Nombre total de pages vues

jeudi 8 décembre 2016

Runtastic c'est fantastic !

Décidément l'hiver a du mal à arriver, cela dure depuis quelques années et on se demande à quoi ça tient...

Comme il fait plutôt beau toute cette semaine, avec des températures agréables dans la journée, j'ai troqué mes séances de natation (trois fois par semaine depuis septembre) par des virées autour de chez moi avec mes runnings.

Et puis la course à pied c'est plus proche que la natation de la randonnée en montagne, à moins que je ne tombe un jour dans un lac, ce qui pourrait aussi m'être utile.

Mais ça ne fait pas travailler les mêmes muscles, ou plutôt ça les fait travailler différemment, la preuve, c'est qu'après mon footing de lundi j'ai mis trois jours pour m'en remettre, j'avais les jambes comme du bois (dont on fait les flutes ?)

J'ai recommencé aujourd'hui et à ma grande surprise j'ai fait un meilleur temps sur le même parcours, alors qu'au départ mes jambes étaient encore un peu trainantes...

Oh pas grand chose, une minute de moins, mais tout de même.

A l'occasion, tant lundi qu'aujourd'hui j'ai testé l'application runtastic sur mon téléphone et je dois dire que j'ai été séduit.

A part les défauts inhérents au GPS (j'en ai déjà parlé avec le BackTrack D-Tour notamment ici et ici, entre autres) qui font par exemple que les deux trajets absolument identiques mesurent 8,03 km le lundi puis 7,83 km le jeudi, avec départ chez le voisin deux pâtés de maison plus loin le lundi, les informations fournies sont « intéressantes » :

En sélectionnant le rythme.
En sélectionnant la vitesse.

Le « rythme » correspond aux « minutes par kilomètre », 08:03 min/km de moyenne dans mon cas, mais quand on mélange vitesse et rythme sur le même graphique cela donne cette bizarrerie  :

Vitesse et rythme.

L'échelle de droite correspond à la « vitesse », 7,45km/h de moyenne dans mon cas, il manque donc l'échelle du rythme...

L'altitude mentionnée est également étrange étant donné que mon parcours est composé de cinq phases :
  1. du plat pendant 1 kilomètre environ, avant d'attaquer...
  2. une côte courte mais raide pendant 500 mètres à vue de nez
  3. du plat sur un peu moins de 2 kilomètres, quand je suis sur la colline
  4. une descente avec une grosse bosse au milieu pendant 1 kilomètre
  5. du plat sur ce qui reste, environ 4 kilomètres
La partie n° 3 est totalement invisible sur le graphique, à moins qu'en fait je monte sans m'en apercevoir d'une quarantaine de mètres, ce qui me parait étonnant (sur le terrain j'ai vraiment l'impression d'être sur du plat)

Mais il y a autre chose, durant la descente rythme et vitesse ne changent quasiment pas alors que j'ai le sentiment d'être comme un avion et de dépasser allègrement les 10 km/h (oui à mon âge 10km/h c'est déjà beaucoup...), donc les courbes devraient faire l'une un creux et l'autre un pic assez marqués, ce que l'on ne voit pas sur le graphique, sauf dans la courte descente avant d'attaquer la bosse.

Bref cette application est surtout, comme le BackTrack D-Tour pour la montagne, un moyen supplémentaire de se motiver, les autres sources de motivation étant dans chaque activité et par ordre d'importance :
  1. la conscience que l'activité physique est bonne pour la santé
  2. le plaisir d'être en plein air et de ne pas rester scotché devant son ordi à réfuter les délires complotistes des climatoceptiques
  3. la sensation d'extase quand on arrive au but et que l'on change de chaussures !






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire