Nombre total de pages vues

mardi 20 septembre 2016

Le réchauffement climatique sera bénéfique qu'y disaient

A la lecture du dernier numéro de Science & Vie (n°1189 du mois d'octobre) nous sommes rassurés, le réchauffement climatique ne va nous apporter que des bienfaits, et les climatosceptiques qui, après avoir nié qu'il y avait un réchauffement, prétendent que ce réchauffement ne peut qu'être bénéfique, vont être contents et pouvoir claironner urbi et orbi que le chaud c'est l'avenir de l'homme !

Qu'on en juge plutôt par la série d'articles ou entrefilets que voici.

Page 26 - Les maladies d'origine animale menacent aussi les zones tempérées

On apprend que les animaux (essentiellement veaux, vaches cochons...) vont devenir plus méchants avec nous en nous transmettant davantage de maladies (des zoonoses), le phénomène étant amplifié par
  • l'urbanisation croissante
  • la mondialisation
  • le réchauffement climatique
Cet article fait référence aux travaux de la chercheuse Barbara Han dont un résumé plus détaillé a été fait en juin de cette année sur le site The Scientist avec la même carte que sur S&V mais avec différentes couleurs :
Overlapping geographic ranges of zoonotic diseases carried by wild terrestrial mammal host species from 27 orders
Extraits :
  • Compiling data from hundreds of studies on past zoonotic disease outbreaks, Barbara Han, a disease ecologist at the Cary Institute of Ecosystem Studies in Millbrook, New York, and her colleagues have mapped where current reservoirs are most likely to be found. The goal was to be able to predict where future pathogenic leaps from mammals to humans are likely to occur.
  •  Zoonotic diseases are not, for example, concentrated in tropical environments, as might be predicted. In fact, the subarctic—Alaska, northern Canada, and northern Russia—had the same number of zoonoses as the tropics, despite being home to fewer reservoir species. “Even though there are more species in the tropics, fewer of them carry zoonoses,” Han said in a press release. “In contrast, more of the species living in northern latitudes, such as the Arctic Circle, carry more zoonoses. Understanding the implications of this pattern in light of climate warming trends will be an important line of inquiry that should be addressed sooner rather than later.”
Rassurant tout cela n'est-ce pas ?

Page 28 - Le poisson-lion menace le littoral méditérranéen

La méditerranée serait une mer sensible aux invasions biologiques pour deux raisons :
  1. le creusement du canal de Suez
  2. le réchauffement climatique
Notamment, le pterois miles, cette gentille bébête aux épines venimeuses, que wikipedia nous dit aimer les eaux chaudes de la Mer Rouge et de l'Océan Indien, ainsi que celles des Caraïbes où il a été malencontreusement implanté (pas la faute du RCA ici), se plairait également sur les côtés chypriotes, bref pas très loin de la Grande Motte à bien y regarder si l'on prend en considération les endroits d'où il est originaire ; une paire de milliers de kilomètres de plus ou de moins, hein !

Sur Futura on nous informe :
  • L'espèce, rapporte le communiqué, a été vue pour la première fois en Méditerranée dans la baie d'Haïfa, en Israël, en 1991, puis au Liban et à Chypre en 2012 et 2013, respectivement. L'observation de poissons-lions près de Kekova, au nord-ouest de Chypre, n'est donc pas une grande surprise mais elle confirme que cette rascasse poursuit sa progression vers le nord dans le bassin oriental de la Méditerranée.
Et quand il aura colonisé tout le bassin oriental il ne lui restera plus qu'à se diriger plein ouest, comme les cow-boys du 19è siècle ! (NB- les indiens seront alors les pauvres baigneurs qui se plaignent déjà des oursins et des vives...)

Mais nous sommes rassurés, il parait qu'ils ont très bon goût d'après Le Point :
  • les poissons-lions ont un point faible : leur goût. Si vous vous donnez la peine de les pêcher et d'ôter non sans peine leurs terribles dards, leur chair délicate ne vous décevra pas.
On savait bien qu'au final ce ne serait que du bonheur.

Page 30 - Le réchauffement favorise d'ores et déjà les infections

Ici on apprend que « le nombre de bactéries du genre Vibrio (à l'origine du choléra) est corrélé à la température de surface des océans »

« [d]es microbiologistes américains ont [...] mesuré l'abondance de ces bactéries marines [...] dans des échantillons de plancton collectés entre 1958 et 2011 dans neuf zones de l'Atlantique Nord [...] » puis ils ont « comparé leurs résultats avec la température des eaux de surface ainsi que le nombre d'infections recensées [...] »

Et bien vous le croirez ou pas, ces résultats étaient « fortement corrélés », bref plus la température de surface était élevée et davantage d'infections étaient constatées.

Cet article s'est probablement inspiré de cette communication de l'Agence Science Presse :
  • Le réchauffement des océans serait particulièrement favorable aux vibrions, des microbes qui peuvent causer de graves infections telles que le choléra.
  •  Des chercheurs américains et européens se sont penchés sur le rôle des changements climatiques sur ces infections. Leur étude, publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America (PNAS), affirme que le réchauffement de la surface de la mer favorise la propagation des vibrions dans l'Atlantique Nord.
L'étude en référence, parue aux PNAS, dit en substance :
  • Here, we report, for the first time to our knowledge, that a warming trend in sea surface temperature is strongly associated with spread of vibrios, an important group of marine prokaryotes, and emergence of human diseases caused by these pathogens.
Si le baigneur échappe au poisson-lion, échappera-t-il au choléra ? Ou bien aura-t-il la double peine...?

Page 78 - Antarctique, la bombe à retardement

Bon là on va pas s'attarder, on nous prédit, pardon, on nous projette pour 2300 une hausse du niveau des mers de 10 mètres consécutive à la fonte de la calotte antarctique dans le scénario +4,8° en 2100 (avec le scénario + 1,7° en 2100 ce ne serait "que" 2,5 mètres)

C'est vrai que 2300, hein, c'est dans 300 ans, alors on va pas en faire un fromage, quoique... si on regarde en arrière, il y a 300 ans c'était en 1716, juste après la mort du Roi-Soleil si je ne m'abuse...

Mais comme Keynes l'a dit, à long-terme nous serons tous morts, alors pourquoi s'inquiéter ?

Seulement voilà, comme l'Antarctique est un continent qu'on connait finalement assez mal, cette montée des eaux liée à la fonte de sa calotte se produira peut-être beaucoup plus tard...ou peut-être beaucoup plus tôt...alors oui, pourquoi s'inquiéter ?

Page 116 - Nos cultures sont de plus en plus fragilisées par le climat

On vous l'a dit et répété, CO2 is plant food !

Pourtant des voix discordantes se sont élevées pour aller à contre-courant (quand il reste de l'eau pour nager à contre-courant) de ce mythe aussi beau que celui du-climat-qui-a-toujours-changé-donc-c'est-pas-la-faute-de-l'homme, par exemple :
C'est quand même pas de chance pour tous ceux qui vivent pas loin de l'équateur, mais 1 ou 2 milliards d'êtres humains c'est quoi en fait sur le total, et puis ils pourront toujours migrer (enfin ceux qui sont assez riches pour payer les passeurs) vers le nord et venir se prélasser dans les jungles calaisiennes (et autres)
  • http://www.rac-f.org/DocuFixes/fiches_thema/fiche_agriculture.pdf
    • Le changement climatique n'affectera pas seulement la moyenne des températures à la surface de la planète, mais jouera aussi sur l'écart des températures saisonnières (amplitude thermique), les évènements climatiques extrêmes et les ressources en eau. Ces modifications auront des impacts sur la quantité et la qualité des productions agricoles et sur l'environnement (sols, eau, biodiversité...) et amplifieront les zones d'action de certains ravageurs. Les projections des effets régionaux sur l'agriculture sont encore incertaines mais les productions végétales et animales étant optimisées pour des zones climatiques déterminées, les rendements et la productivité des cultures seront inévitablement touchés.
    • l'augmentation de la concentration en CO2 dans l'atmosphère devrait stimuler la photosynthèse de certains végétaux et donc la production primaire nette. Cependant des études menées par l'INRA ont montré qu'un doublement du taux de CO2 affectait différemment les grandes cultures (blé, maïs) selon les lieux de production : variation des rendements moyens entre +10% et -15%
    • Dans les régions tempérées l’augmentation des températures sera défavorable à la croissance des végétaux et à l'absorption du CO2. Une étude montre que les températures extrêmes de l’année 2003 ont provoqué une diminution sans précédent de la productivité végétale sur l'ensemble du continent Européen en 2003.
  • http://www.cirad.fr/nos-recherches/themes-de-recherche/changement-climatique-et-agriculture/enjeux
    • D’ici la fin de ce siècle, les changements de température et de précipitation, la hausse du niveau des mers et l’augmentation probable des événements climatiques extrêmes vont avoir un impact considérable sur l’agriculture.
    • Les pays tropicaux, dont le secteur rural est important et peu artificialisé, sont particulièrement vulnérables aux effets du changement climatique.
    • Une augmentation de température moyenne de 2°C est beaucoup plus grave en zone tropicale qu’en zone tempérée.

Et que dit en substance notre article de S&V ?

Il montre un splendide graphique concernant les rendements du blé tendre (dont on fait la farine) dans lequel on peut voir une magnifique pause, une vraie celle-là, depuis les années 1990 !

A mon avis aucun climatosceptique ne vous montrera ce graphique avec sa pause, ou alors il le maquillera en le faisant passer pour la courbe des températures pour affirmer que « depuis 20 ans la température n'a pas augmenté » !

 Je n'ai pas retrouvé le graphique produit par S&V mais je suis tombé sur le site agreste.agriculture.gouv.fr avec les deux graphiques suivants :

source http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/conjinforap201609cult.pdf

Sur S&V les années sont figurées par des épis dont la hauteur correspond aux rendements que l'on peut constater sur le graphique de gauche.

Mais il n'y a pas que le blé tendre qui chute (production en France en 2016 par rapport à la moyenne 2011-2015) :
  • avoine : -6%
  • maïs : -12,5%
  • colza : -13,6%
  • orge : -17%
  • seigle : -16,6%
  • tournesol : -7%
Et il parait que ça va être pire pour les pays tropicaux, les pauvres !






24 commentaires:

  1. "Il montre un splendide graphique concernant les rendements du blé tendre (dont on fait la farine) dans lequel on peut voir une magnifique pause, une vraie celle-là, depuis les années 1990 !"

    Bravo.

    Il n'y a qu'un demeuré comme vous, rongé par ses amusantes obsessions, pour délirer à ce point et suggérer que les arbres comme les cours de bourse montent jusqu'au ciel et que les rendements en céréales ou n'importe quelle culture d'ailleurs airaient pour vocation de croître gentiment et indéfiniment avec le temps…
    Pourvu, mais oui c'est bien sûr, qu'il n'y ait pas de "méchantchangementclimatiqueàcausedesémissionsdegazàeffetdeserre(des climatosceptiquesbiensûr)".

    Les agronomes sont "morts de rire", comme dit le tout petit Robert.

    Dans le genre prendre des vessies pour des lanternes on peut dire sans hésiter: plus crétin que ça tu meurs.

    Accessoirement si on diminue sérieusement l'usage les fossiles et leur dérivés (engrais, pesticides et autres joyeusetés) il est par contre cette fois certain que rendements et production vont non seulement plafonner mais diminuer, changement climatique ou pas.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "suggérer que les arbres comme les cours de bourse montent jusqu'au ciel"

      Alors d'abord les arbres non, ils ne montent pas au ciel, par contre les cours de bourse il n'y a rien qui empêche leur hausse continuelle (même si elle est non corrélée avec l'activité économique, puisque dans notre système libéral la finance a pris le pas sur l'économie)

      Ensuite où avez-vous vu que je prétendais que les rendements croitraient indéfiniment ?

      C'est assez comique vous savez parce que j'ai travaillé pendant 22 ans chez l'un des premiers semenciers mondiaux (je vous laisse chercher son nom)

      Apparemment vous n'avez pas bien regardé les graphiques, non seulement il y a une pause depuis les années 1990, mais de plus les rendements sont en baisse, en chute il vaudrait même mieux dire.

      Quant aux intrants, ma société étaient également l'un des premiers groupes dans le monde et je suis bien placé pour savoir de quoi il retourne.

      Industries du tabac, pharmacie, pétrole, agro-business, même combat, là où il y a du fric à faire on ne se prive pas de déformer la réalité en payant des scientifiques pour semer le doute.

      Pour ma société c'est un certain Steven Milloy (je vous laisse chercher, ajoutez Heartland et ça sera plus facile à trouver) qui a été payé (et grassement) pour défendre l'atrazine (là aussi cherchez un peu pour voir de quoi il s'agit) qui était "attaquée" par des travaux scientifiques ; ça ne vous rappelle rien ?

      Non seulement les intrants sont nocifs pour la santé (des agriculteurs et des consommateurs) mais on pourrait fortement les réduire voire dans certains cas les supprimer carrément sans que les rendements en souffrent de manière significative.

      Mais bien sûr quand on ne fréquente que les sites acquis à la cause du "scepticisme" (climatique ou autres) et qu'on est de plus bien imprégné de culture libérale (laissons faire le marché, il sait mieux que les gouvernements ce qui est bon pour la populace) alors il n'est pas très surprenant de dissoner cognitivement en faveur des profiteurs (et en disant cela je précise que je ne suis ni communiste ni écologiste)

      Et oui les agronomes des grandes firmes sont "morts de rire" quand ils voient des gogos comme vous mordre aux hameçons lancés par les services de communications.

      Supprimer
    2. Bla bla bla "politique" pour noyer le poisson. Vous êtes creux comme une outre vide.

      Il n'y a pas la moindre évidence que le plafonnement de rendement et production vers 1998 est une affaire de CO2 et changement climatique. Les raisons sont beaucoup plus triviales.

      Ensuite, personnellement je ne consomme pas de céréales du tout ni plantes cultivées industriellement d'ailleurs et leurs pesticides ne risquent pas de "m'empoisonner".

      Mais même tous ceux qui en consomment à travers le monde sont apparemment tellement peu "empoisonnés" que leur population n'arrête toujours pas d'augmenter. Rien d'étonnant d'ailleurs puisque même les plantes sauvages synthétisent des pesticides tout ce qu'il y a de plus "naturels" pour se défendre contre leurs prédateurs depuis la nuit des temps.

      Ensuite, encore une fois, j'aimerais bien qu'un couillon comme vous nous explique comment il ferait pour faire tourner tracteurs et moissonneuses-batteuses pour cultiver et récolter tout ça grâce à l'énergie fournie par les éoliennes et les panneaux photovoltaïques.
      Et même en agriculture biologique pour actionner pelles et fourches pour manipuler composts et fumiers.

      La seule solution connue c'est de remettre tous les crétins comme vous au travail à la ferme, comme il y a 150 ans avec fouches, faux et binettes et pour les plus chanceux un cheval. Au lieu de leur donner le loisir de taper du matin au soir des âneries sur leur clavier d'ordinateur pendant que les fossiles labourent les champs qui produisent leur pitance.

      Enfin ne vous inquiétez surtout pas pour les "réfugiés" s'accrochant à mon bateau, Un bateau c'est justement fait pour, quand ça ira mal, aller là où les autres (benêts comme vous) ne peuvent justement pas aller.

      Supprimer
    3. Long commentaire pour finalement ne pas dire grand chose.

      Je suis cependant heureux que vous acceptiez implicitement qu'il y a bien un réchauffement climatique qui va entrainer de nombreuses populations à migrer vers des cieux plus propices, et j'ai bien noté votre volonté de tout faire pour les éviter, belle mentalité en vérité.

      Quant à votre strawman :"faire tourner tracteurs et moissonneuses-batteuses pour cultiver et récolter tout ça grâce à l'énergie fournie par les éoliennes et les panneaux photovoltaïques" ; il s'agit de limiter nos émissions de CO2 chaque fois que c'est possible, pas de vouloir à tout prix tout remplacer par des éoliennes et des panneaux solaires ; on remarquera cependant que des pays sous-développés comme le Danemark et la Norvège visent un quasi 100% renouvelable, ils doivent être fous pour vouloir à ce prix se passer du charbon et du pétrole.

      "Il n'y a pas la moindre évidence que le plafonnement de rendement et production vers 1998 est une affaire de CO2 et changement climatique. Les raisons sont beaucoup plus triviales."
      Non sans blague, vous faites dans la trivialité maintenant ? Et j'imagine que vous savez quelles sont les raisons triviales qui expliquent ce tassement ?
      Vous n'avez peut-être pas remarqué le fossé enregistré dans les rendements en 2003, année de forte canicule ; comme dans une ou deux décennies une année sur quatre sera comparable à 2003 vous sortirez toujours vos raisons triviales pour expliquer l'effondrement des rendements moyens ; et vous n'avez pas je pense vraiment lu mon billet, vous auriez remarqué les baisses de rendement de toutes les cultures en 2016 par rapport à la moyenne 2011-2015, peut-être une conséquence triviale du fait que 2016 est encore plus chaude que 2015 qui était plus chaude que 2014 qui était...

      Supprimer
    4. Il n'est pour des raisons physiques insurmontables pas possible d'alimenter une civilisation de plus de 7 milliards d'humains avec 100 %, ni même 80% ou 60% "d'énergies renouvelables" et ni la société ni l'économie de demain ne sera probablement "verte".
      Au lieu de déblatérer vos âneries et rêvasser avec ces idiots de "verts", pourquoi ne pas prendre un peu connaissance des contraintes physiques en jeu ?
      Vous pouvez par exemple commencer par lire ce livre qui vous permettra (peut-être) de vous faire une opinion moins ridicule sur la question.

      Supprimer
    5. Robert Laughlin ?

      Bof.

      Je le lirai peut-être, mais j'en doute : http://burycoal.com/blog/2010/07/19/robert-laughlin-climate-change/

      La prochaine fois j'imagine que vous me conseillerez un livre d'Allègre ou de Fred Singer ?

      Avec ce genre de lectures je ne m'étonne pas que pour vous rien ne soit possible, continuez comme ça, chercher la facilité est une chose qui repose l'esprit, je pense que vous ne devez pas être trop fatigué de ce côté là.

      Supprimer
    6. Ben, si vous ne voulez pas de prix Nobel et on comprend qu'un blaireau demeuré comme vous fasse la fine bouche, lisez donc simplement Jancovici, Jean-Marc de son prénom ou même l'alarmiste en chef Hansen, James de son prénom qui vous expliqueront exactement la même chose, en langue climatoalarmiste.

      Mais vous ne pourrez ou voudrez pas plus comprendre ce qu'ils disent et vous allez donc simplement mourir idiots comme les autres Verts. Et d'ailleurs on s'en fout complètement que vous compreniez ou pas.

      Supprimer
    7. "si vous ne voulez pas de prix Nobel"

      Pas de ce prix Nobel là, non, qui n'est de toute évidence pas compétent pour parler du climat si l'on en juge par l'avis de nombreux scientifiques : http://dotearth.blogs.nytimes.com/2010/09/17/scientists-react-to-a-nobelists-climate-thoughts/?_r=0

      Et si Duran avait eu le Nobel de physique pour ses travaux sur les petits cailloux et les châteaux de sable (en Espagne), sa spécialité quand il bossait vraiment au lieu de faire de la désinformation, vous pensez qu'il serait compétent pour challenger Mann ou Hansen, et tous les autres dont les travaux sont repris par le GIEC et qui disent tous la même chose à quelques détails près ?

      Quant à Janco je le lis, son site est très bien fait pour informer sur le climat, on peut par exemple lire : "[...] l'abondance énergétique prendra fin avec les combustibles fossiles, les renouvelables seules étant totalement incapables de les remplacer au présent niveau, même si elles ont bien entendu leur place dans l'approvisionnement du futur"

      Mais dans ce genre de phrase vous n'arrivez pas à lire (ou à comprendre) le "au présent niveau"; comme tout bon écologiste Janco (comme Hansen d'ailleurs) admet qu'il faudra bien réduire notre niveau de consommation dans le futur car la fin des fossiles est i-né-luc-ta-ble. Alors autant commencer tout de suite à lever le pied sur les fossiles et à développer les renouvelables, plus il y en aura quand ça sentira le roussi pour les fossiles, et mieux on se portera ; et on aura également limité nos émissions de CO2 et donc le réchauffement, même si celui-ci est également i-né-luc-ta-ble.

      Des gens comme Robert Laughlin pensent sérieusement que l'homme n'est pas capable de faire de dommage à la nature, et il pense que si c'était le cas la nature s'auto-régulerait. Il a tout faux et c'est pas moi qui le dit.

      "Mais vous ne pourrez ou voudrez pas plus comprendre ce qu'ils disent" = Projection.

      "mourir idiots comme les autres Verts" je ne suis pas vert et je mourrai peut-être idiot, mais vous filez un mauvais coton, plus le temps va passer et plus vous allez voir votre vision du monde s'effriter et tomber en poussière, vous pourrez alors demander l'avis du spécialiste Jacques Duran.

      Supprimer
    8. Pas de ce prix Nobel là, non, qui n'est de toute évidence pas compétent pour parler du climat

      Mais pauvre Ducon, il ne s'agissait pas de parler du climat, le bouquin en question que j'évoquais porte sur les énergies du futur après les fossiles.

      Il faut vraiment être le dernier des ânes bâtés pour affirmer qu'un prix Nobel de Physique n'est pas compétent pour en parler.

      Quand on fera danser les couillons vous ne serez pas à l'orchestre.

      Supprimer
    9. "Quand on fera danser les couillons vous ne serez pas à l'orchestre."

      Non effectivement, et je suis sincèrement désolé de ne pas pouvoir assister à votre représentation, j'espère que vous aurez du succès.

      "Il faut vraiment être le dernier des ânes bâtés pour affirmer qu'un prix Nobel de Physique n'est pas compétent pour en parler."

      C'était sur quoi au fait son prix Nobel ? Ah oui, sur l'effet Hall quantique fractionnaire, sujet très pointu qui apparemment est très lié au climat ou aux énergies du futurs ; c'est comme Allègre titulaire du prix Crafoord et de la médaille d'or du CNRS (bon équivalent du Nobel, pas mal non ?) qui raconte n'importe quoi quand il s'éloigne de sa spécialité, peut-être est-ce dû chez tous ces grands hommes à l'effet "grosse tête" ?

      "il ne s'agissait pas de parler du climat, le bouquin en question que j'évoquais porte sur les énergies du futur après les fossiles."

      A dire vrai que ce soit le climat ou les énergies du futur c'est un peu lié non ? Alors si ce monsieur dit des bêtises sur le climat...

      De plus un livre qui a les honneurs de Matt Ridley dans le WSJ, comment dire.... il,est vrai qu'être encensé par celui qui a planté la Northern Rock, provoquant la première faillite de banque au RU en 140 ans, ça c'est une référence.

      De plus, en regardant les critiques du livre sur Amazon on peut en lire une très argumentée (celle qui donne une étoile au livre...) dans laquelle le commentateur écrit notamment "Laughlin also offers us a number of falsehoods that, as a physicist, he should be ashamed of"

      Comme vous êtes de toute évidence un expert en la matière, ce que je ne suis pas, vous pourrez certainement me dire en quoi ce lecteur très informé pourrait avoir tort dans son analyse de votre héros.

      Ducon le blaireau vous salue bien bas.

      Supprimer
    10. Oui, salut à Ducon le blaireau qui tente désespérément de se raccrocher aux branches.

      Supprimer
    11. Je sens chez vous une certaine amertume à ne pas pouvoir me convaincre d'adopter votre religion.

      Que les choses soient claires, je n'en sais fichtre rien si votre Laughlin a raison ou tort, mais ce que je sais c'est qu'avoir un prix Nobel n'est pas une garantie de ne jamais dire de conneries quand on s'aventure sur un sujet en dehors de sa spécialité.

      Comme Laughlin a prouvé qu'il disait un peu n'importe quoi sur le climat (c'est un climatosceptique cornucopien tendance lukewarming qui extrapole ce qu'il sait aujourd'hui sur les 200 ans à venir, à prendre donc avec de grandes pincettes) il est donc raisonnable de penser qu'il dit également n'importe quoi sur tous les autres sujets qui ne collent pas exactement à sa spécialité.

      Quant à mes branches elles sont solides, ne vous inquiétez pas pour moi, ce n'est pas demain la veille que je tomberai de mon arbre.

      Supprimer
    12. Je sens chez vous une certaine amertume à ne pas pouvoir me convaincre d'adopter votre religion

      Cela ne m'étonne pas que vous "sentiez" des choses comme ça, c'est comme Jeanne d'Arc sauf qu'elle "entendait" des choses, elle.

      Mais vous devriez vous méfier de ce que vous "sentez" car c'est du même tonneau que ce que vous "pensez".

      Si je passe à l'occasion par ici ce n'est pas pour vous convaincre de quoi que ce soit mais juste de rigolez un peu avec les conneries que vous empilez.

      Mais point trop n'en faut, alors à une prochaine fois, peut-être, cher Ducon le blaireau.

      Supprimer
    13. "juste de rigolez un peu"

      Ne serait-ce pas un peu de fébrilité quand vous prenez les z pour des r ?

      A mon avis vous devriez consulter, cela ne va pas très bien dans votre tête.

      Peut-être essayez-vous de faire comme moi quand je vais sur Skyfall pour relever les "conneries que vous empilez" tous tant que vous êtes ?

      La seule différence c'est que je ne fais que reproduire ce que la science officielle dit, peut-être maladroitement, certes, mais sans volonté de prendre les gens pour des crétins.

      Par exemple vous je ne vous prends pas pour un crétin, juste pour un idiot utile qui sert gratuitement la soupe à ceux qui profitent bien de votre travail de désinformation pour semer le doute.

      A moins que vous ne soyez payé vous aussi ?

      Supprimer
  2. Tiens notre manivelle qui contredit Gervais et Markö... Mais bon on sait que lui seul détient l'ultime vérité, comme on vient de le voir sur son commentaire à propos de cet article que bien évidemment il n'a pas compris.

    http://journals.ametsoc.org/doi/pdf/10.1175/BAMS-D-15-00135.1

    A part ça il est vrai que trop de CO2 ce n'est pas bon pour les cultures...

    Robert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut également voir la bêtise du dénommé pastilleverte qui propose d'obliger Jean Jouzel à lire l'article.

      A mon avis Jean Jouzel a déjà lu l'étude et je ne vois pas en quoi il se sentirait menacé par elle, mais peut-être que pastilleverte faisait référence à l'article sur Skyfall ou sur Climate Etc, comme s'il avait du temps à perdre avec ces âneries.

      Quant au CO2 et les cultures c'est beaucoup plus compliqué que ça, certaines cultures ne posent pas de problème avec l'augmentation du CO2, d'autres si ; mais au-delà du CO2 c'est bien sûr les conséquences qui sont néfastes pour les cultures : hausse des températures, événements météorologiques violents, sécheresses, inondations, ravageurs de toutes sortes, la liste est longue et on ne connait pas tout.

      Si les pays "du nord" ont des chances de voir leur agriculture prospérer avec tout ça, ceux "du sud", les plus nombreux (en population), sont ceux qui pâtiront le plus du dérèglement climatique.

      Mais c'est vrai que les tenants du fossile à tout va (comme doit l'être Manivelle) croient dur comme fer que pour sortir les pays en voie de développement de la dèche la seule solution c'est le charbon et le pétrole...

      Quand ces populations viendront s'agripper à son bateau (c'est une image) pour tenter une vie meilleure chez nous, là notre Manivelle se posera peut-être des questions (ou pas)

      Supprimer
    2. Manivelle ne se pose pas de questions, il est comme Minitax, IL SAIT TOUT SUR TOUT, comme on peut en juger une fois de plus avec ce commentaire.

      http://www.skyfall.fr/2016/09/16/lafis-lantre-de-folie/#comment-171222

      IL est clair que ce qu'ont vécu les agriculteurs français cette année (printemps pourri et été trop sec) est une illustration de l'effet négatif du trop de CO2 dans l'atmosphère.

      A propos des modèles, ce qu'il faut retenir, c'est que lorsqu'il y a incertitude, elle marche dans les deux sens, et pas seulement dans le sens qui arrange les balochards comme manivelle et ses coreligionnaires. Les modèles par exemple avaient sous-estimé la fonte de la banquise arctique...

      Robert

      Supprimer
    3. Cet article de Nicias sur l'AFIS est un modèle du genre.

      Quand l'AFIS semblait pencher dans le camp climatosceptique avec des articles par exemple sur Benoit Rittaud (http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1430) où celui-ci était plutôt bien traité, alors l'AFIS avait tout bon ; mais voila l'AFIS maintenant se met à être carrément du côté scientifique (c'est son rôle après tout puisque ce site dénonce les pseudo-sciences) alors rien ne va plus pour notre ami Nicias et ses collègues atteints par la pensée unique du sieur Duran (entre autres) et ils crient au scandale.

      Pathétique.

      Supprimer
    4. La note de lecture est écrite par Jean Gunther ingénieur en chef de l'école des mines, donc pas vraiment compétent pour juger du "travail" de Rittaud.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cole_des_mines


      A mon humble avis, l'AFIS devrait se contenter de dénoncer les pseudosciences comme l'astrologie et s'abstenir d'intervenir sur des sujets où ses membres ne sont pas compétents et surtout commencer par faire le ménage chez elle.

      Robert

      Supprimer
    5. "l'AFIS devrait se contenter de dénoncer les pseudosciences comme l'astrologie"

      Personnellement je considère le climatoscepticisme comme une pseudo-science, peut-être pas au même titre que l'astrologie, mais assez proche quand on voit les "arguments" qu'on nous sert ("le climat a toujours changé" est mon préféré), donc l'AFIS à mon avis est parfaitement en droit de s'attaquer à lui ; quant à faire le ménage oui pourquoi pas, mais c'est un autre problème.

      Supprimer
    6. Le climatoscepticisme n'est pas un pseudo-science, c'est une attitude dictée par une idéologie et par des intérêts financiers. Rien à voir de près ou de loin avec la science, même s'ils prétendent le contraire.
      Notre ami Manivelle en est un vibrant exemple, il n'a aucun argument pertinent à faire valoir mais se cache derrière la science pour essayer de faire avaler ses couleuvres.

      Perso je n'aime pas trop l'AFIS, qui se sert également de la science pour faire de la promotion (OGM par exemple).

      Robert

      Supprimer
    7. Le climatoscepticisme lui-même n'est effectivement pas une science, c'est une idéologie, je me suis mal exprimé.

      En fait le climatoscepticisme s'appuie sur de la pseudo-science, par exemple pour nier la réalité de l'effet de serre (cf les deux allemands Gerlich et Tscheuschner) ou pour pondre un modèle climatique ultra-simplifié déjà inventé par quelqu'un d'autre auparavant (Monckton/Soon/Legates/Briggs), pour ne citer que ces exemples (on pourrait aussi citer Gervais : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0012825216300277)

      Pour les OGM je suis mitigé, ma société en produisait et vendait (pas en France) et j'étais peu partisan (pour utiliser une litote) de ce genre de culture, par contre il y a des OGM que l'on peut développer en médecine, si cela peut sauver des vies pourquoi pas ?

      Supprimer
    8. Pour compléter en matière de pseudo-science, ce lien : https://scholarlyoa.com/2016/02/18/finnish-man-uses-easy-open-access-journals-to-publish-junk-climate-science/

      On peut y voir les noms d'un certain nombre de scientifiques ayant publié de la junk-science : Ollila, Scafetta, Miskolczi (la saturation du CO2 dans l'atmosphère...), McIntyre & McKitrick, Svensmark, etc.

      Si je dis que le climatoscepticisme s'appuie sur de la pseudo-science c'est parce que d'autres bien plus calés que moi l'ont dit de manière directe (d'autres prennent des gants, mais je préfère ceux qui appellent un chat un chat)

      Supprimer
    9. """"En fait le climatoscepticisme s'appuie sur de la pseudo-science, par exemple pour nier la réalité de l'effet de serre (cf les deux allemands Gerlich et Tscheuschner)""""

      Dans ce cas ce n'et pas de la pseudo-science mais de l'alter-science.

      http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2168


      Robert

      Supprimer