samedi 24 juillet 2021

La vallée du Lampy

 Voilà une petite balade sympa que j'avais déjà effectuée en octobre 2015, mais à l'époque je ne relatais pas encore mes randonnées dans mon blog, cependant j'avais pris des photos qui me permettent aujourd'hui de faire quelques comparaisons.

Tout d'abord il faut dire que l'itinéraire parcouru il y a 6 ans, à partir du topoguide de la Montagne Noire aux éditions Chamina, qui n'est apparemment plus disponible sauf sur Amazon (hélas), ne peut plus être effectué tel quel ; en effet, dès le départ le topo nous dit :

Du lavoir [...] prendre à droite un chemin goudronné [...]

Malheureusement ce chemin n'est désormais plus accessible, on tombe sur une barrière qui nous en interdit l'accès :

Interdit d'aller plus loin, propriété privée plus risques d'éboulements...

Les risques d'éboulement sont mentionnés sur l'affichage blanc placardé juste au-dessous du panneau propriété privée ; alors pour savoir à quoi ressemble ce qu'il y a après cette barrière il faut se reporter aux photos prises en 2015, quand le passage était encore praticable (avouez que je vous gâte) :

Premières usines de textile désaffectées (il y en aurait eu 21 en 1870...)

Une roue à aubes accolée à un moulin.

Mais l'électricité passe toujours ici, nous sommes dans une propriété privée...

Si vous voulez voir à quoi cela ressemble vu du ciel vous êtes servi :

Le secteur privé, et donc aujourd'hui interdit à la circulation.

Si vous voulez savoir ce que j'en pense, eh bien j'en pense que le risque d'éboulement a bon dos, la raison la plus plausible expliquant la restriction de passage me parait plutôt être que le propriétaire des lieux en a eu un peu marre de voir passer devant chez lui des randonneurs et autres vététistes, car oui le circuit était également proposé à ces derniers !

Bref.

Peu avant la barrière on pouvait apercevoir cette belle demeure qui à mon avis ne devait pas être celle appartenant à un ouvrier tisseur bossant dans l'une des usines parsemant la vallée, il est un peu plus probable qu'elle hébergeait le maitre des lieux ainsi que des esclav...., pardon, enfin, vous m'avez compris :

La maison du boss.

Ça c'était en octobre 2015, voici à quoi ça ressemble maintenant :

La maison du boss bis.


Hormis la tenue plus légère (juillet versus octobre) on ne peut pas ne pas remarquer que quelques travaux d'embellissement/aménagement ont été effectués entretemps (si vous ne voyez pas de différences je vous conseille d'aller consulter un spécialiste de la vue) ; sur la deuxième prise de vue on peut voir la fameuse barrière accolée à ce qui ressemble à un garage à calèche, impossible donc d'aller plus loin.

A part ce petit imprévu qui nous a fait passer par la route menant au barrage, soit un détour insignifiant, le reste du parcours est quasiment identique, nous avons seulement pris une variante avant d'atteindre le village de Villemagne en suivant un balisage qui n'existait pas en 2015 (c'est fou ce que les choses évoluent en si peu de temps), mais finalement le chemin était tout aussi agréable, donc pas de souci.

Voici maintenant les habituelles cartes et données personnelles suivies de quelques photos pour agrémenter le tout.

Accès routiers.

Mes données personnelles.


Vue satellite.

Vue terrain.

Juste après le parking on prend à gauche (et non à droite) de l'imposant lavoir de Cenne-Monestiés.

La route goudronnée se transforme en chemin agréable à cheminer (mais loin des cheminées des usines en contrebas !)

La retenue d'eau est modeste, pas de quoi casser trois pattes à un canard.

Le chemin langoure le long du lac.

Oui je sais, le verbe langourer n'existe pas, mais je fais ce que je veux ici.

Un calvaire bidon peu avant d'arriver à Villemagne.

Il y a toujours des endroits où les promeneurs ne sont pas les bienvenus.

Enfin Villemagne et ses lézardes protégées du public.

Ici on prend bien soin du personnel soignant (tsoin-tsoin)

Et on arrive même à recycler les bidets (pour ceux qui ont une petite envie, d'une pierre deux coups, mais les plantes n'ont pas l'air d'apprécier)

Vue panoramique sur la plaine du Lauragais.


Si vous voyez ces ruches c'est que vous n'êtes pas sur le bon chemin, faites demi-tour.

  
Botte qui roule n'amasse rien du tout.

On peut dire que le paysage est champêtre. Oui on peut le dire. Alors disons-le.

Vous ai-je déjà dit que...? Oui je crois vous l'avoir dit, mais vous n'écoutez jamais.

Et on revient doucement à Cenne-Monestiés.

Cenne-Monestiés où nous accueillent de drôles de bestiaux :

La sculpture qui a régné sur la cheminée ?

Les auteurs de cette oeuvre sont Lib et Lul, deux artistes du coin.

Et pour terminer, un peu de climat au logis avec cet extrait Wikipédia concernant Cenne-Monestiés :

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-20005. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre3.

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat6 complétée par des études régionales7 prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saissac », sur la commune de Saissac, mise en service en 19288et qui se trouve à 5 km à vol d'oiseau9,Note 2, où la température moyenne annuelle est de 10 °C et la hauteur de précipitations de 1 320,9 mm pour la période 1981-201010. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Carcassonne », sur la commune de Carcassonne, mise en service en 1948 et à 23 km11, la température moyenne annuelle évolue de 13,7 °C pour la période 1971-200012, à 14,1 °C pour 1981-201013, puis à 14,5 °C pour 1991-202014.

Voilà voilà.


jeudi 22 juillet 2021

Aujourd'hui toutes les morts sont causées par les vaccins contre le Covid-19. Quoique.

 Hier, dans Rions un peu avec le docte Pierre-Henri Bredontiot, je rapportais les dires d'un adepte du groupuscule AIMSIB qui affirmait le plus sérieusement du monde que

Le variant delta en Grande Bretagne, où 53% de la population est vaccinée:
Le virus tue plus chez les vaccinés

Je tombe aujourd'hui sur un débunkage dans Fact Check: Anonymous 'Whistleblower' Did NOT Document 45,000 Deaths From COVID Vaccine: She Guesstimated That Number (Vérification des faits : La "dénonciatrice" anonyme n'a PAS documenté 45 000 décès dus au vaccin COVID : Elle a estimé ce nombre par approximation) ; on voit donc qu'un peu partout on trouve des gens pour claironner que « beaucoup meurent suite à la vaccination contre le Covid-19 ».

Cela m'entraine à vous proposer la courte réflexion suivante.

En l'absence de toute vaccination il y a toujours des gens qui meurent ou tombent malades.

En supposant que 100% de la population serait vaccinée, les gens qui seraient de toute façon morts ou seraient tombés malades mourraient ou tomberaient malades, de quantités de causes n'ayant rien à voir avec le Covid-19 : AVC, cancer, chute de cheval, noyade, etc.

Donc la probabilité pour que quelqu'un meure ou tombe malade suite à sa vaccination, contre le Covid-19 ou n'importe quelle autre maladie, est alors maximale.

On aurait donc des gens très intelligents qui nous diraient quelque chose du genre « 100% des vaccinés qui sont tombés malades ou sont morts suite à leur vaccination le doivent au vaccin, puisque leur mort ou leur maladie a suivi de près l'injection fatale ».

Cqfd ?

mercredi 21 juillet 2021

Rions un peu avec le docte Pierre-Henri Bredontiot

 Je ne peux pas m'empêcher de vous faire partager.

Sur le site de l'AIMSIB (Association des Imbéciles Mentalement Stigmatisés par une Injection de Bêtise), sous l'article Bientôt tous non-vaccinés dont j'ai déjà parlé, nous avons le pitre des lieux qui commente ceci :

Dr. Pierre-Henri BREDONTIOT sur 21 juillet 2021 à 7h59

Le variant delta en Grande Bretagne, où 53% de la population est vaccinée:
Le virus tue plus chez les vaccinés
[...]
Retrouvez les chiffres officiels ici:

http://www.brujitafr.fr/2021/07/en-angleterre-les-vaccines-sont-plus-morts-du-variant-indien-que-les-non-vaccines.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail
Je n'ai pas lu tout ce qui figure dans le [...], pourquoi me ferai-je mal plus que de mesure, je ne suis quand même pas masochiste à ce point, mais le lien final a attiré mon attention et je suis allé voir quel était ce site brujitafr.fr que je ne connaissais pas jusqu'à present ; donc un grand merci à monsieur Bredontiot pour me l'avoir fait découvrir, ce qui a immédiatement eu pour effet chez moi de déclencher un fou rire que j'ai eu du mal à arrêter.

En feuilletant le site en question je suis tombé sur un article récent intitulé #USA = Des nouvelles du Plan – #Audits électoraux + #JoeBiden laisse échapper : " Nous avons mis sur pied la plus vaste organisation de fraude électorale " - MOINS de BIENS PLUS de LIENS (interdit de ne serait-ce sourire, c'ets sérieux non mais !) dans lequel on peut lire ce passage annoncé au clairon dans le titre lui-même :
#JoeBiden laisse échapper :
" Nous avons mis sur pied
la plus vaste organisation
de fraude électorale "
Un lien est disponible qui mène vers #JoeBiden laisse échapper : « Nous avons mis sur pied la plus vaste organisation de fraude électorale » :
Dans un podcast publié samedi, Joe Biden a déclaré que sa campagne avait réuni « l’organisation de fraude électorale la plus étendue et la plus inclusive de l’histoire de la politique américaine » – car l’élection présidentielle sera marquée par d’importantes batailles juridiques.
Mort de rire !

Biden aurait donc admis, PUBLIQUEMENT, avoir organisé la « fraude électorale la plus étendue et la plus inclusive de l'histoire de la politique américaine » ! Rien que ça !

Bon, arrêtons d'être sérieux et reprenons notre ton badin, Biden n'a évidemment JAMAIS admis une telle chose, pour en avoir le cœur net il suffit de consulter Joe Biden qui admet une fraude électorale ? Non, une vidéo sortie de son contexte (msn.com) : 
Une vidéo très relayée sur les réseaux sociaux semble montrer le candidat démocrate à la Maison Blanche, Joe Biden, affirmer que lui-même et l’administration Obama ont mis sur pied "l'organisation de fraude électorale la plus importante et inclusive de l’histoire de l’Amérique". En réalité, ses propos ont été détournés, puisque ce dernier évoquait le scénario mis en avant par la sphère complotiste autour d’une possible fraude électorale lors de l’élection à venir.
Je n'en dirai pas plus, il suffit de lire le reste de l'article de débunkage et de savoir également que tous les habituels sites de « réinformation » ont relayé la flaque-niouze ; liste non exhaustive :
 Et c'est sur ce genre de sites que le bon docteur Bredontiot va chercher ses infos pour en faire profiter tous les gogos abonnés à l'AIMSIB, comme celui-ci par exemple :
Ordinateur sur 21 juillet 2021 à 14h39

Nous ne sommes plus en démocratie, mais en plein dans la fabriquation du consentement.
A mon avis le dénommé Ordinateur a dû avoir quelques problèmes de fabriquation (sic) quand ses composants ont été fabricés (resic)

Avouez quand même qu'on rigole bien à l'AIMSIB, et je me demande pourquoi de Lorgeril s'en est éloigné (mais pas trop, juste ce qu'il faut)


mardi 20 juillet 2021

Michel de Lorgeril semble avoir des problèmes de calcul

 Dans Peut-on comparer les vaccinés et les nonvaccinés ? Un exemple de dévoiement de la démarche scientifique ! de Lorgeril se pose une question intéressante. Effectivement nous avons affaire à deux populations assez différentes et les comparaisons peuvent être piégeuses.

Je ne vais pas analyser ses explications et encore moins le contredire, bien que je me sois fendu d'un commentaire que voici (je répondais en fait à un autre commentateur qui disait notamment « Plus prudent les vaccinés ??? ce n’est pas ce que je constate tous les jours ») :

Géd 19/07/2021 À 14:18

Idem en ce qui me concerne, je ne constate en rien que les vaccinés soient « plus prudents que les non-vaccinés » ; je connais des non-vaccinés qui font gaffe en respectant les gestes barrières et des vaccinés (moi par exemple) qui relâchent un peu leur attention, par exemple en ne portant pas systématiquement de masque en présence d’autres personnes (j’en porte en grande surface, mais avec certaines personnes je m’en dispense…)

Il est sûr que les deux populations ne sont pas comparables, certains non-vaccinés étant des extrémistes antivax avérés (Cf le lectorat habituel de l’AIMSIB), cependant il me semble difficile de contester le fait que plus on vaccine de gens dans une population donnée et moins il y a de morts du Covid-19.

MDL fait à mon avis une fixation sur les essais randomisés en double aveugle qui seraient selon lui les seuls à pouvoir prouver quelque chose (ce qui est parfaitement exact pour un traitement nouveau, tel que l’HCQ…qui n’a rien donné de probant !), mais à mon avis cela ne s’applique pas forcément à la situation actuelle qui peut s’appréhender différemment.
J'aurais peut-être dû être plus précis à la fin, car des essais randomisés en double aveugle existent bien pour les vaccins, mais ces derniers ont pour but de prévenir des maladies chez des personnes a priori en bonne santé alors que les médicaments « classiques » sont utilisés pour soigner et si possible guérir des malades ; dans ce contexte les essais de nature scientifique ne peuvent pas avoir exactement la même optique : dans un essai sur un vaccin on étudiera par exemple les effets secondaires et la présence (ou pas) d'anticorps, en faisant bien sûr la balance bénéfices/risques de manière identique que pour un médicament ; pour un vaccin on n'aura donc pas de certitude absolue dès la fin des essais comme on pourrait l'avoir pour un médicament classique, dans ce cas soit le médicament fait ses preuves durant l'essai, soit il ne les fait pas et on considère l'essai non concluant, alors que pour le vaccin il n'y a pas vraiment de certitude qu'il sera efficace ; d'ailleurs il n'y a pas longtemps on s'interrogeait sur les performances de chaque vaccin anti-Covid-19, et les jours qui passent apportent des informations qui sont plutôt rassurantes. On remarquera qu'on n'a pas attendu d'avoir des quasi-certitudes pour administrer ces vaccins à des millions de gens, et s'ils étaient vraiment dangereux cela se verrait il me semble.

Mais le sujet du présent billet a été suscité par un autre commentaire de de Lorgeril lui-même répondant à un de ses lecteurs :
Camille 20/07/2021 À 12:19

Bonjour
On dit que le vaccin protège des formes graves.
Quand on dit que le vaccin est efficace à 77% pour le variant beta ça veut dire qu’on a 23% de malchance de faire une forme grave ? Ou juste 23% d’attraper le virus et d’être malade sans forme grave?
Je ne comprends rien à toutes ces histoires de pourcentage en fait ….

( en supposant bien sûr que le vaccin soit efficace!)
Je vous remercie par avance pour votre réponse .
Michel de Lorgeril 20/07/2021 À 13:40

Ces pourcentages ne veulent rien dire de concret ; c’est de la poudre aux yeux !
C’est une diminution du risque relatif !
Seule une diminution du risque absolu a un sens médical.
je prends un exemple simple : soit un essai clinique comparant 100 vaccinés avec 100 non vaccinés.
Au cour du suivi, 2 nonvaccinés sont PCR+ contre 1 seul vacciné.
Le crétin conclut : 50% de réduction du risque relatif.
Le scientifique évalue le risque absolu dans les deux groupes : 2% dans un cas contre 1% dans l’autre cas.
La diminution du risque absolu est de 1% ou de 0,01…
Compris ?
On notera d'emblée le ton condescendant du maitre des lieux avec le « Compris ? » final, comme si la leçon avait été donnée à un mauvais élève qui justement n'aurait rien compris à la question.

In multivariable analysis, the vaccine effectiveness (95% confidence interval) seven days after the second dose of mRNA vaccine was estimated at 88% (81-92), 86% (81-90) and 77% (63-86) against COVID-19 with the original virus, the B.1.1.7 lineage, and the B.1.351/P.1 lineages, respectively.
Je reste perplexe sur le commentaire de de Lorgeril qui nous dit que « C’est une diminution du risque relatif ! » ; à mon avis il s'agit là d'un pourcentage absolu, les 77% semblent correspondre à la proportion de patients ayant reçu le vaccin (lineage B.1.1.7) avec succès, mais comme je suis loin d'être un expert en lecture d'étude scientifique j'accepterais volontiers d'être contredit par un commentateur éclairé qui apporterait des arguments dépourvus d'incantations (des volontaires ?)

Mais là où je peux me battre (façon de parler) avec de Lorgeril c'est il me semble sur la partie purement statistique.

Je reprends ce qu'il nous dit :
je prends un exemple simple : soit un essai clinique comparant 100 vaccinés avec 100 non vaccinés.
Au cour du suivi, 2 nonvaccinés sont PCR+ contre 1 seul vacciné.
Le crétin conclut : 50% de réduction du risque relatif.
Le scientifique évalue le risque absolu dans les deux groupes : 2% dans un cas contre 1% dans l’autre cas.
La diminution du risque absolu est de 1% ou de 0,01…
En l'occurence le crétin a à mon avis raison, la réduction du risque relatif est bien de 50%, soit (2 - 1) / 2 x 100. Pour le dire autrement un non vacciné a 2 chances sur 100 d'être infecté contre 1 chance sur 100 pour le vacciné, le risque est donc divisé par 2 ; si on multiplie les nombres par mille on a 2 000 infections chez les non vaccinés contre seulement 1 000 chez les vaccinés, soit une réduction qui ne me parait pas insignifiante de 1 000 !

Mais là où ça se gâte vraiment c'est quand de Lorgeril nous sort qu'un scientifique arriverait à la conclusion que « La diminution du risque absolu est de 1% ou de 0,01 »...

Non, la diminution du risque absolu, qui passe de 2% chez les non vaccinés à 1% chez les vaccinés, n'est pas de 1% et encore moins d'un fantaisiste 0,01 qui ne veut rien dire ; en réalité la diminution de 2% à 1% est de UN POINT DE POURCENTAGE ! Qui correspond à une baisse de 50% !

Ceux qui me suivent depuis un certain temps se souviennent certainement de François Gervais (voir François Gervais et Benoit Rittaud sont fâchés avec les mathématiques !) qui avait affirmé, en présence du mathématimancien Benoit Rittaud, que la concentration du CO₂ dans l'atmosphère était passée de 0,03% à 0,04%, ce qui représentait, pour lui, une augmentation...de 0,01% ! Evidemment la hausse de la concentration du CO₂ est bien plus importante, puisqu'en pourcentage on arrive à +33,33% ((0,04 - 0,03) / 0,03 = +33,33%), et même à +48% quand on utilise correctement les ppm à la place des % : (415 - 280) / 280 x 100 = +48% !

On voit ici, avec l'exemple du CO₂, que la variation relative a bien plus d'importance que les proportions absolues.

Mais en médecine peut-être qu'effectivement il faut payer davantage d'attention aux données absolues qu'à leur évolution, ainsi dans l'exemple de de Lorgeril on est en droit de se poser la question suivante : est-ce qu'une diminution du risque absolu d'un point de pourcentage (et non de 1%...) est quelque chose de significatif, et est-ce que la variation (forcément relative) de 50% n'est pas quelque chose d'exagéré, de trompeur ?

Pourquoi pas ?

Personnellement je ne sais pas répondre à ce genre de question, mais j'ai quand même comme l'impression que si on divise un risque par deux cela vaut quand même le coup d'essayer.

Autrement à part cela de Lorgeril a fini par me censurer, mes commentaires ne sont plus publiés et il l'annonce en plus fièrement :
Michel de Lorgeril 20/07/2021 À 08:58

Vous devenez franchement grossier et ce sera votre dernière permission sur ce blog car ma patience a des limites.

J’illustre votre profonde naïveté en vous citant : « je doute fortement que l’ensemble de la communauté scientifique internationale soit débile au point de ne pas comprendre qu’en matière de vaccination on est dans un domaine différent de celui de la médecine qui traite des malades. »

Vous êtes bon pour le Ministère. Bonne chance !
Monsieur s'est sans doute vexé parce que j'avais écrit ceci :
Par ailleurs, je dois vous avouer qu’en traitant Anthony Fauci de crétin vous descendez d’un cran dans mon estime, mais j’imagine que ça vous en bouge une sans déranger l’autre.
La citation attribuée à Jacques Chirac a dû en fait déranger l'autre, on comprend donc l'énervement de quelqu'un à qui ça gratouille plutôt que ça chatouille et qui se croit infiniment supérieur à quelqu'un comme Fauci :
Michel de Lorgeril 19/07/2021 À 13:35

Si vous aviez encore des illusions sur Tonio Fauci, vous voilà servi…
S’il était le seul crétin à déblatérer…
Lisez les articles des médias conventionnels ; c’est consternant !
Et jamais une ligne pour un débat contradictoire…
Oui c'est vrai, les médias conventionnels c'est de la merde, mieux vaut prendre ses (ré)informations chez Valeurs Actuelles ou Reinfocovid, là c'est du lourd, sans compter bien sûr le blog de Michel de Lorgeril, dans lequel tout n'est même pas mauvais.



lundi 19 juillet 2021

Geert Vanden Bossche, le Raoult belge ?

 L'AIMSIB, cette association « internationale » visant la bienveillante indépendance de la médecine scientifique, nous gratifie d'un article intitulé Bientôt tous non-vaccinés.

Je dois vous avouer que je n'ai pas tout lu, loin de là, ayant été importuné dès le départ par ceci :

L’hypothèse ahurissante de la vaccination anti-Covid-19 obligatoire pour les soignants Français devenait une annonce évidente depuis le ralliement lamentable (bien que parfois extorqué) d’une frange de blouses blanches que cette injonction finit apparemment par séduire.

Laisser penser que les « blouses blanches » qui se seraient fait vacciner aurait été « séduites » et se seraient « lamentablement ralliées » à une simple mesure de santé publique, c'en est trop, il est difficile après cela de continuer la lecture, surtout quand un peu plus loin vous lisez ceci :

Prétendre imposer des vaccins en phase de tests (9) et les injecter de force à une population jeune qui n’en a nul besoin pour protéger leurs vies, canular ou provocation ?

Ni l’une ni l’autre, il s’agit simplement d’une banale démonstration de tyrannie d’un modèle nouveau, à prétention sécuritaro-sanitaire, qui cherche encore son style.
Mais juste avant cette pitrerie mon oeil avait été attiré par une citation :
» Mener une expérience de vaccination de masse à l’échelle mondiale sans comprendre les mécanismes sous-jacents à l’évasion virale de la pression de sélection vaccinale est non seulement une bourde scientifique colossale mais, avant tout, totalement irresponsable du point de vue de l’éthique de la santé individuelle et publique. »
Pr Geert Vanden Bossche (1)
Le (1) amène à la note de bas de page suivante :
(1) Geert Vanden Bossche, virologue belge, explique que la vaccination de masse avec les types de vaccins utilisés peut entraîner l’apparition de variants extrêmement dangereux qui reviendront frapper les vaccinés devenus de véritables pépinières à variants https://37b32f5a-6ed9-4d6d-b3e1-5ec648ad9ed9.filesusr.com/ugd/28d8fe_266039aeb27a4465988c37adec9cd1dc.pdf
Cette note précède un lien vers France Soir, un autre vers une vidéo YouTube, un autre vers le blog de Gérard Maudrux, etc., n'en jetez plus la cour est pleine, on a compris qu'on avait affaire à des sources de qualité exceptionnelle, pas la peine de se poser davantage de questions sur le sérieux de l'article et on fera bien de se dispenser de se fatiguer les yeux plus longtemps.

Mais qui est donc ce Geert Vanden Bossche ?

Geert Vanden Bossche et son CV.

Bon déjà, à première vue, il fait beaucoup plus belge que Didier Raoult, donc on serait tenté de lui accorder infiniment plus de confiance, à première vue. Sauf que...

Sauf que l'animal ne semble pas faire l'unanimité dans la communauté scientifique.

Voici par exemple ce que l'on dit de ses thèses dans Vaccins: on risque d’attendre longtemps la catastrophe annoncée :
Maintenant, est-ce que ça «tient la route», pour reprendre la formulation de M. Espada? «Ça n’a ni queue, ni tête», commente Mme Dumais de manière générale. Pour sa part, son collègue de l’Université de Montréal Andrés Finzi, qui mène lui aussi des recherches en immunologie, qualifie cette thèse d’«horrible», m’a-t-il écrit dans un bref échange de courriels.
Et le verdict tombe à la fin :
Complètement faux. Il arrive parfois que des prédictions apocalyptiques aient au moins pour elles l’existence de mécanismes purement théoriques pouvant très hypothétiquement mener à leur réalisation. Mais dans ce cas-ci, même la partie théorique sur l’immunologie est trop boiteuse pour cela.
La thèse de monsieur Vanden Bossche serait donc boiteuse. Mais quelle est-elle ? Cela nous est expliqué au début :
ce que M. Vanden Bossche y avance dans l’ensemble est que, selon lui, le fait de vacciner crée une pression de sélection sur le virus, qui l’«inciterait» d’une certaine manière à muter afin d’échapper aux anticorps que le vaccin nous fait produire. Et comme la vaccination a lieu en pleine pandémie, cela signifie qu’il y a un grand bassin de gens infectés, donc un grand bassin de virus chez qui des mutations peuvent survenir.
Tous les scientifiques qui réfutent cette théorie « boiteuse » affirment que le virus, même sans la vaccination, muterait quand même, avec très probablement des mutations bien plus dangereuses.

D'ailleurs les mutations existent pour tous les virus, comme on nous l'explique dans le même article :
En ce qui concerne la partie «immunité acquise» de toute cette histoire (donc les anticorps «spécialisés» qu’on acquiert pendant une infection), «le fait que des virus mutent pour échapper au système immunitaire, ça existe, c’est incontestable, mais c’est la même chose pour n’importe quelle autre infection, explique Mme Dumais. Tous les virus le font [sans provoquer de catastrophe comme celle que craint M. Vanden Bossche]». Et quand certains variants mutent assez pour contourner nos défenses, ça veut simplement dire qu’on peut réattrapper la maladie (comme on le fait avec la grippe, par exemple), pas qu’on sera sans défense.
Bref les mutations c'est connu depuis longtemps et les virologues « maitrisent », contrairement à monsieur Vanden Bossche qui, est-ce vraiment étonnant, affirme avoir inventé un vaccin universel !

Qui est Geert Vanden Bossche ?
[...]
Une recherche sur PubMed révèle en outre que ce chercheur a publié, en tout et partout, huit articles scientifiques, le plus récent datant de 1995. Premier constat : cet « expert » ne semble donc pas peser lourd dans l’avancement de la recherche.
Mais ce que son CV met surtout en évidence, c’est qu’il aurait lui-même fondé la société Univac pour développer un nouveau type de vaccin dont il est l’inventeur, un vaccin destiné à accroître l’action des cellules NK (Natural killer). Ces cellules font partie de la réponse immunitaire dite « non spécifique », celle qui survient aux tout premiers jours d’une infection, comme nous l’avons expliqué dans cet article. Mais leur caractère non spécifique les rend peu efficaces, et leur action cause souvent une inflammation des tissus infectés. Vanden Bossche affirme que ce vaccin qu’il développe rendrait ces cellules NK beaucoup plus efficaces et surtout, leur permettrait d’agir sur tous les « variants » des virus, prévenant ainsi le phénomène d’évasion immunitaire.
Et pour bien monter que ce loulou a quelques centres d'intérêts bien compris :
Deuxième constat : l’expert « indépendant » ne l’est donc pas vraiment : il est associé à une entreprise qui a de nouveaux types de vaccins à vendre. Mentionnons que cette piste de recherche demeure spéculative, et ne s’appuie sur aucune littérature scientifique.
En résumé nous pouvons d'ores et déjà établir un parallèle avec Didier Raoult, ce dernier vantant (ou ventant à grand coup d'air chaud) un traitement qui n'a jamais fait ses preuves, bien au contraire.

D'un côté l'hydoxychloroquine et tout le tralala qui s'ensuit, azithromycine, ivermectine, colchicine, vitamine D, zinc, j'en passe et probablement de bien meilleures ; et de l'autre côté un vaccin qui serait soi-disant efficace pour tout type d'infection, allant du simple rhume au chikungunya j'imagine.

Nous savions, avec par exemple Istvan Marko, que certains Belges dérapaient sur le climat et se retrouvaient les quatre fers en l'air dans le fossé, nous voyons aujourd'hui qu'il en est de même pour le Covid-19.

En vérité cela me rassure, car la France et la Belgique sont de toute évidence de grandes sœurs quasiment jumelles, avec leurs défauts et leurs qualités.

Ah, on me souffle dans l'oreillette que Geert Vanden Bossche est Flamand, quelqu'un aurait-il par hasard trouvé un équivalent Wallon afin de rétablir l'équilibre ?


Pour aller plus loin :

Vous m'excuserez de ne pas reprendre dans cette liste des liens vers les sites de désinformation ou de réinformation (c'est la même chose) tels que...non, après tout si cela vous tente vous n'avez qu'à les chercher vous-même, ne comptez pas sur moi pour faire de la publicité pour des marques de papier toilette.


Me suivre par email

 J'ai fait un peu de ménage dans la mise en page de mon blog, notamment la partie qui concerne les abonnements des quelques lecteurs qui ont l'imprudence de vouloir avoir connaissance de toutes les bêtises que j'écris quand l'envie m'en prend.

Ainsi dans le bandeau de droite, du moins dans la version web (la version mobile ne fait pas apparaitre cette zone, probablement pour préserver un minimum de lisibilité), vous pouvez voir en tête de liste cette invitation :

Ralliez-vous à mon panache blanc.

Après avoir entré votre adresse mail on vous demandera si vous n'êtes pas un robot, on ne sait jamais (regardez-vous dans une glace si vous avez soudainement un doute), puis vous vous laisserez guider afin d'affiner vos choix de suivi.

Pour plus d'informations sur l'application utilisée voir :


Maintenant ce qui serait sympa ce serait qu'en commentaire vous me disiez si vous vous êtes abonnés, afin que j'aie une petite idée du nombre. Cependant ne vous sentez pas obligés, après tout ce n'est que pour satisfaire une curiosité naturelle qui me titille uniquement quand j'y pense. Mais comme j'oublie très rapidement...


samedi 17 juillet 2021

Le Mont Major

 Je ne pensais vraiment pas revenir une énième fois dans les Corbières en plein mois de juillet, mais la météo automnale que nous connaissons depuis quelque temps (sic) a permis que cela se fasse.

Non je rigole, ce samedi 17 juillet la météo était tout ce qu'il y a d'estival, avec une température frisant l'après-midi les 30°C à l'ombre des jeunes filles en fleurs, euh je m'égare, tant pis.

Rien ne nous obligeait, d'ailleurs, à faire la randonnée de ce jour dans l'après-midi, et il faut dire qu'en commençant celle-ci à 9 heures la balade fut très agréable.

Alors comme d'habitude voici l'emplacement de l'itinéraire et le réseau routier pour y parvenir :

Accès routiers.

Ah j'allais oublier, la rando du jour a été piochée sur le site de Visorando : A faire : Le Mont Major - Randonnée (visorando.com)

Mes données personnelles sont ici :

Données personnelles.

Voyons la comparaison avec les données de Visorando :

  • Visorando :
    • Durée : 5h05
    • Distance : 13,97km
  • Polar :
    • Durée : 4h11
    • Distance : 14,57km
Le petit chouia de plus en distance est normal ainsi qu'habituel, étant donné qu'on est toujours amené à faire des petits détours, quand on ne se trompe pas carrément de chemin, ce qui n'a pas été le cas ici puisque les indications du topoguide étaient suffisantes pour ne pas s'égarer, malgré quelques imprécisions ou bizarreries (mais le balisage a apparemment été refait afin peut-être de prendre en compte certaines indications comme « le balisage très mal positionné peut induire en erreur car il semble inviter à poursuivre sur la droite »)

Voici maintenant les vues satellite et terrain pour se faire une meilleure idée :

Vue satellite.

Vue terrain à partir du hameau de Joffres.

La vue au sommet du Mont Major est superbe, elle embrasse toute la région comme on peut le constater dans cette vidéo :


Le Canigou est visible dans le lointain, à droite du Mont Tauch reconnaissable à sa forme tabulaire :

En regardant vers le sud : le Mont Tauch en plein milieu, le Canigou très loin sur sa droite.

Si le regard porte vers le nord la vue est moins spectaculaire :

En regardant vers le nord : la Montagne d'Alaric et dans le lointain la Montagne Noire.

Le coin est sympa, mais mieux vaut éviter les périodes de chasse, à mon avis :

Un affut de chasse regarde passer le gibier, pardon, les promeneurs.


A noter que le début de la randonnée s'effectue sur le goudron d'une petite route sinueuse permettant d'admirer les pentes du Mont Major quasiment dès le début jusqu'à ce qu'elle se transforme en chemin de terre :

La petite route qui monte, qui monte...

Le retour est plutôt tranquille, bien qu'un peu longuet, se déroulant toujours sur un chemin bien entretenu, l'itinéraire ne posant aucune difficulté concernant l'orientation :

Après être redescendus du Mont de sympathiques chemins s'offrent à nous.

Mais gare aux fortes chaleurs, certains endroits ne sont pas très ombragés...

En résumé, voilà une belle randonnée faisable en une demi-journée, de préférence le matin en été ou l'après-midi en hiver !


vendredi 16 juillet 2021

H16 dans son numéro de claquettes

 Parmi tous les clowns en représentation sous le chapiteau des climato-rigolos, s'il y en a un qui mérite une mention spéciale c'est bien le dénommé H16 qui s'exhibe non avec un nez rouge (ce serait trop banal) mais avec un masque à gaz afin de bien faire comprendre à la masse que lui il sort de l'ordinaire.

Ce grand comique exerce sa profession dans le cirque Contrepoints, qui un temps avait comme devise « le nivellement par le haut » ; ils ont dû se rendre compte que cette formule était plutôt idiote et elle ne figure plus (depuis quand j'en sais rien) sous le titre, elle a apparemment été remplacée par un appel aux dons avec une maxime tout aussi imbécile : « Promouvoir la liberté n'est pas gratuit ». Comme si Contrepoints, et les gens comme H16 qui s'en servent comme tremplin pour régurgiter toutes sortes de fadaises, avaient pour objectif de « libérer » les gogos prêts à mettre la main au porte-monnaie pour lire leurs âneries.

Fin juin notre charlot a pondu un article dont il a le secret : Climat contre virus : la bataille des catastrophistes.

On sent la patte de notre célèbre mathématimancien Benoit Rittaud, avec un soupçon de François Gervais agrémenté d'une larme de Christian Gérondeau afin de tenter quelque chose de consistant (sans trop de succès évidemment), mais c'est en fait par l'intermédiare d'un autre bouffon que je suis tombé sur l'article en question (Jean-Pierre Bardinet pour ne pas le nommer)

Alors que veut bien nous dire monsieur H16 dans cet article où il met en parallèle climat et virus ?

Sans surprise, car nous nous sommes rendu compte depuis plus d'un an maintenant que les climato-crétins étaient également en majorité des covidiots, le terme covidosceptique ayant été justement créé sur le même modèle que climatosceptique, sans surprise, disais-je, H16 s'essaie à une comparaison, forcément foireuse dans ses mains, entre climat et Covid-19.

Nous connaissons ses limites en ce qui concerne le climat, il nous a déjà prouvé qu'il n'y connaissait rien (voir À cause du réchauffement climatique, certains soi-disant journalistes écrivent absolument n’importe quoi) mais qu'il se faisait fort d'en faire profiter ses lecteurs, nous avons aussi la confirmation que c'est une véritable bille au sujet de la pandémie actuelle, mais qui s'en étonnerait ?

Voici quelques extraits (pas trop quand même, l'abus d'âneries peut provoquer des pertes de neurones) tirés de son laïus.

Parvenant à se procurer (on ne sait comment) un rapport climatique du GIEC, l’Agence Fausse Presse française découvre les prédictions véritablement apocalyptiques que nous ont concoctées les gourous du climat : pénuries d’eau pour des centaines de millions de malheureux, 80 millions de victimes de famines, 420 millions de martyrs de canicules, une hausse du niveau des océans de 13 mètres (oui, mètres, pas centimètres), réduction des rendements agricoles de 10 %, bref l’humanité va au devant d’une hécatombe si la température du globe devait gagner 1° et quelques ppm de CO2 (et tant pis pour le mésozoïque luxuriant avec ses 15° et 1000 ppm de plus en moyenne, oubliez, ça n’existe plus).

Mort de rire, l'Agence Fausse Presse, il fallait la trouver celle-là, moi je propose Contrepions, ça vaut ce que ça vaut mais c'est du même tonneau, alors on va pas faire le difficile.

Le plus marrant dans ce passage c'est que H16 nous explique ce qui va à peu près se passer, mais on comprend quand même qu'il n'y croit pas lui-même un seul instant, et cela l'amène à écrire une grosse bêtise que je reprends :

une hausse du niveau des océans de 13 mètres (oui, mètres, pas centimètres)

Mort de rire !

Le GIEC aurait prédit une hausse du niveau des océans de 13 mètres, pour quand ? H16 ne le précise pas, mais on peut s'imaginer qu'il croit vraiment que c'est pour la fin de ce siècle puisque tout ce qu'il reprend s'applique aux décennies à venir ; voici ce qui est dit dans Le Figaro dont il donne le lien, avec entre parenthèse la façon qu'il a de le rapporter : 

  • dans les villes, par exemple, 350 millions d'habitants supplémentaires seront exposés aux pénuries d'eau (pénuries d’eau pour des centaines de millions de malheureux)
  • À +2 °C, jusqu'à 80 millions de personnes de plus pourraient être menacées de famine d'ici à 2050, en raison du manque d'eau, de la multiplication des événements météos extrêmes - qui vont augmenter la fréquence des mauvaises récoltes - ou encore de la pression sur les terres cultivées liée à la demande croissante en biocarburants. (80 millions de victimes de famines)
  • Et, à terme, 420 millions de personnes de plus feront face à des « canicules extrêmes » (420 millions de martyrs de canicules)
Quant à la « réduction des rendements agricoles de 10 % » Le Figaro n'en fait pas mention, on ne sait donc pas où H16 a récupéré cette information, ce qui est la marque de quelqu'un qui affirme des choses sans donner de sources pouvant permettre à ses lecteurs d'aller vérifier ; on peut cependant trouver ce fameux 10% de perte de rendements agricoles dans Les Echos :
Par ailleurs, le rapport du Giec pointe une baisse de 4 à 10 % de la production des principales cultures depuis dix ans.
Et d'ajouter :
En conséquence, à ce rythme, ce sont près de 80 millions de personnes supplémentaires qui pourraient souffrir de la faim d'ici à 2050 avec un réchauffement global de +2 °C.
Les Echos et Le Figaro donnent donc la même information, quoique dans une formulation légèrement différente qui n'en altère pas vraiment le sens. On voit donc que les 10% représentent le haut de la fourchette estimée concernant les dix dernières années, et non pas ce qui va se passer dans le futur, qui dépend de tellement de facteurs qu'il est impossible de savoir de combien le rendement des récoltes va baisser ; ce qui est sûr c'est qu'il va baisser alors que la population mondiale est amenée à croitre, du moins pendant la plus grande partie de ce qui reste de notre siècle, et on comprend alors pourquoi il y aura plus que probablement un grand nombre de personnes supplémentaires (estimé à 80 millions) qui souffriront de la faim dans les trente ans qui viennent.

Mais H16 est au-dessus de tout cela, il n'est pas concerné par la famine et se fiche royalement des rendements agricoles du moment que son steak quotidien arrive dans son assiette, c'est ce qu'on appelle le libéralisme bien compris, celui du petit bourgeois qui se regarde le nombril en s'imaginant être au centre du monde « libre » et toisant les « malheureux », comme il les appelle sans avoir la moindre idée de ce qu'ils représentent.

Mais le plus comique c'est quand même ces fumeux 13 mètres de montée des eaux ; je rappelle ce qu'il nous dit très sérieusement (comme s'il avait étudié le sujet) :
une hausse du niveau des océans de 13 mètres (oui, mètres, pas centimètres)
Mais où est-il allé chercher ces 13 mètres de montée des eaux que le GIEC aurait soi-disant prédit pour les décennies à venir ? C'est simple, quand vous vous souvenez que vous avez affaire à un idéologue dont le cerveau est farci de biais divers et avariés vous avez la réponse ; notre loustic a tout bonnement lu de travers et pas compris ce qu'il avait sous les yeux. En effet, il n'y a pas longtemps, c'était en mai dernier, le Figaro, encore lui, nous disait dans La hausse des océans limitée avec un réchauffement climatique de 1,5°C, selon une étude :
La fonte des glaces contribuerait ainsi à faire monter les océans de 13 centimètres d'ici 2100, contre 25 centimètres selon les projections actuelles.

Il s'agit en fait d'une étude de Tamsin Edwards, publiée dans Nature, dont le titre est Projected land ice contributions to twenty-first-century sea level rise ; comme on le voit on parle bien de centimètres et non de mètres, dans le cas présent la contribution de la fonte des glaces terrestres (land ice contribution) se réduirait, avec une hausse des températures de seulement 1,5°, à 13 centimètres, au lieu des 25 centimètres initialement prévus, d'ici la fin de ce siècle.

Mais notre bon ami H16 n'a pourtant pas rêvé les 13 mètres, il les a seulement fantasmés en les lisant, peut-être dans Projet de rapport du GIEC : l'humanité à l'aube de retombées climatiques cataclysmiques où l'on peut lire :

Au-delà de + 2°C, la fonte des calottes glaciaires du Groenland et de l'Antarctique de l'Ouest (qui contiennent assez d'eau pour provoquer une hausse du niveau de la mer de 13 mètres) pourraient par exemple entraîner un point de non retour, selon de récents travaux.

A moins que ce ne soit dans Dérèglement climatique : les 5 chiffres chocs du dernier rapport du Giec :

Le Giec estime en outre qu'avec un réchauffement supérieur à 2 °C, la fonte des calottes glaciaires du Groënland et de l'Antarctique de l'Ouest pourrait constituer un point de non-retour. Or, à elles seules, elles contiennent assez d'eau pour provoquer une hausse du niveau de la mer de 13 mètres.

Evidemment si vous possédez un cerveau en état de marche vous comprenez que cette hausse de 13 mètres du niveau des mers ne va pas se produire de sitôt, car pour fondre complètement le Groenland et l'Antarctique il va falloir bien plus qu'une augmentation de 2°C, et en plus cela va s'étaler sur peut-être de nombreux millénaires, tellement nombreux qu'il n'est pas du tout certain que l'humanité soit encore présente à ce moment-là.

Je vais m'arrêter là, car le reste de la prose acheseizième est si indigeste que ça commence à me remonter comme un reflux gastro-oesophagien.

Je ne mentionnerai que ce court passage qui résume assez bien la pensée déficiente de l'auteur :

Bref, selon la cible, les politiciens et les médias s’emploient à toujours entretenir la peur.

Le lien mène vers un article publié dans le même torchon et intitulé La peur et la mort pour faire accepter la surveillance de masse ; vous me pardonnerez de ne pas en rajouter, le titre étant suffisamment explicite, du moins c'est mon avis.