Nombre total de pages vues

samedi 4 juin 2016

Retour sur les prédictions du grand oracle Claude allègre

Il est parfois utile de jeter un œil sur le passé afin de voir comment certaines prédictions ont vieilli, surtout quand ces prédictions émanaient d'un homme comme Claude Allègre !

Dans un article (dont il a transmis le secret à des gens comme Benoit Rittaud) paru en 2011 sur slate et titré malencontreusement (pour Allègre) Le réchauffement climatique c'est du passé (sic), il nous gratifie de quelques perles qu'il convient de reprendre ci-après :
  • Une diminution de l'activité solaire annoncée par des physiciens de renom pourrait bien conduire à un refroidissement et non pas à un réchauffement climatique.
Ici on commence avec un argument d'autorité (on en appelle à des "physiciens de renom") superposé à un strawman : la diminution de l'activité solaire est bien réelle et personne ne la nie, surtout pas le GIEC, malheureusement (pour Allègre encore une fois) le GIEC nous dit que ce qui nous vient du soleil c'est peanuts dans l'augmentation des températures :


Le FR dû aux changements concernant le rayonnement solaire est estimé à 0,05 [0,00 à 0,10] W m-2 (voir figure RID.5).
Les observations satellitaires relatives aux changements du rayonnement solaire total de 1978 à 2011 indiquent que le
dernier minimum solaire était inférieur aux deux précédents. Cela induit un FR de –0,04 [–0,08 à 0,00] W m-2
entre le minimum le plus récent en 2008 et le minimum de 1986; {8.4}

On a de la peine à discerner dans ce tableau l'influence du soleil, par ailleurs tout le monde a bien vu que depuis 2011 malgré une faiblesse notoire du rayonnement solaire les températures n'arrêtent pas de battre des records.
  • Hier c’était le réchauffement climatique dont l’homme serait responsable par ses émissions  incontrôlées de CO2. C’était Copenhague, la panique mondiale et le tintamarre médiatique de la part de journalistes exaltés car ils se retrouvaient face à une peur millénariste.
Admirons l'enfilage de lieux communs basés sur tout sauf de la science :
    • dont l’homme serait responsable (Allègre en est encore au conditionnel)
    • émissions incontrôlées de CO2 (par là Allègre sous-entend que l'Homme contrôle ses émissions de CO2...)
    • la panique mondiale (panique, où ça une panique, et mondiale en plus ?)
    • le tintamarre médiatique (informer sur la situation c'est faire du tintamarre...)
    • de journalistes exaltés (pour Allègre les journalistes qui font leur boulot sont des exaltés)
    • une peur millénariste (rien que ça, mais il est vrai que le 21 décembre 2012 arrivait à grand pas !)
Et c'est un  scientifique de renommée mondiale reconnu par tous comme très compétent dans son domaine qui en trois lignes se permet de singer le pire des marchands de doute.
  • Aujourd’hui les lampions se sont éteints. On ne parle plus de Copenhague, ni de Kyoto. Les régulations sur les émissions de CO2 sont une à une oubliées.
Ah bon ? Alors pourquoi cet article concernant les normes sur le CO2 qui rendraient les voitures plus chères ?
    • L'Europe durcit les normes d'émission des véhicules. Ce qui risque de renchérir les véhicules et de les complexifier au détriment de la fiabilité. Les nouvelles normes d' émissions de CO2 des voitures vendues dans l'Union européenne ne devront pas dépasser 95 grammes au kilomètre en moyenne à compter de 2021, contre 160 grammes actuellement et 130 grammes à partir de 2015.
En même, à supposer qu'il y ait des difficultés à mettre en place des régulations, et à supposer en outre que les COP (Copenhague, Kyoto, Paris...) soient des échecs ou des demi-succès, en quoi cela montrerait-il qu'il ne faudrait rien faire parce qu'il n'y aurait soi-disant pas de problème avec le CO2 ?
C'est un peu le même raisonnement qui consiste à dire que parce que quelque chose est difficile à faire il ne faut surtout pas le faire !
  • La Maison Blanche n’a plus de conseiller climatique, les réunions de l’ONU sur le contrôle des émissions de CO2 font long feu les unes après les autres.
Alors là c'est un argument béton, parce que les US n'auraient pas de conseiller climatique alors... alors quoi ?
D'autant plus que si j'en crois cet article la Maison Blanche avait bien en janvier 2015 un conseiller scientifique répondant à des questions sur le changement climatique !

Ah mais peut-être que Claude Allègre voudrait que la Maison Blanche ait un conseiller s'occupant à 100% de son temps des questions climatiques ?

Et pourquoi mettre dans la même phrase la Maison Blanche et l'ONU ? Ah oui, pour bien monter que ce sont les US qui dirigent le monde et contrôlent l'ONU...
  • La Cour suprême des Etats-Unis elle-même, dans une déclaration historique, vient de déclarer que le scénario classique du Global Warming (réchauffement climatique) créé par l’homme n’était pas démontré.
De mieux en mieux, pour Claude Allègre la Cour suprême des Etats-Unis est habilitée à "déclarer" que le réchauffement climatique is a hoax ! Les revues à comité de lecture peuvent aller se rhabiller, la science pour Claude Allègre se décrète à la Cour suprême des Etats-Unis !
Il est vrai que la Cour suprême des Etats-Unis s'est encore récemment honorée en donnant un coup d'arrêt au plan d'Obama pour le climat, certainement pour donner raison à Claude Allègre...
  •  Et de recommander la lecture des articles de Freeman Dyson, l’un des physiciens les plus respectés au monde et des climatolo-sceptiques les plus convaincus.
Encore un argument d'autorité faisant appel à un non expert en science du climat, comme Freeman Dyson l'a lui-même admis au grand désespoir des climatosceptiques qui comptaient beaucoup sur lui :
    • Brilliant physicist and committed (gasp) Democrat Freeman Dyson has called out President Obama on his climate change stance and Fox News et al. are busy making low-quality hay. The deniers are desperate. The best hero they can muster is a 91-year-old guy who’s the first to admit he’s no expert and has no interest in being the spokesperson for this cause.
    • “I guess one thing I don’t want to do is to spend all my time arguing this business,” Dyson told Yale Environment 360 in 2009, after the New York Times Magazine published a cover story that focused on his skepticism. “I mean, I am not the person to do that. I have two great disadvantages. First of all, I am 85 years old. Obviously, I’m an old fuddy-duddy. So, I have no credibility. And, secondly, I am not an expert, and that’s not going to change. I am not going to make myself an expert.”
    • “My objections to the global warming propaganda are not so much over the technical facts, about which I do not know much, but it’s rather against the way those people behave and the kind of intolerance to criticism that a lot of them have.”
Mince alors, c'est pas de chance pour Claude Allègre qui a misé sur le mauvais cheval.
  • Au grand désespoir des scientifiques dont la notoriété s’est bâtie à moindres frais sur la mode du Global Warming, le sujet est en train de passer de mode.
Je n'étais pas au courant que les scientifiques étaient désespérés et que le sujet du climat était passé de mode ; par ailleurs, pour un scientifique comme Allègre traiter ses condisciples de fashion victims est plutôt insultant je trouve, pas vous ?
  • Car le climat est toujours à l’ordre du jour. Et il y a du nouveau!
On peut compter sur Claude Allègre pour nous informer en toute objectivité.
  • Faisant suite aux travaux de plusieurs équipes notamment celle du Hollandais de Jager, des spécialistes du soleil travaillant avec la Nasa nous annoncent aujourd’hui qu’il faut peut-être s’attendre à entrer dans un petit âge glaciaire analogue à celui qui a prévalu de Louis XIV à Napoléon. Cette prédiction est fondée sur trois types d’observations indépendantes dont la plus spectaculaire est une diminution de 30% du champ magnétique du soleil.
Nous y voila, avec ce fameux soleil qui entrerait dans un cycle de Grand Minimum et nous ferait vivre un nouvel âge glaciaire, mais quand on lit l'abstract :
    • We summarize recent findings about periodicities in the solar tachocline and their physical interpretation. These lead us to conclude that solar variability is presently entering into a long Grand Minimum, this being an episode of very low solar activity, not shorter than a century. A consequence is an improvement of our earlier forecast of the strength at maximum of the present Schwabe cycle (#24). The maximum will be late (2013.5), with a sunspot number as low as 55.
 On a beau écarquiller les yeux on ne voit nulle part mention d'une quelconque baisse des températures...seulement dans l'introduction peut-on lire
    • Solar activity is believed to be associated with climate change [...] prolonged episodes of reduced sunspot activity, such as the Maunder Minimum (named after solar astronomer Edward W. Maunder), were clearly linked with an episode of extreme cooling and bitingly cold winters in Europe and North America, known as the "little ice age."
Alors on va renseigner Claude Allègre sur le sens de quelques mots anglais :
    • is believed = est supposé
    • were = temps passé du verbe être = était # est
Donc nulle part les auteurs de l'étude ne se hasardent à prédire pour le 21ème siècle une baisse des températures liées à la baisse de l'activité solaire.
Par ailleurs on pourra lire cet article sur realclimate, What if the Sun went into a new Grand Minimum? qui se conclut ainsi :
    • According to these results, a 21st-century Maunder Minimum would only slightly diminish future warming.
    • It is clear that if a grand minimum were to happen it would be a tremendously exciting opportunity for solar physicists, however it is unlikely to be very exciting for anyone else.
Bref ce minimum solaire va peut-être (mais c'est pas sûr) ralentir la hausse des températures, et comme on peut le voir depuis l'article de Claude Allègre (en 2011) les températures ont effectivement une tendance baissière :


 En fait toutes les années depuis 2011 ont été plus chaudes que les précédentes, mais il est vrai que 2011 était plus "froide" que 2010, peut-être la cause de la prédiction ratée de Claude Allègre ?

  • Les prédictions fluctuent avec les époques. Dans les années 1970, on devait craindre un refroidissement ou un hiver nucléaire; dans les années 1990-2000 l’alarme c’était le réchauffement; va-t-on rebasculer vers la mode du refroidissement futur?
Faux bien sûr, dans les années 1970 certains scientifiques s'étaient aventurés à prédire que les températures allaient baisser, mais ils étaient une minorité :
    • Au cours des trente années ayant précédé les années 1970, les relevés de température disponibles laissaient croire qu'il y avait une tendance au refroidissement. Par conséquent, certains scientifiques avaient suggéré que la période interglaciaire actuelle arrivait à sa fin et que la Terre pourrait plonger dans une nouvelle ère glaciaire au cours des prochains siècles.
    • [...] en même temps que certains scientifiques laissaient entendre que nous pourrions être confrontés à une autre ère de glace, un plus grand nombre d'études publiées les contredisaient.
 Caramba encore raté mister Allègre !












  •  Mon point de vue ne change pas. Ayant été amené à travailler sur les systèmes complexes naturels et à réfléchir sur leur logique, je continue à penser que le climat comme l’économie, comme la genèse du champ magnétique terrestre ou la turbulence est un système chaotique qui est imprédictible à long terme.
 Un scientifique qui compare le climat à l'économie, ça vous pose immédiatement l'individu ; comme si les modèles climatiques ne s'appuyaient pas sur des équations testées et prouvées de longue date alors que l'économie n'est qu'une science sociale s'appuyant essentiellement sur des suppositions créées par différentes "écoles" qui ne sont évidemment pas d'accord entre elles.
  •  Je crois aussi comme je l’ai écrit depuis quinze ans que l’homme s’adaptera aux changements climatiques comme il a su le faire depuis son émergence sur Terre, il y a 4 millions d’années! Comme l’écrit si bien Jean-Claude Carrière «le futur est imprédictible justement parce que c’est le futur!»
 Claude Allègre est un croyant qui croit que l'Homme dans sa grande sagesse pourra s'adapter en toutes circonstances ; apparemment il n'a pas lu Effondrement de Jared Diamond, autrement il saurait que certaines civilisations ou simples populations n'ayant pas su gérer leur environnement ont tout bonnement disparu ou bien ont eu de très gros problèmes pour arriver à survivre.

Personnellement je ne pense pas que nous disparaitrons, par contre il est fort probable que nous aurons de sérieux problèmes si nous comptons uniquement sur la sagesse de l'espèce humaine sans tirer les conséquences de nos erreurs passées.



 



 

1 commentaire:

  1. Concernant l'"argument" d'Allègre "Dans les années 1970, on devait craindre un refroidissement", avant-hier justement voici ce que l'on pouvait voir sur ce lien http://davidappell.blogspot.fr/2016/06/1972-walter-cronkite-warms-of-coming.html :
    https://youtu.be/hms8rggsMDQ
    Avec le commentaire de David Appell : "Scientists weren't wrong in 1972. Cronkite reported on *ONE* scientist, Lamb. Lamb was wrong."

    RépondreSupprimer