dimanche 3 juillet 2016

Gros problèmes de compréhension chez Skyfall (3)

On commence à en avoir l'habitude avec le site de pseudoscience Skyfall, la compréhension de texte n'est pas le fort de la plupart de ses adeptes, comme j'ai déjà pu le démontrer à deux occasions :
Nicias vient juste de nous montrer un autre exemple de ses difficultés de discernement, lui qui conseille bien volontiers aux autres d'utiliser sa méthode de "lecture avec le doigt" qui s'avère plutôt dommageable en ce qui le concerne.

Ainsi dans le dernier billet paru sur Skyfall, intitulé bulletin des climato-réalistes n° 36 (on est prié de ne pas rire à la lecture du mot "réalistes" si éloigné de la ligne éditoriale du site en question) on peut voir un paragraphe consacré à une information récente sur le dépassement des 400ppm de CO2 sur l'ile française Amsterdam dans l'hémisphère sud :

  • 400 ppm
    • Le LSCE (Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement) annonce qu’en mai 2016 l’observatoire de l’Île Amsterdam, au sud de l’Océan Indien, a enregistré pour la première fois une  concentration atmosphérique de CO2 dépassant la barre symbolique des 400 ppm. « Températures et CO2 grimpent » s’extasie Sylvestre Huet le 16 juin dans le Blog Sciences2 du Monde, nullement impressionné par le fait que la communauté scientifique s’accorde dans son ensemble sur le fait que c’est la hausse des températures précède celle du CO2.
Dans cette information dont la première partie est parfaitement exacte et conforme à la réalité, on s'aperçoit que la deuxième partie vient tout foutre en l'air en affirmant que "la communauté scientifique s’accorde dans son ensemble sur le fait que c’est la hausse des températures précède celle du CO2", ce qui est évidemment complètement faux (on passera sur la faute de syntaxe tellement habituelle sur ce site, le français ne devant pas être la première langue de la plupart des intervenants...)

On peut pour s'en convaincre consulter maints documents scientifiques "sérieux" (i.e. non entachés d'idéologie et de fausse science) comme par exemple celui-ci datant de 2008 dans lequel on peut notamment lire :
  • Une origine différente : au quaternaire, les variations de température mesurées dans les glaces ont pour origine 
    fondamentale des variations d’ensoleillement associées aux variations des paramètres orbitaux de la Terre. A l’échelle du réchauffement actuel (sur un siècle), la prise en compte de la variation de ces paramètres n’est pas pertinente pour expliquer une perturbation climatique de l’ampleur de celle observée.
  • Des proportions différentes : la concentration actuelle en CO2 est supérieure à celle des interglaciaires pour lesquels les carottes antarctiques nous fournissent des enregistrements précis.
  • Une chronologie différente : la concomitance entre l’augmentation actuelle du C02 atmosphérique et des températures exclut la possibilité que le CO2 soit systématiquement un produit de l’augmentation des températures au terme de mécanismes aux temps de réponse de plusieurs centaines d’années.
  • Différente des variations passées les plus documentée, l’évolution actuelle des températures et de la teneur en CO2 n’est pas explicable par la même chronologie d’évènement.
    Aussi le retard de phase du CO2 sur la température dans les déglaciations passées ne remet pas en cause l’origine anthropique des modifications climatiques actuelles.
En conclusion les auteurs (Isabelle Gouttevin et Georg Teiser) résument ainsi la corrélation entre CO2 et températures :
  • Les enregistrements glaciaires antarctiques, analysés via des modèles de densification de la neige, permettent d’inférer un retard du C02 sur la température de quelques centaines d’années pour les dernières déglaciations.
  • Les variations des paramètres orbitaux de la terre semblent initialement à l’origine des cycles glaciaire-interglaciaire.
  • les changements de température initiaux ont provoqué des variations de la teneur en CO2 de l’atmosphère, notamment via des processus océaniques impliquant majoritairement l’hémisphère sud mais aussi probablement l’hémisphère nord.
  • ce CO2 a à son tour eu une rétroaction positive sur le changement climatique initial en tant que gaz à effet de serre.
  • Cette chronologie n’est pas transposable à l’évolution climatique récente, dont l’origine et les mécanismes sont nécessairement différents.
  • L’argument des 800 ans de retard du CO2 sur la température dans les déglaciations du quaternaire n’est donc pas recevable dans un argumentaire niant la responsabilité anthropique du réchauffement climatique actuel.  

La dernière phrase est claire, limpide, sans ambiguïté et conforme à tout ce que l'on peut lire sur le sujet dans la littérature scientifique.

 
On peut même trouver une étude de Gerhard Krinner et Frédéric Parrenin affirmant que Température en Antarctique et CO2 ont augmenté simultanément par le passé, c'est-à-dire sans aucun décalage...

Par conséquent l'affirmation selon laquelle "la communauté scientifique s’accorde dans son ensemble sur le fait que c’est la hausse des températures [qui] précède celle du CO2" ne s'applique éventuellement que pour les périodes de déglaciations antérieures à l'époque industrielle actuelle mais en aucun cas pour la période actuelle, ce que je commente brièvement sans trop m'appesantir tellement cela semble évident :
  • 4.  Mano | 1/07/2016 @ 18:41 « nullement impressionné par le fait que la communauté scientifique s’accorde dans son ensemble sur le fait que c’est la hausse des températures précède celle du CO2. »
    Comment pouvez-vous proférer de pareilles âneries sans même en voir le ridicule ?
Et c'est ici qu'intervient Nicias, l'homme qui ne sait pas faire la différence entre un hiatus et une pause et qui traduit le mot anglais slowdown par le mot français pause !
  • 5.  Nicias | 1/07/2016 @ 19:19
    Mano (#4),
    Quand tu t’adresses à l’auteur d’un article, et que donc tu es son hôte, tu es prié de faire des commentaires construits et argumentés avant de prétendre qu’il raconte des âneries.
    Nicias, modérateur.
Et c'est Nicias qui me demande de faire des "commentaires construits et argumentés"...

Sur ce intervient le dénommé andqui qui lui aussi a de toute évidence de sérieux problèmes de compréhension :
  • 6.  andqui | 1/07/2016 @ 19:36
    Mano (#4), Cher M. Mano,
    il me semble que vous n’avez pas bien lu: il s’agit de la « communauté scientifique », pas de la communauté politico-di Caprio-médiatique. D’une façon générale, les scientifiques pratique une méthode qualifiée d’empirique qui privilégie l’observation. Ailleurs, on s’accommode plutôt de transcendance, ce qui évite l’effort de la pénible réflexion.
Et c'est andqui qui prétend faire "l'effort de la pénible réflexion"...

Je réponds donc à Nicias et andqui dans la foulée :
  • 7.  Mano | 1/07/2016 @ 19:45
    Nicias (#5), je ne vous réponds pas à vous Nicias, car je sais que vous vous fichez pas mal de ce que je peux dire, je répondrai uniquement à l’attention de tout lecteur ayant l’esprit un peu critique et susceptible de vouloir s’informer ailleurs que sur un site climatosceptique comme Skyfall ; par exemple la réponse peut aisément se trouver ici http://www.skepticalscience.co.....rature.htm, mais aussi tout simplement dans toute la littérature scientifique sur le sujet, résumée dans les rapports du GIEC.
    Dans le passé la hausse de la température précédait bien la hausse du CO2 d’environ 800 ans, avec rétroaction positive (la hausse du CO2 entrainant elle-même une hausse de la température) mais ça c’était avant, car depuis que l’homme rejette des quantités massives de CO2 dans l’atmosphère c’est bien la hausse du CO2 qui précède de très peu la hausse de la température.
    Donc je confirme que l’affirmation citée dans l’article « la communauté scientifique s’accorde dans son ensemble sur le fait que c’est la hausse des températures [qui] précède celle du CO2 » est une ânerie parce qu’elle est tout simplement contraire à la vérité que tout un chacun peut vérifier.
    A moins bien sûr que «  »la communauté scientifique dans son ensemble » représente en fait la communauté scientifique climatosceptique… (mais même Judith Curry vous dirait que votre affirmation est une ânerie)
  • 8.  Mano | 1/07/2016 @ 19:50
    andqui (#6), cher M. andqui,
    J’ai parfaitement lu, c’est vous qui n’avez manifestement pas bien compris et mélangez tout en pensant que la « communauté scientifique » valide l’ânerie proférée par l’auteur de l’article.
    Un conseil : variez vos lectures et évitez de les limiter aux sites qui se contentent de confirmer vos croyances (vous voyez bien qu’en ce qui me concerne je n’hésite pas à m’aventurer ici)
Et là l'inénarrable Murps, qui prétend enseigner les sciences (après tout Benoit Rittaud est mathématicien et Vincent Courtillot géophysicien, ça ne les empêche pas de proférer eux aussi des âneries) me sort ceci :
  • 9.  Murps | 1/07/2016 @ 20:09
    Mano (#7),
    Dans le passé la hausse de la température précédait bien la hausse du CO2 d’environ 800 ans, avec rétroaction positive (la hausse du CO2 entrainant elle-même une hausse de la température) mais ça c’était avant, car depuis que l’homme rejette des quantités massives de CO2 dans l’atmosphère c’est bien la hausse du CO2 qui précède de très peu la hausse de la température.
    Comparer des courbes étalées sur des milliers d’années à partir de relevés de proxy qui extrapolent ET les températures MOYENNES ET les taux de CO2 avec d’autres séries de courbes sur quelques dizaines d’années relevées et compilées de manière fantaisiste avec du rouge partout…
    A partir de trucs comme ça bruités à donf, on voit forcément des corrélations là où il y en a pas.
    Ah oui, on est en pleine pseudo science…
On voit que Murps est bien à donf dans la science avec un éclair de pseudo lucidité quand il parle de pseudoscience, car il ne se rend même pas compte qu'il évoque son cas personnel.

Sur ce une vieille connaissance vient mettre son grain de gros sel :
  • 10.  Manivelle | 1/07/2016 @ 20:44
    nullement impressionné par le fait que la communauté scientifique s’accorde dans son ensemble sur le fait que c’est la hausse des températures précède celle du CO2.
    Oui, en effet, la « communauté scientifique dans son ensemble » c’est bien connu c’est les membres du célèbre « club de la petite science bonhomme » qui s’est justement illustré brillamment à cet égard encore tout récemment sur un autre fil, fermé en catastrophe pour cause de surchauffe.
    Nicias, il va falloir écraser la discussion qui se profile dans l’oeuf.
On ne saura pas de quoi il parle et à vrai dire on s'en fout un peu.

Mais voici qu'un autre habitué de la faible comprenette pense apporter un peu d'humour :
  • 11.  AntonioSan | 1/07/2016 @ 20:50
    Murps (#9), C’est un disciple de Mann 😉
C'est pour moi un grand honneur d'être considéré comme un "disciple" de Mann, mais je crains fort de n'être un disciple de personne, seulement un supporter de la science en général et donc de Mann en particulier. Cependant je me demande toujours pourquoi cette référence continuelle à Mann alors que les travaux de celui-ci non seulement n'ont pas été réfutés mais ont été confirmés à plusieurs reprises par d'autres équipes ; il faut croire que s'attaquer uniquement à Mann évite de trop disperser ses efforts sur l'ensemble de la communauté scientifique (on appelle cela la Serengeti strategy)

Et c'est alors que Nicias revient à la charge, lui aussi (comme l'auteur du billet incriminé, un certain Usbek) fâché avec la syntaxe française :
  • 13.  Nicias | 1/07/2016 @ 22:09
    Mano (#7),
    La lettre et les articles dont qu’elle cite parle de la hausse du CO2 en mai 2016, consécutive à un el nino. Ton article sur les glaciations est complètement hors sujet.
    est une ânerie parce qu’elle est tout simplement contraire à la vérité
    La vérité, tu la trouveras dans le Coran, les Gâthâs, la bible, sur SkS ou dans un tribunal. Ici on s’occupe des faits.
    mais même Judith Curry vous dirait que votre affirmation est une ânerie
    Qui « vous » ? Tu réponds à Nicias #5 ou je m’exprimai en tant que modérateur. Fais attention à ce que tu dis …
    Manivelle (#10),
    Lis avec le doigt et contextualise la phrase. Est ce que la « communauté scientifique dans son ensemble » va nier l’influence du el nino sur ce record de CO2 atteint en mai 2016 ?
    Après j’ai pas écris cette lettre et je n’aurai certainement pas écris quelque chose d’aussi ambigu.
Il y a tellement de stupidité (sans s) dans ce commentaire que je ne sais par où commencer. En fait je répondrai un peu plus loin.

En attendant voici Usbek qui s'inquiète du passage de Nicias dans lequel celui-ci lui reproche d'avoir écrit de manière ambiguë (selon moi ce n'était pas ambigu, c'était idiot, mais Nicias et moi n'avons pas les mêmes valeurs)

  • 14.  Usbek | 1/07/2016 @ 22:17
  • Nicias (#13),
    Après j’ai pas écris cette lettre et je n’aurai certainement pas écris quelque chose d’aussi ambigu.
    Tu l’aurais formulé comment ?


    Et là notre vieil ami en remet une couche (de grain de gros sel) en suggérant justement qu'au lieu d'ambigu c'était en fait le mot idiot qui aurait dû être utilisé :
    • 15. Manivelle | 2/07/2016 @ 8:55

      Nicias (#13)

      Ouais, « ambigu » c’est bien le moins qu’on puisse dire. Pardonne-moi mais j’ai un autre mot qui me vient à l’esprit..

      Usbek (#14)

      Bah, on pouvait, par exemple, commenter:…
      • oubliant de dire que la hausse record du CO2 reçoit probablement un gros coup pouce du Nino 2015 qui déprime l’absorption par l’océan et la biosphère. 
    Vivement que cet El Niño 2015 soit du passé et qu'on passe à autre chose, par exemple à la hausse continue des températures provoquée par nos injections massives de CO2 ; dans 10 ou 20 ans El Niño 2015 sera oublié depuis longtemps mais les températures seront toujours en accroissement, à quoi les gens comme Manivelle pourront-ils bien se raccrocher ? (aux branches...?)
    • 16.  Mano | 2/07/2016 @ 9:21 Nicias (#13), « La lettre et les articles dont qu’elle cite parle de la hausse du CO2 en mai 2016, consécutive à un el nino. Ton article sur les glaciations est complètement hors sujet. »
      D’abord il va falloir apprendre à écrire correctement, ensuite il va falloir également apprendre à lire sans déformer les propos.
      Je cite à nouveau le passage : « Sylvestre Huet […] nullement impressionné par le fait que la communauté scientifique s’accorde dans son ensemble sur le fait que c’est la hausse des températures précède celle du CO2 »
      Cette affirmation est générale et ne se contente pas de faire référence au mois de mai 2016.
      « La vérité, tu la trouveras dans le Coran, les Gâthâs, la bible, sur SkS ou dans un tribunal. Ici on s’occupe des faits. »
      « Les faits » comme vous dites c’est que la « communauté scientifique dans son ensemble » ne valide en rien l’affirmation comme quoi « c’est la hausse des températures [qui] précède celle du CO2 ».
      Que ce soit sur mai 2016 ou sur n’importe quelle période depuis que nous rejetons du CO2 industriellement.
      Et comparer SkS au Coran ou à un tribunal tout en n’ayant pas honte de prétendre vous occuper des « faits », je pense que ça résume assez bien la petite phrase de Michel Audiard.
    Et là il fallait bien que l'inamovible testut vienne poser sa petite crotte :
    • 17.  testut | 2/07/2016 @ 20:49 Mano (#16),
      « Les faits » comme vous dites c’est que la « communauté scientifique dans son ensemble » ne valide en rien l’affirmation comme quoi « c’est la hausse des températures [qui] précède celle du CO2 ».
      Et oui , ce qui est grave , c’est que la hausse des températures stagne et que le CO2 continue toujours d’augmenter; cela fait 18 ans que cela dure maintenant , alors qu’on parle d’un phénomène radiatif ; il faut alors admettre que la hausse de température n’est pas celle de l’atmosphère ( de la basse troposphère) mais sans doute celle des abysses comme le pense Trenberth
    Apparemment personne n'a informé ledit testut que les températures étaient toujours en augmentation sans aucune pause, ce qui dénote une abyssale désinformation.

    Le mot de la (presque) fin pour le bas landais qui à son tour parle de son cas personnel en évoquant "des débats plutôt idéologiques".
    • 18.  Gilles des Landes | 2/07/2016 @ 23:06
      testut (#17), Pourquoi s’enquiquiner avec toutes ce tergiversations ? S’il y avait ne serait-ce qu’une seule étude revue par les pairs montrant le lien entre augmentation du CO2 et celle des températures, on pourrait faire amende honorable ! En, attendant, inutile de s’exciter sur des débats plutôt idéologiques.
      Ah, oui, je ne suis pas scientifique, j’oubliais…
    Ah ben oui c'est quand même ballot de ne pas être scientifique et de donner dans le même temps un avis scientifique qui n'est pas partagé par la communauté scientifique !

    Mais Gilou le landais n'est pas le seul à s'emmêler les pinceaux :
    • 19.  AntonioSan | 3/07/2016 @ 1:58 La peole a frire est orpheline…
    Quand on veut faire de l'humour on s'assure au minimum d'éviter les fautes grossières d'inversion de lettres, surtout dans une phrase comportant six mots...






    5 commentaires:

    1. Bah, on est habitué avec skyfall, ils sont encore pire que les ivrognes du bar du commerce au moment de la fermeture. Nicias tout comme Minitax n'entravent que dalle sur le sujet, les reprendre est leur faire trop d'honneur. Quant à Manivelle, il se prend pour la "sainte trinité" toute entière même s'il est vrai qu'il est le moins ignorant de la bande.

      Pour ce qui est du décalage CO2/température c'est assez complexe car il faut tenir compte de la capacité thermique des océans dont le réchauffement sera à l'origine du surplus de CO2 dans l'atmosphère. La seule différence notable en dehors de l'échelle de temps c'est comme vous l'aves dit que l'augmentation actuelle du taux de CO2 atmosphérique n'a rien de naturel.

      Robert

      RépondreSupprimer
    2. "les reprendre est leur faire trop d'honneur", en fait je ne cherche nullement à les convaincre, je pense seulement aux égarés qui viendraient par inadvertance sur Skyfall en pensant qu'ils trouveraient de l'information, à mon avis il est utile d'apporter la contradiction à leur intention.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Ceux qui lisent skyfall sont des convaincus, pour le lecteur de passage il n'est nul besoin d'être bac+5 pour se rendre compte que quelque chose ne colle pas dans la soupe qu'ils nous servent. Leur manque de cohésion et l'aide involontaire de Minitax, murps et manivelle sont très utiles.

        Robert

        Supprimer
    3. La question du déphasage T°/CO2 a été lancée très rapidement par les think-tanks américains après les premiers articles publiés sur la question dans les années 1999-2000.

      Les climatosceptiques font, comme d'habitude, une lecture totalement inepte de cette question.

      Pour l'essentiel, ils se basent sur Caillon et al. 2003, sans prendre en compte le fait que l'article se base sur une nouvelle méthode pour justement tenter de mesurer cet éventuel déphasage. Sans prendre en compte non plus les autres articles sur la question (Fischer et al. 1999 par exemple, mais il y en a d'autres) où le déphasage est estimé à nettement moins ; et dans lesquels les auteurs disent que ce déphasage estimé est inférieur aux incertitudes de mesures.

      Ils oublient ensuite, à dessein, que ce déphasage est celui de l'Antarctique et uniquement de l'Antarctique.

      Comme d'habitude, c'est du grand n'importe quoi.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. "c'est du grand n'importe quoi"

        Effectivement, on continue encore fréquemment à lire chez les climatosceptiques que "c'est la température qui précède la hausse du CO2"; ça en devient un mantra comme "le climat a toujours changé" ou "la température n'augmente plus depuis 20 ans"

        Supprimer