Nombre total de pages vues

dimanche 6 novembre 2016

Skyfall et la désinformation

Skyfall a habitué ses fidèles lecteurs à gober à peu près toutes les âneries qu'on peut lire dans la presse climatosceptique sans provoquer de leur part la moindre réaction critique ; il faut dire qu'il s'agit non seulement d'un site négateur du réchauffement climatique anthropique (RCA)  mais également d'une plateforme complotiste persuadée (ou tentant de persuader son lectorat) que ce sont les écologistes qui sont au pouvoir et qui dictent au GIEC ce qu'il doit mettre dans ses rapports.

Le dernier bulletin des climato-irréalistes nous en apporte une preuve supplémentaire s'il en était encore besoin.

Dans le chapitre  intitulé LA SCIENCE EST ELLE ETABLIE ? PAS VRAIMENT (tout en majuscules à l'attention des lecteurs ayant des difficultés de lecture) Usbek nous dit sans rire :
  • Selon la pensée « mainstream » la science étant maintenant établie, il ne s’agit plus que de mettre en œuvre des mesures d’atténuation et de dépenser de l’argent dans une mythique économie verte annonciatrice du meilleur des mondes. En réalité de nombreux travaux scientifiques explorent d’autres pistes que l’effet de serre, notamment les variations de l’activité solaire et de la couverture nuageuse.
Par la « pensée mainstream » il faut entendre
  • pour Usbek : la pensée unique, une religion, une idéologie, un canular (global warming is a hoax), une conspiration des Verts, etc.
  • pour une personne normalement constituée : la Science (avec un grand S)
Au passage Usbek nous prouve une fois de plus que le climatoscepticisme n'a pas grand chose à voir avec la science mais tout avec l'idéologie avec :
  •  une mythique économie verte annonciatrice du meilleur des mondes
Il s'agit ni plus ni moins de faire du greenbashing et de remplacer toute tentative de régler notre problème avec le réchauffement climatique par une caricature des écologistes dépeints comme de dangereux extrémistes, on appelle cela un strawman et le plus fort c'est que ça passe auprès de lecteurs qui se targuent pourtant de posséder des connaissances scientifiques (Murps est parait-il professeur de sciences...)

Et Usbek se discrédite définitivement dans la dernière phrase :
  • En réalité de nombreux travaux scientifiques explorent d’autres pistes que l’effet de serre, notamment les variations de l’activité solaire et de la couverture nuageuse. 
Cette phrase est censée faire comprendre aux lecteurs (peu attentifs ou décérébrés) que l'effet de serre, sous-entendu provoqué par le CO2, sous-entendu le CO2 d'origine humaine, n'est pas responsable du réchauffement constaté (on remarquera que dans ce cas le réchauffement n'est pas contesté, il est seulement « expliqué » par d'autres causes...) mais que « l’activité solaire et [...] la couverture nuageuse » seraient de bien plus importants contributeurs.

Cela n'est pas dit clairement dans l'article mais quand on pratique Skyfall depuis un certain temps c'est la conclusion logique qui s'impose.

Et que nous propose Usbek en matière « de nombreux travaux scientifiques » qui « explorent d’autres pistes que l’effet de serre » ?

Des études ou des billets de blogs ne montrant bien évidemment aucune « piste » permettant éventuellement de remettre en cause le rôle du CO2 d'origine humaine dans l'effet de serre et l'augmentation accélérée des températures.

Expérience CLOUD : des résultats plus solides sur la formation des nuages

En quoi des « résultats plus solides sur la formation des nuages » peut-il invalider le RCA ? On a beau se creuser les méninges, on ne voit pas.

Usbek cite un article du CERN
  • The results also show that ionisation of the atmosphere by cosmic rays accounts for nearly one-third of all particles formed, [...]
    • traduit par Usbek : Les résultats montrent aussi que l’ionisation de l’atmosphère par les rayons cosmiques sont responsables de près d’un tiers de toutes les particules formées, validant l’hypothèse émise par le climatologue danois Henri Svensmark dès 2006
 Mais Usbek « oublie » fort à propos ce qui suit :
  • [...] although small changes in cosmic rays over the solar cycle do not affect aerosols enough to influence today’s polluted climate significantly.
    • traduit par mes soins : bien que les faibles modifications dans le rayonnement cosmique durant le cycle solaire n'affectent pas suffisamment les aérosols pour influencer de manière significative le climat pollué d'aujourd'hui.
Donc les chercheurs admettent
  • que l'ionisation de l'atmosphère par les rayons cosmiques est responsable de près d'un tiers de toutes les particules formées
  • que cette ionisation n'a pas d'impact significatif sur le climat, ce qui est parfaitement en accord avec le dernier rapport du GIEC
Et ce que Usbek tente de faire croire
  • l'étude du CERN est en accord avec ce que Svensmark déclarait en 2006
Pour information voici ce qu'on peut lire sur Henrik (et non Henri) Svensmark :
Soyons clair, Svensmark est un climatosceptique de l'espèce « solariste », au même titre que Vincent Courtillot, et le CERN ne valide certainement pas, bien au contraire, leur théorie du it's the sun, stupid!

Bref, de la part d'Usbek un magnifique exemple, à titre d'introduction, en matière de cherry-picking (ne pas tout citer) et de déformation de propos (faire dire au CERN ce qu'il n'a même pas suggéré)

Reconstitution des conditions de la formation des nuages pendant l’ère préindustrielle

 On a là-aussi peine à voir en quoi « la formation des nuages pendant l'ère préindustrielle » puisse avoir un quelconque rapport avec ce qui se passe aujourd'hui ; Usbek nous dit :
  • Un article récemment publié dans Nature décrit l’expérience de scientifiques qui ont analysé les aérosols présents au dessus de l’Amazone responsables de la formation de nuages. Ils ont ainsi pu reconstituer les conditions préindustrielles de la formation des nuages. «Avec cette étude, nous disposons maintenant de mesures que nous qui nous aideront à comprendre les effets de l’industrialisation». Une présentation didactique de cette expérience est donnée par la revue Phys.org.
Aucun rapport entre cette étude et le climat de la Terre, il s'agit seulement d'essayer de comprendre ce qui se passe exclusivement au-dessus de l'Amazone ! (car cette région du monde est peu ou pas impactée par la pollution d'origine humaine, donc les chercheurs ont un exemple grandeur nature comparable à l'ère pré-industrielle)

Réévaluation de la TCR (Transient Climate Response)

On se frotte les yeux à la lecture du commentaire d'Usbek :
  • Judith Curry rapporte dans son blog les résultats d’une étude ayant procédé à un ajustement des températures (entre 1951 et août 2016) pour neutraliser les influences de l’ENSO, des variations de l’irradiance solaire et des activités volcaniques . Il en ressort une valeur médiane de la TCR (augmentation de températures induite par un doublement de la concentration de CO2) de 1,35 K.
Usbek cite Judithy Curry qui elle-même faisait référence à l'excellent blog Open Mind de Tamino, aka Grant Foster (dont Google scholar nous révèle les nombreuses publications liées au climat)

Usbek, comme à son habitude, ne nous dit pas tout, et notamment que la TCR (Transient Climate Response) est différente de l'ECS (Equilibrium Climate Sensitivity), cette dernière étant comprise entre 1,5° et 4,5° selon le dernier rapport du GIEC ; mais ce n'est pas tout, Usbek ne cite bien évidemment pas Tamino quand celui-ci dit :
  • Which leaves us with two inescapable conclusions. First, man-made global warming continues apace. Second, deniers will continue to deny, despite proof their claims are false.
En fait le « 1,35K » de Judith Curry ne se retrouve pas dans le billet de Tamino qui avait seulement pour but de montrer que les températures n'arrêtaient pas de grimper, avec le graphique suivant en point d'orgue, montrant la courbe abstraction faite d'ENSO (El Niño), des volcans et du soleil :



Croyez-vous qu'Usbek aurait eu l'idée de montrer ce graphique ? Allons donc, vous n'y pensez pas !

Cycle de 65 ans

Usbek nous « apprend »
  • Une étude publiée dans le journal de l’American Meteorological Society a mis en évidence une évolution des températures de surface de la mer et de la circulation atmosphérique dominée par un cycle dont la périodicité est de 65 ans.
On aurait tendance à lui répondre, oui, et alors ?

Là non plus aucun rapport entre cette étude et le rôle du CO2, ça devient lassant à la longue...

Recensement des études portant sur le rôle de l’activité solaire et celui des nuages sur l’évolution du climat 

La cerise climatosceptique sur le gâteau du négationnisme climatique !

Usbek n'hésite pas à faire appel au fumeux site de Pierre Gosselin, lequel s'était déjà distingué avec ses 770 publications qui soi-disant remettraient en cause le RCA :
  • Le site Notrickzone récapitule l’ensemble des études (dissidentes) portant sur les conséquences d’une variation de la couverture nuageuse (et/ou) de l’activité solaire sur le bilan radiatif de la planète.
Bien évidemment aucune de ces études ne remet en cause le RCA, le plus comique étant que notre ami le clown Gosselin se permet de citer Realclimate (oui, plus c'est gros plus ça a de chances de passer)
  • Of course the range of net infrared forcing caused by changing cloud conditions (~100W/m2) is much greater than that caused by increasing levels of greenhouse gases (e.g. doubling pre-industrial CO2 levels will increase the net forcing by ~4W/m2)
Mais quand on va voir le site Realclimate on peut aussi lire dans le même billet un peu plus loin (Gosselin ayant sauté « but the objective of this exercise was to demonstrate a relationship.», on se demande bien pourquoi...) :
  • To conclude, it is perfectly physically consistent to expect that increasing greenhouse gas driven warming will heat the oceans – as indeed is being observed.
Eh oui, parce que sur Realclimate on ne nie pas l'évidence, comme par exemple le fait que la vapeur d'eau est un gaz à effet de serre plus puissant que le CO2, mais qu'au lieu d'un forçage il s'agit en réalité d'un feedback :
  • Any mainstream scientist present will trot out the standard response that water vapour is indeed an important greenhouse gas, it is included in all climate models, but it is a feedback and not a forcing.
Et voilà que nous terminons sur le « mainstream scientist », mais à l'opposé de la conception qu'en a le sieur Usbek !


*****

J'ai posté un commentaire en début d'après-midi :
  • 13.  Géd | 6/11/2016 @ 13:35
    En réalité de nombreux travaux scientifiques explorent d’autres pistes que l’effet de serre, notamment les variations de l’activité solaire et de la couverture nuageuse.
    En quoi « explorer d’autres pistes que l’effet de serre » invaliderait le fait que le CO2 émis par l’homme soit responsable de l’essentiel de la hausse des températures ?
    Aucun des exemples montrés dans l’article n’apporte la moindre « preuve » à l’appui d’une influence significative des particules ou de l’irradiance solaire dans la hausse des températures.
    Pour l’expérience Cloud vous avez soigneusement évité de citer la deuxième partie du commentaire dans le site du CERN, à savoir :

    The results also show that ionisation of the atmosphere by cosmic rays accounts for nearly one-third of all particles formed, although small changes in cosmic rays over the solar cycle do not affect aerosols enough to influence today’s polluted climate significantly.
    Comment traduiriez-vous « although small changes in cosmic rays over the solar cycle do not affect aerosols enough to influence today’s polluted climate significantly. » ?
    Quant à votre lien vers Svensmark il ne marche pas.
    En ce qui concerne

    l’ensemble des études (dissidentes) portant sur les conséquences d’une variation de la couverture nuageuse (et/ou) de l’activité solaire sur le bilan radiatif de la planète
    Là non plus rien de nouveau, Gosselin a déjà prouvé qu’il citait des études disant l’inverse de ce qu’il prétend ou bien étant à côté du sujet, et j’ai bien aimé sa référence à Realclimate
    Even on the RealClimate blog — founded by Michael Mann and Gavin Schmidt (among others) — there is an acknowledgement that the climate influence from changes in cloud cover are far more influential affecting the radiation budget than variations in CO2 (100 W m-2 for clouds versus just 4 W m-2 for doubled [600 ppm] CO2):
    Et de citer Realclimate :

    Of course the range of net infrared forcing caused by changing cloud conditions (~100W/m2) is much greater than that caused by increasing levels of greenhouse gases (e.g. doubling pre-industrial CO2 levels will increase the net forcing by ~4W/m2)
    Sauf qu’il « oublie » seulement de citer la conclusion de l’article de Realclimate :

    To conclude, it is perfectly physically consistent to expect that increasing greenhouse gas driven warming will heat the oceans – as indeed is being observed.
    Bref du cherry-picking et de la déformation de propos à tous les étages, continuez comme ça, vous êtes sur la bonne voie.
Ce commentaire a apparemment été supprimé un temps puis est réapparu comme par miracle, c'est pour cela que je le sauvegarde ici, on ne sait jamais.



11 commentaires:

  1. Bah, encore une fois force est de constater que nos rigolos isolent ce qui les intéresse; un preuve supplémentaire dans l'abstract de l'étude sur les cycles : "This study investigates spatio-temporal features of multidecadal climate variability, using observations and climate model simulation.
    , observational SST and atmospheric circulation records are dominated by a ~65yr variability component. Though its center of action is over the North Atlantic, but it manifests also over the Pacific and Indian Oceans, suggesting a tropical inter-basin teleconnection maintained through an atmospheric bridge."

    Apparemment ces mots " Aside from a long-term warming trend" n'existent pas pour eux.

    Ce ne sont que des malhonnêtes ni plus ni moins.

    RépondreSupprimer
  2. A ajouter que certains croient que vous êtes moi. Aussi mauvais "flics" que scientifiques...

    RépondreSupprimer
  3. En ce qui concerne la réponse de Christial à propos de la courbe de Mann, il cite CO2science site bien connu pour sa désinformation. Ce dernier fait allusion à l'étude de Ljungqvist 2010 dont je vous mets le lien ci-après. J'en ai extrait ce court passage qui est très révélateur : " Since AD 1990, though, average temperatures in the extra-tropical Northern Hemisphere exceed those of any other warm decades the last two millennia, even the peak of the Medieval Warm Period, if we look at the instrumental temperature data spliced to the proxy reconstruction. However, this sharp rise in temperature compared to the magnitude of warmth in previous warm periods should be cautiously interpreted since it is not visible in the proxy reconstruction itself. Although partly different data and methods have been used in our reconstruction than in Moberg et al. (2005) and Mann et al. (2008), the result is surprisingly similar."

    http://agbjarn.blog.is/users/fa/agbjarn/files/ljungquist-temp-reconstruction-2000-years.pdf

    Comme on dit, il n' a pas photo.. et les climatosceptiques sont de fieffées crapules.

    Robert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'info et le lien, je ne suis pas allé voir les dernières nouvelles sur Skyfall depuis une paire de jours, j'étais occupé avec l'article bidon de Rittaud sur Contrepoints.

      Dès que je peux je regarde ça.

      Supprimer
    2. Nicias fait dans le grand n'importe quoi comme dab. S'il avait lu les études qu'il cite, notamment Moberg 2005 il aurait vu que ce qu'on "reproche" à Mann ce n'est pas, contrairement à ce que prétendent nos rigolos d'avoir fait disparaître l'OM mais d'avoir sous-estimé le PAG. (figure 2(d))

      http://stephenschneider.stanford.edu/Publications/PDF_Papers/MobergEtAl2005.pdf

      Supprimer
    3. A ajouter que CO2science a bizarrement effacé toute la partie relevés instrumentaux de la courbe de Moberdg quand il en parle...

      http://www.co2science.org/data/mwp/studies/l1_mobergnh.php

      Supprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer

  5. Robert13 novembre 2016 à 13:05
    En réponse au commentaire (110) de Christial, vous pouvez lui opposer cette courbe dont l'anomalie est calculée sur la même base (1961/1990) que la courbe de Ljungqvist.

    http://cdiac.ornl.gov/trends/temp/jonescru/graphics/glnhsh.png

    encore une fois, il n'y a pas photo.


    ps notre ami manivelle est une fois de plus à coté de la plaque.

    RépondreSupprimer
  6. A propos des proxies, vous pouvez balancer ça dans les gencives à Nicias et lui demander depuis quand les proxies seraient plus fiables que des observations :

    http://www.futura-sciences.com/planete/actualites/climatologie-etude-climat-anneaux-croissance-arbres-sont-peu-fiables-36558/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Robert mais je vais faire une pause, je regarderai cela un peu plus tard et ferai la réponse appropriée.

      Mon petit doigt me dit qu'aucun de nos arguments ne réussira à les convaincre de toute façon, mais on a l'habitude ;)

      Supprimer