG est stable depuis 18 ans" ainsi qu'un renvoi fréquent à "22 vérités qui dérangent", ce qui constitue l'essentiel du contenu de la valise de VRP de Jean-Pierre Bardinet qu'il essaye de vendre (le contenu, pas la valise) partout où il passe.

A ce stade là il faut peut-être faire une pause et se poser la question de savoir dans quelle catégorie ranger Jean-Pierre Bardinet; est-il :
  1. un expert du climat (ou quelqu'un relatant fidèlement ce que disent les experts du climat)?
  2. un charlatan?
  3. un idiot utile?
Je ne répondrai pas tout de suite à cette question, pour laisser un peu de suspense.

Mais qui est Jean-Pierre Bardinet d'abord?

Si l'on en croit son profil qu'il a sûrement lui-même rédigé, il est :
  • ingénieur ENSEM, diplôme obtenu en 1968, ce qui fait de lui un ingénieur maintenant à la retraite; par ailleurs ENSEM signifie Ecole Nationale Supérieure d'Electricité et de Mécanique, ce qui, on le voit, le prédestinait à parler en connaisseur sur le climat...
  • il a été ingénieur circulation (études et régulation de trafic) ce qui, là aussi, est la preuve que le climat n'a pas de secret pour lui.
  • il a été responsable technique du GIFOP (difficile de dire quelle était exactement sa mission, s'il a été formateur on peut se poser des questions sur les compétences futures de ses élèves)
  • il a été directeur du centre de compétences WorldFIP, titre ronflant dont on chercherait en vain un quelconque lien avec une science du climat.
  • il a été responsable des systèmes d'information à l'ADFP, un centre de formation patronal situé à Belfort (passer de directeur à responsable, cela a dû être dur pour lui)
  • enfin il a été directeur de l'usine du groupe Hermès à Seloncourt, certainement le couronnement de sa carrière, mais là encore on peine à voir en quoi le climat est concerné. J'espère en tout cas qu'il a pu avoir des sacs et des chaussures à bon prix pour arrondir ses fins de mois.
Comme on peut le constater Jean-Pierre Bardinet n'est en rien un expert du climat, il reste donc deux possibilités.

Comme je ne suis pas moi non plus un expert (c'est au moins un point commun que nous avons Jean-Pierre Bardinet et moi) on peut éventuellement aller voir ce qu'on dit de lui et de ses 22 vérités censées déranger (on se demande bien qui)

Sur objectifterre.over-blog.org voici comment l'auteur du blog, Olivier Daniélo, voit Jean-Pierre Bardinet :
  • Il illustre tristement, de manière caricaturale, l'ignorance crasse d'une partie (fort heureusement en décroissance) des ingénieurs français d'ancienne génération.
  • JP Bardinet pense, comme beaucoup de vieux ingénieurs français éduqués par des profs atomiques nés avant la seconde guerre mondiale, qu’il est impossible de dépasser 20% d’éolien.
  • Il compare le coût de production du vieux nucléaire dont le capital est déjà amorti (5,98 c€/kWh selon la cour des comptes) avec le prix de l'électricité TTC au Danemark ! Ce qui démontre que son niveau est celui d'un (mauvais) débutant.
Mais Olivier Daniélo est sûrement un écolo communiste qui raconte n'importe quoi car il est à la solde de Greenpeace et de la Corée du nord, donc essayons autre chose.

Sur sauvonsleclimat.org on trouve une réfutation point par point des soi-disant 22 vérités qui dérangent; les deux auteurs, Francois-Marie Breon et Jean Poitou, sont chercheurs au Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement, je ne sais pas vous mais a priori je leur ferais davantage confiance qu'à Jean-Pierre Bardinet pour m'informer sur le climat.

Mais là encore on va me dire que ce sont des chercheurs intéressés par leur budget de fonctionnement et qu'ils ne travaillent que sur des sujets politiquement en accord avec la doxa officielle du GIEC et des socialistes cherchant à tout réglementer et taxer etc., donc voyons autre chose.

Et cette autre chose c'est Jean-Pierre Bardinet qui va gracieusement nous la fournir sans qu'on lui ait rien demandé!

En effet, Jean-Pierre Bardinet a commis l'erreur fatale de vouloir traverser l'Atlantique avec ses 22 vérités qui dérangent; on peut penser que c'est la divinité grecque Hybris qui lui a soufflé cette idée à l'oreille, en l'occurrence elle lui a été d'un très mauvais conseil mais il n'est pas sûr que Jean-Pierre Bardinet s'en soit aperçu ou l'ait seulement admis, tant il est vrai que l'hubris a tendance à obscurcir l'esprit de celui qui en est victime.

C'est donc sur WUWT que Jean-Pierre Bardinet a publié une traduction en anglais de ses fumeuses vérités.

Je passerai sur les inévitables bravos des habitués du site qui ne comprennent pas grand chose à la science, mais qui ont des idées très arrêtées en matière de néolibéralisme, pour m'attarder sur les critiques de certains commentateurs.

Quand certains commentateurs ne sont pas vraiment climato-sceptiques, comme Brandon Gates qui écrit notamment
  • Most of these points have been rebutted a thousand times...
  • ...To me it reads like opinion masquerading as fact.
on a d'autres commentateurs qui sont de véritables climato-sceptiques, comme Francisco qui écrit
  •  This guest blogger might be wrong on some pretty important points. He says outgoing longwave radiation is increasing. But that is not what satellite data are telling us:
  • He says the mean global temperature has not increased. 2014 was the hottest year in recorded history (arguably), and he is not including ocean heat content.
ou Ferdinand Engelbeen
  • Oh my God,
    Besides several good points, there are a few stupid ones, which will give the “warmistas” a field fest…
ou MikeB
  • It’s a pity in way, because there are some good points but, when I read “Trace-gases cannot “heat the surface“, according to the second principle of thermodynamics”, I know I am reading rubbish.
  • Anyone from a scientific background knows they are reading rubbish after a few lines and, if you don’t, no amount of explanation is going to help.
ou JohnEggert
  • I stopped reading when I saw the “gases aren’t grey bodies”.
ou Leonard Weinstein
  • While I agree with much of the blog, there are some problems with part of it. I will only address one point, but it is a major one. The authors make a statement that shows that they do not understand the basis of the atmospheric effect called the atmospheric greenhouse effect, which is a real effect.
ou Schitzree
  • I agree that point 16 (2nd law of thermodynamics) is a poor one. And it should be a matter 9 common knowledge. A blanket doesn’t need to be warmer then you to keep you warm, It just can’t warm something itself. It’s a change in heat transfer.
ou Mike Jonas
  • Leonard Weinstein, I am completely satisfied that your argument re the 2nd law of thermodynamics is correct, and that the article is badly wrong on this point. Also that some other points are wrong at least to some extent.
etc.

Mais le meilleur est pour la fin, en la personne d'un pilier du climato-scepticisme, écrivant régulièrement des articles de pseudo-science sur le blog d'Anthony Watts, j'ai nommé Willis Eschenbach
  • Mr. Jean-Pierre Bardinet, thank you for the effort you’ve obviously put into your post. However, I fear to report that I got as far as this one …
    4. The lifetime of CO2 molecules in the atmosphere is about 5 years instead of the 100 years said by IPCC. (discussion: p. 10)
    … and I started laughing so hard I couldn’t continue. Sadly, you have conflated the average time that an individual CO2 molecule stays in the atmosphere before being replaced (called airborne residence time) with the time it takes the CO2 concentration to return to pre-pulse values after the addition of a pulse of CO2 to the atmosphere (called e-folding time or pulse decay time or atmospheric lifetime).
    Airborne residence time, as you note, is about 5-8 years or so. It can be estimated in a couple of ways which give reasonable agreement. It measures the airborne lifespan of a MOLECULE of CO2.
    By contrast, the time it takes the post-pulse atmospheric concentration to decay back to the pre-pulse concentration is quite different. When a pulse of CO2 is injected into the atmosphere, it takes decades for the atmospheric CO2 concentration to return to pre-pulse values. Pulse decay time measures the lifetime of the INCREASED CONCENTRATION of CO2 after a pulse
    The process measured by airborne residence time is going on constantly—molecules of CO2 are emitted from somewhere, stay in the atmosphere for about 5-8 years, and are then REPLACED by another CO2 molecule. This is happening even when the concentration is not changing at all.
    The pulse decay time only happens when there is a pulse of CO2 added to the atmosphere. At the time of the pulse, the CO2 concentration is increased. Then after the pulse, some of the molecules are NOT REPLACED when they leave the atmosphere, and as a result, the concentration slowly returns to pre-pulse values.
    So to summarize:
    • Airborne residence time measures how long a MOLECULE of CO2 stays airborne before it is replaced by another CO2 molecule. It measures a steady-state constant process.
    * Pulse decay time measures the lifetime of the INCREASED CONCENTRATION of CO2 after a pulse. It measures an intermittent process.
    As you note, the IPCC thinks that the time constant for the post-pulse decay in the concentration of CO2 is on the order of 100 years. I, and folks like Mark Jacobson, think that it’s more on the order of 40 years. The problem is that we don’t yet have enough data to distinguish between the two competing hypotheses.
    Now, this distinction between airborne residence time on the one hand (5-8 years) and pulse decay time on the other hand (40-100 years) is all basic stuff. Like I said, I never got past #4. Once someone reveals such profound misunderstanding of their chosen subject, I simply don’t have time to try to unravel the truthiness of the rest of the claims.
    My best to you,
    w.
Sur cette question du cycle du carbone, que manifestement Jean-Pierre Bardinet soit n'a pas compris, soit qu'il fait exprès de représenter de manière malhonnête, il y a plus clair que les explications de Willis Eschenbach, il suffit de lire How to Change Minds about Our Changing Climate pages 116 et 117 :
  • He (les auteurs ont inventé un personnage, Brad, qui est la personnification du climato-sceptique, le "he" fait référence à ce Brad, mais pourrait aussi s'appliquer à un Jean-Pierre Bardinet) says that carbon dioxid only sticks around for about five years in the atmosphere (true!), so long-term warming from the CO2 that we put up there is nothing to worry about. This reasoning is predicated on a simple misunderstanding of the carbon cycle. The specific CO2 molecules that come out of the smokestacks and exhaust pipes stay in the atmosphere for only a few years on average, but they don't vanish after that time; rather, they end up in other parts of the carbon cycle (most likely absorbed in the ocean or by a plant).Other CO2 molecules are swapping places with those CO2 molecules all the time, but the total amount in the cycle is increasing because of our emissions. The question isn't how long an individual carbon dioxide molecule stays in the atmosphere; it's how long the extra population of molecules sticks around. The answer to that is at least hundreds of years, and that's the period when our climate will feel the warming effect.
On ne peut pas faire plus clair comme explication.

Quand, dans un panier de pommes, on voit une pomme pourrie, il y a de fortes chances que beaucoup d'autres pommes soient également pourries, voire même toutes les pommes du paniers.

Jean-Pierre Bardinet n'avait pas réellement besoin de 22 arguments s'il voulait rejeter les thèses du GIEC, un seul argument solide et irréfutable lui aurait suffi.

Mais il a eu les yeux plus gros que le ventre et a voulu en trouver 22 au risque que l'un au moins d'entre eux se révèle faux, ce qui évidemment jette le doute sur l'ensemble du paquet.

Des climato-sceptiques patentés en ont trouvé plus d'un faux, ce qui en dit long sur le sérieux qu'on peut attribuer au contenu de la valise de Jean-Pierre Bardinet.

Maintenant reste à répondre à la question qui tue : Jean-Pierre Bardinet est-il un charlatan ou un idiot utile?
 

9 commentaires:

  1. Malheureusement, je crains que la panoplie des travers de l'Homme qui pousse celui-ci à mentir ou à croire "qu'il sait" va bien au delà des seuls qualificatifs de "charlatans" et "idiot utile". On peut par exemple rajouter "malhonnête" parce que par exemple sa passion est le 4x4 et que forcément la vérité climatique dérange. On peut également penser qu'il reçoit quelques subsides pour répandre sa vérité, ... Etc.
    En tout cas merci pour cet article très fouillé. Il ne vous reste plus qu'à pister JPB aussi efficacement qu'il répand sa prose sur le web, et, souvent semble-t-il de manière anonyme, autre caractéristique des gens malhonnêtes ou irresponsables ou inconséquents. De ce fait, on ne peut pas le qualifier d'orgueilleux ou prétentieux ou imbus de sa personne. Il ne peut tout de même avoir tous les tares humaines.

    RépondreSupprimer
  2. Le terme "charlatan" englobe à la fois les mots "malhonnête" et "vénal" : un charlatan est forcément quelqu'un de malhonnête, en plus d'être essentiellement motivé par l'argent au dessus de toute considération morale.

    Pas sûr que JPB soit vraiment un charlatan dans ce sens, il peut tout aussi bien être motivé par une idéologie libérale, ce qui peut aussi l'entrainer à être malhonnête sans être vénal, mais dans ce cas il tombe dans la catégorie des idiots utiles (sous-entendu utiles aux industriels qui ont intérêt à jeter le trouble dans le public et à retarder autant que possible toute action pouvant réduire leurs profits)

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour
    Je viens de tomber sur votre blog via skyfal et je le trouve très intéressant. Je vais lire les autres articles mais je ne peux m'empêcher d'ajouter un petit mot sur JPB, que j'appelle depuis longtemps "la machine à poster". Sa technique est simplement du lobbying, consistant à inonder le web en messages préformatés (pour aller plus vite) dans les pages de commentaires de tout article parlant de CC. Je pense qu'il utilise de simple requête google pour lui sortir les liens et il doit être abonné à un nombre impressionnant de forum, blog, etc. Son objectif est juste de contrebalancer la communication autour de RCA, avec toujours le même format dans ses messages, un propos scientifique (pour faire sérieux) suivi d'un propos politique ("comme quoi c'est bien la preuve que tout ça c'est de la connerie", pour résumé). Les arguments "cartouches" pseudo-scientifiques sont répétés à l'envie même s'ils ont été réfutés des années auparavant. Sa technique de désinformation marche fabuleusement bien sur les gens "de passage" sensibles par ailleurs aux messages anti-systèmes, complotistes et simplistes. C'est pourquoi il est comme chez lui sur certaines pages de journaux de droite ou d'extrême-droite, ou libérale (comprendre avant-tout anti-écolos marxistes), même si son travail est d'inonder les autres sites. Toutefois, faut pas se leurrer. Il ne doit toucher qu'une infinité de personne. Mais bon, le travail de lobbying, c'est d'être présent. Toujours présent.
    Si ces gens pouvaient comprendre que s'il y a bien un agent du système (pour que tout reste comme avant), c'est bien lui !

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour ces précisions chria, le terme "machine à poster" me plait bien et est assez complémentaire de ma qualification de "VRP du climato-scepticisme" concernant le sieur Bardinet.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour!
    Super article! Je me réserve le droit de garder pour moi à la question qui clôture l'article et qui est légitime d'être posée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui on va garder le suspense, bien que je l'aie un peu levé quand je vous ai répondu sur un autre article ;)

      Supprimer
  6. Bonjour bonjour,

    Je viens de me taper un super kiff car ce soir j'ai pu entendre enfin le célèbre jipebe sur France Inter.. A entendre !! https://www.franceinter.fr/emissions/le-moment-meurice/le-moment-meurice-02-decembre-2016 à partir de la 32ème minute... Excellent!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui...

      Je ne connaissais pas ce Guillaume Meurice, il passe on dirait entre 18h et 19h, à cette heure là je n'écoute pas FI, je suis plutôt du matin ; en tout cas ça fait plaisir de voir qu'on peut se foutre de la tronche des climatosceptiques sur la chaine publique, au moins nos impôts servent à quelque chose d'utile !

      C'est effectivement afflig..., euh excellent comme vous dites.

      J'ai hâte de voir le compte-rendu de cette conférence planétaire, en attendant Allègre n'a pas renoncé à s'enfoncer encore et à saborder davantage sa notoriété, c'est quand même malheureux de la part d'un bon scientifique (dans son domaine bien sûr)

      Supprimer
    2. Au fait l'extrait dure 5 minutes 25 secondes, jpbe intervient à 2mn-25s.

      Supprimer