Nombre total de pages vues

mardi 15 mars 2016

Science et philosophie de bazar

Benoit Rittaud et son cortège d'adeptes nous font encore une fois la preuve du sérieux de leur approche du réchauffement climatique.

Dans un article intitulé Un écologisme à front renversé le Maître des lieux nous gratifie d'une analyse de fond dans la même veine que celles dont il nous a fait profiter toute l'année 2015 avec le calamiteux climathon qui restera un modèle indépassable de la science skyfallienne.

 Benoit Rittaud nous narre donc ses aventures quotidiennes et nous avoue, un peu honteux, qu'il lui arrive d'aller faire ses courses dans des magasins bio.

Et là tenez-vous bien, il remarque dans une étagère le livre Climat mensonges et propagande de son ami Hacène Arezki.

Que pensez-vous qu'un scientifique digne de ce nom, de la qualité de Benoit Rittaud, pourrait en déduire afin d'en faire profiter sa clique de fidèles suivants?

Ni une ni deux il nous assène (et non Hacène):

  • Cette anecdote illustre quelque chose que certains auront peut-être déjà observé : un certain écologisme est naturellement porté au climatoscepticisme, le carbocentrisme ayant pour lui un caractère trop institutionnel. Toute une frange de l’écologisme contestataire ne déteste rien tant que la « science officielle », qui est celle des OGM et du nucléaire. Il n’est donc pas réellement paradoxal que cette détestation de principe puisse aller jusqu’à remettre en cause le carbocentrisme. Celui-ci a beau être une remarquable synthèse des peurs environnementales, il ne s’insère pas toujours si bien que ça dans la vision du monde de certains « amoureux de la nature ».
Benoit Rittaud ne nous donnera aucune information complémentaire sur ce "certain écologisme naturellement porté au climatoscepticisme", et quand bien même il arriverait à nous donner une référence, so what?

Mais ce qui est intéressant c'est que Benoit Rittaud dévoile dans son commentaire la véritable motivation des climatosceptiques:
  • le carbocentrisme ayant pour lui un caractère trop institutionnel
Ainsi, si vous pensiez que Benoit Rittaud avait des arguments scientifiques à faire valoir, vous êtes maintenant fixés.

Et toujours ces gros problèmes de compréhension de la part des lecteurs de Skyfall qui répondent par exemple à mon commentaire:

7.  Mano | 14/03/2016 @ 12:35
C’est vrai que la façon qu’ont les libraires ou, mieux, les magasins bios comme dans ce cas là, d’arranger leur devanture, est une bien meilleure approche scientifique que tout ce qui est recensé par le GIEC.

8.  joaquim | 14/03/2016 @ 13:10
Mano (#7),
Monsieur Mano, je vous suggère qu’avant de poster un commentaire sur un sujet, vous lisiez ce sujet et soyez sûr de le comprendre.
Je vous propose de réfléchir à la question posée, assez générale, d’ordre un peu politique et sociologique. Il s’agit du questionnement que certains écologistes peuvent avoir face à une pensée « officielle » qui accepte les données fournies par une administration financée par le trésor américain. Une pensée partagée entre autre par le pape et les grands groupes industriels… Autant de personnes ou d’institutions généralement haïes par les écologistes.
Votre approche sur le sujet devrait enrichir les réflexions des lecteurs de Skyfall.

9.  Claude C | 14/03/2016 @ 14:26
Mano (#6),
Mr Mano, au vu de ce que vous écrivez, Je ne pense pas que vous soyez de plus accessible au second degré ou tout simplement à l’humour…!

11.  de Rouvex | 14/03/2016 @ 14:41
Mano (#7), Merci Mano, pour cette preuve irréfutable du réchauffement climatique anthropique que vous nous procurez ! La science avance, on en a la preuve ici tous les jours.

Et nous en avons même un qui pense que Benoit Rittaud a voulu faire une blague, sans s'imaginer que le propriétaire du magasin est peut-être tout simplement climatosceptique lui-même, ou bien pense qu'il a une clientèle susceptible de lui acheter ce genre de bouquin:

15.  nivon | 14/03/2016 @ 16:22     
Bien joué Mr Rittaud, moi aussi, je me suis fait avoir par votre blague !
En fait, en mal d’inspiration, vous avez eu l’idée de glisser subrepticement le livre de Hacène Harezki dans le rayon pour faire le buzz sur votre site.
Vous avez réussi ! Sacré Ben ! Ma foi, j’apprécie.
Climatiquement vôtre JEAN

Ce Jean Nivon (qui a peut-être après tout voulu être ironique allez savoir...) est d'ailleurs immédiatement démenti par:

16.  Hacène | 14/03/2016 @ 17:11
Nicias (#12),
On peut raisonnablement penser que celui qui l’a placé sur l’étagère l’a lu.
Oui, c’est raisonnable de le penser. Mais je dois dire qu’après avoir été longuement et particulièrement raisonnable dans ma manière d’hésiter entre bêtise et malhonnêteté chez le réchauffiste (avec l’idée d’une possible coexistence des deux, en proportions variables), je suis maintenant un peu plus prompt à considérer que la première est la plus fréquente, l’ayant trop souvent identifié le plus sûrement.
Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que l’éditeur est (il me semble) plutôt bien vu dans les magasins bio. Considérer a priori que ce livre sur le climat va dans le sens des idées de la majorité des consommateurs de bio (et des vendeurs) me semble normal. Le manque de temps ou la négligence peut faire le reste.
Il faudrait demander à Benoît d’y retourner pour jouer l’ingénu face à un vendeur. Nous serions fixés et ce serait intéressant. Benoît…



 

2 commentaires:

  1. Ce qui est intéressant c'est le tour qu'a pris la discussion sur skyfall. dès qu'on souligne l'incompétence de l'auteur de ce torchon, c'est la censure plein pot.

    Robert

    RépondreSupprimer
  2. "torchon", vous y allez fort pour qualifier ce livre!

    Ce n'est vraiment pas sympa pour les torchons qui ne méritent pas d'être comparés au bouquin en question.

    RépondreSupprimer