Nombre total de pages vues

vendredi 16 décembre 2016

Magistrale démonstration de Benoit Rittaud : la vieillesse est un naufrage...

Dans l'un de ses derniers billets Benoit Rittaud nous invite à découvrir un livre mystère, qui n'est rien d'autre que le bouquin de Claude Allègre, paru en 1993, Écologie des villes, écologie des champs.

A l'époque Allègre avait encore toute sa tête et pouvait parler d'écologie sans trop se discréditer, même s'il n'était pas particulièrement le mieux placé pour parler de ce sujet ; René Dumont, entre autres, était infiniment plus qualifié.

A l'époque Allègre était parfaitement « en ligne » avec la science, sa grande famille, concernant le réchauffement climatique, un domaine dans lequel il n'a pourtant jamais eu la moindre crédibilité, puisqu'il est géochimiste et n'a jamais publié quoi que ce soit ayant un rapport avec le climat.

Il publie notamment, en 1987, 12 clés pour la géologie que les Éditions Belin nous présentent ainsi :
  •  Présentés en 12 chapitres thématiques, les entretiens d'Émile Noël et de Claude Allègre permettent de mieux comprendre comment fonctionne cette machine thermique et usine chimique qu'est la Terre.
    Pendant ces 12 chapitres, Claude Allègre détaille comment les mouvements du magma à l'intérieur du globe terrestre font dériver les continents en surface; comment les continents, au cours de leur lent mouvement, entrent en collision et se plissent pour donner les chaînes de montagnes; comment les fluctuations de l'inclinaison de l'axe de rotation de la Terre engendrent des variations de climat; comment les connaissances sur la géologie et l'atmosphère permettent d'exploiter les richesses minérales et agricoles de notre planète. Car nous n'avons qu'une Terre : nous ne pourrons y préserver la vie dans des conditions acceptables et prévenir les effets de ses colères soudaines - tremblements de terre et éruptions volcaniques - que par une meilleure connaissance de ses mécanismes.
Nul climatoscepticisme là-dedans, seulement la constatation que par le passé l'évolution du climat a été principalement le fait de facteurs bien connus comme les variations de l'ensoleillement engendrées par « les fluctuations de l'inclinaison de l'axe de rotation de la Terre » ce qu'aucun scientifique sérieux ne remet en question.

Il manque quand même dans cette description l'aspect CO2 que wikipedia nous détaille :
  • En 1987, avant la mise en place du GIEC, Claude Allègre est l'un des premiers scientifiques à indiquer dans un de ses ouvrages (Allègre et Noël 1987) l’existence d'un réchauffement climatique causé par l'augmentation du taux de CO2 dans l'atmosphère, augmentation elle-même issue de la combustion massive des carburants fossiles par l'homme. Il ajoute que l'impact du CO2 entraîne une élévation de la température du globe alors que les paramètres astronomiques (influençant le climat) devraient conduire à un lent refroidissement.
C'est exactement ce que dit la science « officielle », les températures devraient baisser, en tenant compte notamment de la baisse d'activité du soleil, mais c'est le contraire que l'on constate.

Je n'ai pas lu les « 12 clés » mais j'ai lu Un peu de science pour tout le monde que Claude Allègre a écrit en 2003, avant son passage côté climatosceptique ; dans ce livre il consacre un chapitre à la Terre-patrie (comme il l'appelle) dans lequel deux sous-chapitres sont consacrés aux cycles de Milankovitch et au climat proprement dit.

Dans ce dernier sous-chapitre il commet cependant l'erreur de considérer l'atmosphère terrestre comme un acteur prépondérant ; il écrit notamment, pages 369/370 :
  • Mais si le premier déterminant du climat est astronomique, celui-ci n'est pas le seul. L'atmosphère terrestre joue son rôle elle aussi.
  • Ces gaz mineurs [le CO2 et l'ozone] jouent un rôle majeur dans la détermination du climat.
Première constatation : Claude Allègre admet que des gaz mineurs peuvent avoir un impact majeur sur le climat.

Deuxième constatation : Claude Allègre ignore totalement le rôle des océans, qui pourtant absorbent 93% de la chaleur additionnelle comme nous l'apprend le site Global-Climat :
  • Depuis le début de l’ère industrielle, l’océan a absorbé une quantité phénoménale d’énergie  en raison du largage massif de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Environ 93% de l’excès d’énergie lié à cet effet de serre a été emmagasiné par les océans.
Cette ignorance est stupéfiante de la part de quelqu'un comme Allègre, mais bon, il a au moins reconnu quelques évidences que la plupart des climatosceptiques s'escriment à nier encore aujourd'hui.

Oui mais ça, c'était avant ; en 2006 Claude Allègre change son fusil d'épaule et devient franchement climatosceptique. Depuis, c'est la chute libre avec le pathétique crash qui dure depuis quelques années maintenant mais que l'on peut facilement visualiser à la lecture du dernier opus skyfallesque qui nous fait « bénéficier » des vidéos de la dernière contre-COP 22, celle justement qui a échappé au bide total grâce à papy Allègre que l'on peut voir ici sur Dailymotion.

Cette vidéo est tout simplement pathétique et arracherait presque des larmes au vu de la déchéance non seulement physique mais aussi mentale dans laquelle Allègre a sombré.

L'entendre parler de « climato-fanatiques totalement incompétents », en évoquant par exemple François Hollande, comme si le président de la République était censé avoir les connaissances d'un scientifique, est un modèle du genre : on attaque un messager plutôt que d'expliquer en quoi le message serait faux, cela marche avec Laurent Fabius, Al Gore, Nicolas Hulot ou Ségolène Royal, mais aussi avec n'importe quel vulgarisateur comme Sylvestre Huet ou Stéphane Foucart qui ont l'outrecuidance de rapporter les études scientifiques sans les déformer.

L'entendre ensuite parler « du problème de la culpabilité de l'homme qui est un problème religieux » pour l'appliquer à la science climatique et aux conclusions auxquelles elle arrive (à savoir que ça va mal finir pour nous si on continue comme ça) est également un collector qu'il faudrait faire encadrer et montrer comme exemple de ce qu'on peut sortir comme argument basé sur de la mauvaise foi (sans jeu de mot) afin de faire prendre aux gens des vessies pour des lanternes.

Et que dire de la référence au pape ? Doit-on rappeler à Claude Allègre que le pape a une formation en chimie et qu'il est tout à fait capable de comprendre le rôle du CO2 dans l'atmosphère sans faire intervenir Dieu ou l'un de ses Saints ?

« Si la planète se détruit l'homme est coupable etc. », ben oui monsieur le ministre de l'éducation qui a perdu ses facultés, l'homme est bien responsable de pas mal de choses, et pas seulement du réchauffement climatique ! Pas besoin d'être croyant pour en avoir la certitude, d'ailleurs ce sont plutôt des croyants qui tendraient à penser que Dieu dans son infinie bonté ne peut pas laisser l'homme détruire la Terre, et que de toute façon l'homme n'est pas assez puissant pour parvenir à un tel résultat que seul Dieu est capable d'obtenir s'Il le veut bien (Inch Allah certains disent)

« Tous les géologues sont des climato-réalistes ou du moins climatosceptiques » nous assène-t-il encore, en précisant dans la foulée « au cours des temps géologiques on a eu des fluctuations climatiques bien plus importantes que celles qu'on voit actuellement  », nous prouvant ainsi qu'il tombe les pieds joints dans le mythe (le mantra) du « climat qui a toujours changé » supposé nous « prouver par A + B  » que le réchauffement actuel ne peut pas être provoqué par l'activité humaine et n'aura pas de conséquences dommageables dans l'avenir.

Je ne suis pas allé plus loin que « donc...donc si vous voulez la...la...la plus on s'env...on s'éloigne des...des temps actuels et plus...plus c'est...c'est...c'est...c'est bien vu d'être c'est c'est vu avec scepticisme cette...cette manière de faire... »

C'est vraiment trop dur d'assister à une telle déchéance, et ne croyez pas que je me moque d'Allègre, non c'est plutôt à ceux qui se permettent d'exposer ce pitoyable galimatias en introduction d'une conférence qu'ils prétendent être un « joli succès » que s'adresse mon mépris.


La vieillesse est un naufrage avait dit Charles de Gaule à propos du maréchal Pétain.

Benoit Rittaud, en bon mathématicien, vient de nous le prouver par A + B.




18 commentaires:

  1. "il commet cependant l'erreur de considérer l'atmosphère terrestre comme un acteur prépondérant"

    Si je peux me permettre une remarque, Allègre a ici raison : l'atmosphère, ou plus spécifiquement la composition de l'atmosphère est un acteur prépondérant du climat. Les océans ont un rôle important dans le climat, mais passif. Ils emmagasinent de la chaleur, la transportent d'un endroit à l'autre, ils absorbent une moitié du CO2 que nous émettons, les grands courants océaniques déterminent et stabilisent le climat de régions entières, les différentes oscillations (AMO, ENSO, ...) influencent le climat à court ou moyen terme, ... mais tout cela sous l'influence des "moteurs" du climat, externes ou internes, qu'on peut énumérer à peu près comme suit :

    Externes (influencent l'insolation) :
    - l'activité solaire
    - les paramètres de l'orbite terrestre

    Internes (influencent la quantité d'énergie absorbée) :
    a) liés à l'albedo
    - le mouvement des continents
    - l'usage des sols
    - l'albedo (couverture neigeuse, glace, forêts, ...)
    b) liés à la composition de l'atmosphère
    - les aérosols (activité volcanique ou pollution)
    - les gaz à effet de serre

    Donc, effectivement, à notre échelle de temps, l'atmosphère est un acteur prépondérant du climat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci VB pour ces précisions, cependant j'ai bien peur de ne pas partager votre point de vue (du moins pour le moment)

      Je me souviens avoir lu il y a quelque temps (mais je n'arrive plus à trouver l'article) que l'atmosphère avait un rôle prépondérant dans les phénomènes météorologiques alors que pour le climat c'est l'océan qui est le facteur primordial, l'atmosphère jouant un rôle secondaire.

      Pour le moment je ne trouve que ceci à l'appui de ce que je dis :

      http://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/climatologie-interactions-ocean-atmosphere-role-majeur-climat-607/
      « L'océan couvre environ 70 % de la surface du globe. La surface de la mer est le lieu de transmission de l'énergie et la matière de l'océan vers l'atmosphère, et du milieu extérieur (atmosphère, espace) vers l'océan. » et « La surface océanique est la source essentielle d'eau atmosphérique. Or la vapeur d'eau est le principal gaz à effet de serre, et les nuages contribuent au cycle de l'eau, arrêtent partiellement le rayonnement solaire » ou encore « Le rôle de l'océan n'est pas seulement d'être une source d'eau, mais aussi de chaleur : en effet, l'inertie thermique de l'eau est bien plus élevée que celle de l'air ou du sol, ce qui ralentit considérablement le refroidissement saisonnier. »

      http://www.ocean-climate.org/
      « The ocean is a key element of the global climate system, but so far it has been relatively absent from discussions on climate change. »

      http://www.ocean-climate.org/?page_id=1783
      « Le climat de notre planète est régi en grande partie par l’océan qui est le principal régulateur du climat mondial grâce à ses échanges radiatifs, mécaniques et gazeux continuels avec l’atmosphère. En particulier, l’océan absorbe, stocke et transporte dans son mouvement la chaleur du soleil en affectant la température et la circulation de l’atmosphère. En outre, l’Océan est la source principale des précipitations. La capacité de l’océan à stocker la chaleur est bien plus efficace (absorption de 93% de l’excédent d’énergie résultant de l’augmentation de la concentration atmosphérique des gaz à effet de serre due aux activités humaines) que les continents (3%) et l’atmosphère (1%). Il a ainsi un effet modérateur sur le climat et ses changements. »

      Ce que j'ai lu et que je n'arrive pas à retrouver était peut-être sur un site anglophone, je vais continuer mes recherches.

      En tout cas ce que je retiens de tout ce que je viens de citer c'est que sans les océans on ne ferait même pas la différence entre météo et climat, c'est d'ailleurs il me semble ce qui se passe peu ou prou sur une planète comme Mars dépourvue d'océans, je n'ai pas l'impression qu'on ait évoqué le moindre changement climatique en ce qui la concerne...

      Supprimer
    2. Voici une autre source (ce n'est toujours pas celle à laquelle je pense) : https://scripps.ucsd.edu/centers/cmbc/wp-content/uploads/sites/39/2014/09/The-Ocean-and-Climate-Change.pdf
      « Earth’s climate is a result of the physical, chemical, and oceanographic properties of its components.
      Both regional and global climate patterns depend on long-term interactions between the ocean and the atmosphere (Stewart 2005). »
      « Furthermore, the ocean plays a major role in wind and precipitation patterns. Cloud formation (evaporation), cloud movement (wind), and rain/snow (condensation) are all linked to the ocean (Talley et al. 2009). »

      Je suis bien d'accord que l'atmosphère a aussi son rôle dans le climat et son évolution, mais à la lecture de tout ceci mon sentiment est renforcé dans le caractère prépondérant de l'océan, que Claude Allègre a totalement ignoré (il n'en dit pas un seul mot dans le bouquin que j'ai cité)

      Supprimer
    3. Au temps pour moi, Allègre, dans son livre Un peu de science pour tout le monde, parle bien de l'océan en bas de la page 370, cela m'avait échappé : « Une petite augmentation de la température pour des raisons astronomiques provoque le dégazage de l'océan. » il écrit aussi « l'océan dissout le gaz carbonique et le dissout d'autant mieux que la température est plus basse. »

      Et c'est tout sur l'océan.

      Ce qui est quand même marrant, c'est que j'ai pris le temps de lire la fin de son bouquin dans laquelle il conclut avec un sous-chapitre intitulé «L'Homme, agent géologique» dans lequel il écrit notamment « L'Homme devient ainsi un agent d'érosion qui menace de bouleverser le cycle géologique traditionnel » et un peu plus loin il nous parle d'« anthropogéologie » pour bien signifier l'impact qu'aura l'Homme sur la planète !

      Que nous sommes loin du discours pathétique d'aujourd'hui dans lequel il assimile cette approche à une attitude religieuse...

      Supprimer
    4. Géd @

      Comme le dit VB, Allègre a raison quand il dit que la composition de l'atmosphère joue un rôle majeur dans la machine climatique. En effet seuls le soleil, l'effet de serre et le volcanisme (dans une moindre mesure car temporaire) sont les moteurs du climat. Les océans sont très importants car ce sont eux qui emmagasinent et distribuent la chaleur émise par le soleil, les GES étant là pour freiner le refroidissement de notre planète.

      A garder en mémoire que sans le CO2 nous n'aurions probablement jamais eu d'eau liquide sur notre planète.

      Robert

      Supprimer
    5. Je suis d'accord que l'atmosphère joue un rôle important, mais de là à ne pas parler du tout de l'océan sauf à dire qu'il dégaze et qu'il dissout le gaz carbonique, je trouve ça un peu court quand même.

      Il faudra que je retrouve cet article qui expliquait que la météo était essentiellement le fait de phénomènes atmosphériques, l'océan ne jouant quasiment aucun rôle étant donné qu'il a trop d'inertie pour intéresser des événements qui se déroulent sur quelques jours ou quelques semaines au grand maximum, et que par contre l'océan avait une influence primordiale sur le long terme, comme il est expliqué dans les quelques extraits que je vous ai montrés.

      Vous dites que sans le CO2 nous n'aurions probablement jamais eu d'eau liquide sur notre planète, ce qui m'étonne un peu, mais soit, admettons, vous avouerez quand même que sans les océans on ne parlerait probablement pas de changement climatique, d’où viendrait-il ? Cela dit la question est purement de forme, sans océan nous ne serions tout simplement pas là pour en parler.

      Supprimer
    6. géd,

      """"l'océan avait une influence primordiale sur le long terme""""

      """"sans les océans on ne parlerait probablement pas de changement climatique, d’où viendrait-il ?""""

      L'océan n'est qu'un réservoir rien d'autre, il ne fabrique pas de chaleur. Pour chauffer la planète nous n'avons que deux solutions, soit augmenter la quantité d'énergie entrante (soleil) soit "diminuer" la quantité d'énergie sortante (GES). L'océan ne fait que stocker l'énergie rendue disponible par l'action conjointe du soleil et des GES, c'est tout. Le reste n'est qu'une question de redistribution. Diminuez l'effet de serre et vous verrez les océans se refroidir.

      Robert




      Supprimer
    7. "Diminuer" n'est pas le terme exact en fait les GES RALENTISSENT le refroidissement de notre planète.

      Robert

      Supprimer
    8. Je sais tout cela Robert, ce n'est pas ce que je conteste.

      Peut-être aurais-je dû écrire quelque chose comme « il commet cependant l'erreur de ne considérer que l'atmosphère terrestre sans parler du rôle important de l'océan » à la place de « il commet cependant l'erreur de considérer l'atmosphère terrestre comme un acteur prépondérant »...

      Que l'océan, comme le dit VB, ait un rôle « passif », et qu'il ne soit qu'un réservoir comme vous l'expliquez, tout cela n'empêche pas que l'océan joue un rôle tout aussi important que l'atmosphère dans l’évolution du climat, ce qui est confirmé par tout ce que je peux lire sur le sujet quand je lis « The ocean is a key element of the global climate system » ou « Le climat de notre planète est régi en grande partie par l’océan » entre autres.

      Sans l'océan quid de la circulation thermohaline ? quid de son rôle de puits de carbone, bien plus important que les terres ou les glaces ? quid de l'évaporation qui produit les nuages et donc les précipitations ? quid des interactions océan-atmosphère produisant notamment les phénomènes El Niño La Niña ?

      En 2003, date de parution du bouquin d'Allègre, paraissait également cette étude http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/joc.926/pdf dans laquelle on peut notamment lire : « The ocean is an important component of the climate system. » à comparer avec ce que dit Allègre au même moment et qui se limite au « dégazage et à la dissolution du gaz carbonique », avouez que c'est quand même un peu léger, et c'est cette légèreté que je lui reproche.

      Supprimer
  2. Gèd

    L'océan n'a jamais été et ne sera jamais à l'origine d'un réchauffement ou d'un refroidissement planétaire, nous avons toute la période de l'holocène pour le vérifier. L'océan est au climat ce que la boîte de vitesse est à la voiture, pas le moteur. Maintenant, en tant que distributeur de la chaleur reçue, oui il est important mais là nous changeons de référentiel, passant de la planète dans son ensemble à la régionalisation.

    Il faut juste mettre les choses à leur juste place et leur attribuer leurs rôles respectifs.

    Robert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allègre n'a pas tort sur ce coup

      Supprimer
    2. J'ai comme l'impression que nous sommes d'accord mais que nous ne nous comprenons pas.

      Je n'ai jamais dit que l'océan était à l'origine d'un réchauffement ou d'un refroidissement, seulement qu'il était un acteur majeur dans le système climatique ; encore une fois c'est ce que disent quantité de sources que j'ai consultées.

      Allègre n'a pas tort dans ce qu'il affirme, il passe simplement sous silence le rôle de l'océan puisqu'il n'évoque essentiellement que celui de l'atmosphère.

      Vous faites une comparaison avec la voiture, vous admettez donc que la boite de vitesse fait partie de la voiture et que sans elle votre voiture n'est pas complète, ou que si vous voulez expliquer comment marche votre voiture vous allez devoir parler du moteur ET de la boite de vitesse, entre autres.

      Dans son livre Un peu de science pour tout le monde il est supposé informer son lecteur sur le climat ; comment peut-on parler du climat en éludant le rôle des océans ? Revoyez les extraits que j'ai cités plus haut, notamment « Earth’s climate is a result of the physical, chemical, and oceanographic properties of its components.
      Both regional and global climate patterns depend on long-term interactions between the ocean and the atmosphere (Stewart 2005). » ; on parle bien du climat de la Terre et de ses composantes dont les « propriétés océanographiques », je n'ai quand même pas rêvé...

      Supprimer
    3. Géd @

      """" Je n'ai jamais dit que l'océan était à l'origine d'un réchauffement ou d'un refroidissement""""

      Alors nous sommes d'accord, mais il me semble que c'est aussi ce que voulait dire Allègre.

      Robert

      Supprimer
    4. Allègre, il me semble, n'a jamais remis en cause le rôle du CO2 et l'« effet de serre » ; ce qu'il conteste c'est que le CO2 d'origine humaine ait l'importance qu'on lui accorde, il pense, ou plutôt il « croit » (c'est fou le nombre de fois qu'il emploie le verbe croire à la place du verbe penser...), que les scientifiques n'en savent rien et qu'ils négligent des facteurs naturels comme le soleil.

      Cela dit Allègre n'a pas dit et fait que des conneries dans sa vie ; lors de la polémique qui l'a opposé à Tazieff (en 1976) quand il s'est agi d'évacuer une partie de la population de la Guadeloupe, quand la Soufrière menaçait d'entrer en éruption, je pense qu'Allègre a pris la bonne décision (en fait il a approuvé la décision du préfet qui relevait du principe de précaution) bien qu'au final les faits ont donné raison à Tazieff ; plus tard Tarzieff s'est trompé quand il a prédit la même chose pour le Mont Saint-Helens en 1980...

      Supprimer
  3. Ah au fait à propos d'une atmosphère sans CO2 et ses conséquences; lisez cette étude :

    http://pubs.giss.nasa.gov/docs/2010/2010_Lacis_la09300d.pdf

    Robert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert vous prêchez un convaincu, je sais le rôle du CO2 dans l'« effet de serre », ce n'est pas le sujet.

      Supprimer
  4. JE remarque que vous vous referez á des livres de Claude Allégre et que vous soyez , globalement, en accord avec ce qu'il disait dans ce temps lä , estimant meme que cela n'etait "pas des conneries" . Sachant que dans un autre fil de blog vous niez á Claude Allegre toute compétence pour parler du climat, je me demande quelle valeur vous attribuez á ses propos ..

    Un point plus interessant serait de savoir , d'aprës vous , pourquoi Claude Allegre a, dans la periode 2002-2006, totalement changé d'avis sur l'origine du rechauffement climatique, son amplitude sur une periode longue et ses risques pour l 'Humanité.
    Au moment de son "retournement" climatique :
    > Il est en pleine possession de ses moyens physiques et intellectuels.
    > L'argent ? Il a prouvé que ce ne fut jamais son moteur au cours de sa carriere scientifique et politique ( pas de bling bling ...) . Il est donc fort peu problable qu'il ait été corrompu par le lobby des energies fossiles.
    > Le pouvoir ? Son statut de précurseur dans l'alerte sur réchauffement climatique et sa double casquette politique/scientifique lui conferait des atouts considérables pour etre ä la tete de la transition de civilisation (au moins en France) dans laquelle le processus des COPs nous a amené. En se rangeant dans le camps des trés minoritaires climato-réalistes, il était assuré en revanche de ne jouer aucun role et d'etre marginalisé politiquement

    Notoriété ? Mondialement connu et reconnu , récompensé des plus hautes distinctions scientifiques , pourquoi aurait il pris le risque d'abimer sa réputation ? D'autant plus qu'il aurait eu une place de choix dans les médias pour soutenir la thëse du rechauffement anthropique (bien plus charismatique et rompu á l éxercice de communication que J.Jouzel par exemple)

    Donc ,le mystére reste entier . Pourquoi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison, je me pose la même question, pourquoi ?

      "vous niez á Claude Allegre toute compétence pour parler du climat"

      Je pense que ce n'est pas tout à fait ce que j'ai voulu dire, n'importe qui peut « parler du climat », à plus forte raison Claude Allègre qui a suffisamment de compétences scientifiques pour en parler, seulement voilà, entre « parler du climat » et répandre des fausses informations, comme quand il a truqué une courbe d'un scientifique en lui faisant dire le contraire de ce que ce scientifique pensait, là il y a quand même comme un problème ne pensez-vous pas ?

      Supprimer