Nombre total de pages vues

jeudi 9 mars 2017

Le consensus des 97%, késako ?

Pour avoir un aperçu de l'argumentation autour du consensus sur le réchauffement climatique anthropique, qui mieux que John Cook (interviewé par Callan Bentley) ?

Source : http://blogs.agu.org/mountainbeltway/2017/03/08/qa-episode-4/

Traduction effectuée avec Google Translate ( avec des retouches chaque fois que nécessaire)

6. Les gens disent souvent que 97% des scientifiques conviennent que le changement climatique est causé par les activités humaines. Pourtant, des gens écrivent des livres et des articles réfutant cela (peut-être surtout des non-scientifiques), mais ils semblent utiliser des données et sont convaincus de leur position. Y a-t-il un argument légitime contre ce que disent ces 97% des scientifiques et sinon, est-ce que ces gens mentent ou inventent ? Pourquoi feraient-ils cela ? N'y a-t-il pas de science pour étayer leurs affirmations ?
[...]
J'ai sollicité l'aide de John [Cook] pour vous donner une réponse complète et faisant autorité. Gracieusement, il a accepté de relever le défi. J'ai essayé de partager la question du lecteur en petits morceaux adaptés aux principaux sous-thèmes qui semblaient mûrs pour la discussion.

6a) D'où vient le nombre de 97% ? S'agit-il d'une enquête ou d'enquêtes multiples ? Est-ce parmi les spécialistes, le grand public ou une autre population ?

   Un certain nombre d'études ont trouvé 97% d'accord entre les experts du climat sur le fait que les humains causent le réchauffement climatique. Selon une étude réalisée en 2009 par Peter Doran et Maggie Zimmerman, parmi les scientifiques du climat qui publient des recherches sur le climat, 97% ont convenu que les humains augmentent sensiblement la température mondiale. Une analyse de 2010 des déclarations publiques sur le changement climatique par William Anderegg a révélé que parmi les scientifiques qui avaient publié des travaux de recherche sur le climat revus par les pairs, 97% ont convenu que les humains causent la plupart du réchauffement climatique récent. Je faisais partie d'une équipe qui a publié une analyse des documents climatiques revus par des pairs en 2013 - nous avons constaté que, parmi les articles faisant état d'une position sur le réchauffement planétaire causé par l'homme, 97% ont approuvé le consensus.

    
Il y a eu d'autres études mesurant le consensus. Cela nous a motivés à collaborer avec les coauteurs de sept des principales études de consensus (le document est Consensus sur le consensus: une synthèse des estimations du consensus sur le réchauffement climatique provoqué par l'homme). Nous avons trouvé deux résultats clés. Premièrement, l'accord sur le réchauffement de la planète causé par l'homme augmente avec l'expertise en science climatique. L'accord le plus important est celui des scientifiques du climat qui publient des travaux de recherche sur le climat. Deuxièmement, parmi le groupe des spécialistes du climat, il y avait un accord écrasant - entre 90% et 100%, avec un certain nombre d'études convergeant vers 97%.




 6b) Qui sont les 3% restants, alors ? Pouvez-vous donner un ou deux exemples représentatifs ?

     Il est difficile de donner un exemple représentatif car il n'y a pas de discours cohérent parmi les papiers et les scientifiques anticonformistes (contrarian). Ils soutiennent souvent des positions contradictoires les unes avec les autres (par exemple, argumentant que « le changement climatique ne se produit pas » par opposition au « changement climatique *est* une réalité mais il n'est pas causé par les humains »). Cette incohérence nous a inspirés à co-écrire un article sur l'incohérence du déni de la science du climat. Le rejet du réchauffement climatique causé par l'homme ne consiste pas à présenter une explication alternative et cohérente du réchauffement planétaire - il s'agit de fabriquer du doute en vue de réduire le soutien du public à l'action climatique.


6c) Quelles données utilisent-ils (les anticonformistes) ? Leurs données sont-elles parfaites ? Est-ce que leurs données sont convaincantes ?

     Nous avons publié plusieurs études examinant les données et l'analyse dans les documents des anticonformistes. Dans une étude, nous expliquons comment leurs méthodes comportent systématiquement des défauts méthodologiques et des erreurs communes. Probablement l'erreur la plus courante est la sélection (cherry picking) - en ignorant les données ou la recherche qui est incompatible avec leur argument. Pour cette raison, on constate dans des recherches ultérieures que les études anticonformistes possèdent souvent des défauts significatif.


 6d) Sont-ils « juste en train de mentir » ou « d'imaginer » ou y-a-t-il autre chose ?

     Il est toujours problématique d'essayer de deviner ce qui se passe sous le capot, et de juger si une personne essaie intentionnellement de tromper ou croit vraiment dans la désinformation. La recherche psychologique nous dit que cela est particulièrement difficile parce que de l'extérieur, la tromperie intentionnelle ressemble exactement aux biais cognitifs qui font que les gens se trompent d'eux-mêmes. Par exemple, tromper par la sélection pourrait être intentionnel, mais il pourrait être le produit du biais de confirmation - les gens attribuant plus de poids à la preuve qui confirme leurs croyances. De même, faire appel à de faux experts pourrait être une stratégie pour jeter le doute sur le consensus scientifique, mais les gens attribuent également plus de crédibilité et d'expertise aux personnes avec lesquelles ils sont d'accord.


6e) Quelles sont leurs motivations à votre avis ?

    
Le principal facteur derrière le rejet de la science du climat n'est pas l'ignorance, la stupidité ou le manque d'éducation. Le principal facteur de refus de la science du climat est l'affiliation politique, et le deuxième facteur le plus important est l'idéologie politique. Les opinions politiques influencent le point de vue des gens sur le rôle humain dans le changement climatique.

    
La raison en est que les partisans des marchés libres et non réglementés n'aiment pas que l'une des solutions proposées au changement climatique soit la réglementation des industries polluantes. L'aversion à une solution les amène à nier qu'il y a un problème en premier lieu qui a besoin d'être  résolu.

    
Il est crucial de comprendre cette dynamique car elle nous aide à distinguer entre le scepticisme authentique et le déni de la science. Le scepticisme est une bonne chose - un véritable sceptique considère la preuve et arrive ensuite à une conclusion. Un négationniste, d'autre part, arrive à une conclusion d'abord puis refuse toute preuve qui est en conflit avec cette conclusion. Et le déni de la science comporte certaines caractéristiques révélatrices.

    
L'idéologie et l'esprit de clan sont donc les principaux moteurs du déni des sciences du climat.


6f) Y a-t-il un espoir que les 3% ou les 97% changent d'avis ? Dans l'affirmative, quelles conditions pourraient être requises pour les faire réévaluer leurs conclusions ?

    
Je dirais que ce sont deux questions distinctes, compte tenu de l'asymétrie de la situation. Pour les 97% des scientifiques du climat, le cas du réchauffement climatique causé par l'homme est basé sur de nombreuses lignes indépendantes de données empiriques. Nous voyons des empreintes humaines sur tout notre climat, en peignant un tableau clair et cohérent. Personnellement, pour changer mon esprit et je devine que c'est aussi le cas pour la plupart des 97% des scientifiques du climat, il faudrait démontrer que non seulement un élément de preuve est faux - mais que beaucoup ou tous sont faux. C'est pourquoi le consensus sur le changement climatique est si solide - renverser la cohérence de la preuve est incroyablement improbable.

    
En ce qui concerne les 3%, le rejet de la science climatique est basé sur des facteurs tels que l'affiliation politique ou l'idéologie politique. C'est une triste réalité psychologique que les personnes dont les points de vue ne sont pas fondés sur des faits et des preuves ne sont pas susceptibles d'être persuadées par des faits et des preuves.

    
Cependant, je voudrais apporter une lueur d'espoir. Anecdotiquement, je connais quelques personnes qui ont changé d'avis sur le changement climatique et le déclic a été quand ils ont réalisé qu'ils avaient été trompés par la désinformation. J'ai testé ce principe en laboratoire en expliquant une technique, ou l'erreur, du déni de la science. J'ai constaté que, dans l'ensemble du spectre politique, lorsque les gens étaient informés de la technique utilisée par la désinformation pour tromper, ils n'étaient plus influencés par la désinformation. Personne, qu'il soit conservateur ou libéral, n'aime être trompé. Cette approche de communication, basée sur une branche de la recherche psychologique connue sous le nom de théorie de l'inoculation, est quelque chose que j'explore encore plus dans mes recherches au Centre for Climate Change Communication.


6g) Vous aimeriez ajouter quelque chose ?

    
Il y a eu une réponse intéressante des opposants à l'action climatique à la série d'études ayant trouvé un consensus de 97% sur le changement climatique. Une réponse a été « eh bien ! la science n'est pas faite par consensus. » C'est intéressant parce que la réplique vient des mêmes personnes qui nous disent depuis des décennies qu'il n'y a pas de consensus scientifique sur le changement climatique. Pourquoi nous dire qu'il n'y a pas de consensus si la science n'est pas faite par consensus?

    
La longue histoire du refus du consensus remonte à des décennies. Dans les années 1990, le stratège politique Frank Luntz a conseillé aux républicains de mettre en doute le consensus afin de retarder l'appui du public à l'action climatique. Cette stratégie se poursuit jusqu'à ce jour. Si vous voulez retarder l'action climatique, c'est une bonne stratégie. Les psychologues ont identifié le consensus scientifique perçu comme une «croyance passerelle». Le public utilise l'avis d'expert comme raccourci heuristique ou mental, pour guider ses vues sur des questions scientifiques compliquées. S'il pense que les experts sont en désaccord sur le changement climatique, il s'oppose à soutenir l'action climatique.

    
Il est donc important que les scientifiques communiquent le haut niveau d'accord sur le réchauffement climatique causé par l'homme, afin de répondre à l'idée fausse que les scientifiques ne sont pas d'accord. Mais ils devraient faire ceci avec leurs yeux grands ouverts - communiquer le consensus peut avoir pour résultat une réaction violente des opposants de l'action sur le climat. Mais cela souligne l'impératif de communiquer le consensus - ne pas le faire permettra aux adversaires de l'action climatique de continuer à mal informer le public et éroder le soutien aux politiques climatiques.





12 commentaires:

  1. Bah, les climatosceptiques ne tiennent aucun compte de ces faits, pour eux le consensus est un consensus politique.

    Par ailleurs notre expert autoproclamé omniscient fait encore étalage de son incompréhension.

    http://www.skyfall.fr/2017/03/09/entretien-william-happer-34-verdissement/#comment-193266


    Robert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'écris pas pour les climatosceptiques convaincus tels qu'on en rencontre chez Skyfall, je sais qu'ils sont totalement irrécupérables.

      Il n'y a qu'à lire les élucubrations du fumeux commandant Michel e.r. qui fait une fixette sur l'orthographe de ses petits copains mais à côté de ça se vautre dans des délires surréalistes (normal, il est Belge...) ; ses errements sur la cosmologie sont pitoyables (https://tinyurl.com/hc4mbrz) et ne méritent qu'un simple facepalm.

      Supprimer
  2. Bonjour ,

    Je me permet de réagir á ce billet .
    En introduction je voudrais partager avec vous cet article que j'ai trouvé fort interessant :
    http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/actu-pourquoi-les-faits-ne-suffisent-pas-a-convaincre-gens-qu-ils-ont-tort-38103.php

    Pour en revenir au sujet de votre billet , je vois deux facons de l' aborder :

    1) L'une consiste 'a contester le champs de l'enquete d'opinion , son objectif , ses résultats ou sa méthodologie ( aprés tout on a bien vu la precision des sondages lors du Brexit et de l'election US) . Mais cette facon d'aborder le probleme est á mon sens totalement stérile et ne permet en aucun cas de faire bouger les lignes ou d' amener un zeste de reflexion dans les deux camps . Chacun campant fermement sur ses "opinions". POur tout vous dire qu'il y ait 80% ou 97% des scientifiques du climat pensant que le RC est causé par l'Homme, cela ne change pas grand chose au schmilblick: Une vaste majorité des climatologues sont de l'opinion en effet que le réchauffement limatiue est d' origine humaine ...

    2) L'autre facon d'aborder le sujet est de se placer d'un point de vue epistémologique sur la validité de cet argument au sein du débat actuel.
    Franchement je ne comprend pas l ' interet de cet argument. Il n y aurait que seulement 1 seul scientifique d'un avis contraire que cela ne démontrerait pas plus scientifiquement la réalité (ou non) de la cause anthropique du réchauffement climatique. Je suis tout á fait en accord avec Mr Courtillot ( honni par vous , certes) qui déclare que "La Science ne se fait pas avec des consensus" . En cela, il s'inscrit dans la lignée philosophique de grands penseurs des sciences comme Gaston Bachelard. J'ai lu il y a bien longtemps Bachelard ( "Le Rationalisme appliqué") au cours de mon cursus. Ainsi G.Bachelard que l'opinion est 'a l'opposée de la Science. on ne peut construire de la Science sur son opinion ... Je cite un de ses biographe "Il a une vision disontinuiste du progrés scientifique et 
La science, selon lui, évolue et passe radicalement d’un mode de pensée à un autre."
    D'autre part l'Histoire des Sciences est fournie en exemples dans lesquels la communauté scientifique dasn son ensemble a été prise en défaut ( Darwin face 'a Lord Kelvin, Wengener, Fermi et son Prix Nobel sur une erreur ...)
    Donc voila en résumé , cet argument n'apporte rien sur le fond du débat. C'est un argument (vrai ou faux qu'importe) de publicitaires , de politiciens destinés 'a convaincre la masse de s'en remettre 'a "l'opinion dominante" . En cela c'est un un argument de Propagande 'a mes yeux.

    BenHague.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre commentaire est intéressant en cela qu'il montre le degré de confusion dans lequel les climatosceptiques « professionnels » plongent certaines personnes sincères dont je pense vous faites partie en leur faisant passer des vessies pour des lanternes.

      Les études sur le consensus de 97% (ou dans les environs de 97%) ne sont pas là pour démontrer la réalité du réchauffement climatique anthropique (qui est suffisamment démontrée par ailleurs par bien d'autres études) mais pour contrer l'« argument » des climatosceptiques consistant à jeter le trouble dans l'opinion en prétendant qu'il y aurait un « débat » parmi les scientifiques sur la nature du RCA ; ces études sur le 97% montrent qu'il n'en est rien, l'immense majorité des scientifiques, surtout si l'on parle des climatologues et non des scientifiques de manière générale, est d'accord sur cette réalité du RCA.

      L'argument de Courtillot est un strawman, car aucun scientifique sérieux n'ira prétendre que « la Science se ferait avec des consensus », au contraire, c'est la Science qui fait le consensus, et non le consensus qui fait la Science.

      Supprimer
  3. Vous conviendrez alors qu il est abusif d affirmer comme le President Obama que "Science is settled" parce que 97% des scientifiques climatologues pensent que le rechauffement est d origine anthropique.
    Et malheureusement je ne suis pas d accord sur votre rhetorique : la Science fait le consensus.
    Il n y a pas consensus que la Terre soit ronde. La Terre est ronde ! Ce que j essayais d expliquer sans doute maladroitement c est que les notions de Science et de consensus sont epistemologiquement parlant quasiment antinomiques, pour de nombreux penseurs des Sciences (dont Bachelard).
    Le consensus est une notion politique (sans aucun caractere pejoratif) . Le fait meme que l on ait recourt au consensus demontre que l on ne sait pas ! On se refugie alors dans la notion "d avis d expert" ... Si l on savait alors il n y aurait pas besoin de consensus ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous voulez vraiment faire dire au consensus scientifique ce qu'il ne dit pas...

      Définition dans wikipedia : Le consensus scientifique est le jugement, la position, et l'opinion collectifs de la communauté des scientifiques qui travaillent sur un domaine particulier d'étude. Le consensus implique un accord général, mais pas nécessairement à l'unanimité. Le consensus scientifique n'est, en lui-même, pas un argument scientifique, et il ne fait pas partie de la méthode scientifique. Néanmoins, le consensus peut être basé sur la méthode et l'argument scientifiques.

      Ni plus ni moins.

      Et pour parler de Bachelard voici un extrait d'un texte de mémoire : « Si nous ajoutons l'épithète scientifique à l'objectivité, elle aura comme signification une construction de la communauté des scientifiques. En effet, un énoncé acquiert son statut scientifique lorsque de manière consentielle, la communauté des chercheurs le reconnaît comme tel. On le voit c'est le consensus qui se dégage ainsi au sein de cette communauté qui confère la scientificité et par voies des conséquences la véracité à un énoncé. C'est donc dire qu'il y a la présence indubitable de l'élément irrationnel dans le processus scientifique. » (source https://tinyurl.com/zd49udo)

      Et voici ce que l'on peut trouver dans La conception Bachelardienne de la connaissance scientifique (source https://tinyurl.com/gtpsxnm) : « on ne peut se tromper sur le caractère de l'union des esprits dans la vérité » ; et vous verrez que Bachelard sait faire la différence entre le consensus « vulgaire » et le consensus « de l'expérience savante » ! Ce sont ses mots mêmes, je n'invente rien.

      Mais Bachelard nous dit également : « L’esprit scientifique nous interdit d’avoir une opinion sur des questions que nous ne comprenons pas, sur des questions que nous ne savons pas formuler clairement. » (source https://tinyurl.com/hloj4h9) ; cela s'applique parfaitement à tous ceux qui parlent sans savoir (suivez mon regard, vers le ciel tombant...)

      Quant à « the science is settled » c'est une vérité concernant le rôle du CO2 anthropique dans le réchauffement climatique, cela fait maintenant 200 ans que les scientifiques se sont fait une opinion sur le sujet, d'où le consensus actuel de 97%.

      Supprimer
  4. Je pense que finalement que nous sommes d'accord :
    Si cette étude vient pour réfuter l'argument que les climatologue sont divisés alors je concéde que l'argument est valide . En revanche j'ai voulu pointer du doigt que certains politiciens, journalistes et bloggueurs utilisaient cet argument pour faire un syllogisme : Le fait qu'il y ait consensus (sans unanimité ) n'établit pas la réalité de l'origine du Réchauffement Climatique ( ni ne l'infirme) .
    Pour Bachelard, je ne suis pas un expert , loin de la , il s'agissait comme je l'ai dit de reminiscences de lecture ( non je ne lit pas Bachelard au couché) . Puisque vous avez fait l'effort de faire un parcours sur ce brillant penseur , je pense que vous avez compris ce que je voulais dire ( meme si vous avez extrait certains passages nuancant , mais pas tant que cela, ce que je disais ) : c'est tout de meme plus interessant de se pencher sur des penseurs de ce calibre que de se disputer autour de la validité d'un sondage parmis les scientifiques ....
    BenHague

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « certains politiciens, journalistes et bloggueurs utilisaient cet argument pour faire un syllogisme : Le fait qu'il y ait consensus (sans unanimité ) n'établit pas la réalité de l'origine du Réchauffement Climatique ( ni ne l'infirme)  »

      Le fait que « certains politiciens, journalistes et blogueurs » disent des bêtises me parait une évidence, cependant dans le cas présent peut-être est-ce vous qui comprenez mal ce qu'ils vous disent...

      En tous cas si vous lisiez Stéphane Foucart ou Sylvestre Huet vous verriez qu'eux n'utilisent pas ce genre de syllogisme ; votre « impression » vient probablement (c'est mon hypothèse) du fait que vos lectures se concentrent trop sur des sites comme Skyfall qui font aisément dire aux gens le contraire de ce qu'ils disent en réalité.

      Par ailleurs il ne me semble pas avoir entendu beaucoup d'hommes politiques parler du consensus, autrement que pour dire qu'il y a unanimité sur le sujet parmi les chercheurs, ce qui est la stricte vérité.

      Je n'ai lu aucun livre de Gaston Bachelard, j'ai seulement cherché sur internet en tapant bêtement « Bachelard consensus », puis j'ai lu les passages appropriés ; je concède qu'il s'agit un peu de cherry-picking mais je promets de commander un de ces jours un livre de ce bonhomme pour me faire une idée plus précise de ce qu'il pensait (mais j'ai tellement de lectures en instance...)

      Plus haut vous disiez « je ne suis pas d accord sur votre rhetorique : la Science fait le consensus » pourtant c'est bien le cas si on comprend correctement cette thésarde dont je vous ai fourni le lien : « On le voit c'est le consensus qui se dégage ainsi au sein de cette communauté qui confère la scientificité et par voies des conséquences la véracité à un énoncé. » ; elle le dit dans l'autre sens (le consensus est produit par la science) mais ça revient au même.

      Supprimer
  5. Il s'agit , comme vous le mentionnez , d'une thésarde et elle est de son époque ( je suppute que c'est une thése assez récente) . Il est tout á fait vrai qu 'il y a un courant , récent, promouvant le consensus comme une sorte de parengon de Vertu et de Verité dasn tous les domaines dont la Science; La fameuse recherche du Consensus ... une sorte de Graal ...
    Ce n'est pas dans ce courant que j'ai été formé . Mais plutot suivant Bachelard ( Vous conviendrait qu'il serait difficile de concevoir l'évolution scientifique comme disruptive et de faire l'apologie du consensus ...) . Mais encore une fois, Bachelard n'est pas Dieu , il propose juste une vision philosophique. Son livre m'avait beaucoup marqué ä l'époque. C'est tout , ni plus ni moins . Ce n'est pas un argument d'autorité ; juste une explication á ma défiance face á l'utilisation , abusive selon moi, que certain font du consensus scientifique . Particulierement dans la controverse climatique ....

    Pensez vous que le fait que la Terre tourne autour du Soleil soit un consensus ou le resultat d'un consensus ?
    Pensez vous que le fait que le C02 soit un gaz á effet de serre soit un consensus ? Non, le CO2 est un gaz á effet de serre.

    Votre definition wikipédiame convient trës bien : un consensus est une opinion dans un ensemble de personne . Ce n'est en rien une démonstration scientifique ou mahématique.

    Pour terminer : 97% n'est pas unanimité .....

    Connaissez vous l'histoire des vagues scélérates ???

    Des vagues legendaires de 30 metres de haut surgies de nul part et engloutissant les navires . Pour les scientifiques , cela était impossible . Les modéles numériques , validés en bassin , démontraient que la hauteur maximale des vagues lors d'une tempete ou d'un ouragan ne pouvait exceder 15 mëtres ... et de voir , ces meme scientifiques , l'air goguenard, attribuer ces valeurs farfelues á des bobards de marins avinés ....
    Puis un jour ... lors d'une petite tempete en mer du Nord , avec des vagues de 10 metres , une vague de 26 metres, isolée, frappa une plateforme petroliere ... Stupeur ..... ( Un excellent reportage diffusé en son temps sur Arte est disponible sur Youtube ...) . Les modéles n'etaient que le reflet des connaissances incompletes des oceanographes ( en 1995...) qui faisaient l'unanimité en leur temps.

    Comparaison n'est pas raison ... mais parfois un peu d'humilité est necessaire .... surout lorsque les modéles connaissent certaines difficultés ...






    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « un consensus est une opinion dans un ensemble de personne . Ce n'est en rien une démonstration scientifique ou mahématique. »

      Encore une fois vous utilisez un strawman qui consiste à dire que les scientifiques prétendraient que le consensus serait une « démonstration scientifique », il faut croire que la propagande climatosceptique a bien fonctionné sur vous !

      Votre exemple des vagues scélérates n'apporte rien et ne prouve rien ; le consensus est valable à un instant donné, il peut très bien changer dès que des données nouvelles montrent que l'on s'était trompé, cela a été le cas en cosmologie, on pensait il y a un certain temps que la Terre était au centre de l'Univers, c'était le consensus de l'époque, mais les savants d'alors ne se basaient pas sur le consensus pour avancer leurs théories, ils ne l'ont à ma connaissance jamais fait dans aucun domaine, bref le consensus n'a jamais été là pour « prouver » quoi que ce soit, il est simplement la constatation qu'à un moment donné les scientifiques sont d'accord entre eux, point barre.

      En matière de RCA le consensus ACTUEL est que c'est le CO2 d'origine anthropique qui est la cause principale du réchauffement que nous constatons, et jusqu'à preuve du contraire la science sur le sujet n'a pas été réfutée, sauf par des allégations fantaisistes venant essentiellement de gens qui cherchent seulement à semer le doute en faisant croire qu'il y aurait un débat parmi les scientifiques.

      Il est vraiment urgent que vous lisiez Les marchands de doutes de Naomi Oreskes et Erik Conway, cela vous ouvrirait peut-être les yeux une fois pour toutes.

      Supprimer
  6. Il n y a aucun "strawman" . Je ne jette jamais la pierre sur les scientifiques .Je me cite : "juste une explication á ma défiance face á l'utilisation , abusive selon moi, que certain font du consensus scientifique" . Je n'attaque pas la notion de consensus, ni les scientifiques mais l'utilisation qu'en font "certains" (je ne fais pas une généralité, mais je vise certains politiques , journalistes ou bloggueurs). Certains journalistes, politiques ou bloggueurs presentent le consensus scientifique comme une forme de démonstration scientifique ... C'est cela que je regrette. C'est un peu comme utiliser des arguments que l'on sait peu pertinent mais bon mediatiquement. Ceci est valable pour tout le monde .

    Je constate que ce n'est pas votre cas concernant la notion de consensus scientifique et que finalement nous sommes plutot d'accord. "En matière de RCA le consensus ACTUEL est que c'est le CO2 d'origine anthropique qui est la cause principale du réchauffement que nous constatons" C ést plutot positif ,non ?


    Pour les vagues scélérates ,j'ai bien précisé que "comparaison n'est raison" , non ?
    Cet exemple d'erreur scientifique due , en partie , á une confiance trop grande dans les modéles n'implique en aucun cas que les climato-sceptiques ont raison . J'essaye tant que faire ce peut de ne pas faire de syllogismes du type :

    Les scientifiques etaient tous d'accord pour les vagues scélerates , Les scientifiques ont eu tort, donc comme presque tous scientifiques sont d'accord sur le RCA , et bien ils ont certainement tort ...

    Je vous conseille neanmoins de regarder ce reportage sur les vagues scélérates qui est passionnant.

    Pour finir , je ne suis pas du tout d'accord lorsque vous parlez "d'allegations fantaisistes" ....
    Pensez vous serieusement que le CERN utiliserait une installation á plusieurs milliard d'euros pour vérifier une hypothése "fantaisiste" ? C ést pourtant ce qu'il a fait pour verifier la pertinence de la theorie de Svensmark .... Cela ne signifie pas que Svensmark a raison mais au moins il apporte un certain serieux scientifique ...

    Vous me conseillez "Les marchands de doute" ? Peut etre , en alternance avec la Peur exponentielle alors ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je parlais de strawman concernant votre phrase « Ce n'est en rien une démonstration scientifique ou mathématique. » qui laisse penser que le consensus serait avancé comme preuve du RCA ; et je ne pense pas qu'il y ait beaucoup de politiques , journalistes ou blogueurs qui utilisent vraiment cet « argument », ils sont à mon avis une minorité, il suffit de lire les bons (journalistes et blogueurs) et vous verrez que vous n'aurez pas de problème de ce côté là, quant aux politiques j'espère que vous ne pensez pas qu'ils savent toujours de quoi ils parlent...

      Quant aux « Marchands de doutes » c'est d'un tout autre niveau que ce qu'on peut lire chez Benoit Rittaud qui n'est pas là pour vous informer...

      Supprimer