Nombre total de pages vues

mercredi 2 août 2017

Une mise au point suite au décès d'István Markó

Mon précèdent billet intitulé Décès d'István Markó, que faut-il en retenir ?  m'a valu un impressionnant afflux de visiteurs auquel je ne m'attendais pas, notamment en provenance de Belgique, ainsi que ce commentaire d'un de mes lecteurs régulièrement "critique" à l'encontre de ce que j'écris mais qui se laisse trop facilement entrainer du côté obscur de la science en se parant du faux-nez de (climato)sceptique :
  • Anonyme1 août 2017 à 14:37 En apprenant le deces de Mr Marko , je me suis demandé si vous oseriez surfer sur la mort d'une personne et bien la reponse est oui ... On peut toujours faire pire dans l' ignominie. Je ne peux que vous exprimer tout mon mepris en tant qu' individu . Ceci etant dit je souhaite rectifier la longue lithanie d' inexactitudes que vous retranscrivez . [...] BenHague
Alors je préfère mettre les choses au point et les points sur les i.

Si demain Claude Allègre venait à mourir, ce qui arrivera forcément un jour que j'espère pour lui le plus lointain possible (surtout s'il devait souffrir, dans ses très vieux jours, de la chaleur de plus en plus accentuée et régulière...) je ne vois pas ce qui m'empêcherait de publier dans la foulée un billet afin de donner mon sentiment sur la nocivité d'un tel individu, notamment en fournissant quelques exemples, comme je l'ai fait avec István Markó, de ses méthodes de désinformation afin de tromper (volontairement ou pas, c'est une question que je me pose encore...) le public sur la réalité du changement climatique et ses probables répercussions sur notre descendance si nous ne faisons rien aujourd'hui pour limiter les dégâts.

Des individus comme Allègre ou Markó, ou encore d'autres comme Rittaud ou Gervais, ont (ou avaient) les capacités intellectuelles suffisantes pour comprendre la science du climat, c'est-à-dire ce que l'on peut lire dans les quelques 1500 pages du rapport scientifique (celui du groupe I) du GIEC, mais ils ont choisi, délibérément, pour des raisons diverses liées essentiellement à leur idéologie (notamment celle du libéralisme et de la main invisible du marché, mais des considérations financières ne sont pas à exclure, ces gens-là publiant des livres qui doivent bien avoir quelques lecteurs...), de tromper le public en semant le doute, en utilisant les arguments les plus éculés qui soient, en ne montrant que ce qui les arrange et en cachant soigneusement tout ce qui n'irait pas dans leur sens, n'hésitant même pas, comme l'a fait Allègre, à truquer une courbe afin de lui faire dire ce qu'elle ne disait surtout pas, sans demander son avis au véritable auteur de cette courbe, le suédois Håkan Grudd :

Source http://sciences.blogs.liberation.fr/2010/04/27/le-point-allegre-limposture-continue/

De la même manière, comme je l'ai démontré dans mon précédent billet, István Markó s'est livré à toutes sortes d'acrobaties afin de faire prendre à ses lecteurs ou auditeurs des vessies pour des lanternes ; idem pour Rittaud et Gervais et quelques autres dont j'ai démonté ici les tentatives d'enfumage auprès de leurs auditeurs/lecteurs qui, assez étrangement, semblent apprécier d'être pris pour des imbéciles.

Par exemple :
  • https://www.contrepoints.org/2017/08/01/295890-deces-distvan-marko
    • Jean d'Août1er août 14h34 - Un grand Monsieur qui s’en va ! Merci Istvan Marko pour avoir témoigné comme vous l’avez fait afin de rétablir la vérité scientifique dans cette idéologie de bobos et d’hypocrites. Merci d’avoir mis toute votre compétence scientifique au service de l’honnêteté intellectuelle.
      Tous mes hommages !
  • http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2017/07/31/deces-du-professeur-istvan-marko-1159489.html
    • Très triste et abasourdi il y a une heure lorsque j'ai appris cette terrible nouvelle! Je suivais et dialoguais avec Istvan Marko sur Facebook. Le 15 mai dernier, j'ai eu l'occasion d'assister à l'une de ses conférences à LLN. Accueil chaleureux, simple, je dirais amical, sachant mettre son interlocuteur à l'aise lorsque je lui faisait part de mon niveau scientifique très élémentaire. Un grand homme nous a quitté prématurément. Une immense perte... Écrit par : BACCAERT | 31/07/2017
  • https://www.contrepoints.org/2017/08/01/295909-hommage-a-istvan-marko
    • Virgile1er août 12h39 -Mourir si jeune, quel malheur pour l’humanité de perdre un grand scientifique!
    • podik1er août 23h46 - Dans cette conférence, il était au sommet de son art. Orateur exceptionnel, fin pédagogue à l’ humour très subtil. C’est effectivement une grande perte pour l’humanité et pour le combat de la vérité scientifique contre les mensonges éhontés du giec et de ses thuriféraires. https://www.youtube.com/watch?v=sw2NjRI3ozo
  • http://lepeuple.be/deces-du-professeur-marko-le-climato-realiste-de-lucl/84209
    • Raymond Potar · Foz do Arelho Nous venons de perdre un scientifique de valeur, un humaniste, amateur de bons vins et de musique classique. Le Peuple et le Parti Populaire ont à coeur de poursuivre son combat.
    • Marc Delmay · Belgique, Missouri Oui, absolument, il n'était pas le seul à voir des contradictions avec le réchaffement climatique et les pouvoirs en place, et avec ce qu'il disait pour la liberté individuel, en faite c'est du libre arbitre qu'il parlait, d'être libre sans piétiner sur la liberté des autres. C'était un homme libre, avec l'esprit libre. Et quand il parlait de 1000 milliards d'euro pour des éoliennes!, c'est de la pure folie!, on vient s'étonner après que tous les pays européens sont ruinés et surendettés, d'après OXFAM, nous avons 123 millions de pauvres en Europe, ajoutez les 45 millions de chômeurs, plus les scandalles à répétitions du même genre comme Nethys et publifin dans toute l'Europe, plus les agressions, les attentats et j'en passe, mais qu'est qu'ils foutent nos politiques!.Et çà c'est pour enrichir encore plus les plus riches et appauvrir encore un peu plus les pauvres, qui ne savent pas se défendre comme d'habitude.Nous ne pouvons plus accepter de laisser faire ces gens là aux pouvoirs, çà suffit!, ils ont assez fait de conneries énormes, peuples européens et du monde reprenez vous en mains, le pouvoir aux peuples! et plus aux élus, comme les Suisses, démocratie direct, sans l'intermédiaire des représentants qui ne font qu' à leurs têtes, c'est le peuple Suisse qui décide pour tout.Le parti Populaire veut instaurer la démocratie direct en Belgique comme en Suisse où toutes décisions politiques doivent passer par le peuple, la consultation populaire par référendum obligatoire, à vous de choisir.Plus rien sans le peuple!, référendum!.
  • http://www.lalibre.be/actu/belgique/ucl-chimiste-et-climato-sceptique-le-professeur-de-l-ucl-istvan-marko-est-decede-59802ee3cd706e263f21e6c8
    • Christian Coppe · Travaille chez Christian Coppe C'est un grand homme qui nous a quitté. Un esprit libre et critique, qui combattait la pseudo-science qui joue sur la peur des gens, au profit de la vérité scientifique, qu'il remettait constamment au milieu du débat. Malgré les honneurs, il a su toujours rester humble et au contact facile. Il laissera un grand vide dans le débat du réchauffement climatique, et je crains que certaines personnes ne se sentent soulagées aujourd'hui. Merci à La Libre d'avoir pondu un article sur lui : il en vaut la peine, réellement.
Avec parfois quelques (très rares) esprits plus lucides qui s'expriment :
    • Benoit Macq · Professor à Université Catholique de Louvain Un collègue super sympa avec qui j ai partagé d excellents moments notamment au Japon. Cependant, remettre en cause l'impact de l activité humaine sur le réchauffement climatique c est un peu comme plaider que la terre est platte. Je ne suis pas non plus à l aise avec certains gurus mais il y a des preuves scientifiques indéniables.
    • François Sant'Angelo · Anderlecht On n'ose émettre le moindre bémol à ce concert de louanges pour ne pas passer pour un sans coeur, car ce serait considéré comme une fausse note, comme une faute de goût... Mais bon, sur le fond du problème, je n'en pense pas moins... Voilà, c'est dit !
Un « grand monsieur qui s'en va », « chaleureux, simple, [...] amical », « grand scientifique », « orateur exceptionnel, fin pédagogue à l’ humour très subtil », « humaniste, amateur de bons vins et de musique classique », « homme libre, avec l'esprit libre », « esprit libre et critique, qui combattait la pseudo-science qui joue sur la peur des gens », « humble et au contact facile »...

Après un tel concert de louanges que viens-je faire ici à « surfer sur la mort d'une personne » comme me le reproche l'un de mes lecteurs ?

Alors disons-le tout de suite, d'abord si Benoit Rittaud n'avait pas jugé utile de joindre une vidéo à son hommage expédié en quelques lignes (qui n'ont dû lui prendre que quelques minutes alors que j'ai passé une demi-journée pour écrire mon billet) alors je pense que je n'aurais rien écrit ; ensuite je constate a posteriori, en lisant les commentaires élogieux dont j'ai cité une partie ci-dessus, à quel point cet homme était nocif et avait pu troubler des personnes jusqu'à leur faire perdre tout sens critique.

Malheureusement mes statistiques m'indiquent que seule une très faible part des lecteurs, essentiellement belges, qui sont venus (et qui continuent à venir) sur mon site, ont passé plus de quelques minutes à lire mon billet, la plupart sont entrés puis sortis quasi immédiatement, montrant par là qu'ils n'étaient peut-être pas réellement intéressés de savoir ce que l'on pouvait penser de leur cher disparu.

Le livre phare d'István Markó est Climat : 15 vérités qui dérangent, paru en 2014, probablement un copier/coller partiel des 22 vérités qui dérangent de Jean-Pierre Bardinet apparues la même année et dont on a vu que même des climatosceptiques notoires avaient pu rire notamment à la lecture de la quatrième qui s'avérait en fait être une belle contre-vérité  (comme d'ailleurs les 21 autres qui ne valent pas mieux)

Une note de lecture d'Alexis Merlaud, un scientifique belge travaillant au Belgian Institute for Space Aeronomy, donc a priori aussi qualifié sinon plus qu'István Markó pour parler de l'atmosphère terrestre (Markó étant spécialisé en chimie organique, ce qui n'est pas à son honneur quand on sait qu'il s'agit de chimie du carbone et de ses composés...), démonte une à une les 15 (contre)vérités mentionnées dans le livre.
      
En introduction Alexis Merlaud rappelle les trois débats qui ont lieu au sujet du climat, d'après une étude d'Hélène Guillemot et Stefan C. Aykut, Trois débats sur le climat, parue en janvier 2013 : 
  1. celui des marchands de doute (d'après le livre de Naomi Oreskes et Erik M. Conway) ;
  2. celui qui remonte à l’appel d’Heidelberg et oppose ceux qui «défendent la modernité techno-scientifique et accusent leurs adversaires d’être influencés par une idéologie “verte”» (Merlaud classe Allègre dans cette catégorie) ;
  3. celui enfin qui est porté par « des scientifiques de domaines “frontaliers” du climat », qui critiquent en particulier le recours à la modélisation. 
Merlaud aurait tendance à placer Markó dans la première catégorie, celle des marchands de doute, bien qu'il souligne que les trois catégories sont « poreuses » pour employer son expression, ce qui signifie qu'un individu peut appartenir aux trois catégories avec une prédominance pour l'une d'entre elles.

En ce qui me concerne je placerais Rittaud clairement dans la troisième, mais je dois avouer que je le vois également assez bien représenté dans les deux autres, difficile cependant de dire dans quelles proportions.

Mais István Markó a aussi eu les honneurs d'être un des sujets d'une thèse de Sara Mendicino, mettant en parallèle son livre des 15 (contre)vérités, la note de lecture d'Alexis Merlaud, et le 5ème rapport du GIEC, rien que ça ! La thèse s'intitule Le mouvement contre le changement climatique : entre panique morale, croisade morale et entrepreneur de morale, et elle est téléchargeable ici.

Cette thèse est longue, elle comporte 140 pages, je ne ferai pas de commentaire et laisse à chaque personne de bonne volonté le soin de la lire sans parti pris ni a priori, ce qui peut s'avérer délicat pour certains...

A noter que Sara Mendicino a fait ses études...à l'Université catholique de Louvain, là où professait un certain...István Markó !

A noter également que la thèse couronnait la fin d'études en...Master en criminologie à finalité spécialisée : criminologie de l'intervention !

Chacun tirera les conclusions qu'il voudra, ceux qui sont déjà convaincus de savoir la vérité ne changeront évidemment pas d'avis, les autres, s'ils ont un peu de courage, tenteront de comprendre comment on peut laver le cerveau de personnes apparemment bien portantes et possédant un QI moyen ou légèrement au-dessus de la moyenne.

En tout cas en ce qui me concerne j'aurai fait mon boulot, mais comme on dit : « on ne saurait faire boire un âne qui n’a pas soif ».

Si j'ai le temps (et l'envie) j'écrirais un autre (et dernier) billet sur István Markó pour démonter quelques unes de ses "vérités", mais le temps lui-même fera certainement son œuvre en faisant lentement mais sûrement tomber dans l'oubli ce qui n'est que de la pseudo-science à l'usage des gogos.


*****

Liens utiles :


2 commentaires:

  1. "Mais István Markó a aussi eu les honneurs d'être un des sujets d'une thèse de Sara Mendicino, mettant en parallèle son livre des 15 (contre)vérités, la note de lecture d'Alexis Merlaud, et le 5ème rapport du GIEC, rien que ça ! La thèse s'intitule Le mouvement contre le changement climatique : entre panique morale, croisade morale et entrepreneur de morale, et elle est téléchargeable ici.

    Cette thèse est longue, elle comporte 140 pages, je ne ferai pas de commentaire et laisse à chaque personne de bonne volonté le soin de la lire sans parti pris ni a priori, ce qui peut s'avérer délicat pour certains..."

    Ou l'art de se tirer une balle dans le pied tout seul ....
    Vous auriez du lire la these ou au moins la conclusion generale, vous verriez qu'elle ne soutient en rien votre cause de gogo ecolo (pour utiliser votre langage). Elle ne prend absolument pas partie dans cette controverse scientifique mais analyse du point de vue des sciences humaines la dynamique du debat et ses enjeux ... Ainsi elle qualifie les tenants du GIEC de climatocroyants ....et les comparent a des croisés pour une cause morale. Cette jeune femme a parfaitement compris (comme Roger Pielke jr) que le veritable moteur des gens comme vous n'est pas la Science mais une volonté politique et morale de changer en profondeur la société.


    Un petit extrait de la conclusion:
    "Le réchauffement climatique pourrait être un événement faisant l’objet d’une croisade morale. Cette dernière semble être un concept plus adapté. Il y aurait des protestations dans le but d’amorcer une mise en place de mesures. Nous pensons que la caractéristique de la moralité pourrait se caractériser dans la conception subjective de Goode et Ben-Yehuda et dans la proposition de Stuart Waiton concernant les paniques amorales. La morale traditionnelle, souvent liées à la religion, fait l’objet de ce thème. Elle concerne davantage les effets que nos actions peuvent produire sur autrui, la distribution équitable des ressources aux populations défavorisées et les effets secondaires et néfastes des activités humaines sur la nature. Dans ce sens, cela pourrait également constituer une croisade écologique."


    Quand a Mr Marko voici ce qu'elle ecrit :

    "Ses recherches traitent de la chimie du carbone et du vivant. Il travaille sur la fabrication de nouvelles molécules accompagnées de grandes propriétés. Il analyse également des nouveaux matériaux et des polymères dans l’espoir de les rendre fonctionnels pour la société. En outre, il tente de créer de la nouvelle chimie, comme en essayant de rendre le dioxyde de carbone intéressant pour la vie de la communauté. Il participe aussi à des projets qu’il qualifie de « botanochimie » visant à transformer les
    déchets des industries agro-alimentaires en molécules primordiales, au moyen de techniques écologiques. De plus, il oeuvre au remplacement de l’énergie de la lumière en énergie électrique.
    Lors d’une proposition de cours avec un collègue sur la chimie de l’environnement, ce professeur entame des recherches de préparation. Lors de son investissement dans cette branche, il s’est rendu compte qu’il y avait des approximations, des points obscurs sur le sujet.
    Cet oeuvre annonce, d’emblée, que sa production n’a été l’initiative d’aucune institution et n’a été l’objet d’aucun financement. Les personnes participant à l’ouvrage se revendiquent bénévoles."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « vous verriez qu'elle ne soutient en rien votre cause de gogo ecolo »

      Vous ne faites que confirmer ce que j'ai écrit et que vous n'avez pas lu bien que vous l'ayez cité : « je ne ferai pas de commentaire et laisse à chaque personne de bonne volonté le soin de la lire sans parti pris ni a priori, ce qui peut s'avérer délicat pour certains... »

      Vous n'avez manifestement pas compris l'objet de la thèse et vous reprenez de la conclusion que la partie qui vous arrange et qui ne reflète en rien la pensée de l'auteure.

      Je vous conseille de changer de lunettes, car ce n'était pas mon pied que la balle a atteint, vous devriez aller consulter en urgence si vous voulez éviter la gangrène !

      Supprimer