lundi 7 décembre 2015

Jacques Duran, le penseur unique

Quand j'ai commencé à m'intéresser au climat, il y a quelques années maintenant de cela, le site pensée unique fut l'un des tout premiers sur lequel je sois tombé.

J'ai été très impressionné, à l'époque, par le statut du propriétaire du site, ainsi que par l'avalanche de données, liens, graphiques qu'il mettait à disposition de ses lecteurs.

Aujourd'hui j'en suis arrivé à la conclusion que Jacques Duran est, au mieux quelqu'un de déçu de ne pas avoir réussi sa carrière comme il l'aurait souhaité (pas de prix Nobel), au pire un charlatan qui passe le plus clair de ses jours de retraité à dénigrer les scientifiques dont les travaux portent sur le climat.

Je ne suis pas moi-même scientifique mais j'ai quand même un cerveau que je tente de laisser allumé quand je suis confronté à quelque chose qui dépasse mes compétences.

En la matière je ne puis réfuter scientifiquement les affirmations de Jacques Duran, tout ce que je peux faire est de lire ce que d'autres bien plus doués que moi sur ce plan ont déjà écrit, par exemple :
  • sur Info-résistance on peut lire plusieurs exemples de manipulations.
  • sur energie-crise on conseille gentiment à Jacques Duran de "retourner à son bac à sable" (en voir plus loin la signification...) 
  • sur astrosurf, un site dédié à l'astronomie amateur, on peut voir un fil de discussions sur le forum dans lequel on massacre allègrement quelques unes des affirmations ainsi que des  "références" (et il n'y en a déjà pas beaucoup) dont se prévaut Jacques Duran; il ne coûte rien d'y jeter un coup d'œil si vous pensez qu'un astronome "amateur" n'a pas beaucoup de connaissances en physique-chimie...Un seul exemple :
    • ROY SPENCERSur Pensée Unique il est décrit comme : "Roy Spencer est, sans aucun doute, une figure de proue de la climatologie américaine."On peut douter de son statut de figure de proue dans la mesure où il est créationniste et qu'il a signé une déclaration stipulant que le réchauffement climatique d'origine anthropique est négligeable car la nature est auto-régulée par dieu.
      "Earth and its ecosystems – created by God's intelligent design and infinite power and sustained by His faithful providence – are robust, resilient, self-regulating, and self-correcting". He believes that most climate change is natural in origin, the result of long-term changes in the Earth's albedo and that anthropogenic greenhouse gas emissions have caused some warming, but that its warming influence is small compared to natural, internal, chaotic fluctuations in global average cloud cover"
      Il s'avoue par ailleurs convaincu que la théroie de l'évolution est fausse, chose peu commune chez les scientifiques crédibles.
      "I finally became convinced that the theory of creation actually had a much better scientific basis than the theory of evolution, for the creation model was actually better able to explain the physical and biological complexity in the world. [...] Science has startled us with its many discoveries and advances, but it has hit a brick wall in its attempt to rid itself of the need for a creator and designer."
      http://en.wikipedia.org/wiki/Roy_Spencer_%28scientist%29

Je laisse à chacun le soin d'aller plus loin en consultant ces sites (il n'y en a que 3, j'aurais pu en mentionner bien plus) et je vais maintenant exposer ma démarche de non-scientifique afin de montrer pourquoi j'en suis venu à la conclusion que Jacques Duran ne mérite pas le peu d'attention dont il jouit (en dehors bien sûr de la communauté climatosceptique)

Il y a en toutes choses des indices qui peuvent éventuellement "parler" aux non-initiés, je vais en mentionner trois :
  • 1er indice : qui est vraiment Jacques Duran, et comment le comparer à d'autres scientifiques?
  • 2ème indice : l'enrôlement post mortem d'un prix Nobel afin de consolider son statut.
  • 3ème indice : le sérieux et la fiabilité des sources auxquelles Jacques Duran se réfère.
Il ne faut pas être sorti de Polytechnique pour se renseigner un minimum et faire preuve d'esprit critique en examinant chacun de ces trois indices.

1er indice : Qui est Jacques Duran?

On peut évidemment se fier à son propre portrait, mais si l'on est vraiment curieux le moins qu'on puisse faire est d'aller voir par exemple sur Google Scholar ce qu'il a publié  et le "poids" de ses publications.

Je vais choisir trois entrées significatives en première page (il y a en plus un homonyme qui publie en médecine...) et je ferai de même pour les autres chercheur que je désire comparer à Jacques Duran.
  1. Sands,powders and grains : 2012 – 709 citations
  2. Pattern formation in a vibrated two-dimensionalgranular layer : 1996, 74 citations
  3. Mixing of a Granular Material in a Bidimensional Rotating Drum : 1995, 125 citations
Première constatation : on serait bien en peine de trouver le moindre papier concernant de prés ou de loin le climat.
Deuxième constatation : les citations sont anémiques, seul son ouvrage Sands, powders and grains s'en sort relativement bien avec 709 citations.

Maintenant faisons le même exercice mais cette fois avec des spécialistes du climat (ma liste est certes cherry picked, j'invite donc le lecteur à faire ses recherches lui-même avec les noms qu'il aura choisis)

Références de Jean Jouzel :
  1. Climateand atmospheric history of the past 420,000 years from the Vostok ice core,Antarctica : 1999, 4911 citations (extrait : Present-day atmospheric burdens of these two important greenhouse gases seem to have been unprecedented during the past 420,000 years)
  2. High-resolution carbon dioxide concentration record650,000–800,000 years before present : 2008, 940 citations
  3. Orbital and Millennial Antarctic ClimateVariability over the Past 800,000 Years : 2007, 940 citations
Première constatation : tous les papiers de Jean Jouzel concernent le climat.
Deuxième constatation : les citations sont toutes au-dessus en nombre de celles de Jacques Duran.

 Références Michael Mann :
  1. Global-scale temperature patternsand climate forcing over the past six centuries : 1998, 1832 citations (extrait : Northern Hemisphere mean annual temperatures for three of the past eight years are warmer than any other year since (at least) ad 1400)
  2. Observed and simulated multidecadal variability inthe Northern Hemisphere : 2000, 795 citations (extrait :The analyses demonstrate a substantial agreement between the simulated and observed patterns of multidecadal variability in sea surface temperature (SST) over the North Atlantic.)
  3. Global surface temperatures over the past twomillennia : 2003; 691 citations (extrait : These reconstructions indicate that late 20th century warmth is unprecedented for at least roughly the past two millennia for the Northern Hemisphere)
Si l'on doit résumer ce premier indice portant sur Jacques Duran lui-même en tant que chercheur, on ne peut que constater que non seulement il n'est en rien compétent pour réfuter ce que les scientifiques ont bâti depuis maintenant prés de deux siècles, mais qu'en plus concernant sa propre spécialité il s'avère être un chercheur de second plan (il en faut des chercheurs de second plan, mais alors qu'ils restent à leur place...)


2ème indice : l'enrôlement malgré lui (et pour cause) de Pierre-Gilles de Gennes.

Dans la partie de son site consacrée à Paroles de grands chercheurs sur le réchauffement climatique Jacques Duran évoque Pierre-Gilles de Gennes et lui fait dire :
  • "Les problèmes d'environnement sont souvent gérés par des spécialistes des "simulations", c'est à dire des gens dont la compétence est davantage dans l'ordinateur que dans les données scientifiques. A partir d'un gros ordinateur, on produit des prédictions qui paraissent respectables, même si les données sont insuffisantes. Voilà l'une des grandes plaies de notre époque. Le malheur, c'est que beaucoup de gens croient encore que l'ordinateur dit vrai et prédit l'inévitable (le même type de croyance a existé au XIXème siècle à l'égard du texte imprimé). Le simulateur informaticien est crédible puisque sa machine possède une puissance et une rapidité de calcul dont aucun cerveau humain ne serait capable. Le pouvoir ronflant des chiffres plus le pouvoir de l'image : de quoi entretenir dans l'opinion une mentalité magique pré-rationnelle."
En rajoutant juste après "Ce texte se passe de commentaire..."

Au contraire, ce texte exige un commentaire, celui de préciser qu'il est extrait du livre "Les objets fragiles" paru chez Plon en 1994, oui en 1994, soit il il a plus de vingt ans!
Malheureusement Pierre-Gilles de Gennes est décédé quelques temps après, en 2007, non sans avoir un an auparavant déclaré dans une tribune coécrite avec George Charpak dans Le Figaro :
  • La concentration des gaz à effet de serre dans l'atmosphère de notre planète atteint aujourd'hui un niveau supérieur à tout ce qu'elle a connu depuis plus d'un demi-million d'années. Démarrée au début de l'ère industrielle, vers les années 1880, cette hausse est essentiellement due à l'accumulation des émissions croissantes de gaz carbonique et de méthane résultant de l'acti­vité humaine. Si nous ne faisons rien, cette hausse va se poursuivre.En très grande majorité les experts qui observent et étudient ces phénomènes sont formels : sauf à réduire les émissions, notamment celles de gaz carbonique, d'un facteur au moins égal à 2, notre globe verra sa température moyenne augmenter de plusieurs degrés au cours du présent siècle. Une telle augmentation de température, comparable en ordre de grandeur à celles qui ont suivi les périodes glaciaires, mais qui se produira de façon beaucoup plus rapide, aura des conséquences majeures sur le climat. Les conséquences qui en résulteraient sur notre santé, la végétation et les productions agricoles, le niveau des mers, les espèces vivantes, etc. sont évidemment plus difficiles à cerner, mais nul ne peut exclure que des évolutions irréversibles catastrophiques, allant jusqu'à mettre en cause les conditions de vie de l'espèce humaine, puissent se produire. Qu'attendons-nous pour agir face au réchauffement climatique qui nous menace ? Il nous faut limiter les émissions de gaz à effet de serre par tous les moyens à notre disposition.
    Si des économies d'énergie importantes sont possibles et souhaitables dans les pays développés, il est impossible d'exiger des efforts similaires de la part des pays en voie de développement. Sauf récession économique catastrophique, la consommation énergétique mondiale va continuer à croître. Il est donc capital de mettre en œuvre, chaque fois que cela est possible, des techniques de production d'énergie ne faisant pas appel aux combustibles fossiles. De telles techniques existent dans le domaine de la production d'électricité pour les réseaux centralisés : énergie nucléaire, hydroélectricité, éolien. Le solaire photovoltaïque est particulièrement bien adapté aux sites isolés et aux pays dont le réseau de distribution électrique est peu développé. Le solaire thermique, la géothermie, la biomasse bien gérée, les pompes à chaleur doivent prendre davantage de place pour le chauffage des locaux et la production d'eau chaude. Les transports demeureront encore longtemps les plus tributaires des combustibles fossiles ; il n'en est que plus important de rechercher d'autres solutions : développement des transports en commun, véhicules électriques, utilisation de l'hydrogène produit par électrolyse ou décomposition thermochimique de l'eau.
    Face aux grands pays en émergence qui vont, par nécessité et comme nous l'avons fait au cours des deux siècles passés, fonder leur développement sur le charbon, le gaz et le pétrole, et donc (sauf aboutissement suffisamment rapide des études en cours sur la séquestration du gaz carbonique) voir croître leurs rejets de gaz carbonique, les pays développés doivent démontrer que la limitation des émissions de gaz à effet de serre grâce aux technologies modernes est possible, sans handicap économique majeur et sans diminution de qualité de vie. La France (qui, grâce au nucléaire, a déjà une position enviée, avec des émissions de 6 tonnes de gaz carbonique par tête et par an, contre 10 en Allemagne et 20 aux États-Unis) doit continuer à montrer l'exemple.
    Il est temps que les Français se convainquent que l'objet du débat énergétique n'est pas de savoir s'il faut ou non « sortir du nucléaire » (un nucléaire qui, maîtrisé comme il l'est dans nos pays, ne présente que des risques minimes comparés à ceux des gaz à effet de serre), mais plutôt de savoir comment « limiter le plus possible ces combustibles fossiles qui menacent notre climat » (et non pas « sortir des combustibles fossiles », car ce serait totalement irréaliste). Nous appelons nos concitoyens et nos dirigeants à engager une politique volontariste et décidée, à la fois d'économies d'énergie et de développement de l'énergie nucléaire et des énergies renouvelables. Une telle politique est la seule qui puisse raisonnablement garantir à notre génération et aux générations futures le maintien de conditions climatiques acceptables et prévisibles.
Pierre-Gilles de Gennes était donc non pas, comme Jacques Duran essaie de nous le faire croire, un climatosceptique comme lui, mais aujourd'hui il se rangerait sans aucun doute du côté de la science que l'on appelle mainstream et désavouerait son ancien collaborateur.

Pour enfoncer le clou si besoin était, Pierre-Gilles de Gennes était signataire du Manifeste Sauvons le climat, avec entre autres Georges Charpak ou Jean-Marc Jancovici.

Quant au fumeux Appel de Heidelberg que Pierre-Gilles de Gennes aurait signé, voici un article de StéphaneFoucart du Monde expliquant ce qu'il faut en penser.

On peut raisonnablement penser que si Jacques Duran a enrôlé Pierre-Gilles de Gennes malgré lui, il l'a probablement fait avec d'autres personnes; et une des caractéristiques des climatosceptiques est de choisir dans les écrits d'un chercheur ce qui peut éventuellement aller dans le sens du climatoscepticisme, tout en passant sous silence tout le reste; nous en avons une parfaite démonstration ici.

 
3ème indice : les sources de Jacques Duran.

Sur son site Jacques Duran mentionne ses sources.

Il admet "je ne prétends pas du tout à l’impartialité", on ne saurait mieux dire...

Et il enchaine "A mon avis, un blog digne de ce nom ne peut et ne doit prétendre à une totale objectivité des sources d’informations."

Ah bon? Donc Jacques Duran reconnaît lui-même qu'il n'est pas objectif, intéressant ça...

Mais il y a mieux quand il écrit "Evidemment, comme vous vous en doutez, je sélectionnerai tout particulièrement ceux qui démentent la Pensée Unique, pour rester dans l’esprit de ce site"!

Pour Jacques Duran ce qu'il appelle la pensée unique n'est rien d'autre que la science mainstream, c'est-à-dire la science admise par plus de 97% des scientifiques sur la planèteDonc Jacques Duran avoue clairement qu'il ne s'informera qu'auprès des 3% de scientifiques qui ne sont pas d'accord avec la science mainstream!

Ses "sources" en fait ne nous apprennent pas grand chose (hormis, comme Jacques Duran le dit, "On trouve beaucoup de choses sur le WEB : le pire et le meilleur", quelle lucidité!), plus intéressante est la page consacrée aux liens.

Jacques Duran nous informe "Voici donc une liste non exhaustive des quelques URL, pour la plupart anglophones, que je pratique couramment."

Suit une liste d'une soixantaine de sites Web dont certains valent leur pesant de cacahouètes...

Comme il n'est pas possible ici de tous les citer (60 sites que Jacques Duran "pratique couramment"...) je ne donnerai que quelques exemples significatifs :
  • Watts Up With That (alias WUWT): le site d'Anthony Watts. Ce site est très riche et très bien documenté. Il bénéficie de la collaboration active de plusieurs participants. Forum riche et intéressant. Ce site a reçu le premier prix des sites scientifiques anglophones en 2008.
    • ainsi Jacques Duran apporte du crédit à un site de pseudoscience qui passe son temps à dénigrer la moindre étude publiée sur le climat; par ailleurs, et cela en dit long sur le sérieux de l'individu, il attache de l'importance à un concours de beauté organisé dans la blogosphère dans lequel ont principalement voté les lecteurs de WUWT, c'est un peu comme si on considérait la miss camping Palavas les Flots, élue par les campeurs parmi les campeuses, comme la plus belle fille du monde...
  • The Marshall Institute (Science for better public policy) Un site soutenu par des scientifiques de renom qui traque, lui aussi, la Pensée Unique.
    • Marshall Institute, Cato Institute, Heartland Institute, tous ces organismes d'obédience néolibérale et républicaine ont été décrits dans Les marchands de doutes de Naomi Oreskes et Erik Conway.
    • Les "scientifiques de renom" auxquels Jacques Duran fait allusion sont payés pour diffuser le doute sur le réchauffement climatique, le plus connu étant Fred Singer qui se distingua pendant plusieurs décennies en niant notamment les liens entre UV-B et mélanome, entre CFC et couche d'ozone, entre tabagisme passif et cancers, et pour finir entre émissions humaines de CO2 et réchauffement de la planète...
  • The Oregon petition : Célèbre entre tous, ce site explique en détail les points scientifiques qui contredisent la thèse du réchauffement climatique provoqué par l'homme. La pétition a été signée par un très grand nombre de scientifiques (près de 20000 aujourd'hui).
    • Là c'est le bouquet, soit Jacques Duran prend ses lecteurs pour des crétins, soit...
    • Cette pétition est une véritable fumisterie, parmi les quelques 31000 signataires (Jacques Duran n'est même pas capable de tenir ses comptes à jour) seuls 39 ont une spécialisation en climatologie; le total de ceux spécialisés dans les sciences de l'atmosphère, de l'environnement et de la terre, s'élève à seulement 3805, soit 12% du total, le reste étant composé de médecins, d'ingénieurs ou d'informaticiens...
    • Pour plus d'informations sur cette fumisterie voir huffingtonpost  ou rabett ou greenfyre entre bien d'autres... 
  • Skyfall : Un blog forum . Excellent blog, bien documenté. Débat de bon niveau. Après une interruption de quelques semaines en 2010, il est de retour, à la satisfactions générale (des climato-sceptiques, j'entends. Des autres, j'en suis moins sûr).
    • "Débat de bon niveau"...Il en faut vraiment peu à Jacques Duran...
  • Le blog de Laurent Cabrol : qui vient de publier un livre "Et si la terre s'en sortait seule ?"
    • Jacques Duran qui prend ses sources auprès d'un ex-présentateur météo, cela fait-il vraiment sérieux?
  • Sur le forum zététique : Un résumé facile à lire.
    • Extrait "Le problème est que, comme lors de l'affaire de l'ozone, tout ceci ne repose sur rien de concret. . Les impératifs politiques imposent une conclusion pré-établie à la recherche scientifique, dont le prestige en sortira fatalement amoindri, et les intérêts en jeu sont tellement énormes que personne n'a vraiment envie de mettre fin à l'opération. Pourtant, il faudra bien que cela arrive un jour ou l'autre ; il suffira de quelques hivers rigoureux et quelques étés un peu frais dans l'hémisphère nord, par exemple, ou bien d'un ras-le-bol de l'industrie face à des quotas de réductions d'"émissions" irréalistes... En attendant, une décennie pourrait bien s'écouler, alors pourquoi ne pas faire comme tout le monde et en profiter bien hypocritement ?"
    • Ainsi le trou dans la couche d'ozone, pour ce site, est une "affaire" qui ne repose sur rien de concret...On peut suggérer à ce site qui se prétend zététique (bien mal nommé) de voir la littérature sur le sujet.
    • En attendant "quelques hivers rigoureux et quelques étés frais dans l'hémisphère nord", on peut constater que depuis quelque temps nous n'avons pas trop à nous plaindre...
Jacques Duran nous gratifie ensuite d'une longue liste de pétitions, dont le fumeux appel de Heidelberg déjà évoqué plus haut. Pour lui, la science avance à coup de pétitions, si possible signées par des non-spécialistes du sujet...

*****

Il ne me faut pas plus de trois indices pour en déduire qu'il y a de très fortes probabilités pour que le site de Jacques Duran soit une perte de temps pour quiconque cherche à s'informer sur le climat.

On pourrait évidemment enfoncer le clou avec la liste des livres recommandés par Jacques Duran, on y trouve notamment
  • L'idéologie du réchauffement, de Rémy Prud'homme, un professeur d'économie...
  • Climat ; J'accuse, de Christian Gérondeau qui se prend pour Zola...
  • Climat investigation de Philippe Verdier, ex-présentateur météo...
  • L'innocence du Carbone, de François Gervais, qui nie l'effet de serre...
*****

Pour terminer, parlons un peu de la "pensée unique" que Jacques Duran a cru bon d'utiliser pour nommer son site.

Encore une fois, comme pour Pierres-Gilles de Gennes qui avait été enrôlé de force dans ses troupes, Jacques Duran fait une OPA sur le concept de pensée unique sans se rendre compte en fait qu'il est lui-même un partisan de cette pensée unique!

Voyons la définition qu'en donne le site La Toupie :
  • L'expression "pensée unique" est employée avec une connotation fortement péjorative pour dénoncer le conformisme d'idées considérées comme majoritaires et incontestables, auxquelles les gouvernants et les grands médias ne confronteraient plus d'idées opposées et sur lesquelles il faut nécessairement s'aligner.
    Elle sert à dénoncer une forme de domination idéologique qui met en avant des choix économiques, des choix de société ou des choix de vie affichés comme étant des certitudes et les seuls légitimes, évitant ainsi de concevoir des alternatives. Ces certitudes sont souvent affirmées avec des arguments d'autorité, où l'on s'en remet à des experts et aux élites du pays, devant lesquels la liberté de choix et le volontarisme doivent s'incliner.
  • critiques faites à l'utilisation de l'expression "pensée unique" Devenue slogan, outil de polémique et arme rhétorique, l'expression "pensée unique" permet de renverser la charge de la preuve, évitant d'avoir à développer une argumentation cohérente et à convaincre du caractère réaliste de ce que l'on propose. Lorsque chaque camp s'accusent mutuellement de pratiquer la "pensée unique", ce qui est fréquent, on a alors affaire à une pensée de groupe pour laquelle "la pensée unique, c'est les autres".
Le plus intéressant dans cette définition est la partie dans laquelle on voit bien qu'il s'agit d'une domination idéologique mettant en avant des choix économiques...

La domination de l'idéologie capitaliste néolibérale actuellement prédominante qui freine tout changement.

Jacques Duran, et les climatosceptiques en général, font de cette pensée unique, ou pensée mainstream, un outil de polémique cherchant à éviter d'avoir à argumenter de manière cohérente.

Il s'agit d'affirmer des "vérités" à coup d'arguments d'autorité, en citant des sources "non officielles" pourvu qu'elles soient discordantes par rapport à la science mainstream.

Il s'agit de noyer le lecteur peu curieux sous un flot d'informations, de graphiques, de références, afin de lui faire croire ce que l'on veut.

Nous sommes loin, très loin, de sites dont la vocation est de diffuser la science sans la déformer ni la dénigrer, par exemple:
Comme on le voit, si l'on veut s'informer sur la science en général et le climat en particulier, il existe de très nombreuses sources bien plus objectives que des sites comme celui de Jacques Duran.

Maintenant quand il s'agit d'idéologie, il n'est pas certain que la raison l'emporte et que l'on soit prêt à reconnaître que ce que l'on prend pour la pensée unique n'est rien d'autre que la réalité.


5 commentaires:

  1. Rien pour réfuter ce qu'il écrit en ce qui concerne la science du climat, mais tu essaies de dénigrer l'homme. C'est une tactique quand on veut démolir la personne au lieu de parler de la science qui nous dépasse. On pourrait dire que tu es le crapaud qui est jaloux du têtard, mais qui ne peut vraiment se valoriser en écrivant des sornettes.Les scientifiques qui ont examiné la science du climat de près sont tous devenus sceptiques, sauf s'ils ont reçus de l'argent, des contrats ou des postes honorifiques. C'est tout dire.

    RépondreSupprimer
  2. "la science qui nous dépasse", la science vous dépasse peut-être mais elle ne dépasse pas tant que ça les scientifiques qui bossent sur le sujet.

    Et oui je dénigre l'homme car il a été prouvé à maintes reprises qu'il racontait n'importe quoi sur le climat.

    Jacques Duran n'a jamais fait d'études ni de recherches ni rien publié sur le climat quand il était en activité, de plus il déforme les propose de Pierre-Gilles de Gennes en ne mentionnant que ce qui l'arrange, sachant que PGG n'était pas non plus un spécialiste du climat et que ses seules critiques portaient sur l'utilisation de "gros ordinateurs"; en matière d'arguments on fait mieux.

    "Les scientifiques qui ont examiné la science du climat de près sont tous devenus sceptiques, sauf s'ils ont reçus de l'argent, des contrats ou des postes honorifiques"; là vous vous égarez et inversez la situation: en fait, les seuls scientifiques qui ont émis des doutes sur la réalité du RCA ont reçu de l'argent, etc.

    Et quelques uns ont même écrit des livres qui se vendent assez bien dans le grand public car c'est un thème porteur, surtout quand on inclut le mot "mythe" dans le titre...

    Et s'il fallait traiter d'escrocs tous les scientifiques qui cherchent à avoir de l'argent pour leurs recherches ou à avoir des postes honorifiques, alors dans ce cas quasiment tous les scientifiques sans exception sont des escrocs.

    RépondreSupprimer
  3. Ah et si vous pensez que je suis méchant avec Jacques Duran et que je n'ai aucun argument à lui opposer, alors il faut impérativement lire les 4 pages du forum consacré au site pensée unique, c'est ici:
    http://www.astrosurf.com/ubb/Forum1/HTML/003793.html

    Un certain JL Dauvergne démonte une à une toutes les bêtises que recèle ce site, bonne lecture!

    RépondreSupprimer
  4. Vos propos semblent montrer que vous n'appréciez pas beaucoup Monsieur Jacques Duran. Vous lui reprochez notamment de privilégier les publications des 3 % de scientifiques (ce sont les chiffres que vous citez) qui n'adhèrent pas à la science mainstream. Mais l'objectif de son site est justement de proposer des alternatives possibles à l'analyse de la situation climatique, centrée exclusivement sur le CO2 anthropologique.
    Vous citez l'Oregon petition, qui n'aurait été signée que par environ 3800 spécialistes dans un domaine lié au climat. Si l'ensemble de ceux-ci devait constituer les 3 % de scientifiques anti-mainstream, cela signifierait qu'il y a au moins 125 000 scientifiques adeptes de cette mouvance. Je suis surpris par les chiffres.
    Il est évident que tous les autres signataires de l'Oregon petition, des médecins, des ingénieurs, des informaticiens..., environ 27 000 personnes, sont tous des ignares et des béotiens en climatologie, comme Galilée l’était probablement en astronomie, ou Boltzmann dans son interprétation statistique de l’entropie.
    Etant docteur en chimie, vous devez penser que je n'y connais évidemment rien en thermodynamique, en effet de serre, aux propriétés des gaz, etc...En temps que tel, je dois cependant vous avouer que l’hypothèse de l’influence du flux variable de rayons cosmiques sur le climat ne me semble pas totalement ridicule.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma réponse ici : http://sogeco31.blogspot.fr/2017/01/un-defenseur-de-jacques-duran-mecrit-je.html

      Supprimer