Nombre total de pages vues

samedi 3 décembre 2016

Des nouvelles de Roy Spencer (mais rien du côté de Jacques Duran...)

Roy Spencer, qui est ce qu'on pourrait appeler un climatosceptique « mou », publie un nouveau graphique des températures de la basse troposphère :


Et pour faire bonne mesure il nous en montre un autre figurant quelle devrait être la tendance pour le mois de décembre afin que 2016 soit à égalité avec 1998 :


Cela va être difficile pour sa seigneurie Monckton de montrer ce même graphique et assurer que les températures n'ont pas augmenté depuis...depuis combien d'années maintenant ?

A noter le flou dans la description du graphique dont la légende est « UAH Satellite-Based Temperature of the Global Lower Atmosphere (Version 6.0) » alors que dans le texte en introduction il parle bien de :
  • The Version 6.0 global average lower tropospheric temperature (LT) anomaly for November 2016 is +0.45 deg. C, up a little from the October value of +0.41 deg. C 
La troposphère est une toute petite partie de l'atmosphère comme on peut le constater ici :


A la lecture de Roy Spencer on ne sait donc pas trop de quoi il s'agit, mais en regardant directement le site RSS on voit les définitions et notamment le graphique suivant :


Première constatation, les satellites ont une vision à différents étages, mais ne peuvent mesurer (en fait calculer) que les températures des 50 premiers kilomètres de l'atmosphère (qui en comprend plus de 100)

Deuxième constatation, les données de Roy Spencer (LT) ne concernent qu'une partie de la troposphère (environ un tiers à vue de nez)

Cela dit, nous vivons au sol jusqu'à preuve du contraire, et pas à 5 kilomètres d'altitude, sauf ceux qui vivent en haute montagne, mais dans ce cas-là 5 kilomètres d'altitude c'est leur sol à eux, cependant la très grande majorité de l'espèce humaine vit quasiment au niveau des océans ou guère plus haut (c'est d'ailleurs un problème en soi à cause de la montée des eaux, mais c'est un autre sujet) et par conséquent le véritable graphique à montrer est le suivant :

Source giss.nasa

Ici il s'agit de la température prise à la surface des terres et des océans, bref là où nous vivons, et il n'y a pas photo, depuis le début du siècle dernier on est passé de -0,48° en 1909 à +0,87° en 2015 en anomalie de température (sur la base de la période 1951-1980) soit +1,35° au total !

Mais on va encore nous dire que tous ces chiffres sont truqués ou mal calculés, heureusement que Trump va mettre un terme aux activités mafieuses de la NASA et jeter tout ça à la poubelle comme nous le dit James Delingpole sur Breitbart, en nous montrant le graphique suivant comme preuve des agissements malhonnêtes de Gavin Schmidt :


Avec le commentaire suivant :
  • This chart, comparing the satellite temperature records with Schmidt’s adjusted version, gives you an idea of the scale of the climate fraud being committed by NASA GISS.
Mais il est vrai qu'on peut faire confiance à un site comme Breitbart, surtout quand on lit ce genre de commentaire :

Ou, une fois de plus, comment prendre les gens pour des crétins (en fait pour ce qu'ils sont réellement...)







30 commentaires:

  1. Dire que Spencer est un climatosceptique mou est inexact, il est simplement un peu plus malin que la moyenne et évite de dire de grosses âneries. Ses dernières publis ont été régulièrement réfutées.

    En ce qui concerne la comparaison entre les courbes GISTEMP et UAH, elles ne sont en aucun cas comparables pour de nombreuses raisons à commencer par leur période de référence totalement différentes, mais ça, les climatosceptiques ne semblent pas le savoir.

    Robert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand je dis « mou » cela signifie justement, en partie, parce qu'il est moins bête que les autres et un peu moins militant (il avait d'ailleurs écrit un article il y a un ou deux ans dans lequel il demandait à ses amis climatosceptiques de ne pas employer d'arguments bidons...)

      Bien sûr que GISS et UAH ou RSS ne sont pas comparables, surtout à mon avis parce qu'ils ne mesurent pas les mêmes « zones » ; par ailleurs que les périodes de référence soient différentes n'est pas à mon avis suffisant pour les départager, après tout les anomalies de températures de la surface peuvent aussi être comparées à des périodes différentes (par exemple période pré-industrielle ou pots deuxième guerre mondiale), peu importe, les courbes auront toujours la même forme et la même pente, seules les « anomalies » changeront puisque la période de référence ne sera pas la même.

      Supprimer
    2. Oui à condition que ces périodes de référence soient de la même longueur, RSS a par exemple un période de référence de 20 ans alors que les autres sont basées sur 30 ans. De toutes façons, les satelites ne mesurent pas la même choses que le GIS, les satellites mesurent la basse tropo sur une certaine épaisseur alors que le GIS mesure les températures terrestres à 1,50 mètre du sol en moyenne et les températures de SURFACE des océans

      A propos de la courbe émise par Breitbart, voici la même mais correctement calculée (sur breitbart on annonce 1995 mais la courbe ne commence qu'en 1997) :

      http://tinyurl.com/zbqlzav

      Robert

      Supprimer
    3. Correction,

      http://tinyurl.com/heddbs7

      Robert

      Supprimer
    4. La 2ème courbe me semble effectivement plus conforme à la réalité : UAH et RSS sont quasi identiques et GISS donne un plus fort réchauffement.

      Pouvez-vous m'expliquer la signification de l'offset ? (ce sont ces valeurs qui donnent des courbes différentes)

      Supprimer
    5. L'offset est le décalage entre les différentes séries à cause d'une période de référence différente. Pour comparer correctement il faut corriger les courbes de cet effet.

      Vous avez des explications au bas de cette page :

      http://www.woodfortrees.org/notes

      Robert

      Supprimer
    6. Sur des durées aussi courtes (20 ans) ce n'est pas une bonne idée de faire une moyenne sur 5 ans. Par exemple, avec un léger lissage par une moyenne courante sur 6 mois, la manipulation de Delingpole serait plus difficile à faire passer ... http://www.woodfortrees.org/plot/gistemp/mean:6/from:1995/offset:-0.43/plot/uah6/mean:6/from:1995/plot/rss/mean:6/from:1995/offset:-0.10

      Supprimer
    7. Merci Robert pour l'explication et la référence !

      Si je comprends bien on prend UAH comme référence et on aligne les autres (RSS, GISS, HADCRUT...) pour « coller » à UAH, mais cela ne vaut que si on regarde des courbes commençant en 1979 au plus tôt, car auparavant UAH et RSS n'existaient pas ; donc si je veux présenter un graphique montrant toutes les données disponibles depuis le début des mesures (1880 si je ne me trompe pas) il faudra prendre comme référence GISS ou HADCRUT et ajuster UAH et RSS, non ? Dans ce cas quels seraient les offsets à appliquer ?

      Évidemment dans ce cas UAH et RSS ne commenceraient qu'en 1979 mais seraient correctement « alignées » sur les autres données si j'ai bien tout compris.

      Supprimer
    8. VB je suis impressionné !

      Ainsi en divisant par 10 la moyenne on obtient des courbes totalement différentes, même si elles ont quand même un air de famille...

      Cela-dit j'ai un peu de mal à comprendre comment en « moyennant » sur une durée plus courte on obtient quelque chose de plus « fiable », intuitivement j'aurais dit l'inverse, mais comme je suis nul en math (et donc en statistiques) il doit y avoir quelque chose qui m'échappe.

      Peut-être est-ce une question de proportion ? Parce que le graphique ne présente que 20 années ? A partir de combien d'années la moyenne de 60 mois serait-elle correcte dans ce cas ?

      Supprimer
    9. La moyenne dont on parle ici est la méthode (appelée moyenne mobile ou moyenne glissante https://fr.wikipedia.org/wiki/Moyenne_glissante) utilisée pour lisser les courbes. On l'utilise pour gommer les variations à court terme, aléatoires ou cycliques du signal et faire apparaître les variations à long terme. Ainsi, il y a du sens à lisser avec une moyenne mobile de 12 mois pour effacer un cycle annuel, comme les saisons. Mais forcément, la série lissée est raccourcie de la durée du filtre (la moitié au début, la moitié à la fin dans le cas fréquent d'une moyenne centrée).
      Donc c'est exagéré de lisser sur 5 ans (mean:60 dans l'url du graphe) pour 20 ans de données, d'autant plus que l'influence des dernières années sera artificiellement gommé. Ce qui est évidemment l'effet recherché par Delingpole !
      Il n'y a pas de règle dans le choix de la durée de la moyenne mobile utilisée, mais le critère doit être qu'on essaie de garder le signal en supprimant le bruit. On procède par essai et erreur. Si l'on sait qu'un cycle connu (annuel, décennal, cycles solaires de 11 ans, ...) influence les données sans apporter d'enseignement sur ce que l'on veut observer, on peut choisir la durée de la moyenne mobile correspondant à ce cycle pour le gommer. Il existe d'autres méthodes, dites non-paramétrique, qui évitent l'arbitraire de ce genre de choix. La régression LOESS en est un exemple (https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9gression_locale)

      Supprimer
    10. Merci beaucoup pour ces explications, ça me rappelle vaguement mes cours de statistiques que j'ai suivis il y a fort longtemps !

      Mais il y a quelque chose qui me chiffonne, c'est qu'en faisant la moyenne sur 6 mois au lieu de 60 comme le faisait Robert il me semble que les courbes sont moins lissées, il y a davantage de fluctuations visibles, par ailleurs les trois courbes se superposent quasiment alors que je pensais que GISS devait montrer un réchauffement un peu plus marqué que UAH ou RSS ; enfin les phénomènes ENSO sont d'après ce que j'ai compris plus forts dans les mesures satellitaires, ce que l'on constate facilement en 1998 (et 2010 qui était plus modéré), par contre en 2015 c'est GISS qui montre un réchauffement plus élevé alors qu'el Niño était aussi fort qu'en 1998...

      Je dois dire que c'est à y perdre son latin !

      Supprimer
    11. Normal, plus la moyenne mobile est courte, plus les fluctuations locales seront encore visibles. A l'inverse, plus elle est longue, plus les fluctuations locales seront diluées dans la moyenne.
      Mais un petit dessin vaut mieux qu'un long discours : ce graphique montre une série temporelle de températures (en l'occurence, les températures du mois d'octobre à Uccle en Belgique) http://imgur.com/S6Ndd9R. La Belgique étant un pays au climat tempéré variable, les fluctuations sont grandes.
      J'ai tracé en rouge une moyenne mobile sur 5 ans. Les fluctuations courtes disparaissent, mais les évolutions plus lentes sont toujours visibles. Les deux premières et deux dernières années ne sont pas représentées, puisqu'elles n'ont pas de voisins (à gauche pour les premières, à droite pour les dernières) pour calculer la moyenne mobile. En bleu, une moyenne mobile sur 20 ans. Les 9 premières et 10 dernières années ne sont pas représentées pour les mêmes raisons. On peut observer par endroits un déphasage de la moyenne mobile par rapport aux valeurs, comme dans les années 89-90 où la moyenne mobile montre un creux alors que les valeurs non lissées montrent un pic. La raison en est que la moyenne est tirée vers le bas par la présence en 92 et 93 d'un creux très marqué. Il faut donc toujours garder à l'esprit que chaque point d'une moyenne mobile est la valeur moyenne de lui-même et ses n voisins. Finalement, en vert, un lissage par régression LOESS.

      Supprimer
    12. Merci VB pour ces éclaircissements qui me permettent au moins de mieux prendre conscience (je le savais déjà mais bon) que les statistiques et notamment les courbes et autres graphiques peuvent être utilisés pour dire tout et son contraire !

      Maintenant je ferai davantage attention (du moins j'essaierai) quand je publierai une courbe de températures...

      Supprimer
  2. À propos de Jacques Duran : il y a quelques temps, nous avions exposé notamment sur le site Science2, l'absurdité et l'imcompétence du bonhomme lorsqu'il exposait sans sourciller les théories de Pierre-Marie Robitaille sur l'effet de serre.

    Jacques Duran a supprimé cette page, mais il a fait plus dans la foulée : il a rendu le contenu de son site inaccessible aux organismes qui archivent l'histoire du net notamment la wayback machine de l'Internet Archive, par l'introduction d'un robot.txt du type « Disallow » : https://web.archive.org/web/*/http://www.pensee-unique.fr/effetdeserre.html

    Cette ligne de commande a pour effet de faire disparaître les différentes versions de cette page totalement absurde. (J'avais cependant pris la peine de tout enregistrer… ;-) Un tel acte dit plus que tout discours l'aspect profondément malhonnête de la démarche de Duran.

    Duran, et ses camarades, reprochent aux climatologues de ne pas rendre accessible leurs données – ce qui est faux – tout en faisant disparaître leurs propres turpitudes intellectuelles.

    Olivier

    RépondreSupprimer
  3. Ah, Pierre-marie Robitaille, ce monsieur vaut réellement le détour. J'avais, en son temps, sauvegardé cette perle :

    http://www.ptep-online.com/index_files/2009/PP-17-L3.PDF

    Robert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En consultant Rationalwiki on peut lire à son sujet :

      « Pierre-Marie Luc Robitaille (born 1961) is an accomplished radiologist and a failed wannabe physicist. »

      « He also maintains that the Sun is not a gaseous plasma, but is in fact made of liquid metallic hydrogen. None of his ideas have been accepted by any reputable physics publication.  »

      « Robitaille has been presented as a physicist, cosmologist and even an astrophysicist, though anyone who has gained actual credentials in these fields would beg to differ. Criticism of his crank ideas range from accusations of cherry picking evidence to a failure to understand even rudimentary thermodynamics.  »

      On peut voir qu'il est notamment cité par le site The Hockey Schtick (http://hockeyschtick.blogspot.fr/2014/05/new-paper-questions-basic-physics.html) ce qui évidemment est une référence...

      Supprimer
    2. Il faut admettre qu'un gars capable d'affirmer que le fond diffus cosmologique (reliquat du Big Bang) vient des profondeurs des océans terrestres, ça vaut son pesant de cacahuètes. Que certains climatosceptiques le montent au pinacle en dit long sur leur crédibilité.

      Robert

      Supprimer
    3. En cherchant « Science2 Huet miniTax blg Robitaille » sur le net, on trouve écho de nos échanges hilarants autour de la science Robitaillienne appliquée au climat, à l'époque même ou Jacques Duran présentait ses travaux comme de véritables réfutations de l'effet de serre radiatif.

      MiniTax y est magnifique : le grand art d'un spécialiste insurpassé !

      Olivier

      Supprimer
    4. @Olivier

      Vous allez peut-être me prendre pour un fou mais depuis quelques temps plus de nouvelles ni de Duran ni de miniTAX...

      De là à en déduire qu'il ne s'agit que d'une seule et même personne...

      Dans le même temps votre lien vers votre discussion avec le maitre miniTAX me fait surtout voir que je ne suis pas le premier à avoir démonté l'individu en tous petits morceaux !

      Supprimer
    5. @Robert

      Oui la même chose avec Marcel Leroux, cet immense climatologue que le monde entier nous envie pour lui avoir fait découvrir les AMP...

      Supprimer
    6. @ Ged : Allons… allons… Leroux c'est de la bibine côté de Robitaille ! Une pointure scientifique de cet ordre, depuis Newton on la cherchait… et c'est dans Progress in Physics qu'on le trouve : http://www.ptep-online.com/index_files/issues.html

      Avec même un numéro spécial consacré au Newton de la physique solaire, de la cosmologie et de la Loi de Kirchhoff : 2011 (vol. 7), issue 3, "The Sun — Gaseous or Liquid? A Thermodynamic Analysis".

      C'est justement à propos des premiers articles de Robitaille sur la loi de Kirchhoff que Jacques Duran avait montré à tout le monde l'ampleur de son incompétence et de son absurdité ; et c'est pour cela qu'il a inséré une commande « disallow » empêchant d'indexer ses délires.

      Olivier

      Supprimer
    7. @Olivier

      J'ai lu votre longue explication sur Skyfall au sujet de l'élevage du temps des vikings, c'est un peu comme donner du caviar à des cochons mais vous avez raison, il faut prendre le temps d'argumenter et ne pas leur laisser le terrain, même si c'est pour qu'ils vomissent ce que vous leur avez servi tellement c'est différent de leur régime alimentaire habituel.

      Après il faut savoir arrêter la discussion parce qu'il est évident que ça ne mènera nulle part avec des gens comme Abitbol, mais au moins vous aurez laissé une trace d'information dans l'océan de contrevérités qu'est Skyfall et cela peut avoir une incidence sur certains lecteurs de passage qui pourraient penser que Skyfall est un site scientifique (je me suis bien fait avoir moi-même au tout début...)

      Supprimer
    8. Géd,

      Ce complément d'information vous intéressera sans doute :

      https://revuesshs.u-bourgogne.fr/lisit491/document.php?id=627

      Robert

      Supprimer
    9. Sur l'évolution de l'environnement dans le sud-Groenland à l'époque Viking, les travaux de Charly Massa sont intéressants.
      Il travaille en collaboration avec le laboratoire Chrono-Environnement de l'U. de Besançon qui est à la pointe de ces recherches : https://chrono-environnement.univ-fcomte.fr

      Supprimer
    10. @ Ged : je suis bien conscient que le Groenland des Vikings, son petit vin bio, sa Riviera, son Club-Méd du Moyen Âge sont un marqueur fort de la falsification intellectuelle de nos amis les plus militants de Skyfall, et de leurs lecteurs les plus naïfs…

      Mais, de temps à autre, cela ne fait de mal à personne de lire un petit aperçu des fascinants travaux des historiens, archéologues et autres paléo-environnementalistes de cet épisode historique.

      Olivier (le précédent commentaire est de moi aussi)

      Supprimer
    11. Merci Robert et Olivier pour ces informations dont je vais faire bon usage, mais je connaissais un peu le sujet après avoir lu Collapse de Jared Diamond où celui-ci explique très bien que l'une des causes des malheurs des vikings était d'avoir voulu importer au Groenland leurs méthodes d'élevage, ce qui ne leur a évidemment pas trop réussi ; quand l'autre benêt sur Skyfall dit qu' «  Au 21ème siècle, il y a combien de fermes de 100 vaches au Groënland ? » pour tenter de « prouver » que les conditions climatiques d'aujourd'hui empêchent leur élevage alors que du temps de vikings ce n'était pas le cas, c'est tout simplement pathétique.

      Supprimer
    12. @Olivier

      "c'est dans Progress in Physics qu'on le trouve"

      Je reviens sur ce sujet, dois-je comprendre que ce journal a été conçu pour publier tous les auteurs qui ne peuvent pas être publiés ailleurs ? Une espèce de Salon des refusés (https://fr.wikipedia.org/wiki/Salon_des_refus%C3%A9s) en quelque sorte.

      Ma question peut sembler naïve mais rappelez-vous que je n'ai aucune formation scientifique...

      Supprimer
    13. Ouaip...

      https://scholarlyoa.com/2014/11/25/open-access-physics-journal-accommodates-authors-blacklisted-from-arxiv/

      Robert

      Supprimer
  4. Voir aussi le documentaire réalisé par l'Expérimentarium de Dijon sur les travaux du laboratoire de Besançon dans les sédiments du lac Igaliku.

    Ça a le mérite de montrer que la recherche scientifique se fait sur le terrain, avec des instruments, puis dans des labos, toujours avec des instruments, et certainement pas derrière son clavier en surfant de site en site !

    1ère partie : http://dai.ly/x9c7zc

    2ème partie : http://dai.ly/x9c898

    L'intervention de Vincent Bichet et d'Émilie Gauthier au colloque « Des climats et des hommes » dans les actes sont parus aux éditions La Découverte : http://www.inrap.fr/aux-limites-de-l-agriculture-la-colonisation-medievale-au-groenland-9059

    Olivier

    RépondreSupprimer