Nombre total de pages vues

vendredi 6 novembre 2015

Les élus républicains agissent contre la volonté de leurs électeurs

Selon motherjones, un site américain indépendant non lié à aucun parti ou idéologie (mais qui tape surtout sur les républicains, parce qu'ils le méritent peut-être davantage que les démocrates...), les élus républicains de 26 états attaquant en justice l'EPA (l'agence américaine de protection de l'environnement) se voient désavoués par une majorité de leurs électeurs.

Ce graphique parle de lui-même:


Le titre signifie: Support du public (i.e. pourcentage des personnes sondées dans chacun de ces états par l'institut Yale) pour fixer des limites strictes sur les usines de production d'électricité fonctionnant au charbon dans les 26 états attaquant l'EPA afin de mettre un terme au programme (i.e. programme de Barack Obama visant à limiter les émissions de gaz à effet de serre en provenance du charbon)

Extraits:
  • The new regulations will require many states to reduce their use of coal, the dirtiest form of energy, in an effort to slash greenhouse gas emissions from the power sector by about a third by 2030
  • Almost immediately, the plan came under a barrage of legal attacks from two dozen coal-dependent states, almost all led by Republican governors and attorneys general. Meanwhile, Republican members of Congress introduced legislation to overturn the plan.
  • Except that, [...] according to new polling by Yale University's Project on Climate Change Communication, which found that 61 percent of residents in the states suing the Obama administration support tight limits on emissions from coal-fired power plants.
  • Makes you wonder whose interests all these governors, attorneys general, and legislators are really representing.
Le dernier extrait pose une question (quels sont les intérêts que tous ces gouverneurs, ministres de la justice et législateurs représentent réellement?)  qui trouve sa réponse dans la question elle-même.

Pour être précis à l'attention de ceux qui auraient du mal à comprendre, ces élus représentent essentiellement les intérêts de ceux qui les paient ou ont payé pour les amener au pouvoir, et non ceux des électeurs qui ont voté pour eux.

Ce n'est donc pas étonnant que les élus républicains soient en majorité climatosceptiques, leurs principaux donateurs étant les industries qui polluent le plus.

En France, où les règles de financement des partis politiques (et des candidats aux élections en général) sont strictement encadrées, on ne voit pas ce genre de dérive, et le climatoscepticisme n'est de mise dans aucun parti (sauf au FN...), donc ceux qui s'expriment de manière négative (j'allais dire négationniste) le font par conviction idéologique plutôt que par intérêt financier (bien que certains aient en fait un intérêt financier à vendre un maximum de leurs bouquins...)

Les climatosceptiques français sont donc pour l'essentiel des idiots utiles:
  • idiots, car ils ne comprennent pas (ou ne veulent pas comprendre) les faits scientifiques qui ne datent pourtant pas d'hier, et/ou se laissent guider par leur idéologie (principalement néolibérale) qui leur fait croire à une grande conspiration des écologistes menés par Greenpeace et Al Gore (je résume pour faire court) et ayant conduit à la création du GIEC qui serait un organisme, selon eux, gouverné par les politiques dictant aux scientifiques ce qu'ils doivent écrire dans leurs rapports...
  • utiles, car ils apportent bénévolement de l'eau au moulin de ceux qui ont réellement le pouvoir de freiner autant que possible toute régulation permettant de diminuer les émissions de gaz à effet de serre ou de mener une transition énergétique efficace.

Les charlatans français ne sont pas si nombreux, pour les reconnaître il suffit de se demander quel profit ils peuvent tirer de leur engagement dans le climatoscepticisme (un indice: il s'agit d'auteurs d'ouvrages tournant autour du "mythe climatique")




 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire