Nombre total de pages vues

mardi 24 mai 2016

Le bon sens de Jean-Pierre Bardinet qui ne saurait mentir...

Dans un billet du 21 mai dernier Jean-Pierre Bardinet nous fait part de ses "réflexions" de bon sens (sic) sur le climat et la transition énergétique.

On sait déjà à quoi s'en tenir avec JPB, j'ai évoqué son "cas" à plusieurs reprises, la première fois ici.

Les "réflexions de bons sens" semblent avoir un sens bien précis, celui d'intérêts financiers liés aux industries dites "fossiles" ou "nucléaires" ; en effet, il ne peut pas en être autrement, car à voir JPB se complaire dans le déni de réalité et continuer à publier ses fadaises on ne peut raisonnablement penser qu'il soit sincère (l'autre possibilité étant qu'il soit un crétin, ce que je ne pense pas)

Le sieur Bardinet est constamment réfuté, y compris par des climatosceptiques notoires comme Willis Eschenbach, sans parler de gens beaucoup plus sérieux, comme par exemple ce commentateur du nom de Yves30 qui, dans un billet titré Réponse n°1 aux critiques de Jean Poitou et François-Marie Bréon lui apporte des arguments étayés auxquels il ne sait que répondre bêtement :
  • 05/12/2014 19:27 - Par Jean-Pierre Bardinet en réponse au commentaire de Yves30 le 8 nov. 2014
    • [CO2] = intégrale du temps. C'est donc bien la température qui pilote le taux de CO2, pas l'inverse. Les variations de température, principalement en zone intertropicale, pilotent le dégazage des océans ou l'absorption du CO2 par les océans.
Quand Yves30 entre dans des détails trop techniques pour lui, JPB fait la sourde oreille et ne répond rien, il s'agit pourtant de son blog sur Mediapart et la moindre des choses serait qu'il défende au minimum ce qu'il avance dans ses billets. Mais non content de lâcher la purée sans se soucier des conséquences de ses affirmations, c'est-à-dire si elles tiennent la route ou non, il récidive régulièrement dans des billets de son cru ou tout au long de ses innombrables commentaires qui polluent constamment la toile chaque fois que le climat est évoqué.

Ainsi donc voici le nouvel opus sur le climat et la transition énergétique duquel on peut isoler les quelques perles suivantes :
  • Nul n'ose dire qu'il n'y a plus de réchauffement climatique depuis près de 20 ans et que les projections des modèles numériques se plantent lamentablement [...]
Si "nul n'ose dire qu'il n'y a plus de réchauffement climatique depuis près de 20 ans" c'est tout simplement parce que le réchauffement continue de plus belle ; mais bien sûr prendre uniquement 20 ans et choisir soigneusement les données qui nous plaisent, cela peut aider pour tromper les neuneus :

Mais si on garde les trois références (HADCRUT, RSS et UAH) et qu'on étire la période on arrive aussi à ceci :

Quant aux prévisions des modèles climatiques qui, selon JPB, "se plantent lamentablement", j'ai déjà écrit là-dessus ici, ici ou ici. C'est donc plutôt JPB qui se montre lamentable dans sa critique des modèles qu'il est incapable d'appuyer par de quelconques arguments sérieux.

  • Nul n'ose dire que le CO2 est gaz de la vie, indispensable à la photosynthèse, et que, grâce au taux actuel de 400 ppm, la planète reverdit et les récoltes sont meilleures.
Strawman de toute beauté laissant penser que les climatologues nieraient que le CO2 soit indispensable à la photosynthèse, c'est bien évidemment une vue de faible d'esprit car c'est ce qui s'apprend dès l'école primaire ; par contre JPB affirme que "les récoltes sont meilleures" sans en apporter la moindre preuve et en ignorant bien entendu tous les effets négatifs liés au réchauffement des températures (voir à ce sujet  un article beaucoup plus intéressant que tout ce que JPB pourra jamais fournir même avec beaucoup de bonne volonté)

  • Nul n'ose dire qu'il n'y a aucune preuve scientifique que le CO2 ait une action mesurable sur la température, et nul n'ose dire que 1300 publications scientifiques récusent les thèses du GIEC/IPCC.
Cela fera bientôt 200 ans, avec Joseph Fourier en 1824 (première ébauche de l'effet de serre), que les scientifiques étudient l'effet des gaz sur l'atmosphère terrestre ; et Googlescholar donne plus de deux millions de résultats à "greenhouse effect", par contre où sont les 1300 publications scientifiques qui récuseraient les thèses du GIEC ? Et si elles existent n'ont-elles pas toutes été réfutées après parution ? Par ailleurs le GIEC n'émet pas de "thèses", il se contente de rapporter régulièrement l'état des connaissances sur le climat, il s'agit donc de "thèses" de milliers de scientifiques spécialisés en climatologie (astrophysiciens, dynamiciens et chimistes de l'atmosphère, océanologues, glaciologues, géophysiciens, biochimistes, biologistes, dendrologues, etc.)  ; au passage notons que JPB insulte tous ces scientifiques en affirmant qu'ils n'apportent "aucune preuve etc."

  • Nul n'ose dire que la montée "cataclysmique" des océans n'est que de 1,5 mm/an depuis belle lurette, et qu'aucune accélération n'a été identifiée
Parce que c'est tout simplement faux : la seule dilatation thermique des océans due à leur réchauffement est estimée à environ 1,5mm/an, représentant 50% de la hausse totale sur la période 1993-2005 (source CNRS) qui serait donc d'environ 3mm/an ; par ailleurs voici ce que le GIEC nous dit dans son dernier rapport :

d) niveau moyen des mers par rapport à la moyenne 1900-1905 de l’ensemble de données le plus long, avec tous les ensembles de données alignés par rapport à 1993 (la première année de données d’altimétrie par satellites). Toutes les séries chronologiques (courbes de couleur représentant différents ensembles de données) indiquent des valeurs annuelles et, lorsqu’elles sont estimées, les incertitudes sont représentées par des zones de différentes couleurs. Voir l’annexe du Résumé technique qui fournit une liste des ensembles de données. {figures 3.2, 3.13, 4.19 et 4.3; FAQ 2.1, figure 2; figure RT.1}

Mais bien sûr pour JPB le rapport du GIEC ne vaut rien, mieux vaut donc l'ignorer et lui substituer de vagues affirmations sans fondement, c'est bien plus crédible.

  • Je mets un carton rouge à nos médias serviles et aux ONG qui font caisse de résonance à la Pensée Unique et sont les principaux vecteurs de propagande réchauffiste (notamment, mais pas seulement, l'AFP)
Brûlons le messager puisque le message ne nous convient pas ; quand un media reprend fidèlement une information de scientifiques, c'est forcément qu'il est servile, par contre JPB, lui, a toute son indépendance d'esprit.

Pour les énergies renouvelables JPB se lance également dans la diatribe archi connue (en commençant par "elles sont intermittentes", etc.) qui est elle-aussi un magnifique Strawman ; personne n'affirme que tout peut être résolu du jour au lendemain avec le solaire ou l'éolien, et même si ces énergies comportent certains défauts, les disqualifier et vouloir à tout prix conserver, voire augmenter les capacités de non-renouvelables sans développer les renouvelables est tout simplement un sophisme suicidaire.

L'ADEME par exemple nous informe :  
  • plusieurs mix électriques sont techniquement possibles pour satisfaire la demande chaque heure de l'année avec 80 ou 100% de renouvelables [à l'horizon2030-2050] ;
  • le développement de la maîtrise de la demande d'électricité, ainsi que la maîtrise de la pointe, sont des conditions essentielles: sans elles, quel que soit le mix intégrant notablement des EnR, le coût du système électrique n'est pas maîtrisé ;  
  • le coût des technologies doit continuer à baisser, surtout pour les technologies les moins matures, afin de permettre un mix équilibré entre les différentes filières de production d'électricité. Cette baisse de coût peut s'envisager grâce au progrès technologique, mais également via la mise en place de conditions de financement appropriées pour les énergies renouvelables ;
L'ADEME, dans Un mix électrique 100% renouvelable ?, nous présente 6 points en guise de résumé de l'étude, après nous avoir averti que "les énergies renouvelables comme le photovoltaïque ou l’éolien produisent au gré de la météo", donc infirmant JPB qui nous dit que "Nul ne dit qu’elles sont aléatoirement intermittentes" (apparemment JPB ne s'est pas correctement renseigné...) :
  1. La combinaison des technologies est essentielle
  2. Un système électrique intelligent et flexible
  3. Un mix électrique robuste aux aléas météorologiques
  4. Le développement du réseau est nécessaire et permet de mutualiser les potentiels
  5. Une évaluation de l'impact économique 
  6. L'équilibre de la production et de la demande est atteint toute l'année, sur une base horaire
L'étude de l'ADEME est consultable ici.

Et cerise sur le gâteau, nous avons appris récemment (le 8 mai) que l'Allemagne avait atteint un pic de production d'énergie renouvelable et que les consommateurs étaient payés pour consommer le surplus ! Quant au Portugal il a fonctionné à 100% de renouvelable au même moment ; et on rajoute qu'il n'y a pas longtemps, en 2013, le Portugal fonctionnait à 50% avec du non renouvelable, preuve est donc faite qu'en très peu de temps les choses peuvent évoluer à condition de s'en donner les moyens.

Evidemment des conditions exceptionnellement bonnes ont permis à l'Allemagne et au Portugal de fonctionner respectivement à 87% et 100% de renouvelable pendant une durée relativement courte (107 heures pour le Portugal, quand même) mais il est évident que ces deux pays sont encore loin d'avoir utilisé tout leur potentiel.

Même Microsoft nous informe qu'il utilisera 50% de renouvelable en 2018 pour ses data centers.


Bref JPB, en bon petit soldat du fossile et du nucléaire, fait son boulot de propagande et de désinformation.

Et pour montrer qu'il a étudié le latin (très utile pour combattre le réchauffement climatique) il termine par cette question : Usque tandem, delirium energicum, abutere patientia nostra ?

Par contre, le délire de Jean-Pierre Bardinet, qui ne semble pas avoir de limite, n'abusera que les gogos, notre patience restant intacte au fur et à mesure que les événements nous donnent raison.


 

29 commentaires:

  1. Géd @

    Pensez vous vraiment que les renouvelables peuvent remplacer les fossiles ?

    Robert

    RépondreSupprimer
  2. Tout ce que je peux dire c'est qu'il est certain que les renouvelables peuvent être développés davantage, cela plus des efforts dans la baisse de notre consommation (essentiellement par des "objets" plus économes en énergie) et nous pouvons arriver à un mix majoritaire en renouvelables d'ici une décennie ou deux ; quant au 100% de renouvelable il faudra bien un jour s'y résoudre, puisque par définition le non renouvelable prendra fin et que nous n'aurons pas d'autre solution (je pense que nous serons morts depuis quelques temps, mais ça vaut la peine de faire des efforts dès aujourd'hui)

    Par ailleurs dans certains pays, notamment africains, il est évident qu'il est dès à présent préférable de développer du renouvelable plutôt que du fossile, quitte à les aider financièrement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben voyons

      Le petit Géd "est certain que..." et trouve qu'il "est évident que...".

      Hilarant.

      Supprimer
    2. Intéressant votre lien, je peux y lire :"the scale and the different specific engineering challenges of the decarbonization project are without precedent in human history."

      Effectivement c'est hilarant, car un papier qui commence par dire que parce qu'on a jamais fait quelque chose ce "quelque chose" est impossible ou hautement improbable est vraiment très comique ; l'automobile et l'avion n'existaient pas il y a relativement peu de temps et c'est vrai que nous n'avons fait aucun progrès dans ces domaines depuis un siècle.

      Par ailleurs votre MJ Kelly (un climatosceptique qui l'eut cru) ne parle que de l'horizon 2050 et ne fait pas de distinction par pays ou régions, alors qu'il est évident que la transition sera plus ou moins difficile selon l'endroit où l'on se trouve.

      Si vous avez donc uniquement des arguments de ce type fournis par un bonhomme qui prétend, en compagnie de Claude Allègre, "qu'il ne faut pas s'inquiéter du réchauffement climatique" (http://www.wsj.com/articles/SB10001424052970204301404577171531838421366) alors cela ne fait que confirmer mon impression que la transition énergétique se fera un jour ou l'autre, si ce n'est pas en 2050 cela se fera un peu plus tard mais cela se fera.

      En conclusion votre référence dit d'ailleurs "A rapid decarbonization is simply impossible over the next 20 years" ce qui est à plus court terme que le "avant 2050" du résumé et ne contredit en rien ce que j'écrivais (nous pouvons arriver à un mix majoritaire en renouvelables d'ici une décennie ou deux ; quant au 100% de renouvelable il faudra bien un jour s'y résoudre, etc.)

      Pour votre information majoritaire signifie plus de 50% et non 100% qui est un objectif à bien plus long terme.

      Supprimer
    3. cela ne fait que confirmer mon impression que la transition énergétique se fera un jour ou l'autre…

      Bien sûr, on en doutais pas !

      Je disais: HI-LA-RANT

      Vous savez, c'est bien connu, rien de neuf sous le soleil, exactement comme avec celui-là: Tout ce qu'il voit et rencontre tous les jours, ne peut que "confirmer" ce qu'il a toujours pensé.

      Tout simplement.

      Supprimer
    4. "on en doutais (sic) pas", le doute étant ce qui caractérise un sceptique j'imagine que vous pensez être un véritable sceptique persuadé que les énergies fossiles ou le nucléaire seront là jusqu'à la fin des temps et que les renouvelables ne serviront jamais à rien de significatif et ne méritent pas d'être développées ; est-ce que je résume bien votre pensée ? (je demande ça parce que votre intervention n'apportant rien d'utile on se demande ce que vous avez dans la tête)

      Supprimer
  3. Ah Manivelle, l'idiot du village c'est bien lui...

    Gèd @

    Le renouvelable ne réglera aucun problème c'est pourquoi je suis très pessimiste quant à l'avenir de notre société qui ne peut que s'effondrer (merci au capitalisme et libéralisme débridé)... Nous sommes qu'on le veuille on non devenu les esclaves des fossiles..

    Robert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est une volupté de fin gourmet. (Georges Courteline)

      Le renouvelable ne règlera pas les problèmes à court ou moyen terme, mais à long terme il n'y a pratiquement que ça comme solution, même si on garde 5 à 10% de fossile (propulsion avions et fusées par exemple) ; pour le reste en 2100 toutes les voitures seront électriques, sauf les voitures de collection.

      Pensez à la locomotive à vapeur qui était la reine et a été détrônée par l'électrique.

      Tout vient à point pour qui sait attendre. (François Rabelais)

      Supprimer
    2. Géd @

      Non, désolé de vous contredire mais vous êtes dans l'erreur. On consomme aujourd'hui la bagatelle de 90 millions de barils de pétrole/jour plus l'équivalent en charbon et gaz. Aucune énergie n'est capable de remplacer les fossiles en quantité et en coût financier. Vous parlez de voitures électriques, avec quelle énergie allez vous charger les batteries. Les fossiles représentent environ 70% de la production d'électricité" dans le monde. Passez à 100% de renouvelables est techniquement et financièrement irréalisables.

      Nous ne pouvons pas vouloir résoudre le problème du changement climatique sans changer de type de société c'est à dire à devenir une société de piétons et de cyclistes et avec un équipement du niveau des années 50 (réfrigérateur, machine à laver) sans superflu inutile.

      Vous ne pouvez pas résoudre le problème du réchauffement climatique sans vous attaquer à ce qui l'a produit : notre style de vie.

      Robert

      Supprimer
    3. Ah Manivelle, l'idiot du village c'est bien lui…

      Oh oui, c'est bien ça, en effet, du moment que le petit asticot le dit...

      Pour repérer les idiots du village notre petit asticot s'y connaît, vous savez !

      Pensez donc il peut en toucher un du doigt 24h sur 24 sans même de sortir de sa cave !

      D'ailleurs on en rit encore dans les chaumières quand il s'est aventuré dans ses mémorables "commentaires" à nous "expliquer" l'origine physique du gradient vertical de température ici.

      Article parait-il le plus "consulté" du blog, s'il vous plait !

      Félicitations et encore bravo.







      Supprimer
    4. @ Robert

      "notre style de vie", eh oui justement il s'agit bien de cela, il va falloir revoir notre style de vie à la baisse, ce que certaines personnes n'arrivent pas à comprendre ou à accepter ; avec 9 à 10 milliards d'individus sur la planète et des ressources en fossiles qui n'iront pas en augmentant et nous poseront de toute façon des problèmes si on les utilise sans discernement, on est bien obligés en faisant le calcul de conclure que notre mode de vie sera plus sobre par la force des choses ; quant aux renouvelables on est encore très loin de les utiliser partout à leur maximum, donc il y a de la marge.

      Supprimer
    5. Géd @

      Tout être vivant exerce un pression négative sur son environnement, la question est de savoir si l'environnement peut supporter la pression qu'on lui impose. Si la réponse est oui, pas de soucis, si la réponse est non, l'espèce qui exerce cette pression est vouée à disparaître. A ce jour le seul mode de vie pérenne en terme de conservation de l'espèce humaine est celui qui exerce la pression la plus faible. Je vous laisse deviner quelle type de société ça peut être.

      Robert

      Supprimer
    6. "la question est de savoir si l'environnement peut supporter la pression qu'on lui impose", personnellement je dirais le contraire, est-ce que nous, humains, pourrons supporter la pression que l'environnement va nous imposer, à cause bien sûr de nos activités et de notre fringale de consommation. (et ne pas supporter ne veut pas dire nécessairement disparaître...)

      Supprimer
  4. Manivelle @

    On s'en tape de vos âneries. Allez donc apprendre ce qu'est le gradient thermique adiabatique.

    Robert

    RépondreSupprimer
  5. Voilà qu'il se fâche de nouveau et radote dans la foulée, le petit asticot….

    RépondreSupprimer
  6. Tout être vivant exerce un pression négative sur son environnement, la question est de savoir si l'environnement peut supporter la pression qu'on lui impose. Si la réponse est oui, pas de soucis, si la réponse est non, l'espèce qui exerce cette pression est vouée à disparaître.

    Après ses inénarrables exploits au pays de la petite physique bonhomme voilà que le petit asticot s'aventure au pays de la petite biologie évolutive toute aussi bonhomme.

    D'abord toutes les espèces sont vouées à disparaître tôt ou tard, durée de vie moyenne de l'ordre de millions d'années, bien plus pour les chanceuses bien moins pour les baisées de l'évolution. Que cela plaise ou non à l'espèce en question.
    Ensuite toute espèce transforme nécessairement son environnement et ….réciproquement.
    Et en passant la nature n'a en fait rien à cirer de notions aussi vides de sens que "pression négative" ou "pression positive".
    Chaque espèce vivante, en raison de sa nature même, exploite au maximum les ressources auxquelles elle a accès sans pouvoir se payer le luxe de se soucier des conséquences. On peut s'en désoler mais c'est nécessairement ainsi.
    C'est parfois pour ça qu'elles meurent mais c'est ce qui permet justement à d'autres espèces de naitre .
    Lorsque les cyanobactéries ont inventé la photosynthèse il y a quelques 2.3 Ma elles ont brusquement eu accès à une énergie virtuellement inépuisable, ont avidement mangé le CO2 de l'atmosphère d'alors et rejeté de l'O2, un poison mortel pour tous les êtres vivants de l'époque. Elles ne s'en sont pas souciées le moins du monde, ces derniers ont dû s'adapter ou mourir. Cela a bouleversé la composition de l'atmosphère, initié un terrible glaciation mais permis qu'un jour bien bien bien plus tard puissent apparaître des organismes pluricellulaires aérobies et finalement homo sapiens avec ses idiots du village.

    Je trouve ça tellement amusant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "toutes les espèces sont vouées à disparaître tôt ou tard" ah bon, est-ce que vous ne confondriez pas évolution et disparition? Qu'est-ce qui vous permet d'affirmer que toutes les espèces sont vouées à disparaître?

      Si vous allez par là nous allons bien tous mourir un jour, et comme la Terre va disparaître dans environ 5 milliards d'années alors on peut effectivement dire que toutes les espèces vont disparaître.

      Pour l'instant c'est l'espèce humaine qui menace quasiment toutes les autres, hormis les cafards et autres petites bestioles qui étaient là bien avant les dinosaures.

      Quant au réchauffement climatique il ne nous menace pas de nous faire disparaître, il va simplement nous rendre la vie plus difficile.

      Supprimer
    2. Qu'est-ce qui vous permet d'affirmer que toutes les espèces sont vouées à disparaître?

      Ben, la paléontologie pardi.

      99.9% des espèces ayant jamais vécu sur cette planète ont déjà disparu.

      Durée de vie moyenne d'une espèce au cours des 500 derniers millions d'années: 1 à 10 millions d'années.

      Google scholar is your friend.

      Supprimer
    3. Géd @

      Laissez tomber, notre interlocuteur prétendument omniscient ignore ce qu'est l'évolution, à savoir que les espèces évoluent au fil des temps. La notre par exemple en est un excellent exemple de l'australopithèque à l'homme moderne il y a un long travail de transformation. N'oublions pas non plus que nous possédons encore 60% d'ADN commun avec tout ce qui vit sur terre.

      Par ailleurs son allusion au démarrage de la photosynthèse (et non l'invention) totalement hors-sujet prouve bien qu'il ne comprend goutte au sujet.

      Bardinet a un point d'avance sur notre gugusse il n'est ni vulgaire ni insultant c'est dire le niveau abyssal de crétinerie de notre manivelle (ventilateur lui conviendrait mieux).

      Robert

      Supprimer
    4. "99.9% des espèces ayant jamais vécu sur cette planète ont déjà disparu", sans blague, je n'étais pas au courant que la Terre avait presque 5 milliards d'années et que la majorité des espèces ayant vécu sur la planète ont disparu pour causes de cataclysmes divers, le dernier connu étant celui d'il y a 65 millions d'années ; à cette époque les dinosaures ont disparu (sauf ceux qui ont donné par la suite les oiseaux) mais les espèces qui ont survécu ont pour l'essentiel évolué ; et ne me parlez pas de la disparition du dodo ou autre animal exterminé par l'homme, si on laisse les animaux tranquilles ils ont toutes les chances de prospérer et d'E-VO-LU-ER.

      Supprimer
    5. sans blague, je n'étais pas au courant que la Terre avait presque 5 milliards d'années et que la majorité des espèces ayant vécu sur la planète ont disparu

      Ben, faut croire que non, sinon vous n'auriez pas posé une question aussi idiote que plus haut. Ou plutôt c'est bien pire, vous ne savez même pas que l'évolution consiste d'abord à la continuelle naissance d'espèces nouvelles et disparitions d'espèces anciennes.


      pour causes de cataclysmes divers

      Ben non du tout, une fois de plus n'importe quoi, les espèces ont disparu pour une multitude de causes bien plus banales et pas simplement des "cataclysmes". C'est décrit abondamment dans tous les cours sur l'évolution des espèces et de paléontologie. Vous confondez les quelques rares évènements d'extinction massive avec l'évolution ordinaire et habituelle et permanente qui doit créer nécessairement, tout le temps, de nouvelles espèces et remplacer les anciennes car tout change tout le temps. Même quand il n'y a aucun impact de grosse météorite.

      si on laisse les animaux tranquilles ils ont toutes les chances de prospérer et d'E-VO-LU-ER.

      Toujours autant à coté de la plaque. "On" n'existe que depuis environ 150000 ans et on était en train de discuter de l'évolution depuis que la terre existe !!!! Vous pouvez faire pouffer de rire et prétendre que l'homme est responsable des espèces qui ont disparues depuis qu'il existe et qu'avant les espèces prospéraient et "évoluaient" dans un monde idyllique.
      Et vous confondez cette fois évolution en général et adaptation possible, toujours limitée dans le temps, d'une espèce donnée à des conditions qui changent.

      Maintenant libre à vous de faire rire tous les biologistes de l'évolution et continuer à nier ou contredire bêtement ce que j'ai dit et les chiffres que j'ai donnés qui se trouvent très précisément dans tous les manuels sur le sujet.

      Allez, vous êtes décidément trop nazes tous les deux, je vous laisse entre vous maintenant, c'est promis.



      Supprimer
    6. """"C'est décrit abondamment dans tous les cours sur l'évolution des espèces et de paléontologie.""""

      Que bien évidemment il n'a jamais suivi.


      """"Et vous confondez cette fois évolution en général et adaptation possible""""

      Celle là est collector. L'adaptation c'est l'évolution due au hasard des mutations génétiques.

      Nul de chez nul....

      Hilarant.

      Robert

      Supprimer
    7. "je vous laisse entre vous maintenant, c'est promis" et le troll de s'en aller la queue entre les jambes après avoir bien joué sur les mots en confondant extinction et évolution.

      C'est sûr qu'une espèce "disparaît" dès qu'elle a évolué, mais notre troll feint de ne pas connaître la différence entre évolution et disparition ; alors un lien utile : https://fr.wikipedia.org/wiki/Extinction_des_esp%C3%A8ces dans lequel on peut lire au chapitre 7 la liste de quelques espèces qui ont "disparu" ; et dans la définition : "Une espèce est réputée « disparue » quand le dernier membre de cette espèce est mort".

      Mais notre trollignon semble assimiler la mort à l'évolution, pour lui c'est pareil, c'est pour cela que c'est un troll et qu'il avance des arguments bidons pour faire dévier la conversation dans un sens où il pense qu'il pourra noyer le poisson (bien vivant lui)

      En attendant on ne dit plus rien sur le sieur MJ Kelly qui vient de sortir un papier allant dans le sens de notre petit troll, normal puisque MJ Kelly fait partie de la même caste que lui, celle des climatosceptiques qui pensent avec Claude Allègre que la hausse des températures ça n'a que du bon.

      Allez mon petit troll, vous pouvez passer votre chemin et aller naviguer sur les flots puisque apparemment c'est votre hobby de retraité, mais si vous vous décidez à rester pour nous dire un petit bonjour à votre façon ce sera toujours un grand plaisir de vous traiter comme vous le méritez.

      Je crois que je vais me mettre à faire du miniTAX si ça continue...

      Supprimer
    8. Tiens en complément j'ai trouvé quelque chose peut-être plus accessible à notre petit troll : http://www.maxicours.com/se/fiche/6/7/124267.html

      "C'est ce même processus de sélection qui va aussi entraîner la disparition de certaines espèces lors de grands changements géologiques, car elle ne sont plus adaptées au nouveau milieu. A l'inverse, d'autres individus plus adaptés vont apparaître."

      Ou alors sur le forum Futura : http://forums.futura-sciences.com/biologie/621721-ambiguite-terme-espece-mecanisme-responsable-de-apparition-disparition.html

      "Le cas particulier de la disparition d'une espèce n'est en fait que l'aboutissement d'une sélection négative extrême".

      Supprimer
    9. le troll de s'en aller la queue entre les jambes après avoir bien joué sur les mots en confondant extinction et évolution.

      Ben voyons.

      Voilà que celui-là aussi prend, comme l'autre benêt, tout simplement ses désirs pour des réalités.

      Et tout comme l'autre petit asticot ne peut que continuer à se contorsionner misérablement dans son vieux jus pourri.

      Vraiment tordant.

      Supprimer
    10. """"Allez, vous êtes décidément trop nazes tous les deux, je vous laisse entre vous maintenant, c'est promis.""""

      Vantard, vulgaire ignorant (son seul argument étant l'insulte) et en prime une parole d'ivrogne... Quel pedigree. On va avoir du mal à trouver pire...

      Robert

      Supprimer
  7. Manivelle @

    Vos âneries n'intéressent personne ici; réservez les pour le bistrot de skyfall. Remarquez vous êtes juste en train de nous prouver que vous êtes encore plus nul dans ce domaine qu'en climatologie et que ce ne sont pas vos liens wiki hâtivement consultés et auxquels vous ne comprenez pas grand-chose qui changeront cet état de fait.

    Au passage, apprenez à lire et à comprendre le français correctement c'est urgent.

    Robert


    RépondreSupprimer
  8. Bonjour! Je viens moi aussi de découvrir jipebe29 sur actu-environnement . Après 1ère réponse je me suis dit "ça c'est du lourd" et une petite interrogation sur google vient de me confirmer ma première intuition. Du coup je propose que l'on fasse peut-être une collecte pour le faire analyser par un bon psychiatre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas besoin d'analyse en ce qui le concerne, je pense qu'il est payé pour répandre ses âneries sur le Net.

      Et s'il est vraiment persuadé que ce qu'il raconte est la vérité, alors son cas est désespéré, mieux vaut le laisser dans son état, l'acharnement thérapeutique n'est pas une bonne solution.

      Supprimer