Nombre total de pages vues

dimanche 18 décembre 2016

1830

Il y a des coïncidences assez troublantes.

Par exemple cette date, 1830.

C'est l'année de la mort de Joseph Fourier, le précurseur sinon l'inventeur du fameux « effet de serre », mais c'est aussi, nous apprend Science&Vie, page 26 de son numéro de novembre, « la date à laquelle le changement climatique provoqué par l'homme est devenu perceptible » !

Comme à sa mauvaise habitude S&V ne cite pas sa source, ajoutant que « les changements ténus advenus au cours du XIXe siècle [...] correspondent à une augmentation du CO2 atmosphérique de 10 ppm, soit à peine 1/40 du niveau actuel. »

En faisant une recherche  « Google » avec les termes « 1830 changement climatique CO2 » j'obtiens une série de résultats dont celui publié sur le site EurActiv et intitulé Le réchauffement climatique est apparu en 1830.

L'étude qui est à l'origine est intitulée Early onset of industrial-era warming across the oceans and continents. Voici l'abstract :
  • The evolution of industrial-era warming across the continents and oceans provides a context for future climate change and is important for determining climate sensitivity and the processes that control regional warming. Here we use post-ad 1500 palaeoclimate records to show that sustained industrial-era warming of the tropical oceans first developed during the mid-nineteenth century and was nearly synchronous with Northern Hemisphere continental warming. The early onset of sustained, significant warming in palaeoclimate records and model simulations suggests that greenhouse forcing of industrial-era warming commenced as early as the mid-nineteenth century and included an enhanced equatorial ocean response mechanism. The development of Southern Hemisphere warming is delayed in reconstructions, but this apparent delay is not reproduced in climate simulations. Our findings imply that instrumental records are too short to comprehensively assess anthropogenic climate change and that, in some regions, about 180 years of industrial-era warming has already caused surface temperatures to emerge above pre-industrial values, even when taking natural variability into account.
 Je n'ai pas accès au reste de l'article (il faut payer pour cela) mais je fais confiance à Romain Loury quand celui-ci écrit :
  •  [...] ce phénomène [l'émergence du réchauffement] serait apparu aux environs de 1830. En premier lieu dans l’Arctique, où les chercheurs datent de 1831 les premiers écarts avec la variabilité interannuelle, et dans les océans tropicaux (entre 1828 et 1834). «C’est un résultat assez inattendu: le climat s’avère beaucoup plus sensible aux gaz à effet de serre (GES) qu’on ne le pensait», observe Marie-Alexandrine Sicre, directrice de recherche au laboratoire LOCEAN de l’Institut Pierre-Simon Laplace (IPSL, Paris, UPMC/CNRS/IRD/MNHN) et co-auteure de l’étude.
Or c'est en 1824, soit peu de temps avant l'« émergence du phénomène du réchauffement climatique anthropique », que Joseph Fourier publia son ouvrage intitulé Mémoire sur les températures du globe terrestre et des espaces planétaires.

Comme l'explique Jean-Louis Dufresne :
  • Fourier a établi les principes fondamentaux qui régissent la température de surface d’une planète, et notamment les principes de l’effet de serre : l’ajustement de la température de surface pour atteindre l’équilibre énergétique ainsi que le rôle essentiel de la dissymétrie entre les propriétés radiatives de l’atmosphère dans le spectre solaire (atmosphère transparente) et dans le spectre infrarouge thermique (atmosphère partiellement opaque). Près de deux siècles seront nécessaires pour quantifier et comprendre ces phénomènes.

Sauf que « près de deux siècles » plus tard il y a encore des parasites capables de nier l'existence de l'« effet de serre »...







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire