mardi 17 septembre 2019

Benoit Rittaud et sa conception de la science

Encore une belle perle enfilée par notre mathématimancien préféré, j'ai nommé Benoit Rittaud, qui se base sur un sondage pour justifier sa conception toute personnelle de la science (je rappelle quand même que Rittaud enseigne l'épistémologie, ça fait un peu peur pour ses étudiants, vous ne trouvez pas ?)

Dans Nouveau sondage sur le climat : l’esprit critique résiste toujours voilà-t-il pas qu'il nous assène sans vergogne :
Un sondage YouGov sur la question du climat vient d’être publié. Mené dans plusieurs pays, il indique que le climato-réalisme résiste contre vents et marées à la permanente propagande carbocentriste.
Ah bon !

Tout d'abord, voici ce que nous dit l'introduction du sondage en question :
Climate change may never before have been as firmly fixed in the public consciousness as it is today. With campaigner Greta Thunberg set to speak at the UN’s Climate Action Summit, a new international YouGov survey uncovers attitudes to climate change across the world.
Le changement climatique n'a peut-être jamais été aussi fermement ancré dans la conscience publique qu'aujourd'hui. Alors que la militante Greta Thunberg s'apprête à prendre la parole au Sommet des Nations Unies sur le climat, une nouvelle enquête internationale YouGov révèle les attitudes face au changement climatique à travers le monde.
Et que disent les « attitudes face au changement climatique à travers le monde » ?
Acknowledgement of mankind’s role in the changing climate is widespread
Le rôle de l'humanité dans le changement climatique est largement reconnu.
Là-dessus je suis entièrement d'accord avec Benoit Rittaud, effectivement le « climato-réalisme » est de toute évidence bien vivant dans l'esprit des sondés, bien que le mot « réalisme » n'ait pas tout à fait le même sens pour Rittaud que pour le commun des mortels ; pour lui il s'agit bien sûr de climato-irréalisme et il nous en donne encore une fois ici la preuve avec son interprétation biscornue des résultats de ce qui n'est qu'un sondage et ne reflète de toute façon en rien ce que pense la communauté scientifique, laquelle est d'accord à près de 100% (certains disent 97%, admettons que la réalité est entre les deux) sur le fait que si la température augmente de façon anormale depuis peu c'est uniquement à cause des gaz à effet de serre que nous balançons dans l'atmosphère.

Et le sondage continue en nous donnant quelques précisions utiles :
That climate change is happening and that humanity is at least partly responsible is a view held by the majority across the world. Indians are the most likely to think that human activity is the main reason the climate is changing, at 71%.
Que le changement climatique est en train de se produire et que l'humanité est au moins en partie responsable est un point de vue partagé par la majorité des habitants de la planète. Les Indiens sont les plus susceptibles de penser que l'activité humaine est la principale raison du changement climatique, soit 71 %.
Les Indiens sont donc les plus « réalistes » de la planète, voyons voir qui est le plus « irréaliste » et partage les opinions de Benoit Rittaud :
At 35% Norwegians and Saudi Arabians are the least likely to think this, although a further 36% and 48% respectively in each country think that humanity is partially responsible for the changing climate.
Avec 35%, les Norvégiens et les Saoudiens sont les moins enclins à le penser, bien que 36% et 48% respectivement dans chaque pays pensent que l'humanité est partiellement responsable du changement climatique.
Comme de bien entendu deux pays producteurs de pétrole, cela vous étonne ?

Mais le sondage enfonce davantage le clou dans le pied de Benoit Rittaud :
Majorities in all countries believe that climate change will result in: serious damage to the global economy; cities being lost to rising sea levels; mass displacement of people from some parts of the world to others; and small wars.
Dans tous les pays, des majorités pensent que le changement climatique entraînera de graves dommages à l'économie mondiale, la perte de villes en raison de l'élévation du niveau de la mer, le déplacement massif de populations de certaines régions du monde vers d'autres et de petites guerres.
Et que déduit de tout cela notre ami mathématimancien ?
Les seuls Européens à échapper à l’autoflagellation sont les pays nordiques, ce qui suggère au passage qu’ils semblent avoir bien intégré leur statut d’autorité morale. Le « modèle scandinave » n’est-il pas une tarte à la crème des professeurs de vertu ?
Ben voyons !

Il est vrai que les pays scandinaves seront plutôt épargnés par la hausse possible de 6 à 7°C (voir dernières nouvelles de Météo France) et pourront même y trouver de nombreux avantages, par contre on se demande bien pourquoi les Philippines ou le Vietnam sont les plus pessimistes comme le montre ce tableau :
Les craintes que le changement climatique ait un impact important sur la vie d'une personne sont beaucoup plus faibles dans les pays occidentaux que dans les pays de l'Est et du Moyen Orient.
 
Mais il est vrai que Benoit Rittaud n'habite pas aux Philippines, on ne peut donc pas le suspecter de partialité dans ses commentaires sur le sujet.


dimanche 15 septembre 2019

Ténérife en quelques couleurs

Le bleu du ciel ou de l'océan, selon que le regard se porte vers le haut ou plonge au-delà des falaises abruptes, le noir des produits de la Terre, cendres, roches, dykes ou sables volcaniques, le vert de la végétation parfois exubérante, le plus souvent clairsemée voire quasi inexistante et subsistant sous formes de traces, le blanc des nuages que l'on surplombe ou qui nous entourent, éphémère menace très vite levée à peine un peu plus loin si l'on se donne la peine de se déplacer de quelques centaines de mètres...

Il y aurait tant à dire au sujet de cette ile qui abrite le toit de l'Espagne au large des côtes du Maroc, le mieux est de regarder à quoi cela ressemble (du moins hors des agglomérations populeuses qui jalonnent les côtes et qui sont truffées de Teutons en quête de bronzage)


Le pic de Teide (3715m) fidèle compagnon de la balade des Arenas Negras qui part du Centre des visiteurs de El Portillo.

Dans la vallée de Masca les nuages font mine d'être inquiétants.

Les routes ici se prélassent en d'interminables lacets et, par leur conception et leur excellent entretien, ridiculisent les voies de communication corses !

Au dessus de los Gigantes des barrancos encaissés se précipitent dans la mer.

Les lignes de crêtes sont souvent des barrières infranchissables pour les maigres nébulosités qui tentent d'avancer.
Le Chinyero et l'une de ses coulées de lave avec le Teide au loin en arrière-plan.


Il suffit de s'éloigner du tumulte des côtes et l'on découvre la tranquillité des forêts toisant les mers de nuages.


Qui du Chinyero ou du minuscule arbuste ose défier l'autre ?


samedi 7 septembre 2019

Le temps des glaces approche

Le titre de l'article original que je vous livre aujourd'hui est The Ice Age Cometh, voici sa traduction intégrale en français.

*****


La concentration de CO₂ et la température se sont étroitement suivies au cours des 300 000 dernières années.

Le temps des glaces approche

Eh bien, pas si vite. L'avènement d'une ère glaciaire est un argument central du déni. Il est basé sur des phénomènes naturels, et sans les quantités massives de gaz à effet de serre que l'humanité a rejetées dans l'atmosphère nous entrerions dans une phase de refroidissement. Cependant, il faudrait des milliers d'années pour qu'une véritable période glaciaire prenne effet.

Entre-temps, cela fait maintenant 415 mois consécutifs que la température mondiale est supérieure à la moyenne du 20e siècle et les cinq dernières années, y compris 2019, qui sera certainement l'une des plus élevées, ont été les plus chaudes jamais enregistrées.

Si vous jetez un coup d'oeil à ce tableau qui fait le suivi de la température et du CO₂ au cours des 350 000 dernières années, trois choses ressortent.

La première, c'est que les deux se déplacent en tandem, en parallèle, ils sont inextricablement liés entre eux.

Quand vous le dites à un négateur, il veut débattre pour savoir ce qui est arrivé en premier. Bien qu'il serait intéressant de comprendre la physique sous-jacente, pour nos besoins, cela n'a pas vraiment d'importance. C'est seulement pertinent qu'ils bougent ensemble.

La deuxième est que la plupart de ces 350 000 ans ont été beaucoup plus froids qu'aujourd'hui et que les périodes chaudes ont été brèves. Il est donc facile de postuler que nous nous dirigeons vers une ère glaciaire jusqu'à ce que l'on observe le pic extrême de CO₂ à la fin du graphique. Comment est-il possible qu'après des centaines de milliers d'années de suivi de très près, nous entrions dans une phase de refroidissement en même temps que la hausse vertigineuse du CO₂ ? CO₂ en hausse, température en baisse ? Ça n'a aucun sens.

L'autre chose à noter au sujet de la hausse, c'est qu'elle est beaucoup plus raide que les hausses précédentes, bien qu'elles aient l'air assez abruptes elles impliquent encore des milliers d'années. La raison pour laquelle la température n'a pas suivi l'augmentation du CO₂ est l'effet des océans en tant que puits de chaleur. Il faut beaucoup plus de temps pour que l'eau se réchauffe, de sorte qu'il y a un délai inhérent avant qu'elle ne rattrape son retard. Entre-temps, nous n'avons réchauffé que de 1°C, bien que le mois de juillet dernier, qui a été le mois le plus chaud jamais enregistré, ait connu une hausse impressionnante de 1,2°C. Nous avons donc déjà mis beaucoup plus de chaleur en réserve pour une émission ultérieure. Comme vous pouvez le déduire du tableau, le niveau actuel de 410 ppm de CO₂ correspond à au moins quelques degrés de réchauffement supplémentaires.

A ce jour, l'humanité a produit environ 2000 gigatonnes de CO₂ : si nous voulons rester en dessous de 1,5°C de réchauffement, nous ne pouvons brûler que 500 gigatonnes supplémentaires. Si nous voulons y parvenir, nous devons réduire de moitié nos émissions d'ici 2030 et, par conséquent, nous devons mettre en place des plans en seulement 18 mois.

Pour que le Green New Deal soit efficace, il faut qu'il soit au niveau de la mobilisation de l'Amérique pour la Seconde Guerre mondiale. Un effort monumental, en d'autres termes. Étant donné que les États-Unis produisent environ un quart de tous les gaz à effet de serre, le GND aurait un impact massif, mais il inciterait aussi d'autres pays à faire de même et exigerait des États-Unis et d'autres pays développés qu'ils s'efforcent de fournir le financement nécessaire pour aider les pays en développement à faire leur part.

Pendant ce temps, les producteurs de combustibles fossiles dépensent d'énormes sommes d'argent pour trouver et développer des sources supplémentaires. Et de nombreux gouvernements encouragent et construisent de nouvelles centrales électriques au charbon. Les forces de la raison parviendront-elles à surmonter l'obstacle du profit avec le temps ? Restez à l'écoute, ça ne prendra pas longtemps pour le savoir.


vendredi 6 septembre 2019

Benoit Rittaud se fâche

C'est à se tordre de rire !

Peut-être que vous avez cherché à atteindre le lien vers l'article intitulé Aucune urgence climatique en principe disponible dans le bandeau de droite de mon blog à l'heure actuelle :

Dernière nouvelle tombée des nues !

Si c'est le cas vous avez très probablement eu la surprise de tomber sur cette page :
Oups ! désolé, la page n'est plus accessible, comme c'est gênant !
Moi j'ai eu l'inestimable chance de consulter cette page avant qu'elle ne disparaisse sous les coups de ciseaux rageurs du sieur Rittaud, lequel admoneste vertement les administrateurs du site qui se sont permis de publier quelque chose sans l'imprimatur de leur gour…, pardon, de leur chef bien aimé, qui se fend du commentaire suivant :
4485. Ben | 5/09/2019 @ 22:16

URGENT – J’ignore qui s’est permis de publier un article l’autre jour avec une déclaration, CELLE-CI n’est PAS PUBLIQUE. Merci au(x) responsable(s) d’apprendre la discrétion, mais aussi le respect de ce qu’on vous transmet. Ce n’est pas parce que vous recevez quelque chose par mail qu’il vous est autorisé de le diffuser. Merci d’en tenir compte. Benoît Rittaud.

Mise à jour (00h11) : ok, j’ai un peu remonté le fil et je comprends mieux ce qui s’est passé. Note pour l’avenir : quand vous pêchez sur internet un truc comme ça visiblement pas fini (dès la première ligne la question est posée entre parenthèses du nombre final de signataires), renseignez-vous avant de le republier sans discernement. Vous auriez pu par exemple vous étonner que je n’en parle pas sur mon blog, et que le site des climato-réalistes ne l’évoque pas non plus.
Si vous cherchez à feinter en demandant la page cache internet vous aurez peut-être la chance de trouver, s'ils n'arrivent pas à la supprimer d'une manière ou d'une autre, la page originale telle qu'on pouvait la voir le 3 septembre dernier :
Page originale qui a mystérieusement disparu (comme quoi Benoit Rittaud sert à quelque chose)

Alors vous vous demandez quelle est la source qui figure juste avant ce que l'on devine être notre magnifique globe terrestre ? La voici, il s'agit d'un article intitulé No climate emergency sur un site apparemment suédois, et en bonus je vous offre le sous-titre avec sa traduction :
Jorden ser ut som vanligt: Det är alltid vackert väder på många ställen och enstaka oväder någon annanstans.
La Terre est comme d'habitude: il fait toujours beau temps dans de nombreux endroits et il y a parfois des tempêtes ailleurs. 
Comme je ne parle pas le suédois la traduction a été effectuée par mon ami translate.google et j'ai laissé tel quel ; chez Skyfall ils ont traduit exactement de la même façon :
Le début de la traduction par les experts assermentés de Skyfall.

On se demande bien quelle mouche a piqué Rittaud, la page étant toujours disponible sur le site d'origine suédois, cependant comme vous pouvez vous en douter ce bazar ne mène pas à grand chose, cette « déclaration » qu'il faudrait cacher (ou plus exactement couvrir) comme le sein de Dorine qui offusque tant Tartuffe (que Rittaud interprète à la perfection dans cette pièce) est une resucée de tant d'autres pétitions ou appels tous plus foireux les uns que les autres, par conséquent je ne vais pas vous donner le détail du texte (que vous pouvez de toute façon consulter dans la page cache ou sur le site d'origine) mais plutôt la liste des signataires (si si) français telle qu'elle figurait avant évaporation :

  • Scientists and Professionals from France

  1. Jean-Pierre Bardinet, Ingénieur ENSEM, publicist on climate issues
  2. Francois Gervais, Emeritus Professor of Physics and Material Sciences, University of Tours
  3. Pierre Darriulat, Professor of Physics, Member of the French Academy of Sciences
  4. Rémy Prud’homme, Emeritus Professor in Economics at University of Paris-Est, Former Deputy Director Environment, Directorate of OECD
  5. Benoit Rittaud, Associate professor of Mathematics at University of Paris-Nord
  6. Henri Voron, Retired Civil Chief Engineer, Specialized in Water Management, Lyon
Et en bonus (je sais je vous gâte) voici les coupab..., pardon les promoteurs de ce torchon qui pendouille maintenant sur une corde à linge quelque part dans la nature :

Promoteurs de la Déclaration

Professeur Guus Berkhout (Pays-Bas)
Professeur Richard Lindzen (USA)
Professeur Alberto Prestininzi (Italie)
Jim O’Brien (République d’Irlande)
Professeur Fritz Vahrenholt (Allemagne)
Comme vous pouvez le constater c'est du lourd, du très lourd, voire du lourdingue, n'ayons pas peur des mots, avec des spécialistes mondialement reconnus comme Jean-Pierre Bardinet que nous connaissons bien ici depuis que j'en ai tracé un portrait plutôt flatteur (voir Jean-Pierre Bardinet, le VRP du climato-scepticisme)

On sera particulièrement intéressé de savoir que figurent également, parmi les immenses sommités scientifiques de la planète ayant apposé leur signature au bas de ce parchemin, des gens comme (liste non exhaustive bien entendu) :
  • Václav Klaus, Former President of the Czech Republic, Professor of Economics, Founder of the Václav Klaus Institute
  • Tim Ball, Emeritus Professor Geography, University of Winnipeg, Canada and Advisor of the International Science Coalition
  • Susan Crockford, Zoologist and Polar Bear Expert, Former Adjunct Professor University of Victoria, Canada
  • Patrick Moore, Ecologist, Chair CO2 Coalition, Co-Founder Green Peace, Canada
Donc un ancien président de la république Tchèque, économiste de profession, un ancien géographe qui se prend pour un climatologue et est actuellement en procès avec Michael Mann (voir mon précédent billet), une soi-disant experte en ours polaire qui n'a jamais mis les pieds en Arctique et dont la véritable spécialité est la race canine (non elle n'est pas dentiste) et enfin un supposé ex fondateur de Greenpeace qui a davantage œuvré dans sa vie pour la défense des industries polluantes que pour la vie sur Terre.

Avant disparition de l'article quelques commentaires ont pu être postés par les habitués des lieux :
1. Bernnard | 3/09/2019 @ 16:32

Cette déclaration est importante en ce moment
Nous n'en doutons pas un seul instant, n'est-ce pas Benoit ?
2. Hug | 3/09/2019 @ 17:14

Bien peu de signataires cotés français et allemand comparés aux pays-bas et à l’Italie…
Sait-on si l’absence de V.Courtillot est volontaire de sa part ?
Ah ben oui, si Courtillot ne veut pas signer on comprend que Benoit soit gêné !
3. rpf | 3/09/2019 @ 17:19

Bernnard (#1),
Merci pour votre initiative.
Oui , il est nécessaire de démontrer l’absence de « consensus »
Ces nombreuses signatures, par des scientifiques de qualité, de divers pays, prouvent la fausseté de cette fable d’une « science » du climat qui serait certaine car approuvé par la quasi-totalité dune coterie de « climatologues ».

Le seul juge de la science ce sont les observations.

L’observation de la liste des signataires montre que la « climatologie version GIEC » NE fait PAS consensus dans le monde scientifique.
Merci surtout aux scientifiques qui ont, par ce texte, le courage de dénoncer cette folie obscurantiste sur le climat.
Hug (#2), la liste est encore en formation, d’autres signatures sont possibles…
Ah oui ça c'est vrai ça oui ! qu'est-ce qu'il a pris dans la gueule le consensus avec cette « initiative » (mal) heureuse qui restera longtemps dans les mémoires !
4. scaletrans | 3/09/2019 @ 17:25

Rien n’empêche de diffuser ce texte dans votre entourage et sur des listes de diffusion si vous en avez (ce que j’ai déjà fait). Mais c’est aux promoteurs de le diffuser aux médias.
C'est justement ce que je m'empresse de faire, je diffuse, je diffuse !
5. scaletrans | 3/09/2019 @ 17:33

J’ai tardé à livrer ma version en français, qui comporte quelques petites différences, mais rien d’important sur le fond:

Il n’y a pas d’urgence climatique
Nous soussignés 300 ( ?) Scientifiques et Professionnels indépendants du Climat souhaitons vous communiquer cinq messages urgents :
1. Le changement climatique est un fait. Les archives géologiques révèlent que le climat de la Terre a varié selon des cycles depuis que la planète existe, avec des cycles froids et chauds naturels.
2. Après la fin du Petit Âge Glaciaire (autour de 1850), il n’est pas surprenant que nous connaissions maintenant une période de réchauffement. C’est conforme au comportement cyclique du système climatique. Malheureusement, les modèles climatiques bouleversent la société en prédisant des températures bien plus élevées que ce que nous donnent les mesures (observations).
3. Il n’y a aucune preuve que les émissions anthropiques de dioxyde de carbone (CO2) soient la cause principale du réchauffement global. Il n’y a pas non plus de preuve scientifique que les émissions anthropiques de CO2 aient un effet néfaste sur la qualité de vie. Au contraire, nous savons que le CO2 est la base de la vie sur Terre (photosynthèse) et plus de CO2 est bénéfique pour la nature (verdissement de la Terre) et l’agriculture (accroissement des rendements agricoles).
4. Il n’y a pas non plus de preuve que des niveaux de CO2 plus élevés ont un effet aggravant sur des désastres naturels tels qu’ouragans, inondations et sécheresses. D’un autre côté, de nombreux signaux indiquent que la plupart des mesures de réduction du CO2 ont un effet dévastateur sur la vie sauvage (par ex. les éoliennes) et l’affectation des terres (par ex. la déforestation).
5. La politique énergétique doit s’appuyer sur les réalités économiques et scientifiques. Nous nous opposons avec force à une “politique neutre en carbone pour 2050” dangereuse et irréaliste. Il n’y a pas d’urgence climatique et par conséquent pas de raison de paniquer et de s’alarmer. Si une approche supérieure émerge, nous avons tout le temps de réfléchir et de nous adapter. Nous devons toujours tendre vers une énergie fiable et disponible à tout moment.
En ce qui concerne un futur bien pensé, nous suggérons aux dirigeants Européens que la science devrait rechercher une meilleure compréhension du système climatique et que les politiques devraient se concentrer sur la réduction des dommages en donnant la priorité aux stratégies d’adaptations de haute technologie face aux événements météorologiques extrêmes.
Nous recommandons également aux dirigeants Européens de faire clairement la différence entre l’environnement et le climat terrestres. Prendre bien soin de notre environnement est un principe de bonne administration. Quoiqu’il en soit, le changement climatique est essentiellement causé par une combinaison complexe de phénomènes naturels que nous ne pouvons contrôler.
https://gilbertbrands.de/blog/2019/08/25/there-is-no-climate-emergency/#
Nous ne remercierons jamais assez l'inestimable scaletrans qui a fait ce travail...pour des prunes !
6. rpf | 3/09/2019 @ 17:39

scaletrans (#4),

Mais c’est aux promoteurs de le diffuser aux médias.

Vous avez certes raison.
Mais j’imagine que vous n’avez pas d’illusions sur l’accueil que vont réserver la majorité des médias à ce texte : ce sera un silence gêné.
Et qui c'est qui est gêné, maintenant ?
7. jean nivon | 3/09/2019 @ 18:15

scaletrans (#4),
C’est ce que je fais déjà en envoyant à une vingtaine d’internautes, les bulletins des climato-realistes — entre autres –. Bien entendu, cet article figurera dans leur courrier !
La plupart des gens aborde le » problême » du RC avec une relative indifférence. En les informant, comme je le fais, ils se posent tout de même des questions. C’est toujours ça de gagné !
Climatiquement vôtre. JEAN
C'est vrai que la liste de diffusion de Jean Nivon est impressionnante, certainement composée de ténors de la science comme nous avons l'habitude d'en rencontrer sur Skyfall !
8. Le Rouméliote | 3/09/2019 @ 18:22

scaletrans (#4), Pour moi aussi, c’est parti ! Y compris dans le champ politique.
N'oublions surtout pas les politiques, enfin pas tous, on va voir du côté de Marine et Marion, les seules que cela peut éventuellement intéresser.
9. jean nivon | 3/09/2019 @ 18:28

Hug (#2),
Peut-être qu’il est devenu réchauffiste ! …… Non, je déconne. Si celà avait été le cas, il aurait été invité sur France Inter.
Climatiquement vôtre. JEAN
Jean Nivon aime bien déconner, c'est normal pour un [censuré par Benoit Rittaud]

Et voilà, pas d'autres commentaires, rideau, la pièce est terminée et les acteurs, fatigués, sont partis se coucher.


*****

Addendum du 6 septembre à 11 heures : comme par « miracle » le commentaire rageur de Benoit Rittaud a mystérieusement disparu, le numéro 4485 est maintenant celui-ci :
4485. Araucan | 5/09/2019 @ 22:33

chercheur (#4477),
Rien de nouveau ! Cette oxydation de l’atmosphère terrestre est connue : il a ensuite fallu que les organismes s’adaptent à la présence d’O2 dans l’atmosphère… L’adaptation et la vie n’est pas un long fleuve tranquille
A l'heure où j'écris ces lignes pas d'autre commentaire, il semblerait que les mauvais garnements fassent profil bas, vexés d'avoir été pris par papa avec la main dans le pot de confiture.


mercredi 4 septembre 2019

Le scientifique Michael Mann versus le créationniste Tim Ball

Il parait que Michael Mann aurait « perdu » son procès contre Tim Ball, c'est par exemple ce que l'on peut lire sur le site de désinformation WUWT qui évoque tout d'abord le « cas Weaver ».

Alors remettons les choses à leur place, l'arrêt de la cour concernant Weaver vs Ball est disponible ici et voici ce qu'il dit en substance au sujet de l'« Article » de Tim Ball intitulé Corruption of Climate Science Has Created 30 Lost Years (La corruption de la science climatique a fait perdre 30 années) :
[…] despite Dr. Ball’s history as an academic and a scientist, the Article is rife with errors and inaccuracies, which suggests a lack of attention to detail on Dr. Ball’s part, if not an indifference to the truth […]
[…] malgré le passé du Dr Ball en tant qu'universitaire et scientifique, l'article est truffé d'erreurs et d'inexactitudes, ce qui suggère un manque d'attention aux détails de la part du Dr Ball, sinon une indifférence à la vérité [...]
Suivent quatre exemples que je vous laisse contempler :
a) He purports to cite a paper from Michigan State University stating that most college students do not understand the scientific basis of the carbon cycle, when in fact, he was referring to an online article written by a professor of education who was describing a study published in the science journal BioScience;
a) Il prétend citer un article de la Michigan State University qui affirme que la plupart des étudiants ne comprennent pas le fondement scientifique du cycle du carbone, alors qu'en fait, il faisait référence à un article en ligne écrit par un professeur en éducation qui décrivait une étude publiée dans la revue scientifique BioScience ;
b) He suggests that Dr. Weaver has consistently refused to debate the climate change issue, an allegation not borne out in the evidence;
b) Il laisse entendre que M. Weaver a toujours refusé de débattre de la question des changements climatiques, une allégation qui n'est pas confirmée par la preuve ;
c) When describing his presentation at UVIC, he alleges that Dr. Weaver’s students showed up to disrupt the presentation, which again, was not established on the evidence, and Dr. Ball had no basis for making that allegation in the Article;
c) Lorsqu'il décrit sa présentation à l'UVIC, il allègue que les étudiants du Dr Weaver se sont présentés pour perturber la présentation, ce qui, encore une fois, n'était pas établi sur la preuve, et le Dr Ball n'avait aucun fondement pour faire cette allégation dans l'article ;
d) He alleges that Dr. Weaver had announced his intention to withdraw from the next IPCC and had advocated for the resignation of the IPCC chairman. Dr. Ball said he took this information from a newspaper article, the veracity of which he did not confirm, and which was disputed by Dr. Weaver.
d) Il allègue que M. Weaver avait annoncé son intention de se retirer du prochain GIEC et avait préconisé la démission du président du GIEC. Le Dr Ball a dit qu'il avait tiré cette information d'un article de journal, dont il n'a pas confirmé la véracité, et qui a été contesté par le Dr Weaver.
Mais l'arrêt a précisé auparavant :
While Dr. Weaver is mentioned in the Article, he is not its primary focus.
Bien que le Dr Weaver soit mentionné dans l'article, il n'en est pas l'objet principal.
Poursuivons.
[…] the Article is poorly written and does not advance credible arguments in favour of Dr. Ball’s theory about the corruption of climate science. Simply put, a reasonably thoughtful and informed person who reads the Article is unlikely to place any stock in Dr. Ball’s views, including his views of Dr. Weaver as a supporter of conventional climate science.
[…] l'article est mal rédigé et ne présente pas d'arguments crédibles en faveur de la théorie de M. Ball sur la corruption de la science climatique. En termes simples, une personne raisonnablement réfléchie et informée qui lit l'article n'accordera probablement pas beaucoup d'importance au point de vue de M. Ball, y compris à son opinion sur le Dr Weaver en tant que partisan de la science climatique classique.
Vous croyez avoir tout vu ?
These allegations are directed at Dr. Weaver’s professional competence and are clearly derogatory of him.
Ces allégations visent la compétence professionnelle du Dr Weaver et sont clairement désobligeantes à son égard.
Mais voici l'estocade finale :
[…] it is very unlikely that the Article and the opinions expressed therein had an impact on the views of anyone who read it, including their views, if any, of Dr. Weaver as a climate scientist. Rather, the reasonably thoughtful and informed reader would have recognized the Article as simply presenting one side of a highly charged public debate.
[…] Il est très peu probable que l'article et les opinions qui y sont exprimées aient eu une incidence sur les points de vue de ceux qui l'ont lu, y compris, le cas échéant, sur ce que l'on peut penser du Dr Weaver en tant que spécialiste du climat. Au contraire, le lecteur raisonnablement réfléchi et informé aurait reconnu que l'article ne faisait que présenter une facette d'un débat public très controversé.
Bref l'article de Tim Ball ne vaut pas grand chose aux yeux du juge puisque celui-ci considère qu'il n'était pas très convaincant pour un « lecteur raisonnablement réfléchi et informé », tout est dit.

Et pourquoi donc Weaver a-t-il perdu en février dernier ? Je vous le donne en mille, voici ce que conclut le juge :
[…] I need not consider whether Dr. Weaver has established that the Article was published in the sense that it was downloaded and read in BC by anyone other than him. I also need not address the defences raised by Dr. Ball.
[…] Je (c'est le juge qui parle) n'ai pas besoin de me demander si le Dr Weaver a établi que l'article a été publié dans le sens où il a été téléchargé et lu en Colombie-Britannique par une personne autre que lui. Je n'ai pas besoin non plus d'aborder les défenses soulevées par le Dr Ball.
Autrement dit le juge considère que l'article incriminé a peu de chance d'avoir été lu par quelqu'un d'autre que Weaver lui-même, et par dessus le marché il ne daigne même pas se pencher sur ce qu'a bien pu dire Tim Ball pour sa défense !

Et la conclusion tombe :
Dr. Weaver’s claim is dismissed. If the parties cannot agree on costs, they may make arrangements to speak to the issue. 
La demande du Dr Weaver est rejetée. Si les parties ne peuvent s'entendre sur les coûts, elles peuvent prendre des dispositions pour discuter de la question.
Difficile de voir dans cet arrêt en quoi Tim Ball aurait « gagné » quoi que ce soit, sauf une grosse tranche de ridicule.

Après donc avoir rappelé le « cas Weaver » WUWT passe au « cas Mann » qui a au préalable été présenté en tête de gondole avec cette affiche qui montre le penchant fake news du site d'Anthony Watts :
La justice a été rendue (selon wattsupwiththat)

Après ce que nous avons vu concernant Weaver serons-nous étonnés d'apprendre que Michael Mann aurait « perdu » son procès contre Tim Ball ?

Voici ce qu'écrit le pauvre Tim Ball à son copain Anthony Watts :
Hi Anthony
Michael Mann’s case against me was dismissed this morning by the BC Supreme Court and they awarded me [court] costs.
Tim Ball
Salut Anthony
La cause de Michael Mann contre moi a été rejetée ce matin par la Cour suprême de la Colombie-Britannique, qui m'a accordé des dépens [judiciaires].
Tim Ball
Serez-vous étonnés si je vous disais qu'il en va de même dans cette affaire comme il en a été avec la précédente concernant Weaver ?

Mais avec une cerise sur le gateau qui n'avait pas été invoquée alors ; en effet, Tim Ball a ému les juges avec...son état de santé défaillant !

Le site Quora reprend les « points à retenir » :

  • The BC Court never made any finding that Mann failed to produce any data.
  • Judge found written attack on Michael Mann too ludicrous to be libel
  • Ball requested that the lawsuit be terminated.
  • Thus Michael Mann didnt lose the case.
  • The hockey Stick is not broken, its stronger han ever.
  • No science will ever be challenged by creationists from fossil fuel funded astroturf anti-science think tanks.(Friends of science).
  • This is just another attack on science and scientists from corporate polluters and their Denial for profit machine..
  • La Cour de la Colombie-Britannique n'a jamais conclu que Mann n'avait pas produit de données.
  • Le juge a trouvé l'attaque écrite contre Michael Mann trop ridicule pour être de la diffamation
  • Ball a demandé qu'il soit mis fin au procès.
  • Michael Mann n'a donc pas perdu l'affaire.
  • La crosse de hockey n'est pas cassée, elle est toujours plus forte que jamais.
  • Aucune science ne sera jamais contestée par les créationnistes des groupes de réflexion anti-science astroturf financés par les combustibles fossiles (Friends of science).
  • Ce n'est qu'une attaque de plus contre la science et les scientifiques de la part des entreprises polluantes et de leur machine à nier destinée à faire du profit...

Je n'ai pas réussi à trouver ce récent arrêt en faveur du « pauvre malade (mental ?) Tim Ball » mais tout me dit que ce que dit Michael Mann est la pure vérité, par exemple, le 7 juin dernier :
I've settled my claims in BC Supreme Court against The Frontier Centre for Public Policy Inc. on a basis which includes the following retraction & apology.

I have not settled my claims against Tim Ball, who remains a defendant in that lawsuit: https://fcpp.org/retraction-and-apology-to-michael-mann/
J'ai conclu un arrangement devant la Cour suprême de la Colombie-Britannique contre The Frontier Centre for Public Policy Inc. sur une base qui comprend les rétractations et excuses suivantes.

Je n'ai pas encore résolu mes demandes contre Tim Ball, qui demeure défendeur dans cette action en justice : https://fcpp.org/retraction-and-apology-to-michael-mann/
Rétractation et excuses à Michael Mann


Ainsi le Frontier Centre for Public Policy a présenté ses excuses à Michael Mann pour l'avoir injustement diffamé, quant à Tim Ball, lui, il se contente d'aller pleurnicher chez son pote Tony Watts.

Mais qu'attendre de plus de quelqu'un qui, comme Roy Spencer, croit que Dieu a créé la Terre et se charge de l'administrer comme bon lui semble sans que les humains aient leur mot à dire ?

Après tout Tim Ball n'a-t-il pas affirmé que le changement climatique n'était qu'une « théorie » tout comme l'évolution darwinienne comme nous le précise l'excellent site uncommondescent (i.e. une descendance peu commune…) :
Even though [the Darwinian view] it is still just a theory and not a law 148 years after it was first proposed, Darwinian evolution is the only view allowed in schools.
Même si [le point de vue darwinien] n'est encore qu'une théorie et non une loi 148 ans après sa première proposition, l'évolution darwinienne est le seul point de vue autorisé dans les écoles.
Et Tim Ball de se poser la question qui tue et d'y apporter un élément de réponse dans la foulée :
Why? Such censorship suggests fear of other ideas, a measure of indefensibility. 
Pourquoi ? Une telle censure suggère la crainte d'autres idées, une mesure indéfendable.
C'est vrai quoi, le créationnisme et la négation du changement climatique causé par l'homme devraient bien sûr être enseignés dans les écoles dès le plus jeune âge, cela éviterait d'avoir des petites Greta Thunberg qui essaiment un peu partout sur la planète.

Tim Ball est vraiment un grand malade...mental !

*****


Sources :