Nombre total de pages vues

samedi 4 février 2017

Encore un El Niño en vue pour 2017 !

Les climatosceptiques ne vont vraiment pas aimer, d'ailleurs on ne les voit pas relayer cette information, à savoir qu'il y a de fortes chances pour que 2017 voie apparaitre un nouveau-né de sexe masculin au lieu de la petite fille tant attendue et espérée !

Ne tablaient-ils pas dans leur fumeux bulletin d'avril 2016 sur une Niña qui viendrait faire baisser les températures ?
Admirons quand même le rapprochement effectué entre « le rapport mensuel de la NOAA » et « l'article d'Anthony Watts sur cette question », comme si les deux étaient comparables !

J'avais d'ailleurs en décembre publié un billet sur le sujet.

Mais voyons ce que nous disent aujourd'hui les Australiens, plus exactement le BOM (Bureau of Meteorology) qui nous fournit cette prévision pour l'année en cours :



D'abord nous pouvons constater que nous ne sommes pas actuellement en période La Niña comme certains prétendent, mais en période neutre ; ensuite nous voyons que la tendance est clairement orientée vers un El Niño pour cet automne :
  • Climate models surveyed by the Bureau indicate that ENSO-neutral conditions are likely for the remainder of the southern hemisphere summer and into autumn. All models indicate the central Pacific is likely to warm over the coming months, suggesting ENSO-neutral or El Niño are the most likely scenarios for winter/spring 2017.

La NOAA dit sensiblement la même chose dans cette étude publiée le 12 janvier dernier d'où l'on peut extraire ces prévisions :



A noter la différence dans les mesures entre le BOM et la NOAA expliquées sur Realclimate par un commentateur :
Ce qui serait assez comique (quoique...) ce serait si l'année 2017 était encore plus chaude que 2016 ; en tout cas les indices en notre possession nous font penser qu'elle se trouvera assurément dans le peloton de tête depuis que les mesures existent.

Et bien sûr ce qui serait encore plus comique serait si les données satellitaires (UAH et RSS) donnaient également 2017 en tête du classement.

Mais tout cela c'est comme les élections, des surprises peuvent toujours arriver et tant que l'année ne sera pas terminée...

 

30 commentaires:

  1. Niño ou Niña ne sont que des éléments amplificateurs, vous commettez la même erreur que les climatosceptiques. C'est aussi une erreur que de se focaliser sur les records même si c'est "médiatiquement" plus parlant.

    Robert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vois pas en quoi je commets la moindre erreur...

      Je sais parfaitement qu'un El Niño va amplifier la hausse des températures alors qu'une La Niña va au contraire la freiner, mais qu'au final et sur le long terme c'est la tendance qui compte et que cette tendance est clairement à la hausse des températures, mon billet ne dit pas le contraire !

      Ce que je voulais surtout dire c'est que les climatosceptiques tablaient sur une La Niña plutôt forte cette année pour expliquer une baisse (qu'ils prévoient) des températures, alors qu'en fait si nous avons actuellement une situation ENSO neutre et un possible El Niño pour l'automne alors l'année 2017 pourrait éventuellement être plus chaude encore que 2016 (même si cela parait peu probable ce n'est pas totalement à écarter)

      Où voyez-vous une erreur « climatosceptique » dans mon raisonnement ?

      Par ailleurs « se focaliser sur les records » n'est pas dénué de sens, car si chaque année qui passe bat le record de températures on a quand même le droit de se poser des questions, non ?

      Supprimer
  2. Votre billet laisse à penser que le phénomène ENSO est à l'origine du réchauffement, c'est ce que disent les climatosceptiques.


    """"Par ailleurs « se focaliser sur les records » n'est pas dénué de sens, car si chaque année qui passe bat le record de températures on a quand même le droit de se poser des questions, non ?""""

    On doit se poser la question de l'origine de ces records. Imaginez que les Américains et les Chinois n'envoient plus d'aérosols dans l'atmosphère et que le volcanisme tombe à zéro. L'augmentation des températures (avec leurs records) ne sera pas due à l'augmentation de l'effet de serre mais à une réduction de l'albédo. Comme je l'ai dit c'est bien au point de vue médiatique mais plus discutable scientifiquement parlant.

    Robert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Votre billet laisse à penser que le phénomène ENSO est à l'origine du réchauffement"

      Je me relis et je n'ai pas cette impression ; je dis simplement que le fait qu'il n'y ait pas de La Niña en 2017 mais au contraire probabilité de El Niño en courant d'année il est éventuellement possible que 2017 soit plus chaude que 2016, et si ce n'est pas le cas se situe « dans le peloton de tête », à aucun moment je ne laisse ne serait-ce que sous-entendre que le phénomène ENSO serait à l'origine du réchauffement (je ne fais même aucune allusion à cette origine)

      Vous ne pouvez tout de même pas contester que ENSO a une influence sur le climat en générant des oscillations à la hausse ou à la baisse et qu'une année peut très bien être plus chaude (ou plus froide) que s'il n'y avait pas ce phénomène.

      Mon billet s'attaquait justement aux climatosceptiques qui depuis quelques mois tablent sur une baisse des températures car ils croient que 2017 sera dominée par une La Niña alors qu'il n'en est rien.

      Ensuite pour les records c'est peut-être médiatique mais c'est tout de même une réalité que nous vivons année après année, on peut imaginer tout ce que l'on veut mais il est peu probable qu'à court ou moyen terme les Américains ou les Chinois diminuent de manière significative leurs émissions, donc toutes choses égales par ailleurs, comme on dit, la hausse constatée des températures est essentiellement due aux rejets de CO2 avec les records qui vont avec.

      Évidemment si une gigantesque éruption volcanique de type Tambora se déclarait en début d'année cela pourrait faire baisser la température de pratiquement 1 degré, mais avouez que la probabilité d'une telle éruption est extrêmement faible et qu'on peut l'ignorer (jusqu'à ce quelle se produise...) ; quant à une absence totale de volcanisme sur l'année si elle se produisait je ne sais pas quel en serait l'impact à la hausse mais il me semble qu'il serait très limité ; le GIEC dit dans son rapport : « Le FR total dû aux changements du rayonnement solaire et aux aérosols stratosphériques d’origine volcanique n’a contribué que faiblement au FR net au cours du dernier siècle, à l’exception de brèves périodes suivant de fortes éruptions volcaniques. » ; par conséquent « en temps normal » le volcanisme n'est pas significatif et son absence serait à peine remarquée.

      Supprimer
  3. """"Vous ne pouvez tout de même pas contester que ENSO a une influence sur le climat en générant des oscillations à la hausse ou à la baisse et qu'une année peut très bien être plus chaude (ou plus froide) que s'il n'y avait pas ce phénomène.""""

    Tout dépend du référentiel. Ce phénomène n'agit que sur la distribution de la chaleur et rien d'autre, il n'a qu'une influence temporaire et locale. Il faut garder à l'esprit que les oscillations quelles qu'elles soient ne sont à l'origine ni de refroidissement ni de réchauffement de la planète.

    A propos du volcanisme, il n'y a pas que les aérosols stratosphériques dus aux éruptions majeures qui influent, les aérosols troposphériques également et le volcanisme moyen est très actif en ce moment

    """"Mon billet s'attaquait justement aux climatosceptiques qui depuis quelques mois tablent sur une baisse des températures car ils croient que 2017 sera dominée par une La Niña alors qu'il n'en est rien.""""

    Vous confirmez l'erreur que je vous reproche, l'ENSO n'a rien à voir avec le réchauffement ce que cherchent à faire croire les climatosceptiques.

    Quand on parle de réchauffement planétaire on est sur un autre référentiel que lorsqu’on parle de el Niño.

    Robert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Ce phénomène n'agit que sur la distribution de la chaleur et rien d'autre, il n'a qu'une influence temporaire et locale."

      Vous avez parfaitement raison et j'aurais dû être plus précis, je parlais des températures de l'atmosphère, essentiellement de la surface, mais j'ai aussi évoqué la basse troposphère avec UAH et RSS ; si on prend en compte les océans effectivement ENSO transfère la chaleur entre eux et l'atmosphère sans en créer ou en détruire au niveau global. Cependant nous vivons à la surface, pas à 5000 mètres au-dessus ou au dessous...

      Supprimer
    2. Géd,

      Désolé mais il y a un tas de choses que vous ignorez, notamment en ce qui concerne le couple océan/atmosphère.

      Robert

      Supprimer
    3. Je ne vois pas où vous voulez en venir avec ce commentaires...

      Bien sûr qu'il y a beaucoup de choses que j'ignore et je ne le cache pas, c'est pour cela que je reste dans les généralités et me contente de retranscrire ici ce que j'ai compris des grandes lignes.

      Ce qui m'étonne c'est que vous évoquiez le couple océan/atmosphère comme si je n'avais pas compris qu'il y avait des échanges thermiques entre les deux ; bien sûr je sais que les choses sont plus compliquées que ça, mais il me semble vous avoir déjà dit que jamais je n'avais prétendu qu'ENSO était à l'origine du réchauffement climatique global.

      Supprimer
  4. Bonjour
    Merci pour ce billet assez interessant. J'espere que vous suivrez dans la durée l ' evolution de l'anomalie de temperature par rapport aux projections du BOM australien.

    A ce sujet , j'ai vu qu'un de vos billets concernait les prédictions de Jim Hansen et le fait que vous trouviez qu'elles collaient assez bien 'a la réalité. Pourriez vous mettre à jour la figure ( il manque maintenant les 12- 18 derniers mois)

    Concernant El Nino , ma compréhension (peut etre erronée) est que l'Ocean Pacifique joue le role d'accumulateur de chaleur et qu'a un moment ( le mécanisme de déclenchement est encore largement ignoré) , il relache cette chaleur dans l'atmosphère creant un rechauffement global momentanée ( environ 6 mois temporellement). Ma compréhension rejoint donc celle de Robert sur le fait qu'El Nino n' est pas un des moteurs du rechauffement climatique.

    Je suis en revanche assez interpellé par ces commentaires :

    " C'est aussi une erreur que de se focaliser sur les records même si c'est "médiatiquement" plus parlant."

    "Comme je l'ai dit c'est bien au point de vue médiatique mais plus discutable scientifiquement parlant."

    Comment l'utilisation d'arguments faux pourrait etre "bonne" mediatiquement. N' est pas la de la desinformation ou de la propagande ? La Vérité scientifique devrait se suffire 'a elle meme , non ?

    Je rejoins donc Robert pour dire qu' utiliser El Nino pour demontrer l'emballement du rechauffement climatique est "misleading" et peu honnete .

    BenHague

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir et merci pour votre appréciation, oui je compte suivre sur la durée et tenir à jour la situation ENSO comme je le fais pour l'état des banquises au moins deux fois par an.

      Pour les prédictions de James Hansen je vais voir comment je peux actualiser les données, mais comme je ne suis pas à l'origine des informations et me contente de les transmettre (je ne suis pas scientifique, rappelez-vous) je ne vous garantis pas un résultat rapide.

      Votre compréhension est bien celle de Robert mais elle est aussi la mienne ! La Niña c'est l'inverse, la chaleur passe de l'atmosphère à l'océan, ce qui entraine un refroidissement...de l'atmosphère !

      A aucun moment je n'ai prétendu qu'on devait « utiliser El Niño pour démontrer l'emballement du réchauffement climatique », essayez de me relire sans déformer mes propos s'il vous plait.

      Quant aux commentaires de Robert ils ont un sens que vous n'avez pas compris, il y a bien un plan scientifique et un autre médiatique, le dernier ne relayant pas toujours fidèlement ce que les scientifiques trouvent ou théorisent par leurs recherches.

      Pour ce qui concerne mon billet il y a eu manifestement incompréhension de la part de Robert, ou mauvaise explication de ma part, sur le fait que je parlais des températures atmosphériques seulement, puisque c'est hors de l'eau que nous vivons, et principalement à la surface des terres...

      Vous avez de toute évidence « manqué » le sujet de mon billet qui était de prendre le contrepoint des climatosceptiques selon lesquels nous serions en régime La Niña et que nous devons nous attendre à une chute significative des températures...de l'atmosphère (maintenant je précise à chaque fois pour qu'il n'y ait pas confusion possible)

      A aucun moment dans ce billet je n'affirme ou suggère que El Niño pourrait être à l'origine de ce que l'on appelle le réchauffement climatique GLOBAL, c'est à dire atmosphère ET océans inclus.

      Supprimer
    2. En relisant votre commentaire je m'aperçois que j'ai laissé passer ceci : « il [l'océan Pacifique] relache cette chaleur dans l'atmosphère creant un rechauffement global momentanée [...]  » ; c'est bien sûr erroné, il aurait fallu remplacer « global » par « de l'atmosphère » pour que votre phrase soit correcte ; le réchauffement global, lui, n'est pas impacté par ENSO, qui n'est qu'un échange entre océan et atmosphère, mais par nos émissions de CO2 (plus quelques autres facteurs non significatifs)

      Supprimer
    3. Pour James Hansen, à titre d'apéritif et en attendant que j'écrive un billet à son sujet, vous pouvez consulter ce site : https://moyhu.blogspot.fr/2015/10/hansens-1988-predictions-revisited.html

      Choisissez les datasets que vous voulez (Hadcrut, GISS, NOAA, etc.) et vous aurez le résultat immédiatement à la date d'aujourd'hui.

      Vous pourrez constater que nous nous trouvons entre le scénario médian et le scénario...« catastrophiste » !

      Supprimer
  5. Ma critique ne concernait pas votre billet mais les médias qui ont martelé le record de temperature de 2016 comme la preuve indiscutable de l'urgence climatique. Comme 2016 etait aussi l'année de la COP21 , on a eu droit á une intense campagne mediatique (du moins en France) basée sur des messages courts et finalement trompeurs car biaisés par l'effet El Nino . Ce qui est tres genant , c 'est que les gens propageant ces messages ( journalistes TV , journaux , bulletin météo, politiques , etc .. ) en étaient forcément conscients puisque nous , non spécialistes du climat comme vous et moi , sommes au courant de ce consensus scientifique sur El-Nino et son non-effet sur le réchauffement climatique global.

    VOus avez raison de me reprendre : Par global , j'entendais global geographiquement pour l'atmosphëre ...

    Ce qui est me semble important , de mon point de vu, c ést la tendance longue de la variation de l'indicateur climatique.

    BenHague

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne soyez pas trop exigeants envers les media, globalement ils font le boulot d'informer les gens comme vous et moi sans essayer de les duper, cependant ils peuvent commettre quelques bourdes ou imprécisions puisqu'ils ne sont pas spécialistes des sujets qu'ils traitent ; ils peuvent pour certains être idéologiquement orientés et c'est à nous de faire la part des choses en recoupant les informations, bref en nous informant auprès du plus grand nombre de sources possibles et en faisant le tri (ce n'est pas si compliqué qu'on veut bien le dire)

      C'est 2015 qui était l'année de la COP21 et je ne trouve pas anormal que les media aient « martelé le record de temperature de 2016 comme la preuve indiscutable de l'urgence climatique » puisqu'à à mon sens oui il y a urgence à agir, et qu'aurait-on dit si les media étaient restés muets sur les données de températures qui sont bien réelles et ne sortent pas d'un chapeau de magicien.

      En ce qui concerne El Niño de 2015-2016 il a effectivement boosté les températures mais si vous avez correctement lu les bonnes informations à ce sujet vous savez que même sans ce El Niño les années 2015 et 2016 auraient quand même battu des records (je vais encore me faire allumer par Robert mais il n'y a pas que moi et les media qui parlent de records, il y a aussi les scientifiques...)

      Et enfin oui nous sommes bien d'accord, c'est « la tendance longue de la variation de l'indicateur climatique » qui compte, et cette tendance longue est suffisamment parlante...

      Supprimer
  6. Gèd @

    """"mais il me semble vous avoir déjà dit que jamais je n'avais prétendu qu'ENSO était à l'origine du réchauffement climatique global.""""

    C'est pourtant ce que votre billet pet laisser entendre, n'oubliez jamais que vous écrivez pour ceux qui vous liront et que ces derniers peuvent ne pas avoir la même interprétation que la votre. Votre texte à commencer par le titre peut porter à confusion.

    Robert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Votre texte à commencer par le titre peut porter à confusion."

      Le titre ? Encore un El Niño en vue pour 2017 ! En quoi ce titre peut porter à confusion ? Les indicateurs montrent qu'un El Niño est attendu en 2017, qu'aurais-je dû écrire à la place ?

      Quant à mes lecteurs qui « peuvent ne pas avoir la même interprétation que la [mienne] » cela arrive continuellement partout, dans tous les media, donc je ne vois pas où est le problème, d'autant plus qu'une lecture attentive de mon article ne laisse aucun doute ; maintenant si mes lecteurs lisent mes articles en diagonale sans prendre le temps de comprendre alors là je ne peux pas faire grand chose pour eux et honnêtement je m'en fiche royalement.

      Supprimer
  7. "il a effectivement boosté les températures mais si vous avez correctement lu les bonnes informations à ce sujet vous savez que même sans ce El Niño les années 2015 et 2016 auraient quand même battu des records "

    Je vais utiliser un procédé que je n'aime pas ..mais bon ... Avez vous des études / articles scientifiques ou autres etayant cette affirmation ?
    Etant donné que 2016 a battu 1998 que de peu ( +0.04 degC d ápres ce que j'ai lu) , cela voudrait dire que l éffet El-Nino aurait un effet inferieur á +0.04 degC ?

    BenHague

    RépondreSupprimer
  8. BenHague @

    """"Etant donné que 2016 a battu 1998 que de peu ( +0.04 degC d ápres ce que j'ai lu) ,""""

    Où avez vous lu ça ? Dans Spirou ?

    Robert

    RépondreSupprimer
  9. Vous avez raison .. +0.04 degC c est entre 2015 et 2016. Entre 2016 et 1998 c est plutot de l ordre de +0.3 degC ... mea culpa, j aurais du reverifier avant de poster. Comme il faut se mefier de son biais cognitif
    On retrouve bien une tendance de l ordre de 0.15-0.17 degC/decade.
    Ma question sur l aspect hypothetique et prospectif de 2015 et 2016 sans El Nino demeure. A t on aujourd hui quantifié l impact de El Nino 2015-2016 ?. Si oui on peut aisement voir si 2015 et 2016 auraient ete des annees record ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A ma connaissance il n'y a pas d'études sur ce que vous demandez, mais il y a des observations, tout simplement.

      Le site SkepticalScience (vous savez celui que les climatosceptiques de Skyfall haïssent parce qu'il rapporte des faits scientifiques, la honte quoi) vous donne les températures classées par nature : Niño, neutre et Niña, c'est ici : https://www.skepticalscience.com/graphics.php?g=67

      Vous voyez clairement que les années neutres sont comprises entre les années Niño au-dessus et les années Niña au-dessous, c'est pas plus compliqué.

      Supprimer
    2. Ah j'ai oublié de préciser, il s'agit bien sûr des températures de surface ! (en fait des anomalies de températures de surface, mais graphiquement c'est comparable)

      Supprimer
  10. Donc j en conclus que l on ne peut pas savoir si 2015-2016 auraient été des années records ou non sans El Nino. Le fait est qu avec El Nino ce furent des années record grace a l effet El Nino. Est ce significatif ? De mon point de vue , non car etant sur une tendance de rechauffement depuis les annees 70 , ce n est pas etonnant si on considerent un effet ponctuel s additionnant a la tendance.
    Je serait tres tres surpris si El Nino se declenchait en 2017 apres l episode 2015-2016 . Y a t il des exemples de tels enchainements dans l Histoire climatique ?
    C est pourquoi je suivrais attentivement le BOM pour valider leurs previsions ou non
    BenHague

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous ne pouvez rien en conclure, il faudrait savoir quel est l'impact d'un El Niño par rapport à une année neutre ; sur ce site (http://blog.hotwhopper.com/2017/01/2016-is-hottest-year-on-record-three-in.html) vous pouvez constater que 2015 et 2016 sont largement en tête, bien au-dessus de 1998 qui pourtant avait un El Niño comparable ; j'ai vu quelque part ce calcul de l'impact de ENSO sur les températures moyennes, il s'agissait notamment d'un graphique qui neutralisait ENSO pour voir l'évolution des températures sans son effet, mais je n'arrive pas à remettre la main dessus.

      Vous seriez surpris qu'un El Niño se déclenche à nouveau en 2017 ? Pourtant c'est une probabilité assez forte avec une chance à 50% pour une situation neutre et 40% pour un El Niño, le reste pour une La Niña (http://scienceblogs.com/gregladen/2017/02/07/el-nino-season-two/)

      Enfin dans ce billet (http://sogeco31.blogspot.fr/2016/12/pas-de-nina-en-vue-caramba-encore-rate.html) vous trouverez un historique des événements ENSO.

      Supprimer
    2. Quand on cherche on finit quand même par trouver des informations, par exemple ici (ce n'est pas la source que j'avais en tête mais vous ferez avec ça en attendant) : https://www.carbonbrief.org/analysis-how-much-did-el-nino-boost-global-temperature-in-2015 ; extrait : « We think El Niño made only a small contribution (a few hundredths of a degree) to the record global temperatures in 2015. » ajoutant dans la foulée « While it’s impossible to get an exact answer to “what if El Niño hadn’t happened?”, scientists can make a reasonable estimate based on examining other El Niño years [...] »

      Comme vous voyez « ce n'est pas simple » mais le graphique présenté dans cet artricle laisse peu de doutes (regardez la ligne rouge qui monte, qui monte...)

      Maintenant vous avez aussi la solution qui consiste à considérer que les scientifiques sont des crétins ou des vendus (aux écologistes ?) et que leurs données sont trafiquées, mais dans ce cas cela nous ramène à la discussion que nous avions déjà eue sur la théorie du complot...

      Supprimer
  11. Ben Hague

    Je serait tres tres surpris si El Nino se declenchait en 2017 apres l episode 2015-2016 .

    As usual, the morons do not wonder at all...
    On the one hand they pontificate here that ENSO is just a periodic exchange of heat between ocean and atmosphere with no effect on global surface temperature trends and on the other hand they readily (and greedily) expect several El Nino events in a row without any Ninas in between.
    Maybe they believe that the oceans are finally willing to end up stone cold and frozen by the end of the century so that the global surface temperatures can end up hellish enough ?
    Isn't it funny ?

    Das Rumpelstilzchen

    RépondreSupprimer
  12. Merci trës interessant cet article .
    Je remarque qu'il y a beaucoup d'opinions exprimées pour peu d'etudes publiées en reference. Mais admettons ....
    J'en déduis , puisque El-Nino / El-Nina est un phénoméne globalement neutre que l l'anomalie de temperature pour 2017 sera 20% plus faible (10% pour l'absence de El-Nino et 10% comme effet negative de El-Nina) que celle de 2015-2016. Donc on devrait s'attendre á une anomalie de l 'ordre de +0.67-0.7 degC pour la baseline 1951-1980. A cela il faut rajouter la variabilité climatique et bien sur l'augmentation tendencielle de 0.17/dec soit 0.02 degC pour arrondir. Est ce un raisonnement idiot ?
    BenHague

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Étant nul en math (je ne m'appelle pas Benoit Rittaud...) je vous laisse la responsabilité de vos calculs.

      Cependant votre affirmation « que l l'anomalie de temperature pour 2017 sera 20% plus faible (10% pour l'absence de El-Nino et 10% comme effet negative de El-Nina) que celle de 2015-2016 » me parait bien surprenante...

      D'abord nous sommes début février, vous ne pouvez donc pas savoir ce que sera l'anomalie de températures pour cette année et dire qu'elle sera x% plus faible que 2015-2016 n'est que pure spéculation il me semble.

      Ensuite vous posez comme principe qu'il y aura une La Niña (et non El Niña, il s'agit d'une fille ne l'oubliez pas...) en 2017 alors que les probabilités vont plutôt vers le neutre ou El Niño.

      Par ailleurs la situation de la banquise arctique est toujours bizarre, sa superficie et son volume sont anormalement bas et il est beaucoup trop tôt pour en tirer des conséquences sur l'année entière (même la banquise antarctique est plus faible que la normale) mais cela ne va apparemment pas dans le sens d'un refroidissement...

      Supprimer
  13. @Das Rumpelstilzchen : Tot gelacht !

    RépondreSupprimer
  14. Les avis d'experts s'accordent sur un effet El-Nino de l'ordre de 10% de lánomalie globale de Temperature atmospherique soit +0.08-0.09 degC. Le phenoméne El-Nino / La Nina etant neutre , on peut grossierement estimer que l'impact de La Nina serait (conditionnel) d'environ -0.08 á - 0.09 degC . Mon estimation (grossiëre) est effectivement faite dans le scenario de La Nina et donne 0.7 degC (hors variabilité climatique). Mais si on considére un scenario neutre on devrait donc avoir + 0.8 degC (hors variabilité climatique) . En considerant la variabilité climatique equiprobable (autant de chance d'etre positif que negatif) , on peut meme considerer qu'il y aurait 50% de chance d'etre au dessus de 0.8 degC .

    Il n y a plus qu'a suivre l évolution du BOM .
    BenHague
    C'est juste une pure supposition pour determiner

    RépondreSupprimer
  15. Le BAM australien a sorti la mesure de fevrier. La valeur de l'anomalie de temperature est tout en bas de leur interval d'incertitude ( -0.3 degC ) et est globalement stable depuis 4-5 mois. La valeur moyenne predite etant á 0 degC. Cela ne présage en rien le futur . Attendons mars.
    BenHague

    RépondreSupprimer