Nombre total de pages vues

samedi 8 octobre 2016

Dieu bénisse Saint-Monckton et son fidèle serviteur Benoit Rittaud !

Il fallait oser, Benoit Rittaud (BR) l'a fait, avec son billet intitulé Londres : God bless you, Lord ! notre mathématicien égaré nous prouve son allégeance totale et inconditionnelle à la religion climatosceptique (ou climato-irréaliste)

Après quelques timides précautions oratoires, histoire de dire que Monckton n'est pas parfait (mais pas loin de l'être quand même) il nous assène
  • Christopher Monckton avait beaucoup de choses à dire, et en 20 minutes c’était juste. Il était difficile de tout suivre, mais ce que j’ai saisi m’a semblé correct. Si ma première impression est la bonne, alors c’est proprement dingue que les gars du GIEC aient pu commettre des erreurs pareilles.
C'est dingue non ?

Les « gars du GIEC », c'est-à-dire la foule des scientifiques ayant publié dans des revues à comité de lecture des travaux dont ils se sont fait une spécialité après de nombreuses années d'études et de recherche, seraient tout bonnement ridiculisés en 20 petites minutes par un lord anglais titulaire d'une licence de lettres classiques et ayant à plusieurs reprises prouvé qu'il n'était pas très bien dans sa tête, à défaut de prouver qu'il était payé pour raconter ce qu'il raconte...

Pour BR je me suis toujours demandé, et me demande encore, s'il n'était qu'un idiot utile parmi tant d'autres atteints de Dunning-Kruger, ou bien si lui aussi tirait un avantage de son activité de semeur de doute comme les deux Fred, Singer et Seitz, mais à une si petite échelle que cela parait peu vraisemblable, les donneurs d'ordre préférant rémunérer des pointures ayant une certaine stature...

Quoi qu'il en soit, le billet de BR ne m'a pas laissé indifférent par sa naïveté, pour ne pas dire sa crédulité, avec sa splendide fin :
  • Ayant discuté un moment avec lui après son exposé, j’ai pu me rendre compte que c’est quelqu’un d’une grande culture scientifique. Au bout de deux minutes de discussion, il en était déjà rendu à parler de l’origine de l’intérêt de Menechme pour les sections coniques, qui était la question de la duplication du cube. Je le sais parce que je vais l’enseigner prochainement, mais je sais aussi que pas mal de mathématiciens l’ignorent.
Je rappelle que Monckton est simplement titulaire d'une licence de lettres classiques, a été journaliste de profession (incluant un passage par le tabloïd Today aujourd'hui disparu), a inventé un puzzle mathématique qui lui a certainement rapporté un peu d'argent, a prétendu avoir découvert un médicament destiné à guérir tous types d'infections et avoir été le conseiller scientifique de Margaret Thatcher, ainsi qu'avoir été (ou être encore) membre de la Chambre des Lords ; mais surtout, ce qu'il est actuellement sans nul doute possible, c'est membre du parti d'extrême droite UKIP ainsi que membre du Heartland Institute, ce faux-nez des frères Koch et de toutes les industries dites fossiles comme Exxon et bien d'autres.

C'est donc à cet individu louche que BR a choisi de prêter allégeance en lui accordant une « grande culture scientifique », peut-être parce qu'il a été l'auteur de ce fameux Eternity puzzle sur lequel lui-même (BR) s'est cassé les dents...

L'aveuglement tient à peu de choses, et l'une de ces choses peut être l'admiration sans borne que l'on voue à quelqu'un, abolissant ainsi tout sens du réel et mettant l'individu dans un état de lévitation mentale empêchant de raisonner correctement.

Notre échange en est la preuve (je n'ai pas tenté de convaincre BR de quoi que ce soit, c'est impossible comme je l'ai déjà dit ici, mais j'ai seulement testé sa capacité de mauvaise foi et en cela j'ai été servi)
  • Le , Géd a dit : Loin de moi l’idée de remettre en cause vos compétences en mathématiques, qui sont certaines, j’ai cependant deux questions à vous poser.
    1 – Vous dites « le GIEC l’obtient en faisant bêtement la moyenne de 1/(1–f1) et 1/(1–f2) », mais le GIEC lui-même n’obtient rien, il ne fait que reprendre les travaux de chercheurs, vous contestez donc les conclusions de chercheurs qui ont fait « bêtement » cette moyenne ; savez-vous de qui il s’agit et leur avez-vous demandé leur avis ?
    2- Comment expliquez-vous qu’un licencié en lettres classiques ait des compétences en mathématiques au point de discuter avec vous, un spécialiste, d’un sujet ignoré de beaucoup de mathématiciens ?
  •  Le , Benoît Rittaud a dit : 1. Question purement rhétorique et sans intérêt (à part celui d’une critique gratuite). Il est dit dans le texte qu’il s’agit d’une première impression.
    2. Je me fiche d’expliquer ce genre de choses. Ce qui m’intéresse, ce sont les arguments de fond, pas le pédigrée de celui qui les donne. Ça s’appelle la science. 
Pour BR toutes les critiques qu'il reçoit sont « gratuites », c'est probablement parce que sur son blog il n'en a jamais de la part de ses fidèles adorateurs. Et on admirera la conclusion : « Ça s’appelle la science », comme si BR nous avait habitué à pratiquer la démarche scientifique dans sa critique du RCA...
  •  Le , Géd a dit : Merci pour votre réponse, mais j’appelle cela botter en touche.
    La première question n’est pas si théorique que ça puisque vous incriminez clairement les chercheurs qui ont fait cette moyenne reprise par le GIEC en les traitant quasiment d’idiots (c’est le sens de « bêtement ») et en louant Monckton pour sa « clairvoyance » ; je prends note cependant qu’il s’agissait d’une première impression et j’attends avec impatience votre impression finale que vous ne manquerez pas de dévoiler à vos lecteurs.
    Pour la question deux vous préférez évidemment ignorer que Monckton a fait la preuve qu’il se trompait régulièrement (et trompait par là même tous ceux qui l’idolâtrent) notamment avec sa courbe des températures qui soi-disant restent stables depuis 20 ans (à moins que ce ne soit 18 ans et quelques mois ou quelque chose comme ça) ; Roy Spencer vient récemment de démentir ce mythe en avouant que 2016 serait très certainement l’année la plus chaude depuis le début des mesures UAH en 1979) ; que va encore bien pouvoir inventer Monckton pour maintenir le mythe vivant ?
  • Le , Benoît Rittaud a dit : Je n' »incrimine » personne : je soupçonne qu’ils ont raconté une grosse bêtise. Une telle erreur (si elle est avérée) est anormale à ce niveau. J’observe d’ailleurs que vous ne contestez pas le fond de mon propos.
    Pour la deuxième partie : non, je ne « préfère évidemment pas ignorer » que Monckton a pu se tromper par ailleurs. Si vous saviez ce que c’est que la science, vous sauriez :
    – que tout le monde fait des erreurs
    – qu’on ne juge pas de la pertinence d’un argument sur celui qui le tient.
    Si vous voulez discutez utilement, mettez donc de côté votre détestation de tel ou tel, ça vous évitera de faire flèche de tout bois (par exemple avec un argument qui revient, pour faire court, à quelque chose du genre « Monckton a tort de parler du plateau 1998-2014 à cause de l’année 2016 »).
BR « soupçonne » les scientifiques d'avoir raconté une grosse bêtise, on remarquera que son article est uniquement à charge, il prend clairement parti pour Monckton et laisse peu de chances aux scientifiques de s'expliquer.
  • Le , Géd a dit : « J’observe d’ailleurs que vous ne contestez pas le fond de mon propos. »
    Non effectivement, contrairement à vous qui contestez les rapports du GIEC sur la base d’une simple première impression qui se traduit chez vous par « Et si c’est ça, alors c’est effectivement complètement crétin » ; alors qu’un scientifique, avant d’affirmer que quelque chose est « possiblement crétin », fera quelques recherches qui lui permettront éventuellement de ne pas se ridiculiser auprès de ses pairs. Ce que je vous reproche n’est pas de vous tromper (je n’en sais fichtre rien) mais d’avoir une confiance aveugle en Monckton, vous voyez ce n’est vraiment pas grand chose…
    « tout le monde fait des erreurs », oui, et en sciences il y a un processus qui s’appelle la revue par les pairs à laquelle s’ajoutent les discussions entre spécialistes à ne pas confondre avec les débats sur des plateaux de télé ou dans des émissions de radio et encore moins dans des bouquins ou des blogs ; en matière de climatologie s’il y a des erreurs vous êtes libre d’apporter votre contribution avec la méthode scientifique et non la méthode polémique (comme vous connaissez un peu l’épistémologie vous devriez savoir de quoi je parle)
    « mettez donc de côté votre détestation de tel ou tel », pas de détestation de ma part, seulement la constatation qu’il y a des individus qui prennent les gens pour des imbéciles afin de semer le doute dans l’esprit des gens (c’est normal, ils sont payés pour cela, c’est au citoyen lambda ne ne pas se faire avoir)
    « Monckton a tort de parler du plateau 1998-2014 à cause de l’année 2016 », non il n’y a aucun plateau des températures, regardez les températures au niveau du sol (là où vous et moi vivons) et vous constaterez qu’elles ne cessent de grimper ; par ailleurs vous savez très bien que plus de 90% de la chaleur additionnelle va dans les océans (http://www.nature.com/nclimate/journal/v6/n4/full/nclimate2915.html) donc les fluctuations des moins de 10% qui restent dans l’atmosphère ne sont pas vraiment ce qu’il y a d’essentiel dans le phénomène du réchauffement climatique (d’origine anthropique et non solaire, ne vous en déplaise)
  • Le , Benoît Rittaud a dit : Tant de mot pour dire si peu…
    Pour parler de « confiance aveugle en Monckton » me concernant, vous n’avez pas lu le début de l’article.
    Le reste de votre propos est à l’avenant : affirmations gratuites, hors-sujets… Entre autres, si pour vous c’est mal de donner un impression sur un travail de recherche, alors ce n’est pas la peine que nous discutions. Nous perdons notre temps, restons-en là.
Non non, BR ne reconnait pas faire une confiance aveugle en Monckton, il est persuadé garder toute sa lucidité ; et on sent que BR commence à trouver que la plaisanterie a assez duré, discuter avec moi c'est « perdre son temps », mais assister à une conférence ayant réuni au mieux 70 personnes pour parler en fait dans le vide, c'est pour BR un excellent emploi de son temps.
  •  Le , Géd a dit : « Tant de mot pour dire si peu… », oui je sais, vous préféreriez que je dise bravo Ben, ça ferait deux mots seulement pour dire tant de choses sur votre génie.
    « si pour vous c’est mal de donner un impression sur un travail de recherche »
    Je vous cite : » le GIEC l’obtient en faisant bêtement la moyenne de 1/(1–f1) et 1/(1–f2). Et si c’est ça, alors c’est effectivement complètement crétin.  »
    Quand on traite des scientifiques de crétins ce n’est pas « donner une impression sur un travail de recherche », c’est dénigrer le travail de ces scientifiques sans apporter aucun argument.
    Et oui j’ai bien lu le début de l’article : « Le reste, c’est-à-dire 95% de l’exposé, était résolument mathématique. Et ça valait le détour »
    Donc pour vous il n’y a que 5% à éventuellement critiquer, et encore du bout des lèvres, si ça n’est pas de la confiance ça…
    « affirmations gratuites, hors-sujets », quand on vous critique et qu’on ne fait pas le béni-oui-oui ou l’adorateur inconditionnel on fait bien sûr toujours des affirmations gratuites et des hors-sujets.


Est-ce bien la peine de continuer ?



2 commentaires:

  1. Bah, aucun des deux ne maîtrise le sujet. Les spécialistes de la question font aussi des maths c'est un très bon outil, mais comme le disait un de mes profs, peut on demander au fabriquant de clés à molettes de comprendre le fonctionnement d'un moteur ?

    RépondreSupprimer
  2. Les maths sont effectivement un outil parmi tant d'autres, et certains en font un plus ou moins bon usage.

    Gavin Schmidt est d'ailleurs mathématicien comme Benoit Rittaud, mais il a choisi de se spécialiser sur le climat et est donc légitime pour parler sur le sujet, même sur les parties dont il n'est pas spécialiste (glaciologie par exemple) au contraire de Benoit Rittaud qui n'a jamais fait ni étude ni recherche sur le climat et se contente de donner son "opinion".

    Quant à Monckton, il a de toute évidence facilement enfumé Rittaud en lui parlant de Menechme, il lui aurait parlé d'Euclide il l'aurait également épaté tellement Rittaud semble crédule face à ce spécialiste es charlatanerie.

    RépondreSupprimer