Nombre total de pages vues

lundi 26 septembre 2016

The madhouse effect de Michael Mann

Je viens de terminer la lecture du dernier ouvrage de Michael Mann, The Madhouse Effect, que j'avais pré-commandé début août et que j'ai reçu il y a une dizaine de jours.


Ce livre est un petit bijou de concision et de clarté, écrit pour être compris par tout le monde et supposé lancer un message d'avertissement à la population.

Mais soyons clair, nous ne partageons pas l'avis de Naomi Oreskes quand elle écrit au sujet de ce livre en quatrième page de sa jaquette :
  • When giving public talks, I am often asked, 'What do I do about my Uncle Joe, who doesn't believe in climate change?' Now I finally have an answer: Buy him a copy of The Madhouse Effect, and tell him you won't talk to him until he has read it. Even if he doesn't read it, he'll look at the pictures, and that might just be enough.
  • Traduction : Quand je donne des conférences on me demande souvent, « comment je fais avec mon oncle Joe qui ne croit pas au changement climatique ? » Maintenant j'ai enfin ma réponse : achetez-lui un exemplaire de Madhouse Effect (l'effet maison de fous), et dites-lui que vous ne lui parlerez pas tant qu'il ne l'aura pas lu. Même s'il ne le lit pas, il regardera les dessins, et cela pourrait être suffisant.
Même Michael Mann n'y croit pas quand il écrit page 7 :
  • If you're a fervent climate change denier, there is a good chance that you (1) aren't reading this book anyway, (2) don't read Tom's editorial cartoons in the Washington Post [...]
  • Traduction : Si vous êtes un climatosceptique pur et dur, il y a de grandes chances que (1) vous ne soyez pas en train de lire ce livre de toute façon, (2) ne regardez pas les dessins éditoriaux de Tom dans le Washington Post [...]
Ce qui prouve au moins que Michael Mann est quelqu'un de lucide. Inutile de dire que je partage son opinion à 150%.

Non, l'oncle Joe, à la seule allusion à Michael Mann, aura immanquablement un réflexe pavlovien qui lui fera automatiquement répondre à sa nièce ou son neveu : Quoi, Michael Mann, l'homme à la crosse de Hockey qui a été démontrée comme fausse, l'homme du climategate qui a trafiqué les données pour faire croire à une augmentation des températures alors qu'elles sont à la baisse ! Non merci, très peu pour moi !

Peu importe que la crosse de hockey n'ait jamais été réfutée (bien au contraire, elle a été confirmée par des équipes indépendantes qui tentaient peut-être de la réfuter) ou que le climategate se soit dégonflé comme la baudruche qu'il était pour juste faire capoter la COP15 de Copenhague en 2009, non l'oncle Joe n'en démordra pas, et il continuera à réciter comme un perroquet la litanie de tous les poncifs climatosceptiques comme par exemple notre ami Nicias sur le site pseudo-scientifique Skyfall.

Mann nous rappelle quelques paroles assez représentatives de la façon dont on doit envisager le climatoscepticisme :
  • page XI dans la préface : [...] Upton Sinclair famously warned us [...]: "It is difficult to get a man to understand something, when his salary depends on his not understanding it".
  • Traduction : Upton Sinclair nous a parfaitement averti :  « Il est très difficile de convaincre quelqu'un de quelque chose, quand son salaire dépend de sa non compréhension de ce quelque chose »
Je peux personnellement confirmer ce fait, ayant travaillé pendant plus de deux décennies dans une entreprise de l'agrobusiness dans laquelle il n'était pas bien vu de critiquer les produits mis sur le marché ; quand il faut ramener un salaire à la maison on est parfois tenté de céder à la pensée unique et de prétendre le contraire de ce que l'on pense en sourdine...

  • page 2 : As Carl Sagan also once said, "The fact that some  geniuses were laughed at does not imply that all who are laughed at are geniuses. They laughed at Colombus, they laughed at Fulton, they laughed at the Wright Brothers. But they also laughed at Bozo the Clown"
  • Traduction : Comme Carl Sagan un jour a dit : « Le fait que l'on se soit moqué de quelques génies n'implique pas que tous ceux dont on se moque soient des génies. On s'est moqué de Christophe Colomb, de Fulton, des frères Wright. Mais on a aussi beaucoup ri avec Bozo le clown »
Carl Sagan était poli, mais il aurait aussi pu dire qu'il y a des charlatans qui prennent les gens pour des cons.

Mann nous informe aussi sur le problème de la « preuve » que j'avais déjà abordé dans un précédent billet qui avait suscité quelques commentaires et un échange positif avec Robert ; page 12 il écrit :
  • Absolute proof is for mathematical theorems [...]
    • Traduction : La preuve absolue s'applique aux théorèmes mathématiques [...]
  • Science deals [...] with degrees of likelihood, balances of evidence, and consistency among lines of evidence.
    • Traduction : La science gère des degrés de vraisemblance (ou probabilités),  d'équilibres de preuves (ou faisceaux de preuves), et de cohérence parmi des éléments de preuves.
  •  We can't "prove" gravity. It is after all, only a "theory".
    • Traduction : On ne peut pas « prouver » la gravité. Après tout il ne s'agit que d'une « théorie ».
  • Nor can we "prove" the greenhouse effect. It, once again, is a mere "theory". 
    • Traduction : On ne peut pas non plus « prouver » l'effet de serre. Une fois de plus, il s'agit d'une simple « théorie ».
Nous sommes très loin du "the science is settled" que nous serinent les climatosceptiques.

Je ne détaillerai pas toutes les pépites que l'on peut rencontrer tout au long de ce court ouvrage (186 pages avec les notes et l'index) mais je terminerai sur un passage inclus dans le chapitre sur la géo-ingénierie, page 118 :
  • [...] for the free-market fundamentalist, geoengineering is a logical way out because it reflects an extension of faith that the free market and technological innovation can solve any problem we create, without the need for regulation.
    • Traduction : pour le fondamentaliste (je dirais l'intégriste...) du marché libre (et soi-disant non faussé...), la géo-ingénierie est une solution logique car elle reflète une extension de la croyance que le marché libre (et non faussé...) et  l'innovation technologique peuvent résoudre n'importe quel problème que nous créons, sans aucun besoin d'une règlementation.

Vous voyez, en quelques mots quasiment tout est dit.

Mais l'oncle Joe ne lira pas, tout occupé qu'il est à regarder Fox News.




3 commentaires:

  1. """"Traduction : On ne peut pas « prouver » la gravité. Après tout il ne s'agit que d'une « théorie ».""""

    Je ne suis pas d'accord avec cette assertion, la gravité n'est pas une théorie, c'est un fait bien compris et mesuré c'est d'ailleurs ce qui nous permet de rester au sol.
    Ne pas confondre gravité et gravitation.

    Et en ce qui concerne certains aspect, "science is really settled".

    Robert

    RépondreSupprimer
  2. "la gravité n'est pas une théorie"

    Je serais tenté de vous donner raison, car effectivement comme vous le dites c'est "ce qui nous permet de rester au sol", donc apparemment tout sauf une théorie !

    Cependant cela parait un peu plus compliqué...

    Par exemple sur wikipedia on peut lire "Galileo's work set the stage for the formulation of Newton's theory of gravity" (https://en.wikipedia.org/wiki/Gravity)

    Par ailleurs sur ce site (http://thehappyscientist.com/science-experiment/gravity-theory-or-law) on nous dit que la gravité peut être une loi ou une théorie : "So when we are scientifically discussing gravity, we can talk about the law of gravity that describes the attraction between two objects, and we can also talk about the theory of gravity that describes why the objects attract each other."

    Pour couronner le tout il semblerait que l'anglais "gravity" puisse avoir les deux significations françaises de "gravité " et "gravitation" (http://www.wordreference.com/enfr/gravity) et il se pourrait que dans l'esprit de Mann "gravity" se réfère à "gravitation" et non à "gravité".

    Et pour la "science is settled" vous avez parfaitement raison, par exemple le rôle du CO2 (comme d'autres gaz) dans le réchauffement de l'atmosphère est établi et n'a jamais été remis en cause sauf dans certains cerveaux malades ; ce que je voulais dire c'est que les climatosceptiques emploient le strawman qui consiste à dire que les scientifiques affirmeraient que TOUS les points seraient établis et non discutés et quand il leur arrive de ne pas être tout à fait d'accord sur un point de détail ils sortent leur ironique "et on pensait que la science is settled".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quoiqu'il en soit la gravitation est une des quatre forces dirigeant l'univers il n'y a aucune discussion sur ce fait, après la relativité générale est une théorie de la gravitation dont on a également prouvé l'exactitude. Mann a à mon avis choisi le mauvais exemple, mais ça n'invalide pas le reste de son discours pour autant.

      Robert

      Supprimer