Nombre total de pages vues

lundi 6 février 2017

Bêtise et désinformation sur Skyfall, comme d'habitude...

Nous savons tous depuis longtemps déjà que les auteurs d'articles sur Skyfall prennent leurs lecteurs pour des imbéciles, et que leurs lecteurs assidus font en sorte de ne pas les démentir, nous en avons encore un exemple avec le dernier bulletin des climato-irréalistes mêlant allègrement bêtise et désinformation en quelques mots seulement agrégés dans le même sujet intitulé DES ÉVÉNEMENTS NATURELS EXTRÊMES… AUX PARTICULES FINES :
  • Selon le rapport quadriennal de l’Agence européenne de l’environnement (AEE), les événements climatiques extrêmes ont coûté 400 milliards d’euros à l’Europe (33 pays) entre 1980 et 2013 et seraient en forte augmentation. Selon ce rapport, note Libération, «Les vagues de chaleur ont causé des dizaines de milliers de morts prématurées en Europe, depuis 2000« . Comparons les dizaines de milliers de morts prématurées en Europe relevées par Libération au bilan des été étés caniculaires du XVIIIe siècle établi par l’historien du climat Emmanuel Le Roy Ladurie : 500 000 morts lors de l’été 1705, 700 000 lors des étés 1718-1719, avec l’apparition de nuées de sauterelles et une forme de climat saharien sur l’Ile-de-France. Y a-t-il vraiment du nouveau sous le soleil ?…
    Les sociétés d’assurance, elles, ne confondent pas conséquences d’un réchauffement climatique putatif et augmentation de l’exposition aux risques : on relève ainsi dans le dernier rapport de la société d’Assurance AON que le nombre d’évènements extrêmes (tremblements de terre inclus) est resté remarquablement stable sur la période 2000-2016.
    Selon AirParif, entre 2000 et 2012 les émissions d’oxydes d’azote en Île-de-France ont baissé de plus de 44 %, celles de particules fines (PM10) de 48 %. Comment donc expliquer ces 48 000 morts prématurées par an en France, victimes de la pollution, qui ont amené la maire de Paris à fermer les voies sur berge malgré l’avis défavorable de la commission d’enquête publique ?
     

Bêtise

Comparer la situation actuelle relevée par Libération avec celle prévalant au début du 18ème siècle se passerait presque de commentaire.

Libération se réfère à une étude récente de l'Agence Européenne de l'Environnement qui nous dit notamment :
  • The observed changes in climate are already having wide-ranging impacts on ecosystems, economic sectors and human health and well-being in Europe. Recent studies show that various observed changes in the environment and society, such as changes in forest species, the establishment of invasive alien species and disease outbreaks, have been caused or enhanced by global climate change.
  • Ecosystems and protected areas are under pressure from climate change and other stressors, such as land use change. The observed impacts of climate change are a threat to biodiversity in Europe, but they also affect forestry, fishery, agriculture and human health. In response to climate change, many land-based animal and plant species are changing their life cycles and are migrating northwards and to higher altitudes; regional extinctions have been observed; various invasive alien species have established themselves or have expanded their range; and various marine species, including commercially important fish stocks, are migrating northwards.
Et que trouve de mieux notre ami Usbek pour réfuter les conclusions de cette étude ?
  • [le] bilan des été étés caniculaires du XVIIIe siècle établi par l’historien du climat Emmanuel Le Roy Ladurie : 500 000 morts lors de l’été 1705, 700 000 lors des étés 1718-1719, avec l’apparition de nuées de sauterelles et une forme de climat saharien sur l’Ile-de-France. Y a-t-il vraiment du nouveau sous le soleil ?
On dit bien que « comparaison n'est pas raison » et comparer sur le plan sanitaire le début du 18ème siècle avec le début du 21ème est d'une stupidité sans borne, mais les bornes sont faites pour être franchies et Usbek ne s'en prive pas.

Cependant attardons-nous un instant sur ce que dit Le Roy Ladurie dans son livre Histoire humaine et comparée du climat consacré au  18ème siècle :
  • pour 1705, page 505 : L'année 1705, prise en bloc, demeure calorifiquement moyenne [...]  On enregistre quand même deux énormes vagues de chaleur [...] Sécheresse de « JJA » (juin, juillet, août) autour d'Angers, ainsi qu'en Bordelais : on boit l'eau des rivières, polluée ; risques de dysenterie. [...] page 506 : A l'échelle française on compte « seulement »(!) 414 000 morts supplémentaires en trois ans (1705,1706 et 1707) [...] La dysenterie est responsable d'une grosse partie d'entre elles.
  • pour 1718-1719, pages 522-523 : 
    • 1718 : été très bon et chaud ; année abondante en toutes choses ; blé à 8 livres (vendanges au 10 septembre) ; 
    • 1719 : point d'hiver, gelée viticole d'avril, mais temps chaud et sec en général et ainsi de suite jusqu'en tout l'août, bonne récolte, très peu de menu grain, mais du blé en quantité ; blé à 9 livres [l'année 1719 a été effectivement chaude, avec une vendange dijonnaise au 11 septembre, au 28 août à Volnay, au 31 août à Beaune]
Quand on sait qu'en 2003, lors de la canicule exceptionnelle que nous avons tous en mémoire, des vendanges ont pu être avancées au 15 août, cela relativise fortement les dates concernant l'année 1719...

Et que dire des «  500 000 morts lors de l’été 1705 » qui se transforment en « 414 000 morts supplémentaires en trois ans (1705,1706 et 1707) » sous la plume de Le Roy Ladurie ? Sans parler du fait que ces morts ont été essentiellement dues à la dysenterie !


Désinformation

Et on se pince à plusieurs reprises quand Usbek nous cite le rapport de la société d'assurances AON :
  • [...] on relève ainsi dans le dernier rapport de la société d’Assurance AON que le nombre d’évènements extrêmes (tremblements de terre inclus) est resté remarquablement stable sur la période 2000-2016.
Pourtant il suffit, à l'aide d'un simple clic de souris, d'aller voir ce fameux rapport qui nous dit en substance :
  • Global Catastrophe Losses Rise to Highest Levels Seen in Four Years - Global natural disasters in 2016 combined to cause economic losses of USD210 billion, an amount 21 percent above the 16-year average of USD174 billion. The losses were an even more robust 59 percent higher on a median basis (USD132 billion). The economic losses were attributed to 315 separate events, compared to an average of 271. The disasters caused insured losses of USD54 billion, or seven percent above the 16-year mean of USD50 billion and 37 percent higher than the median (USD39 billion). This is the highest insured loss total since 2012, and put an end to a four-year downward trend since the record year in 2011. Notable events during the year included major earthquakes in Japan; Hurricane Matthew in the United States and Caribbean; catastrophic summer flooding in China, Europe, and the United States; several extensive severe weather outbreaks in the United States; major wildfires in Canada and the United States; and drought across parts of Southeast Asia and Africa. The top three perils—flooding, earthquake and severe weather—combined for 70 percent of all economic losses in 2016. While at least 72 percent of catastrophe losses occurred outside of the United States, it still accounted for 56 percent of global insured losses. This highlights the continued protection gap in many areas around the world
Bref exactement le contraire que ce que l'on peut lire sur Skyfall !

Regardons par exemple ce tableau des différents périls :


Par rapport à une moyenne sur 10 ans l'année 2016 a généré davantage de pertes économiques sur les périls suivants (sans compter les tremblements de terre) :
  • météo extrême
  • inondations
  • incendies
  • sécheresses
Seuls deux périls sont en diminution :
  • cyclones tropicaux
  • météo hivernale !
Pour la météo hivernale on s'en serait douté, le réchauffement climatique étant plus marqué en hiver qu'en été !

Enfin nous apprenons avec La Voix du Nord, que « Les catastrophes naturelles ont provoqué en 2016 nettement plus de dégâts que lors des trois années précédentes, tout en faisant beaucoup moins de morts, selon une étude publiée mercredi par le réassureur allemand Munich Re. »

Là non plus pas de surprise, ce n'est pas parce qu'il y a davantage d'événement extrêmes qu'il y a forcément davantage de morts, nous faisons notamment de gros progrès dans la prévention des risques, cela s'appelle l'« adaptation » et il va falloir nous y habituer !




12 commentaires:

  1. Pour toute la période XVIIe-XVIIIe siècle, Le Roy Ladurie se base essentiellement sur les travaux et la synthèse publiée par Marcel Lachiver : « Les années de misère. La famine au temps du Grand Roi », Fayard, 1991.

    Pour les canicules des années 1704 – on commence à voir apparaître des phénomènes caniculaires cette année là, avec surmortalité –, 1705, 1706, 1707, Marcel Lachiver calcule une surmortalité de 450 000 personnes en France.

    Si certains morts sont effectivement attribués à la chaleur elle-même – il existe des descriptions de ces décès brutaux dans les archives de l'époque –, l'essentiel est le fait des épidémies de variole, de rougeole et, bien entendu, de dysentrie.

    Pour les étés 1718 et 1719, mais surtout 1719, il s'agit d'abord d'une sécheresse assez prononcée qui est doublée de coups de chaleurs fortes voire très fortes.

    En 1718, Lachiver calcule 700000 décès contre 613000 en moyenne pour la période 1715-1717 ; soit une surmortalité de 87000.

    La sécheresse se poursuit en 1719. Après un hiver doux – mais qui n'empêche pas la Seine de charrier de la glace –, l'été est effectivement caniculaire.

    Lachiver calcule 1137000 morts, soit une augmentation de 500000 par rapport aux années 1715-1717.

    Durant ces deux années, les décès sont très majoritairement la conséquence d'abord de la sècheresse et de la mauvaise qualité des eaux : dysentrie. Mais aussi des épidémies de variole et de rougeole.

    Le chiffre de 700000 morts semble être une exagération de Le Roy Ladurie. Je ne connais en effet pas d'autre travaux que ceux de Lachiver pour calculer avec assez de précision le bilan démographique de ces années.

    Quant à comparer les conséquences des canicules au XVIIIe siècle avec celles du XXe siècle en France, c'est largement de l'ordre de l'escroquerie intellectuelle : absence de structures médicales, absence de médicaments adaptés, interruption des moulins à farine par manque d'eau, absence presque totale d'hygiène, etc.

    Heureusement pour nous, la situation des sociétés occidentales du XXIe siècle n'ont pas grand chose de comparable.

    Olivier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dites les Loulous, vous devriez faire un compte Facebook pour répondre à celui de ces idiots de Skyfall

      Supprimer
    2. Merci Olivier pour toutes ces précisions, je ne vous demande pas d'aller perdre votre temps sur Skyfall pour leur expliquer tout cela, je pense que vous comprenez pourquoi^^

      Supprimer
    3. Puis-je savoir qui me traite de loulou ?

      Quant à créer un compte Facebook pour répondre à celui de Skyfall quel intérêt ?

      Et d'ailleurs on le trouve comment ce compte, des skyfall il y en a des tonnes...?

      Supprimer
    4. Inutile, effectivement, d'aller engager la moindre discussion avec les zozos de skyfall.

      Olivier

      Supprimer
    5. Celui qui vous traite de Loulou Ged n'est qu'un simple passant qui passe et qui apprécie vos efforts mais qui regrette le temps de science² où il était possible de batailler "à armes égales" avec les crétins de skyfall.

      Les climato-réalistes sont certes en perdition mais sans contraticteur ils ont les chevilles qui enflent (et il leur est bien trop facile de modérer les commentaires qui ne leur plaisent pas).

      Il ne s'agit nullement de discuter avec eux mais de bien leur mettre encore et encore et encore le nez dans leur caca, à l'image du fabuleux travail que faisait Olivier sur le blog de sylvestre. Malheureusement la communauté scientifique, la vraie, reste atone et c'est bien dommage de laisser le champ libre à ces ... idiots.

      Le magnifique site Facebook est ici https://fr-fr.facebook.com/groups/426526817556358/

      Supprimer
    6. Merci pour le lien vers le site FB, j'irai y jeter un œil de temps en temps pour voir s'il y a matière à article, mais ce ne sera pas dans mes priorités, j'ai déjà pas mal à faire avec Skyfall et le blog de Rittaud qui sont à eux deux d'incroyables pourvoyeurs de crétineries en tous genres.

      Je ne sais pas si les discussions sur le blog de Huet faisaient avancer les choses, c'étaient surtout des dialogues de sourds (côté climatosceptiques bien sûr) qui meublaient les commentaires, cependant je dois avouer que j'y ai appris des choses parfois, même en lisant leurs bêtises qui m'obligeaient à aller vérifier par moi-même.

      Heureusement que j'ai quelques lecteurs « qui tiennent la route » et complètent de manière fort utile mes billets qui sont trop superficiels ; en fait ce sont surtout des coups de gueule que je pousse quand je vois qu'on prend les gens (et moi par la même occasion) pour des crétins.

      Supprimer
    7. Olivier

      Heureusement pour nous, la situation des sociétés occidentales du XXIe siècle n'ont pas grand chose de comparable.

      "Heureusement"… but thanks to the green idiots this is going to change very soon.

      Indeed, the trouble is that in fact this favorable present situation can be traced back to nothing else than the drastic increase in available energy per capita since the 17th century.
      So since "in order to save the climate and the planet" we have, allegedly, to replace the "evil" fossil fuels with only "clean renewable energies" we are for sure going to switch back to that most desirable 17th century situation.

      At least Jancovici, also well known for his efforts to "save the planet", makes this point very clear and should be carefully listened to by all those green morons.

      https://www.youtube.com/watch?v=d4ud807_k8s

      Das Rumpelstilzchen.



      Supprimer
    8. Cher Rumpelstilzchen, votre commentaire est complètement à côté de la plaque et constitue ce que l'on qualifie de strawman.

      Il n'a jamais été question de revenir au 17ème siècle quand les conditions sanitaires expliquaient le grand nombre de morts.

      Si vous venez ici pour dire qu'Olivier voudrait « s'éclairer à la bougie » vous faites fausse route, pas la peine de perdre votre temps vous avez certainement mieux à faire ailleurs (cultiver vos patates par exemple)

      Supprimer
    9. Il n'a jamais été question de revenir au 17ème siècle

      Sure, no doubt was left, you are a nice example of those green idiots,
      Don't ever watch this video:https://www.youtube.com/watch?v=d4ud807_k8s

      It might upset you and moreover we need people like you as a textbook example of the above mentioned morons.

      Das Rumpelstilzchen.



      Supprimer
  2. A propos de bêtises, en voilà encore un bien bonne sur le plateau de millevaches :

    La bêtise des ces gens est vraiment confondante.

    http://www.skyfall.fr/2017/01/22/renouvelables-vague-de-froid/#comment-189745


    Millevaches est une commune dont le fameux plateau tire son nom...


    Robert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « La bêtise des ces gens est vraiment confondante. » et dans confondante il y a fondante ;)

      Supprimer