Nombre total de pages vues

lundi 16 janvier 2017

Francis Richard, le bon apôtre du dieu Marcel Leroux, 9 ans après...

Marcel Leroux est décédé le 12 août 2008, soit il y a presque 9 ans maintenant.

L'occasion de faire aujourd'hui le point via un blog que je viens de découvrir, Le blog de Francis Richard, qui faisait à l'époque l’éloge de cet « illustre climatologue » (enfin, illustre dans l'esprit de ce Francis Richard)

Tout d'abord qui est ce blogueur et quelle est la nature de son site ?
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés. 
Nous retrouvons ici les trois fondamentaux du climatoscepticisme :
  • religiosité du discours
  • positionnement clairement à droite (voire à l'extrême droite) de l'échiquier politique
  • idéologie libérale totalement assumée
De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres. 

Nous avons la confirmation ici que le profil climatosceptique du dénommé Francis Richard ne doit rien au hasard :
  • formation scientifique lui faisant croire qu'il peut en savoir autant sinon plus qu'un chercheur spécialisé sur un sujet donné, ici le climat
  • formé à Dauphine, temple de l'endoctrinement libéral où l'on trouve des enseignants comme Pascal Salin
  • travaille dans un domaine n'ayant rien à voir avec le sujet qu'il critique
Après ces préliminaires destinés à planter le décor, voyons ce que notre érudit en ressources humaines a à nous dire concernant l'immense Marcel Leroux, en décortiquant chaque ânerie proférée:
  • [...] il était un véritable climatologue, parce qu'il ne s'en laissait pas conter et parce qu'il ne fallait surtout pas lui donner la parole dans les media
    • des « véritables climatologues » il y en a beaucoup sur Terre, ils publient des études revues par les pairs dans des journaux à comité de lecture et sont quasiment tous d'accord pour dire que la Terre se réchauffe et que l'homme est responsable, principalement par ses rejets de CO2 ; les travaux de Leroux n'ont jamais été reconnus par la communauté scientifique et personne aujourd'hui n'évoque ses anticyclones mobiles polaires (AMP) sauf bien sûr les climatosceptiques
    • Michael Mann non plus « ne s'en laisse pas conter » et quand il est diffamé il porte l'affaire en justice avec de grandes chances de gagner ; Leroux était comme Allègre, une grande gueule, cela n'en fait pas pour autant un détenteur de vérité
    • heureusement que les media ne lui donnaient pas la parole, on va voir plus loin dans ce billet ce qu'il « produisait » quand il était interrogé par un (pseudo)journaliste !
  • Pourquoi donc ce silence à son propos, davantage encore maintenant qu'il est mort que quand il était vivant ? Parce qu'il n'était pas climatologiquement correct. En effet il s'opposait, arguments scientifiques à l'appui, aux fantasmagories du GIEC et de son fabuleux réchauffement climatique, menace brandie par tous ceux qui veulent asservir l'humanité et la priver de libertés, au nom d'une culpabilité parfaitement et opportunément inventée, à la faveur d'une peur parfaitement et médiatiquement organisée.
    • que veut dire « climatologiquement correct » ? Rien, bien évidemment
    • les « arguments scientifiques » de Leroux n'ont pas tenu la route et ont bien mal vieilli
    • et quelles sont les « fantasmagories du GIEC » ? On ne saura pas, Francis Richard ne développant pas ce qu'il reproche au GIEC, ce qu'il serait bien incapable de faire surtout s'il était confronté à un auteur qui démonterait facilement chacun de ses « arguments »
    • le GIEC n'a jamais parlé de « fabuleux réchauffement climatique », il serait même plutôt conservateur en sous-estimant le réchauffement
    • et voila la théorie du complot qui fait surface avec la volonté présumée des scientifiques d'« asservir l'humanité et la priver de liberté », rien que ça !
    • la responsabilité de l'homme dans le réchauffement climatique est habilement transformée en « culpabilité parfaitement et opportunément inventée », montrant ainsi le côté religieux projeté sur les scientifiques par Francis Richard (qui rappelons-le s'assume comme catholique)
    • la « peur parfaitement et médiatiquement organisée » n'existe que dans le cerveau malade de celui qui profère cette énormité ; ainsi on ne devrait parler dans les media d'aucun risque de quelque nature que ce soit de façon à éviter à tout prix de « faire peur à la population » ; Francis Richard doit vivre dans le monde merveilleux des Bisounours et de Oui-Oui où la maladie et la mort n'existent pas et où tout le monde il est beau et il est gentil !
  • Ainsi pour Marcel Leroux (j'emploie le présent à dessein) il n'y a pas de réchauffement global - la température du globe augmente à certains endroits du globe et diminue à d'autres -; le CO2 est une conséquence de l'augmentation de température et non pas l'inverse (l'activité humaine n'est responsable que d'une infime partie : voir mon article La note discordante de Jacques Lévy sur le réchauffement  ); de plus la concentration de CO2 est favorable à la végétation; l'effet de serre est dû essentiellement à la vapeur d'eau; la glace se renforce en Antarctique etc.
    • ni Leroux ni Richard ne savent ce qu'est une moyenne et ce que cela représente, ils pensent que les climatologues tentent de nous faire croire qu'il y aurait une « température moyenne » valable sur toute la planète et qu'ils ne seraient pas au courant que certaines zones se réchauffent et d'autres se refroidissent...
    • et voila que sort le mythe du « CO2 [qui] est une conséquence de l'augmentation de température et non l'inverse », preuve que Francis Richard ânonne ses contre-vérités sans même chercher à se renseigner un minimum
    • enfilage de perles d'inculture avec « la concentration de CO2 est favorable à la végétation; l'effet de serre est dû essentiellement à la vapeur d'eau; la glace se renforce en Antarctique » et, surtout, le etc. qui en dit long sur l'étendue du savoir de notre blogueur spécialiste en ressources humaines
  • Les travaux de Marcel Leroux ne seront pas ensevelis. Il y a de plus en plus de scientifiques qui se rebellent contre le totalitarisme climatique. Comme celle de tous les dissidents leur voix, étouffée dans un premier temps, finira par être entendue dans un second. Le 5 mars 2007 l'exposé de Marcel Leroux à l'Académie des Sciences ( ici ) avait ébranlé plus d'un académicien, englué jusqu'alors dans des préjugés. Quoiqu'on fasse la vérité sort finalement un jour de son puits et c'est elle qui rend libre comme le rappelle Saint Jean l'évangéliste. 
    • « Les travaux de Marcel Leroux [sont déjà] ensevelis », personne ne parle de lui et ses AMP ne sont pas près d'expliquer le fonctionnement du climat
    • « Il y a [de moins en moins] de scientifiques qui se rebellent contre [la science] climatique ; employer le terme « totalitarisme » en faisant référence à la communauté scientifique est éliminatoire, game over.
    • Pas grand monde chez les académiciens à avoir été « ébranlé » par Marcel Leroux, la preuve avec le texte du président de l'Académie des sciences en 2010 :
      • Des voix s'élèvent aujourd'hui pour remettre en cause l'existence d'un large consensus parmi les chercheurs sur les causes et les conséquences du changement climatique.
      • Pour ma part, je constate que les travaux, les conclusions et les méthodes des climatologues français font depuis des années l'objet d'une indiscutable reconnaissance dans la communauté scientifique nationale et internationale [...]
    • Et dans les conclusions du rapport de l'Académie on pouvait notamment lire :
      • Plusieurs indicateurs indépendants montrent une augmentation du réchauffement climatique de 1975 à 2003 [et ça ne s'est pas vraiment calmé depuis...]
      • Cette augmentation est principalement due à l'augmentation de la concentration du CO2 dans l'atmosphère.
      • L'augmentation de CO2 et, à un moindre degré, des autres gaz à effet de serre, est incontestablement due à l'activité humaine.
      • etc. [ce etc. regroupe de nombreux points contestés par les climatosceptiques comme Marcel Leroux et donc Francis Richard]
    • « La vérité sort [effectivement] un jour de son puits », en fait elle n'en finit pas de sortir mais apparemment Francis Richard regarde ailleurs, vers la droite bien sûr...
    • En bon catholique qui a des références Francis nous cite Saint Jean l'évangéliste qui, comme chacun le sait, est une sommité en matière scientifique
Comme on a pu le constater Francis Richard est un fidèle adepte de ce que l'on peut appeler la secte des climato-irréalistes (il l'a d'ailleurs démontré ici en avouant son allégeance), maintenant voyons en détail ce que Marcel Leroux était capable de dire comme sottises quand il était interviewé par quelqu'un se prétendant journaliste (en fait Leroux ne trouvant pas à se caser dans les media traditionnels il en était réduit à se tourner vers ceux qui acceptaient d'écouter ses délires)

La vidéo est disponible sur dailymotion, en voici quelques extraits :
  • Alors primo le climat a toujours changé [...]
    • Leroux commence fort en enfonçant une porte ouverte, aucun scientifique n'ayant contesté que le climat ait toujours changé, ce sont même les scientifiques qui ont à la fois démontré que le climat avait changé dans le passé et qu'aujourd'hui c'était l'homme qui était responsable d'un réchauffement anormal et accéléré
  • [...] assimiler ce changement au réchauffement climatique c'est un raccourci extrêmement rapide [...]
    • ou comment parler pour ne rien dire, les scientifiques ne font pas de « raccourci », tout est argumenté, étayé par des observations et des calculs et approuvé par l'immense majorité des pairs
  •  [...] on n'a jamais démontré que le climat de la Terre se réchauffe dans sa globalité, il n'y a pas de climat global donc il n'y a pas de réchauffement global, ça n'existe pas [...]
    • incompréhension de Leroux de ce qu'est une moyenne de température au niveau mondial ; pour aider Francis Richard (pour Leroux c'est trop tard) voici une explication du CNRS
  •  [...] dans la réalité il y a des régions qui se réchauffent, d'autres qui se refroidissent [...]
    • comme si les scientifiques n'étaient pas au courant, à croire que Leroux les prenait pour des crétins
  • [...] parce qu'on peut additionner des torchons et des serviettes et tout mélanger, mais ça n'a sur le plan climatique strictement aucune valeur [...] 
    • confirmation que Leroux prenait les scientifiques pour des crétins
  •  [...] est-ce que la Terre se réchauffe ? Non ! On n'en sait rien.
    • le « non » est dit sur un ton péremptoire n'admettant pas la contradiction, pour Leroux the science is settled dans l'autre sens !
    • Et comme Leroux ne connait pas son sujet il affirme qu'« on n'en sait rien », « on » étant supposé désigner les scientifiques qui travaillent sur le climat et qui ne sont évidemment pas d'accord avec ce que dit Leroux
  •  [...] on fait surtout de la climatologie people [...]
    • il doit y avoir de la part de Leroux une certaine amertume de ne pas être reconnu par les media mainstream, il aurait peut-être voulu pouvoir passer chez Ruquier ou Ardisson pour éclairer la populace...
  • [...] ensuite dire que le changement climatique est dû à l'effet de serre, ça c'est encore une nouveauté, mais on connait les causes du changement climatique, ça se trouve dans tous les manuels de climatologie, que ce soit les paramètres de Milankovitch, que ce soit les variations de l'activité solaire, que ce soit le géomagnétisme [...] que ce soit le rayonnement cosmique, toutes ces causes-là on les a déjà déterminées, on les connait [incompréhensible...] volcanique [...]
    • ce passage est une véritable perle, car dire que l'effet de serre serait une nouveauté alors qu'il a été déterminé en 1824 par Joseph Fourier, on n'en croit pas ses oreilles ! Ensuite lister plusieurs causes possibles du réchauffement climatique en laissant entendre qu'elles ne seraient pas étudiées par les climatologues, c'est tout simplement de l'escroquerie intellectuelle ; pour information voici un billet faisant référence à toutes les causes connues, documentation à l'appui. Et puis prétendre que le soleil ou le géomagnétisme auraient un impact plus important que le CO2 est tout simplement en contradiction avec la littérature scientifique, mais Leroux devait évidemment croire qu'il ne s'agissait que de la littérature de quai de gare...
  • [suit un passage assez confus dans lequel Leroux semble empêtré dans ses pensées] donc les causes, si on parle de causes, on peut faire l'inventaire de de (sic) causes, mais par contre dire que le gaz carbonique est à l'origine des variations climatiques, ça c'est encore une nouveauté sans fondement [...]
    • superbe strawman, les scientifiques ne disent pas que « le gaz carbonique est à l'origine des variations climatiques » mais qu'il est responsable de la majeure partie du réchauffement constaté, ce qui n'est pas tout à fait la même chose ; par ailleurs on repassera pour la « nouveauté sans fondement » puisque nous avons vu que dès 1824 Joseph Fourier a démontré le mécanisme de l'effet de serre, puis qu'en 1859 John Tyndall eut l'intuition que le CO2 jouait un rôle important dans cet effet de serre ; enfin, à la fin du XIXème siècle Svante Arrhenius détermina une sensibilité climatique de 5 à 6 degré en cas de doublement du taux de CO2 dans l'atmosphère (la sensibilité a été depuis réduite, mais Arrhenius a fait ses travaux il y a plus de cent ans...) ; tout cela sans compter les très nombreux chercheurs qui se sont succédé pour affiner les résultats sans jamais remettre en question les principes de base, à part cela « c'est encore une nouveauté sans fondement » si l'on en croit Leroux (mais a-t-on vraiment envie de le croire à ce stade ?)
  •  [...] le principal gaz à effet de serre c'est pas le gaz carbonique c'est la vapeur d'eau [...]
    • on reste sidéré par l'inculture de Leroux sur ce sujet ! pour information on consultera avantageusement cet article dans lequel on peut lire :
      • Vers la fin du XIXe siècle Svante Arrhenius reprit ce questionnement [entamé par Tyndall] et se tourna vers le CO2. Pourquoi ce gaz et pas la vapeur d’eau, qui est beaucoup plus abondante ? Parce que cette dernière fluctue quotidiennement tandis que le CO2 évolue sur des temps géologiques. 
      • [...]  un début de réchauffement initié par le CO2 provoquerait une hausse de la quantité de vapeur d’eau, et donc un réchauffement plus important encore. Ainsi le CO2 pouvait avoir un rôle pilote dans les changements climatiques.
  •  [...] et la vapeur d'eau agit à 95% sur ce que l'on appelle l'effet de serre [...]
    • ahurissant, Leroux affirme sans rire que la vapeur d'eau serait responsable de 95% de l'effet de serre si on le comprend bien (et malheureusement c'est bien ce qu'il faut comprendre dans sa bouche)
A ce stade de l'« interview » le « journaliste » avance prudemment (il doit se méfier des réactions de Leroux) mais maladroitement que ce qu'affirme Leroux est considéré comme du négationnisme, ce à quoi Leroux répond, après un long moment de confusion pouvant se voir dans son regard :
  • [...] les gens qui disent ça [que les climatosceptiques seraient négationnistes] sont des gens absolument ignares en climatologie [suit un long silence interrompu par le « journaliste »]
    • on a vu le degré de connaissances en climatologie de Leroux, quand il considérait le rôle du CO2 comme une « nouveauté sans fondement »...
  • [...] des journalistes, des media, des politiques, ,des ce qu'on appelle environnementalistes ou écologistes, c'est à dire des propagandistes [...]
    • bizarrement Leroux n'évoque pas les scientifiques dont les travaux sont justement repris par « des journalistes, des media, des politiques, des environnementalistes ou écologistes » et traite tous ces derniers de «  propagandistes » puisqu'ils ont le malheur de ne pas être scientifiques, donc qu'ils sont « ignares », comme moi d'ailleurs, et dont le crime horrible est de rapporter ce que disent les scientifiques qui sont, eux, les véritables experts dans le domaine ; c'est un peu le principe chez Leroux du « tirer sur le messager » du moment que le message ne vous plait pas.
  •  [...] mais euh leur formation, leur formation euh scientifique est nulle sur ce plan là [...]
    • ce que personne ne conteste, moi le premier, mais ce qui est ironique dans ces propos c'est que cela s'applique évidemment en premier lieu à tous les climatosceptiques auxquels nous sommes habitués et qui publient toutes sortes d'âneries sur leurs sites, comme Skyfall ou le blog de Francis Richard ! Le plus marrant c'est que notre Francis Richard, pas plus que les autres adeptes skyfalliens, ne se rendent même pas compte de cela... Ils adulent un individu qui leur dit texto qu'ils sont des ignares en pensant que les ignares c'est uniquement les autres !
  •  [...] On nous a toujours caché, les media ont caché, que d'abord la température est modifiée, et ensuite, au moins 800 ans après, ça peut aller de 800 à 4000 ans, c'est le taux de CO2 qui se modifie, c'est la température qui fait varier le taux de CO2 et pas l'inverse, pas l'inverse [...]
    • et Leroux se disait expert en climatologie ? On croit rêver ! C'est Claude Lorius qui a découvert ce lien entre évolution des températures et du CO2 dans le passé, mais c'est le même Claude Lorius qui affirme que le réchauffement climatique actuel est causé avant tout par les rejets de CO2 ; ainsi Leroux tombe les deux pieds joints dans le mythe du « climat qui a toujours changé » et de « la température qui précède le CO2 » tout en traitant les autres d'ignares en matière de climatologie ! Mais Leroux ne devait pas connaitre Lorius qui est quelqu'un de plutôt réservé et qu'on n'a jamais trop vu sur les plateaux télé au contraire d'un Allègre ou d'un Cousteau (lequel était lui aussi climatosceptique au passage)
Passe un ange entre le « journaliste » et Leroux, quelques  borborygmes sans grand intérêt sont échangés, puis :
  • [...] le climat évolue et a toujours évolué mais il n'évolue pas de la façon dont...ou plutôt le climat [Leroux regarde au ciel en se demandant comment il peut expliquer la chose...] ne sera pas ce que nous annoncent les modèles [...]
    • enfin voici qu'entrent en scène les modèles qui, selon Leroux, semblent être destinés à nous prédire ce que sera le climat futur, ce qui n'est bien entendu pas tout à fait leur rôle puisqu'ils se limitent à estimer une évolution de la température en fonction de divers scénarios qui seront évidemment différents de la réalité ; mais Leroux était un expert en climatologie n'est-ce pas ?
  •  [...] Donc si on veut pouvoir s'adapter à l'évolution [...] proche du climat dans les 10-20 ans qui viennent eh bien il faut déterminer réellement et précisément cette évolution et mettre au point les méthodes pour s'adapter [...]
    • époustouflant ! les scientifiques sont les premiers à dire qu'il est difficile voire impossible de prévoir ce que sera le climat au-delà d'un certain horizon (sans parler de la météo) mais Leroux croyait qu'on pouvait « déterminer réellement et précisément cette évolution [...] dans les 10-20 ans qui viennent » ! Mieux que Nostradamus !
  •  [...] parce que là on n'a qu'une chose à faire par rapport au climat c'est s'adapter [...]
    • magnifique enfonçage de porte ouverte, bien sûr qu'il faudra s'adapter quand les températures auront grimpé au point de nous rendre la vie difficilement supportable, mais Leroux ne se pose pas un instant la question des moyens que l'on peut mettre en œuvre dès maintenant pour limiter la hausse des températures.
  •  [...] Donc il est impossible de prévoir au-delà de, d'une dizaine de jours, prévoir un trimestre évidemment ça n'a aucune valeur, et prévoir 50 ans ou 100 ans à l'avance alors là c'est carrément de l'astrologie [...]
    • on se pince mais oui, Leroux mélange prévisions météo et projections climatiques, il met tout dans le même sac ; d'après lui, puisqu'on ne peut pas prévoir le temps qu'il va faire au-delà d'un certain nombre de jours alors on ne peut rien dire du tout de ce que sera le climat au niveau des températures dans un siècle... Par ailleurs on comprend mieux l'approche d'un Benoit Rittaud avec sa comparaison de la climatologie avec l'astrologie, il a été à bonne école, celle de Leroux !
Et je me suis arrêté là, fatigué de retranscrire autant d'énormités venant de la bouche d'un prétendu expert en climatologie. Il reste plus de dix minutes de vidéo à se « farcir » donc si vous êtes intéressés be my guest ! J'ai auditionné tout le reste jusqu'à la fin, ce n'est qu'un long échange de propos de café du Commerce entre le « journaliste » et Leroux, et l'impression que j'en ai retirée est un grand sentiment d’abattement devant tant de bêtise, me laissant perplexe quant au devenir de l'espèce humaine si on laisse des gens comme Trump gérer les affaires d'un pays comme les USA avec des raisonnement « à la Leroux »... On retiendra simplement les derniers mots de Leroux durant cet entretien :
  • Franchement ce sont des bêtises.
On ne peut pas mieux dire.

Qu'un tel charlatan ait pu obscurcir le jugement de nombreux climatosceptiques n'est finalement pas étrange, puisque « plus c'est gros et plus ça passe ».

J'aurais personnellement bien aimé que Leroux soit un scientifique de renommée internationale et que ses AMP soient reconnus par la communauté scientifique, malheureusement ce n'est pas le cas et il n'est pas besoin d'être climatologue pour s'en rendre compte.
 
Mais nous avons Lorius, Jouzel, Bard, Le Treut, Masson-Delmotte, entre autres, et ce n'est pas si mal que ça.

A l'attention de Francis Richard si un jour il lit ce billet (ce serait étonnant mais on peut rêver) voici un lien vers le site EchoGéo, un site de géographes pour les géographes, dans lequel il pourra trouver toutes les informations contredisant toutes les contre-vérités de Leroux et des autres baratineurs cherchant à vendre leur camelote ayant dépassé la date de consommation depuis bien longtemps.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire