Nombre total de pages vues

mardi 5 juillet 2016

En juin la température a baissé, la belle afffaire !

Dans un billet daté du 1er juillet, Spectacular Drop In Global Average Satellite Temperatures,
Anthony Watts publie la dernière version UAH des anomalies de températures, comprenant le mois de juin, la reprenant du site de Roy Spencer, un grand ami à lui :



On ne peut contester que le mois de juin enregistre une sérieuse baisse par rapport aux mois précédents, ce qui n'a rien d'étonnant puisque les effets du El Niño exceptionnel de 2016 sont en train de disparaitre.

Si l'on compare avec le précédent El Niño exceptionnel, celui de 1998, on s'aperçoit qu'il y a une grande similitude entre les deux événements.

Mais si l'on regarde attentivement on ne peut que constater que le El Niño 2016 est plus chaud que celui de 1998 ; d'ailleurs l'année 2016 sera très certainement plus chaude que 1998, peut-être pas aussi chaude que 2015 et 2014 qui sont les plus chaudes jamais enregistrées, mais quand même bien plus chaude que 1998.

On sera fixé fin 2016 début 2017 pour savoir si le creux obligatoire suivant tout El Niño sera plus bas que les précédents, mais je serais prêt à parier qu'il n'en sera rien, bref que les températures moyennes continueront de croitre, comme on peut le constater sur ce graphique concocté par mes soins :
J'ai sélectionné les même dates que Roy Spencer afin qu'on ne me taxe pas de cherry-picking ; tout le monde peut voir de ses yeux voir que la tendance des trois courbes est à la hausse (je n'ai pas mentionné la droite de tendance hadcrut car elle partait du début des mesures en 1850 et mon graphique aurait été moins lisible, cependant il est évident que sur la période sélectionnée elle est comparable aux données satellitaires)

Que croyez-vous que le message d'Anthony Watts puisse être en communiquant ces informations ?

Voici le tout premier commentaire pour donner une idée :
Normal, à trop lire un site de pseudoscience et croire sur parole les élucubrations d'énergumènes liés idéologiquement et/ou financièrement au système économique néolibéral prônant une consommation sans limite, il ne faut pas s'étonner de la crétinerie des commentaires.

Vous en voulez d'autres ?
  • Well if it gets much colder and wetter in the Northern Hemisphere, Australia will have to allow in some climate refugees.
  • What are some of the consequences of very rapid cooling? Are there implications to ponder that stand out from ‘normal’ cooling rates? Extraordinary change rates can sometimes have extraordinary consequences and I wonder what those might be and when or if we will see some of them.
  • This La Nina should last into 2018, and that will be followed by the solar minimum. All of that means cooling.
    Maybe.
  • Extraordinary consequences….
    Like Al Gore & Mr. Mann saying – sorry we were wrong it’s not CO2 it’s the Sun but thanks for the money we’ll pay it back!!
    I suspect more data fiddling & lies are what’s next; CAGW is a Juggernaut not easily stopped bay a few facts, so adjust the data to fit the belief.
  • Spectacular ‘drop’ looks a good match of the preceding spectacular ‘rise’, now back to pause, or even more worrying further decline from the pause to a less spectacular but longer lasting Global Cooling.
    Grand Global Temperature Maximum may soon be over, dutifully following its mentor Grand Solar Activity Maximum.
  • And to keep all this in perspective, we should keep in mind that it was hotter than both 1998, and 2016, in the past.
  • 1997 to 2016 looks more like a heartbeat within a range rather than warming. A full return to pause status for a second time across a span to (eg) 2018, refutes CO2 as “primary driver” and utterly refutes the “catastrophic” claim.
  • That means, pause-heitus is going to continue for few more years even though CO2 steadily rising..
    Dr. S. Jeevananda Reddy

Je vous avais prévenus, en matière de crétineries le site d'Anthony Watts met la barre très haut (mais en France nous avons Skyfall qui tient bien la corde et suit de très près)




17 commentaires:

  1. Ce qui m'étonne c'est qu'aucun climatosceptique n'ai fait la comparaison entre 1998 et 2016 ces deux années ont connu un phénomène Niño semblable et pourtant 2016 (même en prenant les données UAH qui sont selon nos climatorigolos les seules valables) et nettement plus chaud que 1998 et ce avec une activité solaire moindre. Il faudrait demander à murps (l'obscur professeur de collège) ce qu'il en pense.

    http://www.woodfortrees.org/plot/uah/from:1996


    Robert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Demander à Murps ?

      Allez voir sur Skyfall comment il me répond du haut de sa chaire en me considérant comme un petit vermisseau !

      Supprimer
  2. Justement, c'est une excellente occasion de lui clouer le bec, n'oublions pas qu'il réfute la théorie de l'effet de serre (sans aucun argument sérieux).

    Robert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Clouer le bec à Murps ?

      Vous êtes optimiste;)

      C'est comme demander à miniTAX d'être poli...

      Supprimer
    2. Par contre vous aimez prendre des coups et vous leur fournissez des arguments ad hoc.

      Robert

      Supprimer
    3. C'est bien possible que certains de mes arguments ne soient pas "top", mais j'aime les pousser dans leurs retranchements, ils finissent toujours par raconter de grosses bêtises (les miennes sont bien petites en comparaison)

      Mais si vous avez des critiques à faire sur mes arguments vous êtes libre de vous exprimer ici, je sais que vous au moins ne tenterez pas de m'embrouiller. De plus je suis preneur de tout ce qui peut améliorer mes connaissances sur le sujet du climat et je préfère quand même que ce que je raconte soit conforme à la vérité !

      Supprimer
    4. votre problème c'est vos lacunes en matière de science.

      Exemple :

      Quand Manivelle dit : " Le « réchauffement climatique d’origine anthropique » n’a pas, ni de près ni de loin, un statut de « théorie » comme la relativité générale ou la mécanique quantique", il a totalement raison, par contre quand il dit : "En conséquence, on prouvera très probablement sans la moindre ambiguïté dans le futur si le CO2 d’origine anthropique a oui ou non une responsabilité dans le réchauffement actuellement observé et si oui dans quelle mesure. Il faut le temps qu’il faut comme toujours.", il a tort, car ce fait est vérifié on a même la preuve physique que l'augmentation du taux de CO2 est due à la combustion des fossiles. Et comme la physique nous dit qu'augmenter les taux de CO2 atmosphérique freine le refroidissement de la terre, on sait avec certitude qui est responsable de quoi. A rappeler que le débat sur le sujet est clos contrairement à ce que voudraient nous faire croire certains.

      Robert

      Je cite Manivelle car c'est le seul qui y connaisse quelque chose les autres ne sont que d'aimables clampins à commencer par Abitbol (on ne se pose plus la question au sujet de Minitax, Nicias ou phi).

      Supprimer
    5. Je ne peux que vous donner raison pour mes "lacunes en matière scientifique", d'ailleurs je n'ai jamais prétendu ne pas en avoir, en fait j'en ai énormément.

      Par contre cela ne m'empêche pas de réfléchir et d'essayer de me documenter un minimum.

      En ce qui concerne la "théorie" du réchauffement climatique il me semble qu'il s'agit presque d'une question de philosophie, et je constate que beaucoup évoquent bien ce genre de "théorie" (https://scholar.google.fr/scholar?q=th%C3%A9orie+du+r%C3%A9chauffement+climatique&hl=fr&as_sdt=0&as_vis=1&oi=scholart&sa=X&ved=0ahUKEwjqoYPDgOHNAhVF0hoKHdw4DgEQgQMIGjAA), cependant je ne pense pas avoir argumenté ou insisté sur le fait qu'il existerait une "théorie du réchauffement climatique", et je n'ai pas répondu au commentaire de Manivelle pensant qu'il s'agissait d'un sujet stérile sur lequel il n'était pas besoin de s'appesantir.

      Par contre je suis davantage gêné par le problème de la "preuve" du rôle du CO2 dans le réchauffement anthropique qui, d'après mes recherches, ne semble pas pouvoir être apportée ; voir par exemple http://www.annales.org/re/2007/re47/RE%2047%20PDF%20final%20par%20art/012-017%20Planton.pdf)
      Extrait : "Une affirmation qui repose sur un lent processus de démonstration qui confronte résultats de simulations climatiques et observations."

      C'est plus ou moins ce que je disais dans un de mes commentaires en parlant d'éléments concordants (fonte des glaciers, hausse niveau des mers, acidification des océans, etc)

      Par contre, Robert, si vous avez une étude scientifique revue par les pairs dans laquelle le CO2 d'origine anthropique est clairement désigné comme le responsable du réchauffement climatique, je suis preneur !

      Évidemment je suis bien conscient que depuis Joseph Fourier il y a 2 siècles puis les innombrables scientifiques qui se sont succédé depuis et ont confirmé tout ce que nous acceptons aujourd'hui comme de la science établie (settled science) il est inutile de sans cesse revenir sur le sujet de la "preuve", cependant les climatosceptiques vous renvoient systématiquement dans la figure le "manque de preuve" en ajoutant en outre que c'est à celui qui affirme quelque chose d'apporter la preuve de cette chose (si vous avez un narratif pour contrer ce genre d'argument stupide je suis également preneur)

      Supprimer
    6. Robert, je ne sais pas si vous avez regardé la suite du fil des commentaires, il y a deux nouveaux intervenants qui me semblent bien plus fiables que notre Manivelle.

      D'abord Cho_Cacao que j'avais déjà vu se mesurer avec un des guignols de service (the fritz peut-être, je ne me souviens plus) puis Olivier qui me parait être le même Olivier que vous connaissez et qui était intervenu sur mon site.

      Autrement nous avons toujours les élucubrations de miniTAX...

      Supprimer
    7. Il n'y a pas une preuve mais des preuves et elle figurent toutes dans les rapports du GIEC. Celle qui concerne la combustion des fossiles c'est la quantité d'oxygène qui diminue au même rythme que le CO2 augmente. C'est indiscutable (sauf bien entendu pour les charlots d'en face.

      Robert

      Je ne pense pas qu'olivier soit le notre..mais je peux me tromper.

      A propos la banquise antarctique est rentrée dans le rang :

      http://nsidc.org/arcticseaicenews/

      Robert

      Supprimer
    8. Je referai le point en octobre après que le minimum arctique ait été connu pour recalculer la somme des deux banquises et la comparer aux précédents minima (je pense qu'il est préférable d’additionner les deux surfaces au moment de chaque solstice afin d'avoir une tendance globale)

      Pour les preuves je préfèrerais avoir les études originales qui sont reprises par le GIEC, car vous savez très bien ce qu'on vous répond quand vous faites référence au GIEC...

      J'imagine qu'on ne trouve cela que dans le rapport du groupe I mais c'est "un peu trop technique" pour moi, je vais quand même essayer d'y jeter un œil à l'occasion.

      Pour Olivier je suis comme vous, pas certain que ce soit le même que celui que nous connaissons, mais en tout cas il serait plutôt dans le camp des "réchauffistes" comme disent les "charlots d'en face".

      Supprimer
  3. Murps vous a dit : " Les lois physiques – que j’enseigne – sont des lois simples qui se vérifient par l’expérience et la relation de cause à effet"

    Je lui répondrais : " Comme les propriétés radiatives des gaz à effet de serre ? "

    Robert

    RépondreSupprimer
  4. vous avez un élément de réponse ici :

    http://geoweb.princeton.edu/people/bender/lab/research_o2n2.html

    Si vous avez des questions n'hésitez pas.

    En fait le mécanisme de base est assez simple quand on brûle des fossiles le carbone des fossiles va s'allier à l'oxygène pour former le CO2 (C+O2=CO2) donc à chaque molécule supplémentaire de CO2 correspond une molécule d'O2 en moins.

    Robert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le lien Robert mais j'ai bien peur qu'il me manque les bases pour profiter pleinement du cours d'un professeur d'Université !

      Je comprends parfaitement des choses comme votre explication sur la formation du CO2, malheureusement ça ne dit pas pourquoi davantage de CO2 dans l'atmosphère entraine une augmentation de la température ; pour cela il y a par exemple ceci : http://lgge.osug.fr/IMG/fparrenin/popularization/2013-IPSL-CO2.pdf, mais ce n'est pas un papier revu par les pairs (même si je ne remets nullement en cause ce qu'écrit Parrenin) et un climatosceptique ne serait pas impressionné... il ne serait même pas impressionné si je lui montrais un papier revu par les pairs, alors un simple pdf... (c'est d'ailleurs ce que je leur dis quand ils me montrent un pdf censé prouver que l'effet de serre n'existe pas, cf JP Bardinet)

      Supprimer
    2. """"malheureusement ça ne dit pas pourquoi davantage de CO2 dans l'atmosphère entraine une augmentation de la température""""

      C'est pourtant très simple. le CO2 freine le refroidissement de la terre (il agit comme un isolant) plus vous en avez plus vous freinez ce refroidissement mais pendant ce temps là, le soleil continue à chauffer la planète au même rythme. Bien entendu ce que je dis est ultra simplifié mais c'est le principe. on peut faire l'analogie avec un autoroute et une gare de péage dont le flux véhicules entrant et sortant est équilibré; quand vous fermez des cabines (ce qui correspond à l'augmentation du CO2), vous freinez le flux de voitures sortant jusqu'à créer un bouchon car le flux entrant est inchangé (flux solaire). Ce bouchon c'est le réchauffement.

      Robert

      Supprimer
  5. Réponse de la part d'Olivier (le vrai) : non, ce n'est pas moi qui interviens sur skyfall. Je n'y interviens plus depuis longtemps.

    RépondreSupprimer