Nombre total de pages vues

jeudi 20 avril 2017

Le sentier des crêtes

Cette randonnée est cotée difficile dans le topo guide Le Tarn à pied, pages 40-41, mais seulement quand les conditions sont mauvaises pour l'effectuer, c'est-à-dire par temps de pluie ou humide, ou en période de hautes eaux, ce qui n'était pas le cas ce mercredi où le soleil brillait dans un ciel sans nuage.

Le départ s'effectue à partir du village de Pampelonne, à une vingtaine de kilomètres d'Albi, où l'on gare sa voiture sur la place du Foirail, immense par rapport à la taille du patelin.

Il y a quantité d'itinéraires qui rayonnent un peu partout dans les environs tellement il semble y avoir de choses à visiter, mais j'ai choisi la balade dite du sentier des crêtes, donnée pour 11 kilomètres en 4 heures, mais même en faisant quelques petits détours et sans se presser outre mesure on peut faire 500 mètres de plus en une demi-heure de moins, casse-croute compris.


La chute de vitesse à 1.2 correspond au temps passé à inspecter la centrale hydroélectrique de Thuriès (de l'extérieur), alimentée par le barrage que l'on verra un peu plus tard vers la fin de la balade, ainsi qu'à lire les panonceaux donnant des explications sur la construction et le fonctionnement de l'ensemble barrage et centrale ; entre 2.2 et 2.4 c'est le casse-croute sur la fameuse crête qu'on ne voit en fait qu'au bout de deux heures de marche environ, car auparavant on est essentiellement au fond de la vallée du Viaur !

Bien que le soleil brillait de tous ses feux le vent du nord, léger mais sensible, faisait tomber la température qui ne dépassa pas je pense les 15 degrés.

Voici l'itinéraire plus détaillé :


La première partie, à l'ouest, est une longue descente vers la rivière du Viaur, dans un paysage qui me rappela les vallées encaissées du Caroux :

Descente vers le Viaur et la passerelle de Saint-Geniest qu'on peut apercevoir dans le fond.
Arrivé à la passerelle il ne faut pas la franchir mais rester rive gauche orographique, c'est-à-dire sur son côté droit en la remontant, contrairement à ce que laisse penser le GPS qui se trompe de rive...

On arrive facilement et rapidement en face du moulin de Bondouy puis on atteint la centrale hydroélectrique dont j'ai déjà parlé plus haut ; on peut également remarquer en arrière-plan et sur la hauteur le château de Thuriès auprès duquel on passera à la fin de la balade :

La centrale hydroélectrique de Thuriès et le château du même nom derrière elle.
Ce n'est qu'un peu plus loin que le chemin montera pour rejoindre les fameuses crêtes qui ont donné leur nom à ce sentier ; et c'est d'ailleurs sur ces crêtes que je conseille de s'arrêter pour déjeuner plutôt que de le faire au château qui se trouve à deux minutes...d'une route et de son parking...!

Le château de Thuriès.

La balade est très bien balisée et ne nécessite donc pas de s'équiper d'une carte ni même du topo guide, il suffit d'être attentif et de ne pas rater une marque et ça passe tout seul.

On rappellera seulement qu'il ne faut pas s'aventurer dans la vallée du Viaur en cas de crue ou quand le débit est trop fort, et on évitera les jours humides à moins d'avoir de bons crampons aux chaussures...



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire