Nombre total de pages vues

lundi 4 avril 2016

Arrêtons de faire de la recherche, puisque les résultats ne nous conviennent pas!

Voici un billet qui va certainement plaire à Alphonsine qui avait commenté comme suit mon précédent article:
  • Bathymetric observations extending to the glacier fronts are critical to understand the glacier evolution.

    Ben voyons.

    On n'y comprend rien du tout mais par ici la monnaie pour qu'on vous "étudie ça plus en détail".

    Et surtout qu'on vous évite ainsi (peut-être) les conséquences du terrible (et très bien compris, lui...) réchauffement climatique anthropique.

    Et il se trouve toujours un naïf désoeuvré pour ne rien trouver de mieux à faire que de servir candidement la soupe à ces petits malins de Rignot et al.

    Alphonsine
De toute évidence Alphonsine n'est pas partisane de la recherche pour la recherche, pour elle il ne s'agit que de stratagèmes de la part des scientifiques (dont Eric Rignot qu'elle cite nommément) afin de collecter des fonds (public cela va sans dire...) et vivre grassement dessus en "inventant" des problèmes qui n'existent pas (le réchauffement climatique catastrophique entre autres)

Ainsi on apprend par The Sydney Morning Herald que:
  • No 'science for science sake': emails show CSIRO plans to cut climate research
Tamino nous précise même sur son blog quels sont les domaines qui devraient pâtir de ces coupes budgétaires prévues par le CSIRO:
  • Proposed changes include:
    • Abolishing research on global greenhouse gas emissions.
    • Abolishing research on sea level rise.
    • Abolishing research in Antarctica.
    • Abolishing multi-year, multi-decadal climate modelling and analysis.
    • Reducing collection and analysis of ocean carbon levels, due to “insufficient demand”.
    • Reducing research into the management of the impact on biodiversity, due to reduced demand.  
Youpi! cela va nous faire faire d'énormes économies que nous pourrons utiliser à bon escient pour créer des jobs et favoriser la croissance économique!

Evidemment cela ne concerne que l'Australie et il ne s'agit que de projets révélés dans des emails entre managers, il y a encore loin de la coupe aux lèvres, mais si certaines personnes "bien placées" ont dans l'idée d'en arriver à faire de la recherche uniquement si elle sert des intérêts purement économiques à court terme, cela ne fait que confirmer certaines des motivations de nos amis climatosceptiques.


******
 
Pour aller plus loin: http://blog.hotwhopper.com/2016/04/some-early-history-about-australias.html

 

9 commentaires:

  1. ...Abolishing research in Antarctica.

    Abolishing multi-year, multi-decadal climate modelling and analysis...


    Ben ouais, ce serait dommage de ne plus publier des "résultats" comme ceux-ci en "excellent accord" avec le monde fictif des "modèles".

    ou ceux-là qui montrent bien d'autres "progrès retentissants" dans le monde fictif des "modèles".

    Ernestine, une copine d'Alphonsine, empêchée, mais très fière d'avoir inspiré à l'hôte de ce blog un "billet" aussi "transcendant".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vos liens sont très intéressants et informatifs, le premier donne "Article not found" et le second "HTTP 403 refusé", j'imagine que c'est votre poisson d'avril à retardement.

      Et à part cela, vous avez des arguments à faire valoir?

      Il y a quand même quelque chose qui m'intrigue: si mon blog vous semble si ridicule, pourquoi passer de longues heures durant de nombreux jours à le consulter?

      En tout cas je vois que j'ai affaire à un petit comique qui pratique l'ironie mais sans en avoir vraiment le talent.

      Au plaisir de vous (re)lire.

      Supprimer
    2. Ah! en insistant un peu j'arrive à ouvrir votre premier lien qui me donne une étude concernant l'Antarctique.
      Dans le résumé je constate qu'il s'agit essentiellement d'observations et je ne vois pas en quoi elles seraient en contradiction avec de quelconques "modèles du monde fictif" pour reprendre vos propos.
      A ma connaissance il n'existe pas de modèles concernant la vélocité des glaciers de l'Antarctique, en tout cas ils ne sont pas mentionnés dans l'article, et quand bien même il y aurait des modèles, en quoi cela serait-il gênant et contraire à la science?
      Et il faudrait que vous m'expliquiez en quoi ne pas faire de modèle ferait progresser la science, les modèles n'existent pas qu'en climatologie que je sache.
      Bref vous critiquez les modèles sans savoir pourquoi et sans chercher à comprendre leur utilité, mais cela ne m'étonne vraiment pas (devinez pourquoi)

      Enfin je terminerai en faisant remarquer que si votre intention était de "prouver" que, comme le dit l'article, "No significant change in ice surface velocities was found between 2004 and 2012 in the Amery Ice Shelf region, which suggests that it continues to remain stable.", il n'y aurait donc aucun problème avec les glaciers de l'Antarctique, alors c'est raté.
      Le glacier Amery se trouve dans la région Est de l'Antarctique, une région qui effectivement n'enregistre pas de déclin glaciaire, au contraire le l'Antarctique Ouest dans laquelle le déclin des glaciers est avéré.
      Je vous invite donc à mieux vous renseigner, et quand vous voulez faire du cherry-picking de données, essayez d'être un peu plus subtil que cela.

      Supprimer
  2. Ce qui est intéressant c'est l'argumentaire développée par Ernestine (je ne serai pas étonné outre mesure qu'elle et Alphonsine ne soit qu'une seule et même personne). En langage web on appelle ça un troll.

    Robert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Argumentaire"? Je n'en vois pas trop la couleur.

      Et oui, Alphonsine et Ernestine ne sont qu'une seule et même personne de sexe mâle qui se croit facétieux.

      Bof, c'est le genre de trolling qui ne me dérange pas plus que cela, laissons-le/la s'épancher tout à son aise.

      Supprimer
  3. Géd @

    Le premier lien fonctionne pour moi il mène à une étude de Pittard et al dont voici le titre :

    Velocities of the Amery Ice Shelf's primary tributary glaciers, 2004–12

    A mettre en relation avec cette étude (ce que n'a pas fait notre troll)

    http://www.polar.gov.cn/publicinfo/pdf/e4308e31-0548-43f7-8cbf-a56420a34d16.pdf


    Robert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Robert pour ce document additionnel qui commence par "The Amery Ice Shelf is the largest ice shelf in East Antarctica."

      On y apprend que la zone concerne "approximately 2% of the total circumference of the Antarctic continent", comme représentativité de l'Antarctique on devrait pouvoir faire mieux.

      Cerise sur le gâteau, on y apprend également que "The rates in 2009 and 2010 were generally lower than those in other years", bref que même dans cette minuscule zone "ça ralentit", ce qui est confirmé à la fin: "This study shows that the expansion of the Amery Ice Shelf is slowing down, reflecting a changing trend in climate and ice conditions in East Antarctica."

      L'expansion ralentit, cela signifie donc que bientôt elle pourrait s'arrêter et que les glaciers de cette zone pourraient reculer à leur tour.
      La conclusion de l'étude est elle-aussi assez parlante: "If large iceberg calving events occur in the future, there would be more mass loss in the Lambert Glacier―Amery Ice Shelf system, which could accelerate global sea-level rise.", mince alors, ça ne doit pas aller dans le sens de Célestine!

      Et j'attends que notre elfe/orc/troll nous sorte une étude équivalente mais portant sur l'Antarctique OUEST, là on rigolerait.

      Supprimer
  4. Il y a quand même quelque chose qui m'intrigue: si mon blog vous semble si ridicule, pourquoi passer de longues heures durant de nombreux jours à le consulter?

    "Longues heures" ?

    Ben voyons.

    Quelques minutes tout au plus. Vite vu, hélas.

    "Ridicule" ?

    Oui, très clairement entre autres pas plus aimables qualificatifs.

    Ceci dit, rassurez-vous, je n'ai pas l'intention de vous embêter plus longtemps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "je n'ai pas l'intention de vous embêter plus longtemps"

      Alors au plaisir de ne plus vous revoir.

      Supprimer