Nombre total de pages vues

vendredi 5 août 2016

Réunion de clowns au cirque Monckton

Figurez-vous qu'il existe une confrérie de clowns dont le président d'honneur n'est nul autre que Charles Darwin.

Elle a pour nom ICG pour Independent Commitee on Geoethics.



On peut se poser plusieurs questions de prime abord.
  1. Est-ce que c'est Charles Darwin qui, de son vivant, a créé cette confrérie (ils appellent ça un comité mais confrérie est un nom qui leur sied mieux) ?
  2. Est-ce que Charles Darwin, s'il n'a pas créé cette confrérie, a donné son accord pour être président d'honneur ?
  3. Est-ce que Charles Darwin, s'il n'a ni créé cette confrérie ni donné son accord pour en être président d'honneur, en a au moins eu connaissance ?
  4. Si la réponse aux trois questions ci-dessus est non, alors comment se fait-il que Charles Darwin soit président d'honneur de cette confrérie ?
Et la réponse aux trois premières questions est effectivement non puisque cette confrérie a été créée le 17 octobre 2015, soit 133 ans après la mort de Charles Darwin !

Et on apprend par desmogblog (ah desmogblog, s'il n'existait pas les climatosceptiques pourraient dormir sur leurs deux oreilles !) que les descendants de Charles Darwin ne sont pas du tout d'accord pour que leur illustre aïeul soit ainsi bombardé à son insu président d'honneur d'une confrérie de clowns, et on peut les comprendre !

L'arrière-arrière petit fils du grand Charles, qui s'appelle Chris Darwin et vit en Australie, dit à Graham Readfarm :
  • “This seems in line with what they’re about. That is, using smoke and mirrors to confuse the real science. I can understand why they would grab a big name from history to give their case some respect, but it seems a silly thing to do and it’s a ridiculous choice of person.

    Charles was all about verifiable evidence and, on climate change, the verifiable evidence is pretty clear. If you adopt any of Charles Darwin’s thinking systems then you would have come to the conclusion long ago that climate change is occurring and that we have to take it very seriously.”
Et Graham Readfarm d'ajouter :
  • Ironically, this was the same year [1859, quand Charles Darwin publia son célèbre livre sur l'Origine des Espèces au moyen de la Sélection Naturelle]  Irish physicist John Tyndall first demonstrated the properties of atmospheric gases like carbon dioxide that cause what became known later as the greenhouse effect.
On apprend aussi (il suffit de lire la liste des membres pour être amplement informé) que le comité de direction comprend des négateurs (deniers) de la science climatique tels que
 Bref, une belle brochette de nuts, quoique, pas si nuts que ça en fait, on va dire des opportunistes qui ont compris comment gagner de l'argent et/ou faire les fanfarons sans trop se fatiguer en crachant sur la science et les scientifiques, en particulier sur ceux que l'on appelle des climatologues et que les climatosceptiques bon teint désignent sous le sobriquet de climastrologue en étant persuadé d'être de fins humoristes.

Et c'est donc cette calamiteuse confrérie qui organise au mois de septembre prochain un grand raout qui devait initialement se tenir dans les locaux de l'UCL (University College of London) mais qui finalement aura lieu au Conway Hall si l'on en croit le (long) torchon qui sert d'invitation.

Deux remarques à ce stade :
  1. en consultant le site du Conway Hall je n'arrive à voir aucune trace de cette conférence les 8 et 9 septembre prochains comme annoncé dans le torchon précité (et une recherche sur "climate change" ne donne que 5 résultats dont aucun ne correspond à cette conférence)
  2. on apprend par WUWT  que c'est un certain Professor John Butterworth qui se serait plaint que des pseudo-scientifiques soient hébergés dans les locaux de l'UCL pour blablater sur le climat, ce qui expliquerait le revirement du docteur Athem Alsabti qui s'était occupé de la réservation et qui s'est cru "menacé" par Butterworth, annulant ainsi cette réservation.
On peut comprendre qu'une université qui tient à garder un certain prestige évite autant que possible de laisser dans ses locaux des charlatans exprimer leurs vues sur la science, personnellement je trouve ça plutôt logique, mais comme on pourrait s'en douter ce n'est pas l'avis de tout le monde, notamment de Breitbart, qui l'eut crû !

 Il est quand même assez cocasse qu'Anthony Watts lui-même semble se désolidariser des divagations de Monckton et compagnie :
  • Note: While I carry this story on WUWT for informational purposes, that should in no way imply that I endorse the topics of the conference itself or the speakers – Anthony Watts

Ce qui en fait est le plus comique dans cette affaire c'est que nos pieds-nickelés, aka le Collectif des climato-(ir)réalistes, dépêchent deux fleurons de leur Comité scientifique (oui, "scientifique", on ne rit pas c'est sérieux !)  en la personne de
  • François Gervais,  qui va apparemment essayer de faire croire qu'un minuscule réchauffement dû au CO2 serait favorable à la vie sur Terre (The balance tilts in favor of the gas of life since moderate warming favors human wellbeing, growth and progress)
  • Benoit Rittaud, qui va tenter d'expliquer un concept qu'il ne comprend pas bien qu'il l'enseigne à la fac (les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés), à savoir l'épistémologie, qui plus est l'épistémologie du changement climatique ! L'épistémologie en général est quelque chose qu'une personne comme Naomi Oreskes pourrait certainement lui expliquer, surtout sous l'angle du changement climatique.


De grandes heures de lecture nous attendent en septembre quand cette comédie bouffonne aura eu lieu et que notre site favori en aura fait le compte-rendu.

*****
Voici ce qu'on en dit ailleurs :



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire