Nombre total de pages vues

mardi 5 avril 2016

Albertine disparue

J'ai déjà eu l'occasion de le dire ici à propos du site pseudo-scientifique Skyfall (dans mon billet Skyfall et le déni de réalité), ce qu'il y a de bien avec les climatosceptiques c'est que souvent "ils" vous montrent une "preuve" supposée aller dans leur sens, alors qu'en fait en analysant un peu cette "preuve" on s'aperçoit assez vite qu'elle a en fait l'effet inverse et montre le contraire que ce qui était censé être "prouvé".

Un exemple éclatant est fourni par un lecteur fidèle de mon blog que nous appellerons Albertine, en hommage à Marcel Proust (et pourquoi pas?)

Tout d'abord je noterai que ce lecteur me prend pour un imbécile quand il prétend "survoler" mon blog:
  • Quelques minutes tout au plus. Vite vu, hélas.
On remarquera le "hélas" qui tendrait à faire penser qu'Albertine souhaiterait peut-être avoir davantage de temps à elle pour lire mes articles (non je ne suis pas naïf, je sais quel est le sens de ce "hélas" dans la bouche d'Albertine)

Mais qu'en est-il en vérité?

D'après StatCounter voici ce que je peux voir des "quelques minutes tout au plus" qu'Albertine consacrerait à la lecture de mon blog:

D'abord la synthèse arrêtée aujourd'hui à 15 heures 30:


Albertine a donc lu 79 pages sur plusieurs jours (StatCounter ne donne la durée exacte que quand il n'y a qu'une visite, là il faut voir le détail dans une autre rubrique)

Ensuite le détail des visites qui commencent le 30 mars et continuent sans aucune interruption chaque jour jusqu'à aujourd'hui:



...


Je n'ai fait que deux copies écran afin de ne pas surcharger ce billet.

"Quelques minutes" par visite multipliées par "un certain nombre de visites", on voit que cela peut faire un total d'heures de lecture assez significatif (ce dont je remercie Albertine au passage, car elle prouve que mon blog présente un certain intérêt pour elle, à moins qu'elle ne soit masochiste et aime se châtier en s'infligeant des lectures lui procurant de l'inconfort, dans ce cas je ne peux que lui conseiller d'aller consulter un spécialiste)

Mais tout cela est vraiment anecdotique, le plus intéressant est réellement le fait qu'Albertine, en commentaire de mon précédent article, m'écrive:
  • ...Abolishing research in Antarctica.
     
    Abolishing multi-year, multi-decadal climate modelling and analysis...

    Ben ouais, ce serait dommage de ne plus publier des "résultats" comme ceux-ci en "excellent accord" avec le monde fictif des "modèles".

    ou ceux-là qui montrent bien d'autres "progrès retentissants" dans le monde fictif des "modèles".

    Ernestine, une copine d'Alphonsine, empêchée, mais très fière d'avoir inspiré à l'hôte de ce blog un "billet" aussi "transcendant".
Outre que "ceux-là" fasse référence à une page Web introuvable ("message HTTP 403 refusé: Le site Web a refusé d’afficher cette page Web), on s'aperçoit que "ceux-ci" amène à un excellent article intitulé "Velocities of the Amery Ice Shelf's primary tributary glaciers, 2004–12", daté d'octobre 2015, dont voici le résumé:
  • Monitoring the rate of ice flow into ice shelves is vital to understanding how, where and when mass changes occur in Antarctica. Previous observations of ice surface velocity indicate that the Amery Ice Shelf and tributary glaciers have been relatively stable over the period 1968 to 1999. This study measured the displacement of features on the ice surface over a sequence of Landsat 7 images separated by approximately one year and spanning 2004 to 2012 using the surface feature tracking software IMCORR. The focus is on the region surrounding the southern grounding zone of the Amery Ice Shelf and its primary tributary glaciers: the Fisher, Lambert and Mellor glaciers. No significant changes in surface velocity were observed over this period. Accordingly, the velocity fields from each image pair between 2004 and 2012 were used to synthesize an average velocity dataset of the Amery Ice Shelf region and to compare it to previously published velocity datasets and in situ global positioning system velocity observations. No significant change in ice surface velocities was found between 2004 and 2012 in the Amery Ice Shelf region, which suggests that it continues to remain stable.
Nul doute que l'intention de notre bien-aimée Albertine était de nous "montrer" que les glaciers de l'Antarctique demeuraient stables, en ajoutant une improbable référence aux "modèles" dont il n'est absolument pas question dans cette étude, mais Albertine est climatosceptique, donc il ne faut pas lui demander de montrer une grande cohérence dans ses propos.

En tout cas elle nous fait la démonstration éclatante de ce qu'est un cherry-picking en citant une étude qui concerne non seulement l'Antarctique EST, qui est une zone dont on sait qu'elle est moins touchée que l'OUEST par le réchauffement climatique, mais en plus une zone représentant 2% de la totalité des côtes de L'Antarctique!

En effet Robert a eu la gentillesse de me fournir un lien complémentaire se référant à une étude chinoise intitulée Monitoring the Amery Ice Shelf front during 2004-2012 using ENVISAT ASAR data, datée de juin 2013 (donc 2 ans avant la précédente fournie par Albertine) dont voici le résumé:
  • The Amery Ice Shelf is the largest ice shelf in East Antarctica. It drains continental ice from an area of more than one million square kilometres through a section of coastline that represents approximately 2% of the total circumference of the Antarctic continent. In this study, we used a time series of ENVISAT ASAR images from 2004–2012 and flow lines derived from surface velocity data to monitor the changes in 12 tributaries of the Amery Ice Shelf front. The results show that the Amery Ice Shelf has been expanding and that the rates of expansion differ across the shelf. The highest average annual rate of advance from 2004–2012 was 3.36 m∙d-1 and the lowest rate was 1.65 m∙d-1. The rates in 2009 and 2010 were generally lower than those in other years. There was a low correlation between the rate of expansion and the atmospheric temperature recorded at a nearby research station, however the mechanism of the relationship was complex. This study shows that the expansion of the Amery Ice Shelf is slowing down, reflecting a changing trend in climate and ice conditions in East Antarctica.
Pour résumer:
  • Il s'agit de la partie est de l'Antarctique, bien moins touchée que l'ouest par le réchauffement climatique
  • Il s'agit d'une zone ne représentant que 2% de la circonférence du continent Antarctique
  • Les taux d'expansion de ces glaciers (de l'est Antarctique représentant 2% etc.) sont variables, on a même enregistré un ralentissement en 2009 et 2010
  • Le mécanisme de l'interaction entre expansion et température de l'atmosphère est encore mal connu (mais Albertine s'en contrefiche, car ce n'est pas ça qui va faire avancer son 4X4)
  • L'expansion de la plateforme glaciaire (ice-shelf) d'Amery est en train de ralentir.

 Bref, pour conclure, l'intervention d'Albertine a été instructive sur deux points:
  1. J'en ai appris davantage sur cette zone de l'Antarctique Est que je ne connaissais pas
  2. Albertine nous a confirmé quel était le schéma de "pensée" (de non-pensée pourrait-on presque dire) du climatosceptique lambda.
Pas sûr qu'Albertine ait l'occasion de nous en apprendre encore plus, j'ai bien peur par cet article d'avoir réfréné ses "envies" d'intervenir avec ses commentaires très "argumentés".

Mais qui sait, on peut toujours rêver.
 
 
 
  

4 commentaires:

  1. Joli cacas nerveux, là !

    Encore bravo !

    Mauricette, une copine d’Albertine en est encore toute remuée….

    Et tellement désolée pour ça:

    Outre que "ceux-là" fasse référence à une page Web introuvable ("message HTTP 403 refusé: Le site Web a refusé d’afficher cette page Web)

    Article entier "refusé" apparemment aux non scientifiques non abonnés….

    De toute façon ce serait comme donner un couteau à une poule ou de la confiture aux cochons.

    Mais bonne princesse, pour la longue route solitaire et tout le désoeuvrement qui vous attend, voici au moins le résumé de l’article en question.

    Et, c’est-y pas gentil, un nouveau lien, pour accéder peut-être, à l’article en entier

    Lisez attentivement avec le doigt et faites vous « expliquer » par l'inénarrable Robert. Il va adorer vous montrer sa « science »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne vous inquiétez pas Albertine réapparue, j'essaierai votre méthode de lecture avec le doigt, j'ai seulement une question, utilisez-vous le pouce ou l'index pour lire convenablement?
      Cela-dit vous vous êtes bien rendu(e) compte que les liens que vous me fournissez n'amènent nulle part?
      Et si je comprends bien, si vous avez accès à ces liens c'est parce que vous êtes un "scientifique abonné"?
      Pourrais-je par hasard connaître votre domaine d'expertise?

      Supprimer
  2. http://www.ingentaconnect.com/content/bpl/grl/2015/00000042/00000020/art00048

    http://www.readcube.com/articles/10.1002/2015GL065973

    Avec les compliments de Mauricette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous voyez Albertine, quand vous voulez vous me donnez même deux fois la même référence, je n'en demandais pas tant!
      Donc cela concerne une étude chinoise dont le but est d'améliorer les futurs modèles climatiques, car ils se sont rendus compte de différences entre les modèles et les observations dans ce qu'ils appellent la zone de convergence tropicale (ITCZ) dans le Pacifique sud qui serait présente dans les modèles mais non observable dans la réalité (suivant vos conseils avisés j'ai utilisé le pouce et l'index afin de ne rien perdre de ma lecture)
      Il me semble que tout cela est de la bonne science puisqu'elle tend à améliorer la qualité des modèles en enlevant certains biais nuisibles à leur précision.

      J'aimerais bien savoir pourquoi vous m'avez fourni le lien vers cette étude et quelle conclusion vous en tirez.

      Supprimer