lundi 30 mars 2020

dimanche 29 mars 2020

Climactualités - mars 2020

ENSO

Le 29/03/2020 : climate.gov/enso

Le Pacifique central tropical est plus chaud que la moyenne à long terme depuis quelques mois, mais dans l'ensemble, le système océan-atmosphère est toujours neutre. L'équipe de prévision d'El Niño/oscillation australe (ENSO) estime qu'il y a environ 65 % de chances que le Pacifique tropical reste neutre sur le plan ENSO ce printemps et 55 % de chances qu'il le reste tout au long de l'été.

Voici l'historique des événements ENSO des 10 dernières années :

Index ENSO de 2011 à 2020 (source weather.plus)

Et celui depuis 1950 :

Index ENSO de 1950 à 2019 (source weather.plus)

*****

GISS L-OTI anomalies de températures vs 1881-1910 

Le 29/03/2020 : data.giss.nasa.gov

Anomalies de températures pour le mois de février 2020 par rapport à la période de référence 1881-1910.

Rappel des années précédentes (à partir de 2016, année la plus chaude) avec leur classement :
  • année 2019 : 1.21 => 2 
  • année 2018 : 1.08 => 4 
  • année 2017 : 1.17 => 3 
  • année 2016 : 1.26 => 1
Voici les informations fournies par Météo France pour le territoire national français métropolitain dans Février 2020 : très doux, pluvieux et venté au nord mais sec au sud :
Ce mois de février, remarquablement doux à l'instar de décembre 2019 et janvier 2020, clôture un hiver au 1er rang des hivers les plus chauds depuis 1900. Les passages perturbés, souvent tempétueux, ont été nettement plus fréquents qu'à l'ordinaire sur la moitié nord de la France. Le tiers sud du pays a connu un temps beaucoup plus clément avec peu de précipitations et davantage de soleil.
Les températures moyennes ont été plus de 3 °C au-dessus des normales sur la majeure partie du pays. Elles ont le plus souvent affiché 4 à 5 °C de plus que la normale du Centre-Val de Loire au Grand-Est et au nord d'Auvergne - Rhône-Alpes. Plusieurs pics de douceur se sont produits tout au long du mois, notamment le 3 avec des températures en moyenne 9 °C au-dessus des valeurs de saison. Des records mensuels de douceur ont été enregistrés et les maximales ont parfois localement dépassé 25 °C sur les régions méridionales et sur le piémont pyrénéen. Il n'a pratiquement jamais gelé du littoral aquitain à un petit quart nord-ouest et sur les côtes de la Manche. On a observé moins de 8 jours de gel sur le Nord-Est, soit 2 à 3 fois moins que la normale. Sur l'ensemble du mois et sur la France, la température moyenne de 9,3 °C a été supérieure à la normale* de 3,6 °C, plaçant ce mois de février au 2e rang des mois de février les plus chauds depuis 1900, loin derrière février 1990 (+4,4 °C) et juste devant février 1926 (+3,6 °C).
Evolution des températures minimales et maximales quotidiennes en France par rapport à la normale quotidienne (Moyenne de référence 1981-2010.)

*****

Coral Reef Watch

Le 29/03/2020 : coralreefwatch.noaa.gov

Perspectives hebdomadaires sur le blanchiment des coraux et le stress thermique (du 29/03 au 9/08/2020) - 90% de probabilité

*****

Climate Prediction Center

Le 29/03/2020 : cpc.ncep.noaa.gov

Prévisions de tempêtes tropicales.

*****

Polar Science Center

Le 29/03/2020 : psc.apl.uw.edu

Anomalie du volume de la glace de mer arctique

Le volume de la glace de mer est calculé à l'aide du système pan-arctique de modélisation et d'assimilation de l'océan glacé (PIOMAS, Zhang et Rothrock, 2003) développé à l'APL/PSC. Les anomalies pour chaque jour sont calculées par rapport à la moyenne sur la période 1979 -2016 pour ce jour de l'année afin de supprimer le cycle annuel. Le cycle annuel moyen du modèle du volume de la glace de mer sur cette période va de 28 000 km3 en avril à 11 500 km3 en septembre. La ligne bleue représente la tendance calculée à partir du 1er janvier 1979 jusqu'à la date la plus récente indiquée sur la figure. Les zones ombrées représentent un et deux écarts types des résidus de l'anomalie par rapport à la tendance de la figure 1 et des écarts types par rapport à la moyenne journalière 1979-2017 de la figure 2.

Fig.1 Anomalie du volume de la glace de mer arctique de PIOMAS mise à jour une fois par mois. Les anomalies quotidiennes de volume de la glace de mer pour chaque jour sont calculées par rapport à la moyenne de 1979 à 2019 pour ce jour de l'année. Les points de repère sur l'axe des temps se rapportent au premier jour de l'année. La tendance pour la période de 1979 à aujourd'hui est indiquée en bleu. Les zones ombrées indiquent un et deux écarts-types par rapport à la tendance. Les barres d'erreur indiquent l'incertitude de l'anomalie mensuelle tracée une fois par an.

Fig. 2 Volume total de la glace de mer arctique d'après PIOMAS montrant le volume du cycle annuel moyen, ainsi que de 2011 à 2019. Les zones ombrées indiquent un et deux écarts types par rapport à la moyenne.

Mise à jour annuelle

L'année 2019 s'est terminée avec un volume moyen annuel de glace de mer qui était le deuxième plus faible jamais enregistré avec 13 500 km 3 , soit environ 600 km 3 de plus que le record de 2017, avec des volumes très similaires pour les années récentes de faible volume annuel (2011, 2012, 2016, 2017).

Mise à jour mensuelle de février 2020

En janvier 2020, le volume moyen de la glace de mer arctique était de 20 900 km3. Cette valeur est supérieure de 1300 km3 au record de 19 600 km3 établi en 2017, ce qui en fait la cinquième valeur la plus basse jamais enregistrée. Le volume mensuel de glace était de 42 % inférieur au maximum de 1979 et de 28 % inférieur à la valeur moyenne pour la période 1979-2019. En janvier 2020, le volume de glace tombe de 0,8 écart-type au-dessus de la ligne de tendance. Les anomalies de volume journalier pour février montrent des taux de croissance rapide de la glace par rapport aux dernières années (Fig 4).

Fig 4 Comparaison des anomalies de volume journalier de la glace de mer par rapport à la période 1979-2019.

L'épaisseur moyenne de la glace se situe au milieu du pack pour les années les plus récentes (Fig 5).

Fig 5. Épaisseur moyenne de la glace de mer arctique sur les régions couvertes de glace, tirée de PIOMAS pour une sélection d'années. L'épaisseur moyenne est calculée pour le domaine PIOMAS en incluant uniquement les endroits où la glace est plus épaisse que 0,15 m.

Les anomalies d'épaisseur de la glace pour février 2020 par rapport à 2011-2018 (Fig 6) montrent des anomalies positives dans une bande s'étendant de l'est de la mer de Beaufort, à travers le centre de l'Arctique, avec de fortes anomalies positives dans la région de la mer de Barents. Les anomalies négatives les plus profondes apparaissent le long de l'archipel canadien et au nord du Groenland.

Fig 6. Anomalie d'épaisseur de glace PIOMAS pour février 2020 par rapport à 2011-2018.

Les anomalies d'épaisseur de glace de février de PIOMAS concordent bien avec les données de CryoSat 2 de l'Institut Alfred Wegener (Fig 7), les anomalies positives et négatives les plus fortes se trouvant aux bons endroits.

Fig 7. CryoSat-2 (AWI, v.2.2) Anomalie de l'épaisseur de la glace de mer pour février 2020.

Toutefois, les données de CryoSat-2 montrent que le volume total pour février 2020 est nettement inférieur à celui de PIOMAS, le mois de février 2020 ayant atteint des niveaux presque record sur la période 2011-2020. Ceci malgré le fait que l'étendue de la glace de mer est relativement élevée pour la période récente. Notez que les récupérations CS2 sont des produits préliminaires en temps quasi réel pour la période allant de l'automne 2019 à février 2020.

Le mois de février a été marqué par une circulation dans l'hémisphère nord avec un indice d'oscillation arctique positif à un niveau record. (données de l'indice). Ce phénomène météorologique est associé à une dépression sur la partie orientale de l'Arctique qui affecte le mouvement et l'advection de la glace de mer. Le mouvement des glaces de février montre que la glace de mer s'éloigne d'un petit gyre de Beaufort et que le mouvement cyclonique de la glace de mer le long du secteur est de la Sibérie de l'Arctique éloigne la glace de mer de la côte à cet endroit (Fig 8), ce qui entraîne un amincissement à cet endroit.

Fig 8. Mouvement moyen de la glace de mer (à gauche) et anomalie par rapport à 2011-2018 pour février 2020.

Le schéma de dérive génère également une forte advection anormale (Fig 9) et les gains qui en résultent vers les zones de glace généralement plus épaisse le long de la côte nord du Canada et du Groenland.

Fig 9.  Anomalie d'advection de la glace de mer PIOMAS par rapport à 2011-2018 pour février 2020.

*****

Arctic Data archive system (ADS) 

Evolution de la banquise arctique.

Evolution de la banquise antarctique.

Evolution globale des deux banquises arctique et antarctique.

Historique des Climactualités (l'Arctique est mentionné en premier ; en bleu les valeurs minimales, en jaune les maximales ; la valeur entre parenthèses est la variation avec l'année précédente)

Moyenne des années 1980 à la même date : 15,21 + 4,77 = 19,98

Mars 2020 : 13,56 + 4,94 = 18,50 (+0,94)
Février 2020 : 14,30 + 2,81 = 17,10 (+0,64)
Janvier 2020 : 13,63 + 3,42 = 17,05 (+0,56)
Décembre 2019 : 12,26 + 6,65 = 18,91 (+0,99)
Novembre 2019 : 9,85 + 13,27 = 23,13 (-0,67)
Octobre 2019 : 7,06 + 17,21 = 24,28 (+0,01)
Septembre 2019 : 4,31 + 18,35 = 22,66 (-0,03)
Août 2019 : 4,34 + 17,89 = 22,23 (-0,27)
Juillet 2019 : 6,08 + 16,39 = 22,46 (-0,65)
Juin 2019 : 9,09 + 13,68 = 22,77 (-1,01)
Mai 2019 : 10,88 + 10,18 = 21,06 (-0,61)
Avril 2019 : 12,56 + 6,66 = 19,22 (+1,07)
Mars 2019 : 13,73 + 3,83 = 17,56 (+0,19)
Février 2019 : 14,02 + 2,44 = 16,46 (+0,47)
Janvier 2019 : 13,48 + 3,01 = 16,49 (+0,35)
Décembre 2018 : 11,85 + 6,07 = 17,92 (-0,97)
Novembre 2018 : 10,54 + 13,26 = 23,8 (+0,48)
Octobre 2018 : 7,18 + 17,09 = 24,27 (-0,82)
Septembre 2018 : 4,68 + 18,01 = 22,69
Août 2018 : 4,8 + 17,7 = 22,5
Juillet 2018 : 6.67 + 16.44 = 23.11
Juin 2018 : 9.19 + 14.59 = 23.78
Mai 2018 : 11.02 + 10.65 = 21.67
Avril 2018 : 12.82 + 6.33 = 18.15
Mars 2018 : 13.87 + 3.50 = 17.37
Février 2018 : 13.68 + 2.31 = 15.99
Janvier 2018 : 12.68 + 3.46 = 16.14
Décembre 2017 : 11.76 + 7.13 = 18.89
Novembre 2017 : 10.07 + 13.25 = 23.32
Octobre 2017 : 7.82 + 17.27 = 25.09
Septembre 2017 : pas de stats

samedi 28 mars 2020

Un peu plus sur Raoult (et après on arrête)


RobisBack est un abruti.

Vous allez me demander Rob qui ? Il s'agit de cet individu-là qui hante un site de désinformation qui alimente fréquemment mon sottisier :
787. RobisBack | 28/03/2020 @ 9:01

Pendant ce temps , on a notre Gégé Dupinouille qui continue á produire son degueuli dans sa flaque ..:
https://sogeco31.blogspot.com/2020/03/le-raout-de-raoult.html

Il en est presque à souhaiter que le traitement Raoult ne marche pas tellement sa haine du climato-scepticisme est forte … Il ferait bien de se demander ce qu’il ferait s’il était atteint, ou une proche, par cette saloperie .. Je pense qu’il supplierait le médecin de le lui prescrire …
Il doit également enrager d’avance de la fin programmée du sauvetage de la Planète á coup de Green New Deal –> Game Over
D'après notre lapin crétin du jour j'en serais « presque à souhaiter que le traitement Raoult ne marche pas » et je serais animé par une « forte haine du climato-scepticisme », donc oui je confirme, monsieur RobertestDeretour est un abruti.

Je cite quelques extraits de mes précédents billets concernant le professeur Raoult :

Cela dit [Didier Raoult est] un spécialiste de renommée mondiale concernant l'infectiologie, il a très probablement raison sur pas mal de points, et peut-être a-t-il raison sur toute la ligne, après tout qui suis-je pour le critiquer ?
Quant à la chloroquine préconisée par Didier Raoult, pourquoi pas ? Mais cela ne change rien aux fondamentaux très différents qui font que les réponses doivent être adaptées à chaque cas particulier.
Peut-être que Raoult a raison sur de nombreux points, la chloroquine par exemple, peut-être que sur le fond il a également raison sur le fait que l'on devrait isoler les malades qui auraient été « reconnus » et les traiter ; je me souviens qu'en matière de vaccination il avait aussi une approche pragmatique en préconisant de ne vacciner que de manière ciblée et non pas généralisée
Le 22 mars : L'autre Didier Raoult
L'avenir nous dira si Raoult est le sauveur de la planète, ce que nous espérons tous finalement, car si son médicament s'avère efficace comme il le dit c'est plutôt une excellente nouvelle. A confirmer.
Enfin le 27 mars : Le raout de Raoult
la question qu'on devrait actuellement se poser est la suivante : est-on en présence d'un véritable génie futur prix Nobel, ou bien d'un Bernard Madoff de la médecine ayant dupé tout le monde y compris (et surtout) ses amis ?

Comme je ne suis pas infectiologue, et très probablement vous non plus cher lecteur, il m'est impossible aujourd'hui d'avoir la moindre idée sur la réponse à apporter à cette lancinante question, et je ne peux que me contenter de lire ici ou là ce qu'on peut dire au sujet de l'animal.
De tout ce qui précède monsieur RobisBack en déduit donc que mon souhait le plus cher serait que la chloroquine (plus exactement l'hydroxychloroquine, mais c'est plus long à écrire) ne marche pas, je suis par conséquent obligé de me répéter :

RobisBack est un abruti.

Mais laissons cet individu mariner dans son jus et passons à beaucoup plus sérieux.

Dans le dernier opus du climatorétromancien en chef Benoit Rittaud un lecteur qui a l'habitude de titiller le gourou (de secours, copyright Michel de Pracontal) de la secte climato-irréaliste poste le commentaire laconique suivant :
Le 27 mars 2020 à 11 h 02 min, Antisceptique a dit :

Deux petites choses bien faites histoire de dépassionner le débat :
http://curiologie.fr/2020/03/chloroquine/

La vidéo en lien est celle d'un youtubeur que je ne connaissais pas et qui semble s'être spécialisé dans le débunkage des théories du complot (voir son site DeBunKer des Etoiles ici) ; à environ 6 minutes voici ce qu'il nous dit :
A chaque fois qu'on l'a utilisée [la chloroquine] dans le passé ça marchait in vitro mais ça n'a jamais marché in vivo.
Bref on observait en laboratoire, sur les lamelles d'expérimentation, des résultats positifs qu'on ne retrouvait pas quand on tentait d'appliquer le remède « en vrai » sur les populations infectées.

Je vous laisse regarder cette vidéo très bien construite qui se veut factuelle, sans agressivité aucune envers le professeur Didier Raoult, bien au contraire !

Le deuxième lien mène vers le site Curiologie qui publiait le 22 mars Covid19 & chloroquine : à propos d’une étude très fragile, et d’un dangereux emballement médiatique et politique ;  là-aussi je vous invite à lire attentivement cet article duquel je n'extrairai que ceci :
L’emballement médiatique autour de la chloroquine, liée à une étude française pourtant très problématique, peut en effet se comprendre par des mécanismes hélas très classiques: 
    • présupposé erroné selon lequel un chercheur parle nécessairement au nom de la communauté scientifique ; 
    • présupposé erroné selon lequel un chercheur au passé prestigieux est forcément toujours à la pointe de la recherche, respectueux des bases de la méthode scientifique, et insoupçonnable d’inconduite scientifique ; 
    • présupposé erroné selon lequel un chercheur isolé qui crie victoire a de bonnes raisons de le faire, et ne saurait être victimes de biais ou d’illusions ; 
    • désintérêt pour les signaux d’alerte relatifs aux points précédents ; 
    • inculture quant à la nature et la qualité variables des études scientifiques ; 
    • incapacité de lire les études ou d’analyser les données ;

Ah si quand même, je me permettrai d'ajouter ce passage que je commenterai par la suite brièvement spécialement à l'attention de tous les abrutis qui me lisent et qui auraient du mal à comprendre mon approche :
Comme beaucoup d’autres – qui revendiquaient toutefois moins d’autorité en la matière – le Pr Raoult a longtemps minimisé la crise en cours et les risques à venir. « Ce n’est qu’une infection respiratoire virale de plus » (France 3, 31 janvier 2020)… « Ce coronavirus n’est pas si méchant […] Sans être devin, je doute que le virus chinois fasse augmenter de manière très significative, chez nous tout au moins, les décès par pneumonie. » (JDD, 1er février 2020). Plus tard dans le mois, l’expert persiste et signe : le virus « n’est pas plus dangereux » que ceux impliqués dans les épidémies de grippe saisonnière (La Marseillaise, 26 février).
Maintenant mon commentaire.

Imaginons que Didier Raoult ait dès fin janvier averti les autorités qu'un drame allait arriver avec ce nouveau coronavirus qui n'avait rien de comparable à une grippe saisonnière, et qu'en même temps il avait préconisé à la fois des mesures de prévention (confinement, distanciation, lavage des mains, etc.) ET un médicament pouvant s'avérer potentiellement utile dans le cas présent, à savoir l'hydroxychloroquine, est-ce qu'il n'aurait pas été un peu plus pris au sérieux ?

Le problème de Didier Raoult n'est pas sa compétence, qui est unanimement reconnue, non, son problème est celui de sa crédibilité.

A l'attention de tous les abrutis et en particulier de RobisBack :


CRE-DI-BI-LI-TE !


Feriez-vous confiance à ce monsieur qui, le 17 février dernier, vous assurait que le Covid-19 ferait moins de morts que les accidents de trottinettes ? (source Bing !)

Conclusion


Si l'hydroxychloroquine est effectivement le seul médicament à avoir un effet significativement positif afin d'éradiquer cette épidémie et empêcher qu'elle ne revienne, on pourra dire bravo au professeur Raoult, cependant celui-ci portera une lourde responsabilité dans de nombreuses morts qui auront été éventuellement causées par les messages initiaux lénifiants qu'il s'est employé à répandre en dehors de toute démarche scientifique, confondant YouTube avec les publications médicales dans lesquelles il aurait dû se cantonner.


Sottisier de la semaine 13


https://mythesmanciesetmathematiques.wordpress.com/2020/03/23/petition-pour-la-generalisation-des-tests-et-lusage-immediat-de-la-chloroquine/#comment-18731
Le 23 mars 2020 à 11 h 27 min, climatosceptique a dit :

Pourtant être climatosceptique est plutôt une preuve d’intelligence: soit parce qu’on ose penser autrement que les autres, soit parce qu’on connait quelques lois de la physique.
Je ne crois pas que la science avance grâce à des pétitions, et pourtant l’intelligence collective donne des résultats troublants.
Je pense que commencer la semaine avec ce genre de sottise (être climatosceptique serait une preuve d'intelligence parce qu'on connaitrait quelques lois de la physique) est plutôt de bon augure, la récolte devrait être de bonne qualité ces prochains jours.

*****

Le 24 mars 2020 à 14 h 26 min, Thilef a dit :

L’introduction de cet article commence mal : « celui qui niait en 2013 l’existence d’un réchauffement climatique d’origine humaine… ».
Toujours commencer un article par une vérité, puis le continuer par d'autres vérités et enfin le terminer par une vérité finale, c'est ce qu'on appelle de l'honnêteté, mais apparemment ça dérange monsieur Thilef ainsi que le sieur fm06 :

https://mythesmanciesetmathematiques.wordpress.com/2020/03/24/urgent-premieres-critiques-statistiques-des-resultats-de-didier-raoult/#comment-18860
Le 24 mars 2020 à 17 h 04 min, fm06 a dit :

Ben oui, c’est un fait, exprimer des vues climato-réalistes a tendance à vous rendre suspect aux yeux de nombre de scientifiques. Au delà de ce préjugé regrettable [bla bla]
Qualifier la lucidité de certains de « préjugé regrettable » est une marque évidente du réalisme en goguette.

*****

http://www.skyfall.fr/2020/01/30/bistrot-coin-2020/#comment-315234
669. chercheur | 24/03/2020 @ 13:45

Bernnard (#667),

Je ne peux pas m’empêcher de penser que ce sont certains médecins qui sont responsables en ayant fait croire que tout le monde pouvait en mourir.
Ce « chercheur » ne trouverait pas une botte de foin sur une épingle, il confond « tout le monde peut être porteur sans le savoir et le refiler à son voisin » avec « tout le monde peut en mourir ».

*****

http://www.skyfall.fr/2020/01/30/bistrot-coin-2020/#comment-315205
665. chercheur | 24/03/2020 @ 12:28
[…]

Je rappelle que Raoult a affirmé que tout cela n’était qu’une grosse grippe, qu’il ne fallait pas de confinement et qu’à la fin de l’année, on ne verrait pas de surmortalité supérieur à une grippe. […]
Perso, j’estime que tout ce qu’il a dit est pertinent et rien ne permet de dire aujourd’hui qu’il s’est trompé.
Effectivement il est pertinent de dire la « grosse grippe » qu'est le Covid-19 n'est qu'une simple broutille et que le confinement est une grosse connerie. Chercheur n'a toujours pas trouvé la botte de foin.

*****

http://www.skyfall.fr/2014/03/10/politiques-du-climat/#comment-315003
4792. BenHague | 23/03/2020 @ 22:23

Jancovici est un immonde connard humainement d’une malhonnêteté intellectuelle incroyable . Mais effectivement ses calculs « coin de table » pour detruire l’absurdit des eolienne et PV sont exacts …
Immonde et connard, rien que ça, mais ses calculs de coin de table sont exacts. A mon avis Jancovici est très peiné du jugement de l'expert en immonderies et connarderies BenHague.

*****

https://wattsupwiththat.com/2020/03/25/wired-climate-denial-is-like-covid-19-denial/
The important difference between Climate Change and Covid-19 is there is evidence that Covid-19 is a problem.
La différence importante entre le changement climatique et le Covid-19 est qu'il existe des preuves que le Covid-19 est un problème.
Euh non, la différence importante entre le changement climatique et le Covid-19 est que ce dernier doit être traité de toute urgence maintenant ; pour le changement climatique ce ne sont pas quelques mois de perdus qui vont faire...la différence.

*****

https://judithcurry.com/2020/03/19/coronavirus-uncertainty/
The main similarity between CC and CV are that they are both situations of deep uncertainty.
La principale similitude entre le CC et le CV est qu'ils sont tous deux des situations de profonde incertitude.
Traduction alternative selon mon interprétation des « pensées » de Judith Curry : Comme le changement climatique (CC) et le Covid-19 (CV) sont « profondément incertains » autant les considérer tous les deux comme une petite grippe qui va passer.

*****

L'hydroxychloroquine est un médicament facile à produire et très bon marché, au point que des laboratoires pharmaceutiques de plusieurs pays (dont la France) sont d'ores et déjà prêts à le produire en grande quantité gratuitement et dans les délais les plus brefs.
Cela me fait penser à l'histoire du fou qui cherche ses clés la nuit sous un réverbère parce que c'est là qu'il y voit le mieux.

*****

http://www.skyfall.fr/2020/01/30/bistrot-coin-2020/#comment-315985
735. Bernnard | 26/03/2020 @ 11:35

J’ai comme l’impression qu’après cette épidémie et la peur qu’elle aura suscitée, la peur du RCA aura des difficultés à se réinstaurer.
Mais oui mais oui, quand l'épidémie sera derrière nous le réchauffement climatique va s'arrêter par solidarité afin de nous permettre de nous refaire une santé.

*****

https://mythesmanciesetmathematiques.wordpress.com/2020/03/26/urgent-lhydroxychloroquine-est-autorisee-a-la-prescription/#comment-18991
Le 26 mars 2020 à 15 h 41 min, Daniel a dit :

Que de temps perdu …. et de souffrances.
Non, Daniel ne parle pas du temps perdu à combattre le réchauffement climatique et des futures souffrances que notre inaction va engendrer ; Daniel est covido « réaliste », il évoque l'autorisation (très encadrée) de l'hydroxychloroquine.

*****

https://mythesmanciesetmathematiques.wordpress.com/2020/03/26/urgent-lhydroxychloroquine-est-autorisee-a-la-prescription/#comment-18993
Le 26 mars 2020 à 15 h 42 min, Keppeler a dit :

Ceci est une excellente nouvelle, peut être la première bonne nouvelle depuis le début de l’épidémie. Le fait d’avoir un traitement va permettre, au moins d’apaiser les peurs non rationnelles.
C'est vrai quoi, un traitement qui apaise les peurs non rationnelles devrait être remboursé par la sécurité sociale, peu importe si son efficacité est douteuse.

*****

https://www.skyfall.fr/2020/01/30/bistrot-coin-2020/comment-page-15/#comment-316090
749. pastilleverte | 26/03/2020 @ 16:41

Juste une remarque au sujet des températures bien basses en France pour une fin mars et (c’est bien parti pour) début avril :
Ne parlez pas de « réchauffement » mais de « dérèglement » climatique.
Et hop, c’est qui qu’a toujours raison ???
Monsieur piluleverdâtre aurait dû lire Réchauffement ou changement climatique ?, il aurait évité de dire une grosse sottise.

*****

vendredi 27 mars 2020

Le raout de Raoult

Cela ressemble à une hystérie collective ou je n'y connais rien.

Le professeur Didier Raoult est depuis peu de temps au centre de toutes les attentions pour avoir soi-disant trouvé le remède miracle contre le Covid-19, annonçant même la fin de la partie !

Alors la question qu'on devrait actuellement se poser est la suivante : est-on en présence d'un véritable génie futur prix Nobel, ou bien d'un Bernard Madoff de la médecine ayant dupé tout le monde y compris (et surtout) ses amis ?

Comme je ne suis pas infectiologue, et très probablement vous non plus cher lecteur, il m'est impossible aujourd'hui d'avoir la moindre idée sur la réponse à apporter à cette lancinante question, et je ne peux que me contenter de lire ici ou là ce qu'on peut dire au sujet de l'animal.

Tout d'abord il y a les nombreux abrutis qui se précipitent sans réfléchir alors qu'ils n'ont pas plus de compétence sur le sujet que le quidam rencontré au coin de la rue ; par exemple, et je ne citerai que celui-ci car il s'agit de mon chouchou, nous avons Nouveaux résultats positifs pour l’hydroxychloroquine contre le coronavirus :
Des médecins américains ayant utilisé le traitement de Didier Raoult contre le coronavirus (hydroxychloroquine+azithromycine) se déclarent « très optimistes » sur son efficacité, sur la base d’un ensemble plus conséquent de patients traités.
Comme l'auteur de ces lignes est nul (sic) autre que Benoit Rittaud on pourrait penser, si on ne le connait pas suffisamment, qu'il a puisé son imagination dans une étude scientifique, mais vous serez peut-être surpris (quoique) d'apprendre que sa source d'inspiration s'avère être...Fox News !

Et ce qui devait arriver arriva, il se trouve obligé d'apporter un démenti pas plus tard que le jour suivant :
MISE À JOUR (27 mars 9h30) : Aïe, il semble que Fox News se soit emballé un peu vite. L’info est contestée ici.
Oui aïe, ça fait mal de devoir faire la culbute en moins de 24 heures et on souffre pour notre climatomancien préféré qui prend Fox News pour une source scientifique fiable, mais souvenons-nous toujours que Rittaud est « réaliste » afin de comprendre son fonctionnement.

Plus sérieux que celui de Riri est l'article de Stéphane Foucart dans Le Monde, l'anti Fox-News que les climato-irréalistes vilipendent chaque fois qu'ils le peuvent en le surnommant l'Immonde, preuve que quand on est con on a un humour de merde en rebaptisant notamment France Inter fRance Inter ou Libération L'Hibernation (ah ah je me marre comme dit le canard) ; ainsi Foucart dans Coronavirus : Didier Raoult, l’infectiologue marseillais derrière la folie planétaire autour de l’hydroxychloroquine nous donne quelques jalons intéressants en ces temps tourmentés où la déraison semble se jouer de nos esprits confinés ; il introduit ainsi son article :
Le microbiologiste préconise un traitement des malades sur la base d’éléments encore ténus. Savant reconnu, il divise par ses prises de position parfois iconoclastes. 
Beaucoup de journalistes amateurs devraient prendre exemple sur ces quelques lignes qui résument assez bien le long article consacré à Didier Raoult :
  • Didier Raoult est « reconnu » (Microbiologiste de renommée internationale, il a des travaux majeurs à son actif) ;
  • cependant il divise par des prises de positions iconoclastes (il a annoncé la fin du changement climatique à plusieurs reprises) ;
  • sa préconisation du traitement du Covid-19 repose sur des éléments ténus (Une vidéo postée sur YouTube, un essai au mieux fragile, au pire bancal, et un débat public que la panique a rendu perméable aux promesses de guérison)

On peut donc s'interroger sur les compétences « réelles » de l'individu au regard de ses ineptes articles parus dans Le Point (par exemple Les prédictions climatiques sont absurdes !) où il contestait le réchauffement climatique alors qu'il n'a aucune légitimité sur le sujet, un peu comme si Jean Jouzel donnait son avis sur la meilleure façon de traiter le Covid-19 et proposait une pilule miracle pour arrêter le réchauffement de la planète !

Un autre signal d'alarme devrait être le nombre faramineux d'études scientifiques qu'on lui attribue, pas moins de 3062 !

Faites le calcul, Raoult a débuté sa carrière au début des années 1980, cela fait donc environ une quarantaine d'années d'activité de recherche en comptant très large ; par conséquent nous arrivons à la moyenne surprenante de 76 papiers publiés chaque année, soit près de 1,5 par semaine, et cela pendant 40 ans !

Je sais que selon l'adage « publish or perish » les scientifiques sont condamnés à publier le plus de papiers possible afin de demeurer visibles et « avancer dans leur carrière », mais quand même il y a des limites au-delà desquelles cela devient tout bonnement ridicule ; en fait une grande partie des papiers qui sont attribués à Didier Raoult ont simplement été approuvés par lui (en étant gentil et en supposant qu'il les a tous lus) mais écrits par d'autres qui ont transpiré dessus et ont été bien contents d'être associés à un chercheur « de renommée internationale » d'une telle pointure (c'est mon sentiment mais comme je ne suis pas scientifique je me trompe peut-être)

Ainsi il est aisé pour Raoult de s'auto-qualifier « champion du monde » car comme l'écrit Foucart :
Selon la base de données Scopus, il totalisait, mardi 24 mars, 3 062 articles de recherche publiés dans la littérature scientifique. Un chiffre phénoménal : une grande part des chercheurs publient au cours de leur carrière moins d’articles que le professeur marseillais en quelques mois (plus de trente depuis le début de l’année). Ce qui en fait le microbiologiste le plus cité au niveau international 
J'ai comme le sentiment que nous sommes en présence d'un système qui s'auto-alimente : Raoult publie au rythme d'une mitraillette, il est donc excessivement cité, plus qu'il ne devrait l'être « normalement », et ce grand nombre de citations fait de lui un chercheur « de renommée mondiale », ce qui doit encore lui faciliter l'accès à davantage de publications sous son nom, ce qui etc. (vous avez compris l'idée j'espère)

C'est pour cela que je parlais au début de « Madoff de la médecine », on a l'impression de se trouver en présence d'un système de Ponzi d'un genre inattendu (à condition bien sûr que Raoult soit un charlatan, ce que je me garderai bien d'affirmer en l'état actuel des choses)

Didier Raoult dans son bureau. Mais où donc ai-je bien pu ranger mon article sur le réchauffement climatique ?


Didier Raoult a beau être un infectiologue « reconnu » il est loin d'être le seul sur la planète, et le moins qu'on puisse dire est qu'il ne fait pas l'unanimité parmi ses confrères.

En fait on s'aperçoit, comme l'écrit Foucart, que : 
Ses meilleurs soutiens sont politiques. Sur les réseaux sociaux ou les chaînes d’information, Christian Estrosi, Renaud Muselier, président (LR) de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), Gilbert Collard, eurodéputé apparenté Rassemblement national, l’ancien député PS de l’Essonne Julien Dray, conseiller régional d’Ile-de-France, ou encore les élus marseillais testés positif et traités à l’hydroxychloroquine : tous lui apportent un indéfectible soutien. De même qu’une bonne part de l’extrême droite.
« Une bonne part de l'extrême droite », cela vous étonne ?

Quant à son médicament miracle, l'hydroxychloroquine, dire que les avis sont partagés relève de l'euphémisme ; par exemple Capital, dans Chloroquine, l'autre essai clinique qui affaiblit l'espoir d'un traitement miracle, nous donne la couleur :
Un nouvel essai clinique visant à évaluer l’efficacité de l’hydroxychloroquine dans le traitement du coronavirus a été publié, il y a peu, par des infectiologues de l’hôpital de Shanghai (Chine). Ses résultats sont nettement moins enthousiasmants que ceux des travaux menés par le professeur Didier Raoult à Marseille. 
Cependant cette étude chinoise ne semble pas meilleure que celle de Raoult, on pourrait donc dire à ce stade « un partout la balle au centre. »

Dans Chloroquine genius Didier Raoult to save the world from COVID-19 on nous rappelle les élucubrations initiales du génial chercheur :
In February 2020, Raoult explained that COVID19 is statistically no more deadly than scooter accidents
En février 2020, Raoult a expliqué que le COVID19 n'est statistiquement pas plus mortel que les accidents de scooter 
Sauf que les accidents de scooters n'engorgent pas les services d'urgence ! Mais le plus intéressant est ici à la fin de l'article :
Raoult’s new study on chloroquine as the cure for COVID19 is obviously flawed, at best.
La nouvelle étude de Raoult sur la chloroquine en tant que remède contre le COVID19 est manifestement erronée, au mieux.
L'article est long et bien documenté pour en arriver à cette lapidaire conclusion, on y apprend notamment que Raoult est fortement suspecté d'avoir triché dans le passé :
Elisabeth Bik found some very bad data fakery in a 15 year old Raoult-co-authored paper:

Florence Fenollar , Stéphane Sire , Nathalie Wilhelm , Didier Raoult Bartonella vinsonii subsp. arupensis as an agent of blood culture-negative endocarditis in a human Journal of Clinical Microbiology (2005)
doi: 10.1128/jcm.43.2.945-947.2005
Traduction : Elisabeth Bik a trouvé quelques très mauvaises manipulations de données dans un document datant d'il y a 15 ans et co-écrit par Raoult.

Je laisse les lecteurs ayant des connaissance scientifiques lire les explications détaillées afin de se faire une idée, quant à moi je pose mon joker.


Sur Atlantico c'est dans Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien qu'on nous dit :
Avant même de lire l’étude, l’attitude du Pr Raoult dans les médias m’a invité à la méfiance.
Comme je ne suis pas abonné je n'ai pas pu aller plus loin que le titre et les tout premiers mots de l'article...

Un communiqué co-signé par plusieurs organismes de santé nous dit, lui, que :
Dans un contexte d’urgence, ces études menées précipitamment apportent le plus bas niveau de preuve attendu d’un essai clinique. Les biais méthodologiques exposent, au mieux, à la preuve d’un concept qu’il convient de valider.
Tout cela n'est pas très rassurant, surtout quand on nous précise :
Nous alertons sur les risques immédiats de santé publique de cette situation. Un 1er risque potentiellement fatal est directement lié aux cas de contre-indications, de mésusages et surdosages, d’interactions médicamenteuses, de survenue d’effets indésirables graves. Le risque indirect, d’ores et déjà établi, est de provoquer une tension d’approvisionnement et d’exposer les malades atteints de pathologies chroniques comme le lupus, à une rupture de traitement, en dépit des circuits dédiés mis à disposition par l’industrie pharmaceutique.
Cela fait penser à l'expression « déshabiller Pierre pour habiller Paul », définie comme signifiant :
Résoudre un problème en aggravant un autre.
Ainsi on orienterait les prescriptions médicales vers un traitement non validé qui viendrait à faire défaut aux personnes qui le nécessiteraient le plus, bien joué monsieur Raoult !

Une fois n'est pas coutume, nous laisserons le mot de la fin à un commentateur intervenant sur le blog à Rittaud afin de tenter de mettre un peu de « réalisme » sur un site ésotérique qui s'est spécialisé dans le n'importe quoi exponentiel ; c'est dans URGENT : l’hydroxychloroquine est autorisée à la prescription qu'on peut lire :
Le 26 mars 2020 à 20 h 07 min, TL a dit :

Désolé d’être un peu à contre courant mais en tant qu’infectiologue, la tête dans le guidon actuellement, je reste tout de même dubitatif sur la frénésie autour de l’hydroxychloroquine (HC).
J’ai discuté ce jour avec un collègue, prof d’infectiologie, qui à les mains dans le cambouis (très brillant croyez moi), qui reste très pensif sur l’intérêt réel de l’association HC- azythro.
Hier Il a eu une conférence téléphonique avec les chinois: les résultats de leurs études sur les antiviraux, HC et autres sont très, très flous…
L’HC reste à manipuler avec précaution (1). Il ne faudrait pas envoyer des patients en réa pour une torsade de pointe (s’il reste des lits disponibles) en plus des patients ventilés pour un coronavirus.
Le HCSP (2) me semble faire une bonne synthèse des interrogations et des échecs concernant les différents schémas thérapeutiques proposés.
On ne parle jamais de l’impact des antibiotiques prescrits systématiquement en ce moment au moindre doute devant une suspicion, voire une infection à coronavirus sans critères de gravité: rupture de stock imminente sur les macrolides, pression de sélection majeure (avec à la clé la sélection de bactéries multi résistantes voire hautement résistantes).
En synthèse, nous avons la très désagréable impression que rien ne marche, hormis peut-être la vaccination….
On se demande ce que fait ce lecteur sur un site de propagande climatosceptique qui depuis quelques semaines prétend l'informer sur une épidémie qu'il a d'abord cherché à minimiser (voir Leçon d'exponentielle à l'attention de Benoit Rittaud) en déclarant solennellement que « l’épidémie […] n’a rien d’imprévisible et ne se prépare pas à atteindre des sommets catastrophiques »


L'avenir proche nous dira quoi penser de Raoult (pour Rittaud c'est plié depuis un bon moment déjà), soit la chloroquine terrasse le coronavirus, soit celui-ci continue sur sa lancée comme si de rien n'était jusqu'à épuisement des troupes avec derrière lui un certain nombre de morts qu'il sera difficile d'attribuer aux accidents de scooter.

La première victime du Covid-19 vient d'être identifiée par une caméra de surveillance.